La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Séminaire IE 2005 – 28 septembre 2005 Discours douverture Grégoire POSTEL-VINAY MinEFI – DGE Observatoire des stratégies industrielles.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Séminaire IE 2005 – 28 septembre 2005 Discours douverture Grégoire POSTEL-VINAY MinEFI – DGE Observatoire des stratégies industrielles."— Transcription de la présentation:

1 Séminaire IE 2005 – 28 septembre 2005 Discours douverture Grégoire POSTEL-VINAY MinEFI – DGE Observatoire des stratégies industrielles

2 Pôles de compétitivité et intelligence territoriale Le contexte de la création des pôles –Une contribution à la stratégie de compétitivité européenne –Le besoin de relance pour répondre aux risques, à défaut, dune désindustrialisation –Un cadre cohérent, mais une souplesse tenant compte des différences de métiers et de territoires Esquisse doutils dune intelligence territoriale

3 La France dans lagenda de Lisbonne : le besoin de développer la R&D privée Dépenses de R&D en 2002 (%PNB) USAJaponUE 15FranceAllemagneUK Total R&D2.64%3.12%1.99%2.26%2.53%1.87% Dépenses privées (R&D industrielle) 1.7%2.31%1.11%1.18%1.66%0.86%St ate Dépenses publiques (Etats) 0.80%0.57%0.68%0.87%0.80%0,50% Source : Eurostat 2005, chiffrages 2002 Si les dépenses de l Etat mettent la France au sommet des pays de lOCDE, les dépenses privées la classent au dessous des ses principaux compétiteurs, impliquant un nouvel effort pour inciter à accroître linvestissement en R&D privée orientée vers linnovation

4 Eléments de stratégie Linnovation industrielle et technologique est clé pour la competitivité, le développement durable et lemploi Linnovation naît de réseaux locaux (mais internationalement ouverts) dentreprises, de centres de recherche, et dinstitutions denseignement LEtat, en France, joue nécessairement un rôle pour faciliter les interactions entre acteurs, étant lui-même acteur. La visibilité internationale, et lexcellence, sont nécessaires pour retenir ou attirer les meilleurs compétences, les investissements, et favoriser le développement dun marché intérieur dynamique.

5 Des pôles? « A cluster is a geographically proximate group of companies and associated institutions in a particular field, linked by commonalities and complementarities." Michael E. Porter. On Competition. Les politiques publiques visant à promouvoir des pôles de compétitivité ont été mises en œuvre dans les principaux pays industrialisés et émergents : La France a soutenu des pôles de taille moyenne dans le passé au travers dinitiatives sur les systèmes productifs locaux. La visibilité internationale passe désormais aussi par une focalisation sur un petit nombre de pôles plus vastes, les pôles de compétitivité

6 Quels buts Linitiative des «pôles de compétitivité » vise, via des incitations diverses à favoriser lorganisation en réseaux créateurs de valeur, à partir de dynamiques locales, dentreprises, de centres de recherche, dinstitutions denseignement, qui : - adoptent une stratégie de développement commune tournée vers les marchés en croissance et les technologies émergentes - Montent des partenariats sur des projets innovants et la R&D requise, avec une gouverne appropriée - parviennent à une reconnaissance internationale dans leur domaine Et ainsi sont source d innovation, de croissance et demplois bien rémunérés, sur le territoire, dans le respect des règles internationales.

7 Agenda récent et à venir Decembre 2004 : Lancement dun appel à projet à grande échelle Mars 2005 : Réponses : 105 projets ont été proposés (à des degrés divers délaboration) Mars-Juin 2005 : Revue des projets par des expertises régionales et nationales, puis recommandations dun groupe à haut-niveau incluant des compétences industrielles, financières, de recherche, et de service public 12 Juillet 2005 : Décision par le gouvernement daccorder un statut de « pôle de compétitivité mondial » à 15 projets, et de « pôle de compétitivité» à 52 autres. Juillet-Décembre 2005 : Examen des premiers projets de R&D des pôles et accords contractuels cadres entre lEtat et les représentants des pôles.

8 Carte des pôles de compétitivité

9 15 pôles en compétition mondiale (6+9) Rhône-Alpes (3 pôles) : Chimie et environnement, Nanotech, Biotech Région parisienne (3 pôles) 2 I.T. et 1 Biotech Bretagne (2 pôles) multimédia and sécurité maritime Alsace (1 pôle) : Biotech Champagne-Ardennes + Picardie (1 pôle) : Bio-énergies Nord-Pas de Calais + Picardie (1 pôle) : Systèmes de transport innovants Pays de la Loire (1 pôle) : Agro Aguitaine+Midi-Pyrénées (1 pôle) : Aérospace Provence-Alpes Côte dAzur (2 pôles) : sécurité maritime et Nanotech/I.T.

10 52 Pôles de compétitivité + Ile de la Réunion (1 pôle) : agroalimentaire tropical Provence – Alpes Cote Dazur Pays de la Loire Centre Midi - Pyrenées Bourgogne P.R. Rhône- Alpes Auvergne Languedoc- Roussillon Lorraine Alsace Bretagne Aquitaine Poitou - Charente Franche- Comte Limousin Basse- Normandie Haute – Normandie Picardie Champagne- Ardennes Nord-Pas de Calais 4 Nombre de pôles de compétitivité par région (un pôle peut concerner plus dune région)

11 Part de financement par lEtat Sur , linvestissement public consiste en 1.5 Md dincitations sous formes daides, prêts, crédits dimpôts et marketing pour les entreprises et laboratoires de recherche : - DGE : aides pour des grands projets collaboratifs de R&D projects (1-49 M) sur des technologies génériques - Agence de lInnovation Industrielle (A2I) : aides pour de très grands projets de R&D (>50 M) - OSEO : participations, prêts et aides pour les PME innovantes, prises individuellement - Agence Nationale de la Recherche (ANR) : aides à la recherche pour des laboratoires ou entreprises impliqués dans des projets privés-publics - Caisse des Dépôts et Consignations : immobilier et participations - UbiFrance : promotion internationale, marketing - crédit dimpôts pour les salariés travaillant sur des projets approuvés de R&D (33% pour les PME, 16.7% pour les autres firmes)

12 Un exemple : le pôle « » Partenaires du projet : Entreprises : Thalès, Alcatel, Bull, Dassault Aviation, EADS, France Télécom, Motorola, Renault, Sagem Labos : CEA, INRIA, CNRS, DIGITEO (PCRI/Numatec Ecoles, Universités : Ecole polytechnique, Ecole centrale, Supélec… Technologies : design de systèmes IT complexes, technologies de software et hardware en électronique et optoélectronique Marchés : design de systèmes complexes, automobile/transports, défense, télécoms. Taille des marchés estimés : 300 Mds Budget : total : 200 M/an, Etat (part demandée) : 20 M/year : leffet levier est de 1 pour 10

13 QUELS OUTILS ET METHODES DE VEILLE et dIE? - Organisation du séminaire : - expériences étrangères (lexemple Canadien) - expériences locales : Toulouse, Lorraine, Anjou- Loire - conseils et experts - Quelques indications sur les apports de lEtat

14 Outils : Utilisation des TIC par les PME –http://www.evariste.org/yolin/2004/sommaire.htmlhttp://www.evariste.org/yolin/2004/sommaire.html –Appel doffres TIC et PME Outils de veille (CIGREF) voir aussi R&D sur l« ambiant intelligence » Initiatives attirant des communautés dexcellence (colloques, évènements)

15 Outils (2) Sécurisation des réseaux Données prospectives …http://www.2100.org/http://www.plan.gouv.fr/ Démarche plus active que défensive Chartes éthiques ; gestion de la PI ex ante Soutien possible des DRIRE (ex Cogito en Alsace) Couplage –Veille technologique, –Veille sur les RH –Veille sur le capital, les F&A

16 Outils (3) Lemploi des pôles nest pas que high tech : services induits à développer Effets de leviers (réponse aux marchés publics ou appels doffres étrangers ou UE) User de ressources sur la recherche en créativité (p ex séminaire EPM)


Télécharger ppt "Séminaire IE 2005 – 28 septembre 2005 Discours douverture Grégoire POSTEL-VINAY MinEFI – DGE Observatoire des stratégies industrielles."

Présentations similaires


Annonces Google