La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LE SYSTEME IMMUNITAIRE. GENERALITES Ensemble de moyens (organes, tissus, cellules et molécules) permettant de répondre rapidement, de façon souvent spécifique.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LE SYSTEME IMMUNITAIRE. GENERALITES Ensemble de moyens (organes, tissus, cellules et molécules) permettant de répondre rapidement, de façon souvent spécifique."— Transcription de la présentation:

1 LE SYSTEME IMMUNITAIRE

2 GENERALITES Ensemble de moyens (organes, tissus, cellules et molécules) permettant de répondre rapidement, de façon souvent spécifique et efficace contre les nombreux pathogènes auxquels nous sommes confrontés. Cest la capacité de rejet par lorganisme

3 LES ORGANES DU SYSTEME IMMUNITAIRE La majeure partie des cellules impliquées ne se trouvent pas dans le sang mais plutôt dans un ensemble dorganes appelés organes lymphoïdes La moelle osseuse et le thymus produisent les cellules immunitaires La rate, les ganglions lymphatiques, les amygdales et les amas de cellules lymphoïdes. Cest dans ces organes que les cellules sont amenées à réagir

4 LES ETAPES DE LA REPONSE IMMUNITAIRE La réponse non spécifique : constitue limmunité innée (présente dès la naissance). Agit en ne tenant pas compte de la nature du micro-organisme quelle combat. La réponse spécifique qui confère limmunité acquise, passe par la reconnaissance de lagent à attaquer et la mise en mémoire de cet événement.

5 Les défenses non spécifiques (1) Les barrières physiques La peau et les muqueuses sont les premières barrières naturelles auxquelles se heurtent les assaillants. La peau : –plus grand organe du corps; –interface physique entre lenvironnement et nos systèmes vitaux, –milieu hostile aux microbes : sa surface est sèche et légèrement acide et couverte de «bonnes» bactéries. La bouche, les yeux, les oreilles, le nez, les voies urinaires recouverts de muqueuses ont leur propre moyen de défense –Ex : larmes, la toux, léternuement…

6 Les défenses non spécifiques (2) Linflammation : Première barrière que rencontrent les agresseurs qui franchissent la peau ou les muqueuses. Son but est dinactiver les agresseurs et de mettre en œuvre la réparation des tissus. Plusieurs étapes : –Vasodilatation et plus grande perméabilité des vaisseaux qui permet larrivée des acteurs de linflammation. Se traduit par une rougeur, une chaleur, une douleur. –Destruction des pathogènes par les phagocytes. –Mise en jeu du système du complément qui comprend une vingtaine de protéines qui agissent en cascade et permettent de détruire directement les microbes

7 Les défenses non spécifiques (3) La fièvre : Accélère les réactions immunitaires; Ralentie la multiplication des germes. Les interférons : Protéines qui inhibent la multiplication des virus dans les cellules.

8 Origine des cellules immunitaires Moelle osseuse Cellules myéloïdes cellules lymphoïdes PNN Monocytes C. dendritiques NK Lympho T Lympho B Macrophages Phagocytes Immunité innée Immunité acquise

9 Les phagocytes Ils regroupent un ensemble de cellules ayant le pouvoir de phagocyter (du grec phagein = manger) des agents pathogènes. Leur représentant principal est le macrophage, cellule se trouvant dans la majorité des organes à la recherche de débris cellulaires ou d'agents pathogènes à phagocyter. Le phagocyte dispose de prolongements que l'on pourrait comparer à des bras, lui permettant de saisir une particule. Celle-ci est progressivement ramenée contre la paroi, qui s'invagine, et crée une vacuole ou la particule est "ingérée". Cette vacuole fusionne alors avec un lysosome (= vacuole contenant des enzymes de lyse). Les autre cellules sont les polynucléaires neutrophiles, les cellules NK…

10 Les défenses spécifiques (1) Il s'agit de la réaction immunitaire, et comporte quatre grands aspects: –la spécificité: la réponse immunitaire est spécifique à un antigène donné que la cellule reconnaît et cible son attaque sur celui-ci. LAg est une molécule marqueur dune cellule ou dun microorganisme qui peut déclencher une réaction immunitaire. –La diversité capacité du système immunitaire de réagir contre des millions de types dagresseurs en reconnaissant chacun deux à ces marqueurs antigéniques. –La reconnaissance du soi et du non soi. –La mémoire des agents infectieux précédemment rencontrés afin d'élaborer une réponse ciblée et rapide à l'agent pathogène (principe du vaccin).

11 Les défenses spécifiques (2) Acteurs de la défense spécifique : les lymphocytes 2 classes principales : Lymphocytes B et Lymphocytes T qui portent des récepteurs antigéniques spécifiques sur leur membrane. La spécificité pour chaque lymphocyte vis à vis dun Ag donné est prédéterminé lors du développement embryonnaire cest à dire bien avant que lorganisme ne rencontre lAg. Le lymphocyte pourra ou pas un jour rentrer en contact avec lAg. Tout lymphocyte doté dun récepteur antigénique pour une molécule ou cellule présente dans lorganisme est détruit; Cest lautotolérance.

12 Les défenses spécifiques (3) Quand un Ag se lie au récepteur de surface dun lymphocyte, celui-ci est stimulé, se divise et donne naissance à une population de lymphocytes effecteurs : –Les LB donnent des plasmocytes qui fabriquent des Ac qui servent à éliminer lAg –Les LT donnent des LTc (cytotoxique) qui détruisent les cellules infectées et les cellules cancéreuses; et les LTh (helper ou auxiliaire) Le lymphocyte stimulé élabore dans le même temps des lymphocytes mémoires qui entraîneront une réponse beaucoup plus rapide et beaucoup plus efficace en cas de deuxième rencontre avec lAg.

13 Les défenses spécifiques (4) Le rôle des lymphocytes B = réaction immunitaire humorale Le LB est activé soit quand un Ag spécifique se lie à lui, soit quand un Ag est présenté par un macrophage qui a digéré partiellement lagresseur soit quand LAg est présenté par un LTh qui a lui même reconnu lAg.

14 Les défenses spécifiques (5) Un LB activé donne naissance à un clone de plasmocytes qui vont secréter des Ac. Un Ac ne détruit pas directement un envahisseur antigénique mais se lie à lui pour former un complexe Ac-Ag qui peut soit être éliminer par phagocytose soit activer la cascade du complément qui aboutit à la destruction de lagresseur.

15 Les défenses spécifiques (6) Le rôle des lymphocytes T = réaction immunitaire cellulaire Le LT ne réagit quaux Ag présentés par une autre cellule de lorganisme (macrophages, cellules dendritiques…) Le LTh stimule les autres lymphocytes : LB et LTc qui sont les seules cellules capables de tuer dautres cellules (celles infectées par des agents intracellulaire ou des cellules tumorales)

16 En résumé

17 Ag premier contact Ag Libre C. Présentatrice dAg Ag présenté par une C. infectée Macrophage LTh LB LTc Plasmocytes C.mémoire C. mémoire LTc Activés Ac Qui se lient aux pathogènes et les rendent plus facile à capturer par les phagocytes et le complément Combattent les agresseurs intra-cellulaire et les cellules cancéreuses en les détruisant

18 Le système immunitaire en pratique clinique. Quelques exemples

19 Lattaque du système immunitaire par le VIH Phase de primoinfection : signes mineurs dinfection virale; dure quelques semaines. Le VIH pénètre dans les LTh (ou CD4) et les macrophages. Il sy multiplie, sort de la cellule infectée pour aller infecter une autre cellule. Phase asymptomatique : présence dAc spécifique dans le sang (sujet séropositif pour le VIH). Peut durer une dizaine dannée. Les Ac neutralisent les virus circulants en formant des complexes Ac –Ag qui stimulent les LTc qui détruisent les LT CD4 et les macrophages infectés par le virus. Le virus continue de se multiplier et les LT CD4 bien quils se renouvellent diminuent. Phase symptomatique ou de SIDA déclarée : correspond à lapparition de nombreuses maladies opportunistes car le système immunitaire affaibli ne peut plus faire face aux agents pathogènes.

20 La vaccination Consiste à introduire dans lorganisme une préparation antigénique dérivée ou copie synthétique de lagent infectieux contre lequel on veut se prémunir. Plusieurs types de vaccin : –Vaccins vivants atténués induisent une infection asymptomatique ou à peine apparente après une dose unique le plus souvent. Ex ROR, fièvre jaune. –Vaccins inactivés dépourvus de tout pouvoir infectant mais capables de provoquer généralement après plusieurs doses successives une réponse immunitaire correcte. Vaccin inactivés complets : contenant dans leur totalité les corps bactériens ou les particules virales inactivés par divers procédés (chaleur, formol…) Ex Coqueluche, grippe, hépatite A. Fractions antigéniques qui sont soit des toxines détoxifiées (anatoxine) soit des antigènes capsulaires ou membranaire. Ex Tétanos, diphtérie, méningocoque, pneumocoque, typhoide, hémophilus influenzae b, hépatite B

21 Ag vaccinal premier contact Ag Libre C. Présentatrice dAg Ag présenté par une C. infectée Macrophage LTh LB LTc Plasmocytes C.mémoire C. mémoire LTc Activés Ac Ig M

22 Ag vaccinal premier contact Ag Libre C. Présentatrice dAg Ag présenté par une C. infectée Macrophage LTh LB LTc Plasmocytes C.mémoire C. mémoire LTc Activés Ac IgG Ag vaccinal rappel

23 Les déficits immunitaires (1) Anomalie dun ou de plusieurs éléments du système immunitaire conduisant à des infections à répétition ou à des tumeurs. Environ 2 cas pour 1000 naissances. Déficit primitifs en lymphocytes B entraînent des infections récidivantes respiratoires, digestives, neurologiques. –Agammaglobulinémie liée à lX. Traitement par immunoglobulines substitutives. –Autres. Déficit primitif en lymphocytes T Déficit des cellules phagocytaires et du compléments –Neutropénies chroniques congénitales et neutropénies cycliques; Traitement par facteurs de croissance granulocytaire

24 Les déficits immunitaires (2) Trisomie 21 : Vieillissement accéléré et fréquence élevée dinfection notamment respiratoires. Les infections demeurent la principale cause de décès malgré les antibiotiques. Déficit plus ou mois rapide des fonctions des lymphocytes T et involution plus rapide du thymus. Déficit de la phagocytose et taux de leucémie 20 fois plus élevé que dans la population générale. Déficit immunitaires secondaires –Aux leucémies, myélomes, lymphome –Au diabète –Aux médicaments : chimiothérapie, immunosuppresseurs, corticoïdes… –Autres…

25 Les maladies auto-immunes (1) Groupe de maladies dans laquelle les lésions sont dues à une réaction immunitaire vis à vis des constituants du soi. Souvent on retrouve un taux élevé dautoanticorps spécifiques dans le sang. On distingue –des maladies spécifiques dorganes (thyroïdite, diabète juvénile insulinodépendant, myasthénie, pemphigus, certaines hépatites, maladie de crohn…) –Des maladies systémiques (lupus, polyarthrite rhumatoïde, polymyosite…)

26 Les maladies auto-immunes (2) Causes multifactorielles : terrain génétique, facteurs environnementaux, médicaments… Traitement : –Immunosuppresseurs (corticoïdes, autres…) –Échanges plasmatiques –Immunoglobulines intraveineuses… –Traitement spécifique : insuline dans le diabète, hormones thyroïdiennes dans les thyroïdites…) –Les allergies –La transplantation…


Télécharger ppt "LE SYSTEME IMMUNITAIRE. GENERALITES Ensemble de moyens (organes, tissus, cellules et molécules) permettant de répondre rapidement, de façon souvent spécifique."

Présentations similaires


Annonces Google