La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Anne MOREAU psychologue coordinatrice du CAPAM - Librâgé et de Rifvel Belgique Les degrés dintervention suite à un appel daide VIIIème Congrès international.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Anne MOREAU psychologue coordinatrice du CAPAM - Librâgé et de Rifvel Belgique Les degrés dintervention suite à un appel daide VIIIème Congrès international."— Transcription de la présentation:

1 Anne MOREAU psychologue coordinatrice du CAPAM - Librâgé et de Rifvel Belgique Les degrés dintervention suite à un appel daide VIIIème Congrès international francophone de gérontologie et gériatrie Québec octobre 2006

2

3 Province de Liège Province de Luxembourg Province du Brabant wallon CAPAM

4 Province de Hainaut : E.M.P. AGE

5 Province de Namur : URGEDES

6 Missions : Écoute et aide des victimes, de la famille, de lentourage, … Écoute et aide des victimes, de la famille, de lentourage, … Information et sensibilisation de la population et des professionnels Information et sensibilisation de la population et des professionnels Formation Formation Recueil de données Recueil de données Coordination et collaboration avec dautres organismes,... Coordination et collaboration avec dautres organismes,...

7 PERMANENCES TELEPHONIQUES numéro valable pour la Région wallonne Appel gratuit

8 Contenu identifiable 77%1136 Aide maltraitance 836 Fiche de liaison 300 Erreurs, blagues, appels muets 23 % 331 Total 100 % 1467 Appels dossiers

9 ÉCOUTE - ACTION écouteinformation orientation contact coordinationvisite à active pers. ressourcedomicile ECOUTEACTION

10 Les différents niveaux dintervention se placent sur un continuum entre lécoute et laction. Les différents niveaux dintervention se placent sur un continuum entre lécoute et laction. Il ny a pas une frontière stricte entre lécoute, dune part, et laction, dautre part. Il ny a pas une frontière stricte entre lécoute, dune part, et laction, dautre part. Ce ne sont pas des étapes linéaires. Ce ne sont pas des étapes linéaires.

11 Avantages dune permanence téléphonique Numéro gratuit Numéro gratuit Respect de lanonymat Respect de lanonymat Démarche plus facile à accomplir Démarche plus facile à accomplir Accessible à toute personne ayant connaissance dune situation de maltraitance Accessible à toute personne ayant connaissance dune situation de maltraitance Réalisée par des professionnels Réalisée par des professionnels

12 ÉCOUTE ACTIVE Limportant nest pas de convaincre mais de donner à réfléchir. Bernard Werber Approche théorique de R. CARKHUFF (C. ROGERS) Approche théorique de R. CARKHUFF (C. ROGERS) Attitudes facilitantes Attitudes facilitantes Attitudes activantes Attitudes activantes

13 ÉCOUTE ACTIVE Clarifier la demande avec lappelant. Clarifier la demande avec lappelant. Mettre des mots sur des faits. Mettre des mots sur des faits. Prendre du recul ou conscience de certains éléments de la situation. Prendre du recul ou conscience de certains éléments de la situation.

14 ÉCOUTE ACTIVE Exprimer sa souffrance. Exprimer sa souffrance. Créer un espace propre à la personne où son vécu est entendu et reconnu. Créer un espace propre à la personne où son vécu est entendu et reconnu. Lécoute peut constituer en soi une intervention et répondre à la demande de la personne. Lécoute peut constituer en soi une intervention et répondre à la demande de la personne.

15 INFORMATION Informer la personne de ses droits. Informer la personne de ses droits. Informer la personne des démarches quelle peut effectuer. Informer la personne des démarches quelle peut effectuer. Envoyer de la documentation. Envoyer de la documentation.

16 ORIENTATION Orienter lappelant et/ou la victime vers des services de première ligne, les informer de lexistence et des missions des services de première ligne, leur transmettre les coordonnées et leur proposer de contacter eux- mêmes ces services. Orienter lappelant et/ou la victime vers des services de première ligne, les informer de lexistence et des missions des services de première ligne, leur transmettre les coordonnées et leur proposer de contacter eux- mêmes ces services.

17 CONTACT PERSONNE(S) RESSOURCE(S) Prendre contact avec des personnes impliquées dans la situation (famille ou professionnels). Prendre contact avec des personnes impliquées dans la situation (famille ou professionnels). Accompagner, si nécessaire, les personnes dans des démarches. Accompagner, si nécessaire, les personnes dans des démarches.

18 COORDINATION Réaliser des réunions de coordination avec des professionnels dautres services et/ou avec des personnes de lentourage de la personne âgée impliquées dans la situation. Réaliser des réunions de coordination avec des professionnels dautres services et/ou avec des personnes de lentourage de la personne âgée impliquées dans la situation.

19 VISITE DE TERRAIN Des visites à domicile, en maison de repos ou à lhôpital, pour observation et évaluation de la situation. Des visites à domicile, en maison de repos ou à lhôpital, pour observation et évaluation de la situation. Ces visites se font en présence de la personne âgée impliquée et parfois avec lun ou lautre membre de la famille ou professionnels. Ces visites se font en présence de la personne âgée impliquée et parfois avec lun ou lautre membre de la famille ou professionnels.

20 PRINCIPES GENERAUX DACTION « Ce nest pas seulement lendroit où lon va qui donne un sens à la vie, mais aussi la façon dont on sy rend » Marc Levy

21 PRINCIPES GENERAUX DACTION Ces principes concernent : Lappelant Lappelant La personne maltraitée La personne maltraitée Les personnes impliquées Les personnes impliquées Le référent du dossier Le référent du dossier Les collaborations Les collaborations Le traitement de la situation Le traitement de la situation

22 Pratiquer lécoute active (personne âgée victime ou famille ou entourage ou professionnel) Pratiquer lécoute active (personne âgée victime ou famille ou entourage ou professionnel) Respecter lanonymat de la personne si elle le souhaite Respecter lanonymat de la personne si elle le souhaite Établir une relation de confiance Établir une relation de confiance Mobiliser lappelant Mobiliser lappelant

23 Principes généraux concernant la personne maltraitée Entrer en contact, lorsque cela est possible, avec la personne âgée elle- même Entrer en contact, lorsque cela est possible, avec la personne âgée elle- même Insister sur limportance du dialogue avec la personne âgée si entrer en contact directement avec elle est impossible Insister sur limportance du dialogue avec la personne âgée si entrer en contact directement avec elle est impossible Respecter le rythme de la personne âgée Respecter le rythme de la personne âgée Respecter ses choix et ses décisions Respecter ses choix et ses décisions

24 Principes généraux concernant les collaborations Ne pas se substituer aux services de première ligne ; rester dans les compétences du service et ne pas se substituer aux services existants. Ne pas se substituer aux services de première ligne ; rester dans les compétences du service et ne pas se substituer aux services existants. Rester en contact avec le service de première ligne concernant le suivi de la situation. Rester en contact avec le service de première ligne concernant le suivi de la situation.

25 Principes généraux concernant les personnes impliquées Entrer en contact, avec laccord de lappelant et/ou de la victime, avec les personnes concernées par la situation. Entrer en contact, avec laccord de lappelant et/ou de la victime, avec les personnes concernées par la situation.

26 Ne pas stigmatiser les situations à une simple relation entre un bourreau et sa victime mais envisager la situation dans sa globalité. Ne pas stigmatiser les situations à une simple relation entre un bourreau et sa victime mais envisager la situation dans sa globalité. Ne porter aucun jugement sur les personnes impliquées mais tenter de comprendre la situation. Ne porter aucun jugement sur les personnes impliquées mais tenter de comprendre la situation. Tenter de restaurer des communications ou liens brisés entre des personnes. Tenter de restaurer des communications ou liens brisés entre des personnes.

27 Le référent du dossier est la personne de la zone géographique de la situation. Le référent du dossier est la personne de la zone géographique de la situation.

28 Contenu identifiable 77%1136 Aide maltraitance 836 Fiche de liaison 300 Erreurs, blagues, appels muets 23 % 331 Total 100 % 1467 Appels dossiers

29 Type de violence dénoncée

30 Violence financière 30% Violence psychologique 22,5 % Violence physique 15% Négligence passive 7% Négligence active 7% Droits civiques 11% Litiges de voisinage 5% Violence médicamenteuse 2%

31 Sexe des victimes Femmes70% Hommes21% « Groupes de personnes » 9%

32 Lieu de vie de la victime Domicile73% Institution22% Famille daccueil 0,27% Inconnu5%

33 Appelants Personnes âgées qui appellent elles-mêmes 27% Famille30% Professionnel25% Entourage, connaissances 15% Inconnu1%

34 Auteurs de maltraitance Famille60,5% Conjoint9% Enfant38% Petit-enfant6% Neveu, nièce 1,5% Autre membre de la famille 6%

35 Auteurs de maltraitance Professionnel institution 16,5% Autre professionnel que institution 5% Amis, voisinage 13% Autres4% Inconnu1%

36 Demande danonymat Appelant22% Auteur79% Vicitme46,5%

37 Aide apportée (sur 364 dossiers) Nombres de contacts reçus 836 Nombre de contacts donnés 674 Démarches de terrain 142

38 « Vieillir, cest être jeune depuis plus longtemps que les autres » « Un homme nest vieux que lorsque les regrets ont pris chez lui la place des rêves » Jean Barrymore


Télécharger ppt "Anne MOREAU psychologue coordinatrice du CAPAM - Librâgé et de Rifvel Belgique Les degrés dintervention suite à un appel daide VIIIème Congrès international."

Présentations similaires


Annonces Google