La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Etude sur la violence des patients envers les professionnels au Centre hospitalier départemental Georges Daumezon.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Etude sur la violence des patients envers les professionnels au Centre hospitalier départemental Georges Daumezon."— Transcription de la présentation:

1 Etude sur la violence des patients envers les professionnels au Centre hospitalier départemental Georges Daumezon

2 Sommaire 2 Le CHD en quelques lignes L’Etude sur la violence Constats de départ Mise en place de l’étude Les données essentielles du rapport Perspectives Le dispositif gestion des évènements indésirables Analyse des causes Exemple d’un EIG de violence Méthode ALARM

3 Le CHD en quelques lignes  une population de habitants 7 secteurs de psychiatrie générale, 2 de psychiatrie infanto-juvénile (- de 16 ans) Des pôles cliniques offrant des prises en charge diversifiées Un travail en équipe pluridisciplinaire

4 Le CHD en quelques lignes 202 lits hospitalisation temps complet 194 places File active globale adulte: File active globale infanto–juvénile: Environ patients suivis dans une année dont ± 2200 en HTC (75 % en HL, 25 % en soins sous contrainte) 1041 agents dont 711 soignants et médico-techniques 60 ETP médicaux

5 Unité Hospitalisation Temps Complet Crise Insertion/Projet de vie Hôpital de Jour Soins de jour à temps partiel Thérapie de groupes Médiations thérapeutiques en lien avec l’HTC et l’ambulatoire Centre Médico Psychologique Soins de proximité Accueil, orientation Coordination Consultations Alternative à l’hospitalisation Objectif : réinsérer, évaluer l’autonomie du patient dans les actes de la vie courante. Elaborer et mettre en œuvre le projet de soins Appartements thérapeutiques Appartements d’insertion Accueil familial thérapeuthique

6 ETUDE SUR LA VIOLENCE AU CHD 6

7 Constats de départ En 2011, une enquête rétrospective approfondie des situations de violence rencontrées au cours du 1 er semestre 2011 réalisée par un interne du DIM Constat une sous déclaration des actes de violence Beaucoup d’événements ne font pas l’objet d’une FEI : dès lors qu’ils ont été correctement gérés par les soignants et n’ont pas eu de conséquence grave. lorsque les violences sont récurrentes et proviennent d’un même patient, considéré comme durablement difficile. 7

8 Facteurs déclenchant ou causes prévalentes : l’alcool et les drogues illicites, les frustrations induites par le rappel du cadre thérapeutique ou règle de fonctionnement des UF les éléments liés à l’organisation des soins en terme d’effectifs et de disponibilité des professionnels 8 Constats de départ

9 Autres constats faits par le CHSCT Fausses idées reçues = freins à la déclaration « Ça ne sert à rien de déclarer les situations de violence : pas de changement » « La violence c’est inhérent à la fonction de soignants » « C’est à la victime de faire la déclaration ». « Qu’est-ce que je risque si je fais la déclaration à la place de la victime ? » « Les victimes de violence ne déclarent pas car elles ont un sentiment de culpabilité, d’échec » « Le cadre « fait barrage » à la déclaration parce qu’il souhaite que les dysfonctionnements soient réglés en interne. » 9 Constats de départ

10 10

11 Mise en place de l’étude sur la violence 2013 : A l’initiative du CHSCT, mise en place d’une étude au sein de l’établissement sur les situations de violence Groupe pilote issu du CHSCT composé d’un représentant médical, de la direction du personnel et du projet social, la direction de la qualité, la direction des soins, la médecine du travail et les représentants du personnel siégeant au CHSCT 11

12 Missions du groupe pilote Recueillir les éléments relatifs aux situations de violence Analyser ces éléments Emettre des propositions et recommandations 12 Mise en place de l’étude sur la violence

13 Objectifs de la démarche Disposer d’une vision précise et fiable des situations de violence de façon à identifier des axes de prévention et d’amélioration de la prise en charge de ces situations. 13 Mise en place de l’étude sur la violence

14 Mise en place des outils Elaboration d’une fiche de signalement spécifique « situation de violence des patients ou proches envers le personnel» Réalisation d’un questionnaire d’analyse des situations de violence Diffusion d’une charte d’incitation de signalement des évènements indésirables ou risques Communication large sur cette démarche : Rencontre de l’ensemble des services de soin 14 Mise en place de l’étude sur la violence

15 Fonctionnement  Entretien avec la cadre, le médecin et les personnes victimes ou témoins de la situation pour affiner le recueil et analyser la situation Outil : questionnaire d’analyse  Rédaction du rapport d’entretien par les « enquêteurs »  Validation par le chef de pôle et l’équipe  30 rapports d’entretien ont fait l’objet d’une analyse par le groupe violence. Le rapport d’analyse a été validé par le CHSCT 15 Mise en place de l’étude sur la violence FEI Violence

16 L’agresseur (grade, ancienneté dans la psychiatrie, ancienneté dans le service, formation violence, lien avec le patient) La victime (sexe, situation familiale/professionnelle, statut, patient connu, pathologie, mode d’hospitalisation, motif, durée d’hospitalisation, programme de soin) Avant le passage à l’acte (situation du patient dans le service, comportement précurseur, les antécédents, bonne compliance au TTT) Passage à l’acte (nature de l’agression, localisation, date, catégorisation de l’agression, intervention) Apres l’acte (plan de soutien victime, suite donnée pour le patient, sentiment a posteriori pour la victime et pour le patient) 16 Mise en place de l’étude sur la violence Questionnaire d’analyse

17 Modalités de l’étude 30 premières FEI Entre le 25 mai 2013 et le 27 août Services: DDPS, bureau des entrées, guichet unique, CAPA, NERVAL, CMP (Saint Marc, Chanzy), hôpitaux de jour (Emile Zola, Chateauneuf), HTC (Van Gogh, Chaslin, Morel, Moreau de Tours, Seglas, Féré, Mézie, Morel, USA, UHSA) 81 professionnels rencontrés: AAH, adjoint administratif, adjoint des cadres, aide-soignant, ASH, cadre de santé, cadre supérieur de santé, directeur adjoint, éducateur spécialisé, infirmier, interne, praticien hospitalier 17 Groupe de prévention des situations de violence10/06/2014

18 LES DONNÉES ESSENTIELLES DU RAPPORT 18

19 Les personnes concernées par cette étude 31 auteurs d’agression 49 victimes 19

20 Les auteurs d’agression 74,2% patients hospitalisés 12,9% sont des familles 9,7% sont des patients non hospitalisés 3,2% résident au CAPA (EHPAD) 48,4% sont des hommes entre 15 et 55 ans ▫ 58,1% agression verbale ▫ 25,8% agressions verbale et physique 20

21 74% avec antécédents de violence (type agression 38,9%) 84,6% connus par le service déclarant Évolution des troubles: ▫ 46,2% : non stabilisée, ▫ 23,1% : aigue, Compliance au traitement: difficile: 30,7% Résultats IPAQSS CME du 9 septembre Parmi les patients hospitalisés « agresseurs »

22 Notion d’antécédents de consommation de toxiques: 61,5%, ▫ cannabis : 37,9%, ▫ autres drogues dures: 24% (héroïne, cocaïne, crack, extasy) ▫ alcool : 17,2%. Patients atteints de troubles psychiatriques avec une problématique de consommation de toxiques. Difficulté de faire respecter le contrat de soins ou les consignes pour ces patients et interrogation sur CAT Dans certaines situations, les soignants identifient le patient comme trafiquant lui-même. Résultats IPAQSS CME du 9 septembre

23 66,7%: réaction agressive suite à une frustration ou un rappel du cadre  suite à une consigne donnée au patient (liberté d’aller et venir, règlement intérieur du service, accès au téléphone…) Signes précurseurs: 80,6% 23 Parmi les patients hospitalisés « agresseurs »

24 Les victimes 67,3% sont des femmes 75,5% professions paramédicales Ancienneté dans le service de 1 à 5 ans pour 44, 9% Ancienneté en psychiatrie de : ◦ Supérieur à 10 ans pour 38,8% ◦ 1 à 5 ans pour 34,7% 55,1% absence de formation spécifique sur la violence Le dépôt de plainte n’est jamais envisagé 24

25 Suites données Plan de soutien immédiat : ▫ Accompagnement par les collègues : 65,3% ▫ Reprise avec le cadre de proximité : 42,9% ▫ Pas de reprise : 18,4% Sentiment de banalisation de la violence Plan de reprise, élaboration par le service ▫ Réunion clinique : 38,8% ▫ Lors de la relève : 20,4% ▫ Pas de reprise : 38,8% Les victimes expriment des attentes en termes de reprise 25

26 Pistes de réflexion: un processus Créant une dynamique déclinable sur 3 niveaux : ◦ Institution ◦ Pôle ◦ Equipe Avec un fil conducteur s’articulant autour du développement de la clinique et la vigilance collective dans 3 dimensions 26 Groupe de prévention des situations de violence 10/06/2014

27 Synthèse de la démarche Axe préventif : Développement théorique de la clinique et de la vigilance collective Axe gestion de crise/débriefing optimiser/harmoniser/défin ir une politique commune et partagée sur la gestion de la crise (post-situation de violence à chaud) Axe « analyse des pratiques» (post-crise) Echanges professionnels sur la clinique et la vigilance collective (déclinaison polaire Suivi et Evaluation Communication des résultats de l’enquête sur les FEI violence Définition de la politique de développement de la clinique et de la vigilance collective Suivi des indicateurs Mise en œuvre des actions d’amélioration 27 Groupe de prévention des situations de violence 10/06/2014

28 ANALYSE SYSTÉMIQUE DES CAUSES DES ÉVÈNEMENTS DE VIOLENCE 28

29 Analyse des causes Utilisation d’un outil d’analyse des causes : Arbre des causes, ALARM, 5M Avec l’équipe médicale et soignante Propositions d’actions d’amélioration 29 Evènemen t critique Analyse des causes systémique Organisation GDR au CHD

30 Exemple d’un EIG de violence Un patient de18 ans en SDRE en permission n’a pas réintégré son unité. Jusqu’à présent, la réintégration se faisait par l’équipe et se passait bien. La mère de ce patient contacte le service car elle s’inquiète pour son fils Un IDE et une aide soignante se détachent pour aller récupérer le patient à son domicile. Ils le retrouvent au milieu d’un groupe. Ils se retrouvent vite encerclés par le groupe de personnes dont l’une d’entre elle a un fusil avec lequel elle joue en vue d’intimider les soignants. Les soignants poursuivent malgré tout la discussion avec le patient pour l’inciter à les suivre. L’aide soignante se fait alors bousculer et frapper. Les soignants s’enfuient et repartent au CHD. Après appel du cadre de garde, 5 équipes de policiers ont été mobilisées en vue d’opérer la réintégration du patient Les 2 soignants ont été choqués par cet événement. Une déclaration d’accident du travail a été réalisée. Ils n’ont pas porté plainte de peur que les individus aient connaissance de leurs coordonnées personnelles. 30

31 Méthode ALARM 1 er problème identifié : Violence survenue à l’occasion de la réintégration du patient Procédure : la réintégration des patients sous contrainte pas suffisamment formalisée. Organisation : Les soignants ne connaissaient pas suffisamment la situation du patient du fait de la réorganisation du pôle Professionnels : Les soignants poursuivent la discussion avec le patient alors que la situation s’avère dangereuse Environnement : la visite à domicile s’est faite le soir et dans un quartier jugé à risque 31

32 2 ème problème identifié : Pas de rappel à la loi pour le patient et ses proches par rapport à cet évènement Procédure : Pas de procédure claire sur la possibilité d’inscrire les coordonnées de l’établissement lors d’un dépôt de plainte pour un événement de violence survenu dans le cadre de ses missions. 32 Méthode ALARM

33 Plan d’actions : Actions prioritaires Formaliser les modalités de réintégrations des patients selon ses modalités d’hospitalisation et la période (ouvrable et non ouvrable). le principe = les forces de l’ordre sont systématiquement appelées pour les réintégrations de SDRE sauf exception qui doit être argumentée et appréciée par le directeur de garde le PH de garde et le cadre. Définir avec les forces de l’ordre les modalités de dépôt de plainte pour un événement de violence survenu dans le cadre des missions des professionnels. Communiquer sur ses modalités auprès des professionnels. 33 Méthode ALARM

34 Conclusion Démarche réalisée avec le CHSCT, la direction des soins et la direction de la qualité  Légitimité de la démarche dans les unités  L’entretien réalisé par des personnes tiers au service a apporté un regard extérieur  Bon accueil dans les services   du nombre de déclarations des situations de violence =  de la culture de gestion de risque 34

35 Nous avons choisi une profession avec le désir d’en diminuer progressivement le danger… Non en s’éloignant de l’homme… Mais en tentant de s’en rapprocher… Guy BAILLON 35

36 Merci de votre attention 36


Télécharger ppt "Etude sur la violence des patients envers les professionnels au Centre hospitalier départemental Georges Daumezon."

Présentations similaires


Annonces Google