La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LA THEORIE DU PRODUCTEUR J-M Heneffe APLL - 2011 1ère partie.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LA THEORIE DU PRODUCTEUR J-M Heneffe APLL - 2011 1ère partie."— Transcription de la présentation:

1 LA THEORIE DU PRODUCTEUR J-M Heneffe APLL ère partie

2 - le travail ( T ) - le capital économique ( K ). La production ( Q ) est le résultat de la combinaison des 2 facteurs de production :

3 - des relations de complémentarité : l'entreprise ne peut augmenter son potentiel en machines ( capital ) sans accroître dans le même temps la quantité de main dœuvre occupée par elle ( travail ) - des relations de substitution : pour un niveau de production donné, l'accroissement d'un des facteurs provoque la diminution de l'autre. Les facteurs de production peuvent être liés par : K T

4 Dans les développements qui vont suivre, nous retiendrons l hypothèse de SUBSTITUTION !!!

5 Equilibre en Courte période

6 En courte période, le capital K est considéré comme stable : Il nest pas possible que « demain », je puisse avoir davantage de capital technique : il est illusoire, par exemple, de vouloir doubler ses bâtiments ou ses machines dans un futur immédiat. En courte période, seul le facteur travail (T) est variable

7

8 Produit moyen et produit marginal Le rendement moyen du travail ou produit moyen ( PM ) est la production réalisée en moyenne par unité de travail employée. Le rendement marginal du travail ou produit marginal ( Pm ) est la production supplémentaire apportée par la mise en œuvre d'une unité supplémentaire de travail.

9

10

11 Au point A, PM = Pm Le produit moyen (PM) décroît à partir du moment où Pm < PM La production diminue quand Pm est négatif !!!

12 Le but dune entreprise nest pourtant pas de produire le plus possible. Lobjectif est plutôt de maximiser le profit !!!

13 Hypothèse : le prix est fixé par le marché La recette totale (chiffre daffaires) croît avec les quantités vendues Le profit du producteur est évidemment la différence entre les recettes et les coûts

14 Coûts (charges) fixes En courte période, les coûts fixes représentent les charges constantes relatives au facteur fixe de production (K). Coûts (charges) variables Les coûts variables (CV) représentent les charges qui augmentent avec la production. Ces coûts ne sont pas souvent proportionnels : ils suivent la loi des rendements croissants lorsqu'ils augmentent moins que proportionnellement à la production ( économies internes d'échelle ) ; ils suivent la loi des rendements décroissants lorsqu'ils augmentent plus que proportionnellement à la production ( = déséconomies d'échelle ). Ces coûts fixes (CF) existent que l'entreprise fonctionne ou non. Ces coûts variables (CV) augmentent avec la production.

15 Le point mort est atteint pour une production de 7000 unités Le résultat optimal est obtenu avec unités !! Si le prix = 17,50 : RT = PT x 17,50

16 RT et CT augmentent avec les quantités produites (à des rythmes différents) Le seuil de rentabilité est atteint lorsque RT = CT Rt = CT ANALYSE DES COURBES GLOBALES Lécart maximum entre RT et CT correspond à la quantité optimale à produire

17 ANALYSE DES COURBES UNITAIRES Le point mort est atteint lorsque CM = RM (= Rm) CM = RM Le profit est maximum lorsque Cm = Rm (= RM) Cm = Rm Le rectangle ABCD représente le profit optimum : Sa surface = Qoptimale x (prix unitaire – CM de la production optimale) Le producteur doit arrêter daccroître sa production lorsque Cm dépasse Rm

18 J-M Heneffe APLL


Télécharger ppt "LA THEORIE DU PRODUCTEUR J-M Heneffe APLL - 2011 1ère partie."

Présentations similaires


Annonces Google