La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

C. Bolzman, Sherbrooke, 2.6.09 Migrations vers la Suisse en dehors des grands centres urbains Claudio Bolzman Université de Sherbrooke, le 2.6.2009.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "C. Bolzman, Sherbrooke, 2.6.09 Migrations vers la Suisse en dehors des grands centres urbains Claudio Bolzman Université de Sherbrooke, le 2.6.2009."— Transcription de la présentation:

1 C. Bolzman, Sherbrooke, Migrations vers la Suisse en dehors des grands centres urbains Claudio Bolzman Université de Sherbrooke, le

2 C. Bolzman, Sherbrooke, Caractéristiques de la Suisse  Surface de la Suisse: 41’000 km 2  Peu de régions isolées des centres urbains (souvent moins d’une heure)  Peu de « grands » centres urbains: Zurich; Genève, Bâle, Berne, Lausanne seraient ailleurs des agglomérations moyennes  Beaucoup de villes moyennes et petites: 10’000 habitants est déjà une ville

3 C. Bolzman, Sherbrooke, Caractéristiques de la Suisse1  Du point de vue administratif, la Suisse est divisée en 26 canton et près de 3’000 communes  Il y a également 54 régions de montagne (depuis 1976) qui reçoivent un soutien particulier de la Confédération: faiblesse démographique (1’500 à 114’000 habitants)  30 zones économiques de redéploiement (problèmes économiques, chômage) (30 à 48’000 habitants)

4 C. Bolzman, Sherbrooke, Situation des étrangers en Suisse  Fin 2007, les étrangers sont 1‘700'000 et représentent le 22% de la population résidante, ce qui constitue la proportion la plus élevée en Europe après le Luxembourg.  Les principales nationalités représentées sont: Ex-Yougoslavie, Italie, Allemagne, Portugal, France, Turquie, Espagne, Sri Lanka.  On voit: la majorité des étrangers sont Européens. Mais la proportion d’étrangers provenant des Etats limitrophes passe de 87% en 1960 à 33% en 2007.

5 C. Bolzman, Sherbrooke, Localisation des étrangers  La majorité des ex-Yougoslaves, Allemands, Turques, Sri Lankais résident en Suisse Allemande  La majorité des Portugais, Français, Espagnols résident en Suisse romande  Les Italiens sont bien repartis entre les trois régions linguistiques. Ils composent le premier et le plus important flux migratoire de l’après-guerre.

6 C. Bolzman, Sherbrooke, Un peu d’histoire  La Suisse est ainsi un pays d'immigration depuis longue date. Déjà vers la fin de la première guerre mondiale, la proportion d'étrangers a atteint 11% de la population résidante.  Cette proportion a diminué entre les deux guerres, pour atteindre 5% en Lors des "trente glorieuses", le nombre d'étrangers et leur pourcentage dans la population ont cependant à nouveau fortement augmenté (11% en 1960).

7 C. Bolzman, Sherbrooke, L’importance de l’immigration  Des estimations montrent que depuis 1945, 2 millions d'individus sont venus en Suisse comme immigrés (et sont restés) ou sont des enfants d'immigrés. Sans les migrations, la population suisse n'atteindrait que 5,2 millions de personnes au lieu des 7,5 millions actuels (Wanner, 2001).  En fait, la contribution de l'immigration à la croissance démographique ces cinquante dernières années en Suisse a été plus forte que dans les pays d'immigration classiques tels que les Etats-Unis, le Canada, l'Australie (Haug, 2001).

8 C. Bolzman, Sherbrooke, Trois moments  Prédominance des facteurs de demande propres à la Suisse  Importance des facteurs liées aux pays d’origine et dissociation de la migration de la conjoncture économique  Changements liés à la globalisation

9 C. Bolzman, Sherbrooke, Raisons de la migration de l’après- guerre:  La Suisse a besoin de main d’œuvre pour faire démarrer son appareil de production, qui n’a pas été touché par la guerre, contrairement aux pays voisins  On cherche surtout des travailleurs manuels, qualifiés ou non, pour l’industrie, la construction, l’agriculture, le tourisme, la restauration.

10 C. Bolzman, Sherbrooke, Espace de recrutement  La Suisse n’ayant pas de colonies, elle va chercher à recruter ces travailleurs dans les pays voisins, notamment en Italie.  Elle signe en 1948, un accord de recrutement avec ce dernier pays  Ainsi, en 1950, 49% de tous les étrangers résidants en Suisse (140’280) viennent de ce pays et 84% des pays limitrophes.

11 C. Bolzman, Sherbrooke, Demande et politique d’immigration  Entre 1946 et 1964, la Suisse met en place une politique de rotation.  Il s’agit d’une politique de la main d’œuvre fortement liée à la conjoncture économique. On perçoit les immigrés avant tout comme des travailleurs de passage et non pas comme des gens venant s'installer de manière durable en Suisse. Il est très facile d’y entrer, mais aussi de sortir  Le nombre de travailleurs immigrés fluctue selon les besoins de l’économie  L’immigration est considérée comme un instrument d’une politique conjoncturelle d’une grande souplesse.

12 C. Bolzman, Sherbrooke, Cadre légal  On va créer des permis permettant de moduler le séjour en fonction de la conjoncture  Ainsi, en 1949 la législation permet le non- renouvellement ou même le retrait du permis de séjour en cas de ralentissement conjoncturel  Pas de transformation du permis saisonnier en permis annuel  10 ans pour passer du permis annuel au permis d’établissement

13 C. Bolzman, Sherbrooke, Prédominance du modèle de demande jusqu’aux années 1980  Introduction d’une politique de plafonnement de la main d’œuvre à partir de 1964, suite aux pressions xénophobes et à des constats de dysfonctionnement  Mais la politique de permis (ABC) permet d’avoir un contrôle important sur la canalisation de la main d’œuvre et son utilisation conjoncturelle. On peut maintenir la main d’œuvre dans certaines régions périphériques.  Ex. de la crise des années , non renouvellement de 250’ ’000 permis, exportation du chômage, idem

14 C. Bolzman, Sherbrooke, Remplacement des travailleurs italiens  Entre 1946 et 1974, la demande du marché du travail de la Suisse a constitué le principal facteur déterminant de la migration, mais pour autant qu’un taux de chômage élevé ait existé au pays d’origine.  Ainsi, lorsque le développement économique de l’Italie a tari cette source de main d’œuvre, la Confédération s’est tournée vers d’autres pays: d’abord l’Espagne, ensuite la Yougoslavie et le Portugal.

15 C. Bolzman, Sherbrooke, Deuxième période  Deux facteurs importants:  Toute migration de travail finit par devenir une migration de peuplement (Sayad)  Poids croissant des problématiques liées à la violence politique et à la précarisation dans divers pays de départ  Loi sur l’asile entrée en vigueur en 1981 reconnaît la persécution n’importe où dans le monde comme motif pour l’asile

16 C. Bolzman, Sherbrooke, D’une migration de travail à une migration familiale  La théorie des réseaux montre bien qu’à partir du moment un certain nombre des migrants travaillent dans un pays, une partie d’entre eux font venir leur famille, leurs proches.  En Suisse, nombre de travailleurs ont fait venir, parfois avec beaucoup de difficultés (liées aux obstacles légaux) leurs familles

17 C. Bolzman, Sherbrooke, Le regroupement familial  Dans les années 1990, le regroupement familial devient le principal motif d’entrée en Suisse, devant les entrées avec un contrat de travail (plus de 40% de entrées).  Il s’agit principalement des conjoints et des enfants des migrants établis en Suisse.

18 C. Bolzman, Sherbrooke, Violence politique et asile  A partir du milieu des années 80 on observe une augmentation des demandes d’asile liées à des situations de violence politique dans différents endroits du monde.  Trois cas de figure:  transformation d’une migration de travail à la fois en migration familiale et liée à la violence politique (ex-Yougoslavie)  Transformation d’une migration de travail, plus ou moins reconnue, en migration politique (Turquie)  Nouvelle migration liée à la violence politique (Sri Lanka)

19 C. Bolzman, Sherbrooke, L’exemple des ex-Yougoslaves  La Yougoslavie était un pays de recrutement officiel de travailleurs à l’époque de Tito  La migration de Yougoslavie se transforme de migration essentiellement saisonnière des hommes seuls en migration familiale suite à la crise économique et à la montée du nationalisme dans ce pays vers la fin des années 1980

20 C. Bolzman, Sherbrooke, Quelques chiffres  En 1988, 10% des enfants scolarisés en Suisse ont un passeport ex-Yougoslave, ce chiffre passe à 37% en 1998 => regroupement familial précipité lié à la guerre.  En 1980, 50’000 Yougoslaves en Suisse  En 1988, ils sont 140’000  En 1998, ils sont 320’000  C’est surtout entre que la croissance est la plus forte: 20% par an. Stabilisation vers 1998, avec 2,4% par an.

21 C. Bolzman, Sherbrooke, La migration turque  A la différence de la Yougoslavie, la Suisse n’avait pas d’accords de recrutement avec la Turquie, mais une certaine nombre de travailleurs et de leurs familles se sont installés en Suisse via l’Allemagne ou ont était recrutés en tant que spécialistes (p.ex. à Moudon).  Il y avait 38’000 ressortissant turcs en  Le coup d’état militaire de 1981 et le conflit avec les Kurdes va provoquer un accroissement de la pop. de Turquie qui demande l’asile en Suisse en particulier à partir de  En 1990, on passe à 81’000 Turcs

22 C. Bolzman, Sherbrooke, L’exemple de la Turquie

23 C. Bolzman, Sherbrooke, La migration de Sri Lanka  Au début des années 1980, il n’y avait pratiquement pas des Sri Lankais en Suisse. Actuellement il y en a environ 42’000 personnes d’origine sri lankaise, la majorité tamoule.  La plupart sont venus par le biais de l’asile surtout à partir de Le pic de demandes ayant atteint son maximum en 1992, avec près de 9’000 demandes, liées à la situation au PO et à une politique un peu moins restrictive de la Suisse en comparaison européenne.

24 C. Bolzman, Sherbrooke, Synthèse deuxième moment  On observe ainsi, à partir du milieu des années 1980:  Une diminution des migrations liées à une demande du marché du travail suisse  Une augmentation des migration liées à des problématiques de violence politique  Une diversification des origines des migrants  Un contrôle accru des migrants venant par le biais de l’asile qui sont retenus dans les zones périphériques

25 C. Bolzman, Sherbrooke, Troisième moment: la globalisation  Intensification des échanges, globalisation de la précarité, des destinations  Concurrence pour les compétences, augmentation des High Skilled  Délocalisation sur place et globalisation des marchés du travail (latino)  Communautés transnationales

26 C. Bolzman, Sherbrooke, Migrations et globalisation  A partir des années 1990, mais surtout 2000, la diversification des origines des migrants va s’accentuer  Cette tendance est liée à une plus forte mondialisation du marché du travail  La Suisse va s’adapter à cette mondialisation en essayant d’attirer chez elle des personnes « hautement qualifiées », susceptibles d’apporter une valeur ajoutée importante à une économie en concurrence accrue avec les autres

27 C. Bolzman, Sherbrooke, Deux instruments  Elle va le faire par deux voies:  Les accords de libre circulation avec l’UE  Le recrutement de personnes hautement qualifiées hors UE (Letr de 2008, mais pratique déjà avant)  La proportion de primo-migrants hautement qualifiés n'a cessé de progresser depuis la cohorte arrivée en 1992 (36%), pour dépasser 50% pour les cohortes arrivées à partir de Parmi les mêmes cohortes, la proportion de primo-migrants peu qualifiés est passée de 72,2% (1992) à 41,3% (2000), mettant en évidence la forte réorientation des flux migratoires en faveur des catégories de personnel plus qualifié.  Les régions essayent de les attirer en leur proposant différentes avantages

28 C. Bolzman, Sherbrooke, Globalisation et précarisation  On continue aussi à recruter des travailleurs peu qualifiés, notamment en provenance de l’UE (par exemple Portugal) pour certains secteurs de l’économie (industrie, construction, tourisme, etc.).  En revanche, il apparaît un phénomène nouveau: un recrutement mondialisé dans certains secteurs particulièrement précaires, avec une féminisation de la migration et l’augmentation des « sans papiers »

29 C. Bolzman, Sherbrooke, Les sans papiers  Du côté Suisse, il y a un grand besoin de main d’œuvre dans le secteur du « care » (garde des enfants, des personnes âgées) et de l’économie domestique, pour permettre aux deux conjoints des familles résidantes en suisse (Suisses et étrangers établis), de pouvoir travailler à l’extérieur et d’avoir deux salaires, en l’absence de structures sociales de prise en charge.  Cela implique un fort appel à une main d’œuvre féminine (latino- américaine, philippine), souvent instruite, perçue comme plus efficace dans ce domaine, et qu’on peut payer modestement  Il y a une internationalisation du marché du « care ».  Selon une enquête du SIT à Genève, 70% des « sans papiers » recensé-e-s travaillent comme femmes de ménage, dans la garde d’enfants et dans le nettoyage. Mais il y a également des « sans papiers » dans d’autres secteurs, du fait de la politique migratoire restrictive de la Suisse: hôtellerie- restauration, nettoyage, bâtiment, agriculture… Ils résident dans leur majorité dans les zones urbaines où l’anonymat est plus facile à préserver

30 C. Bolzman, Sherbrooke, Bilan du point de vue des cantons  Les cantons les plus répulsifs à l’égard des étrangers sont les cantons périphériques, avec une dimension rurale importante.  En Suisse alémanique ceux de Suisse centrale: Appenzell, Glaris, Obwald et Uri, ainsi que les Grisons. Bâle-Ville l’est aussi pour des raisons d’espace. Des habitants y vont à Bâle-Campagne.  En Suisse romande, il s’agit du Valais et du Jura (Zarin-Nejadan et Murier, 2000).  Portugais et ex-Yougoslaves tendent à quitter le Valais et les Grisons

31 C. Bolzman, Sherbrooke, Raisons  Il reste à expliquer les raisons de cette répulsion:  Probablement les raisons principales concernent l’emploi. Ces cantons offrent les moins de possibilités dans ce domaine (à l’exception de Bâle)  Les cantons de Suisse centrale sont aussi les plus fermés et hostiles aux étrangers, ce qui s’exprime régulièrement lors des votations concernant cette population.

32 C. Bolzman, Sherbrooke, Migrations internes  Les étrangers avec un permis B sont plus mobiles à l’intérieur de la Suisse que les étrangers établis et les Suisses. Probablement car l’obtention d’un permis B leur donne plus facilités de mobilité que des statuts juridiques plus précaires.  Ce sont les segments jeunes de la population active qui migrent le plus

33 C. Bolzman, Sherbrooke, Migrations internes  L’acte migratoire est fortement lié à l’activité professionnelle. Les principaux secteurs concernés sont: hôtellerie- restauration, industrie et bâtiment, et administration et commerce.  Les Italiens constituent la nationalité qui migre le plus en réseau, mais si l’on tient compte de la taille de la population, ce sont les Portugais qui viennent en tête


Télécharger ppt "C. Bolzman, Sherbrooke, 2.6.09 Migrations vers la Suisse en dehors des grands centres urbains Claudio Bolzman Université de Sherbrooke, le 2.6.2009."

Présentations similaires


Annonces Google