La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

VA-T-ON VERS UNE CRISE SIMILAIRE A CELLE DE LA GRANDE DEPRESSION ?

Présentations similaires


Présentation au sujet: "VA-T-ON VERS UNE CRISE SIMILAIRE A CELLE DE LA GRANDE DEPRESSION ?"— Transcription de la présentation:

1 VA-T-ON VERS UNE CRISE SIMILAIRE A CELLE DE LA GRANDE DEPRESSION ?

2 Sommaire Partie I/ Lorigine étasunienne de la crise actuelle I-1) La chute de limmobilier I-2) Lapparition du credit crunch I-3) Leffondrement boursier Partie II/ Les conséquences par aires économiques II-1) Le décrochage de léconomie étasunienne II-2) Les tentatives de non importation européenne. II-3) Linsolente santé des BRIC Partie III/ Et maintenant ? III-1) La désorganisation/recomposition du système financier planétaire. III-2) La relance de linflation II-3) Désagrégation du système économique mondial actuel.

3 Introduction En cette période fortement troublée, où lavenir de la seconde banque française [1]a été menacé il y a peu, il me semble intéressant de sattarder sur la crise qui secoue le monde de la finance depuis des mois et qui risque dimpacter de plus en plus léconomie dite réelle. [1] Classement en fonction du PNB __Produit Net Bancaire __, chiffre SourceSource

4 Partie I/ I-1) La chute de limmobilier I-2) Lapparition du credit crunch I-3) Leffondrement boursier

5 Partie I-1) La chute de limmobilier

6 Afin de simplifier la présentation: emploi de lanalogie des dominos. Début de la partie: attentats du 11 septembre 2001 Conformément aux objectifs que lui fixe la loi ( un taux demploi maximum, la stabilité des prix et des taux dintérêt à long terme peu élevés ), le FOMC (Federal Open Market Committe) de la banque centrale étasunienne (équivalent du Conseil des Gouverneurs de la BCE )[2] entame un cycle de baisse de son taux directeur. La prise de ce biais permet aux banques et aux institutions spécialisées de distribuer de nombreux crédits immobiliers à taux variable à des ménages dont la solvabilité est incertaine. [2] Source pour la FED. Source pour la BCE.Source

7 Continuation de la partie jusquau 29 juin Cette date est la dernière appartenant au cycle baissier de la FED. [3][3] Cest cette baisse régulière qui a permis lenvolée de la distribution des subprimes et lapparition de la bulle immobilière aux USA. [3][3] Source. Source

8 Lancement du processus de la crise. Estimant que léconomie étasunienne va mieux, pendant les trois années suivantes, la FED va plus que quintupler le loyer de largent, le faisant passer progressivement de 1% le 25 juin 2003 à 5,25% le 29 juin 2006.

9 Explosion de la bulle immobilière Plus le taux de la FED augmente, plus les taux et les mensualités des prêts hypothécaires _ comme les subprimes _ suivent la même évolution, plus le taux de défaut de paiement sur ce type de prêt croît et plus le nombre de personnes saisies et dexpulsées explosent

10 Partie I_2) Apparition du credit crunch

11 Implosion du système immobilier A partir de la fin 2006, cette hausse exponentielle du taux dimpayés pousse de nombreuses structures spécialisées à se déclarer en faillite et des grandes banques )[4] à tirer la sonnette dalarme en quittant ce marché des subprimes.[4] [4] Notamment la 4 ième banque étasunienne Wachovia, courant janvier Source.Source

12 Durant lété 2007, après la mise à mal des structures spécialisées, les banques généralistes subissent à leur tour les contrecoups de cette crise, notamment via les outils de titrisation des dettes atteinte de lensemble du système financier

13 Rien quentre les 1 er et 9 août 2007: effondrement en série dissolution de deux fonds par la banque US Bear Stearns obligation par le gouvernement fédéral allemand dintervenir pour sauver la banque IKB gel dun fond dinvestissement par une filiale US dune banque publique allemande, la WestLandesBank fermeture de trois fonds dinvestissement par la BNP

14 Apparition du credit crunch A cause de linnovation financière, connaître exactement lexposition de chaque établissement financier au risque subprimes devient chose impossible. Par ricochet de la peur de linconnu, le marché du crédit se bloque complètement : cest le credit crunch

15 Suite à cette cascade de mauvaises nouvelles, tout en affirmant ne pas vouloir intervenir, les banques centrales injectent des milliards de liquidités. Intervention des banques centrales

16 Partie I_3) Leffondrement boursier

17 Vent de panique… En juin, les résultats semestriels des banques généralistes sont, pour la première fois, impacté par la crise des subprimes. Pendant ce temps, la cascade de faillites dans le domaine hypothécaire aux États- Unis se poursuit.

18 …des deux côtés de lAtlantique Entre juillet et août, en Europe, lensemble du système financier est, à son tour, emporté dans la tourmente.

19 Partie II/ II-1) Le décrochage de léconomie étasunienne II-2) Les tentatives de non importation européenne. II-3) Linsolente santé des BRIC

20 Partie II_1) Le décrochage de léconomie étasunienne

21 Chute de limmobilier Hausse des expulsions Hausse des stocks et baisse des constructions neuves Licenciements massifs Nombreuses faillites détablissements de crédit Détérioration des trimestriels des grands établissements financiers Baisse du moral des investisseurs Baisse des investissements et de la consommation Baisse du moral des consommateurs

22 Pour synthétiser: plus les mois passent, plus les trimestriels publiés par les banques se détériorent, plus la consommation des ménages étasuniens se tassent et plus le risque systémique samplifie.

23 Partie II_2) Les tentatives de non importation européenne

24 Il faut distinguer la situation atypique de deux états du reste de lUnion et la situation des entreprises financières de la situation économique globale. Comme seuls lEspagne et le Royaume-Uni ont distribué des crédits hypothécaires et en particulier des subprimes, des bulles sur les prix immobiliers se sont également développées dans ces pays. Mais avec des proportions nettement moindre quaux États-Unis. Les conséquences les plus frappantes sont lapparition dun nouveau phénomène: la baisse des prix de limmobilier anglais )[5] et la déroute de la huitième banque britannique[5] [5] Source.Source

25 Seules les institutions financières, de part leur imbrication dans les marchés mondiaux subissent le contrecoup de la situation prévalant aux USA et dans les autres pays anglo- saxons. Entre le coup de froid sur les prix immobiliers, le durcissement des conditions de laccès au crédit, les provisions massives des banques, la peur en lavenir et des causes hegoxènes mais tout autant additionnelles comme lenvolé des prix des matières premières et de laffrètement; léconomie européenne peut continuer uniquement à freiner, via notamment la baisse de la consommation des ménages. dans le reste de lEurope

26 Partie II_3) Linsolente santé des BRIC

27 un trouble boursier Lensemble des places boursières des pays en développement ont subi, par mimétisme, le choc des grandes places boursières Depuis le début de lannée: -16,12% à Shanghai, -11,48% à Bombay ou encore - 2,46% à Sao Paulo

28 des risques par ricochet Les risques pour les économies de ces pays se situe nullement du côté de limmobilier et des prêts hypothécaires mais de la demande des pays dit développés, vu que les BRIC sont des économies principalement exportatrices où la consommation intérieure demeure secondaire.

29 Partie III/ III-1) La désorganisation/recomposition du système financier planétaire. III-2) La relance de linflation. III-3) Désagrégation du système économique mondial actuel.

30 Partie III_1) La désorganisation/recomposition du système financier planétaire

31 la mise à mal des banques anglo- saxonnes Dans ces pays, lors de la publication de leurs trimestriels, les banques doivent passer leurs comptes à la paille de fer et annoncer des milliards de pertes

32 la prise de pouvoir des fonds dit souverains Certains pays accumulent, depuis quelques années, les recettes provenant de lenvolée des cours des matières premières. Ils ont créé ce que lon appelle les fonds souverains. Aujourdhui, cet argent leur sert à prendre des participations à moindre frais dans des banques ayant un besoin urgent de liquidités.

33 dans le reste du monde Les banques subissent et vont subir des pertes massives, les obligeant à se recapitaliser. Mais en recourant principalement aux marchés, sans recourir quasiment aux fonds souverains.

34 Partie III_2) La relance de linflation

35 Dissonances entre banques centrales Selon leurs objectifs, les instituts monétaires conduisent des politiques nettement divergentes: la FED souhaitant soutenir léconomie baisse rapidement ses taux la BCE préférant se polariser sur la hausse croissante et rapide de linflation importée refuse de le faire. [6] [6] [6]] Source.Source

36 Pompier pyromane ? Un vif débat partage les économistes Les banques centrales doivent-elles baisser leurs taux, risque à créer des bulles spéculatives et sauver des entreprises de la déroute ? Ou ne rien faire, laisser le marché se purger, avec les catastrophes sociales que cela implique ?

37 Partie III_3) La désagrégation du système économique mondial actuel

38 chocs successifs Depuis plus dun semestre: Les bourses suivent une pente baissière Les banques centrales peinent à se coordonner Les banques accumulent provisions et pertes Les plans de licenciement saccentuent Les investissements des entreprises calent La consommation des ménages se tassent…

39 Conclusion Selon la zone concernée, lévolution économico sociale lors des prochains trimestres, sera nettement différente.

40 Les Etats-Unis subiront probablement une chute de leur économie réelle, de leur système financier et de leur linfluence sur léconomie mondiale [7] Tout en tombant certainement en stagflation. [8][7] [8] Le Royaume-Uni, lEspagne, lAustralie et la Nouvelle-Zélande verront leur économie freiner durement, mais sans risque systémique. Les économies des autres états européens tomberont probablement en récession et leurs banques encaisseront des partes conséquentes. Les BRIC perdront leur flamboyance mais ils souffriront plus de la baisse de la demande et de leurs exportations que de la crise elle-même. [7][7]] Source.Source [8][8] Source.Source


Télécharger ppt "VA-T-ON VERS UNE CRISE SIMILAIRE A CELLE DE LA GRANDE DEPRESSION ?"

Présentations similaires


Annonces Google