La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Philosophie et sciences cognitives Daprès le cours PHI-4315 de Pierre Poirier & Luc Faucher (2006) Étude des débats philosophiques sur la nature de lesprit.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Philosophie et sciences cognitives Daprès le cours PHI-4315 de Pierre Poirier & Luc Faucher (2006) Étude des débats philosophiques sur la nature de lesprit."— Transcription de la présentation:

1 Philosophie et sciences cognitives Daprès le cours PHI-4315 de Pierre Poirier & Luc Faucher (2006) Étude des débats philosophiques sur la nature de lesprit humain Pierre Baribeau (2006)

2 Quelques notions de base de neurobiologie Source: «introduction à la psychologie» de Carol Tavris

3 Le système nerveux composantes, structures et fonctions Le système nerveux central (SNC): La fonction dun système nerveux est de recueillir et de traiter linformation, de produire les réponses aux stimuli et de coordonner lactivité des cellules et des organes. Un organisme primitif possède en moyenne de une à deux cellules nerveuses alors que lêtre humain en possède des milliards. Le système nerveux central (SNC) reçoit, traite, interprète et emmagasine les stimulations sensorielles, cest-à-dire les informations relatives aux saveurs, aux sons, aux odeurs, aux couleurs, à la pression sur la peau, à létat des organes internes. Il envoie également des signaux aux muscles, aux glandes et aux organes internes.

4 Le système nerveux composantes, structures et fonctions Le système nerveux central (SNC): Le SNC a deux composantes: le cerveau et la moelle épinière, le prolongement du cerveau. La moelle épinière joue en quelque sorte le rôle de pont entre le cerveau et les nerfs sensitifs et moteurs situés en dessous du cou. Elle descend au milieu du dos, depuis la base du cerveau, et est protégé par une colonne osseuse, la colonne vertébrale. Bien que le cerveau soit le grand maître dœuvre du traitement des stimulations sensorielles et quil soit à lorigine de la majorité des comportements, la moelle épinière nen gère pas moins, indépendamment, certains comportements simples appelés réflexes.

5 Le système nerveux composantes, structures et fonctions Les réflexes sont des réponses automatiques à des stimulations externes, qui ne requièrent aucune analyse consciente. Le système nerveux périphérique (SNP): Représente toutes les parties du système nerveux à lexception du cerveau et de la moelle épinière. Il comprend les nerfs sensitifs et moteurs, dont les ramifications atteignent les points les plus extrêmes du corps, du bout des orteils à la surface du crâne. Les nerfs sensitifs transmettent à la moelle épinière les stimulations captées par des récepteurs localisés dans la peau, les muscles et les autres organes sensoriels, internes ou externes; la moelle épinières relaie à son tour ces signaux au cerveau.

6 Le système nerveux composantes, structures et fonctions Les nerfs moteurs transmettent les signaux en provenance du système nerveux central aux muscles, aux glandes et aux organes internes. Ils permettent le mouvement et commandent aux glandes de se contracter et de sécréter diverses substances, y compris les messagers chimiques appelés hormones. Le système nerveux périphérique se subdivise en deux parties, le système nerveux somatique et le système nerveux autonome. Le système nerveux somatique relaie linformation sensorielle au SNC et régit les muscles squelettiques. Le système nerveux autonome règle le fonctionnement des glandes, des vaisseaux sanguins et des organes internes.

7 Le système nerveux composantes, structures et fonctions Le système nerveux autonome se subdivise en deux parties, le système nerveux sympathique et le système nerveux parasympathique. Ces deux systèmes travaillent ensemble, mais de manière opposée, afin dadapter les réactions physiologiques aux différentes demandes situationnelles. Le système nerveux sympathique mobilise lorganisme en vue dune action ou dune dépense dénergie. Le système nerveux parasympathique régularise lénergie et aide lorganisme à lemmagasiner.

8 Le système nerveux composantes, structures et fonctions Les neurones: Le système nerveux est en partie formé de cellules nerveuses ou neurones qui sont maintenus en place par les cellules gliales et leur fournissent des éléments nutritifs. Les neurones sont les unités fonctionnelles du système nerveux. Un neurone est formé de trois parties principales: les dendrites, le corps cellulaire et laxone. Les dendrites permettent la communication avec les autres dendrites. Le corps cellulaire assure la survie du neurone et détermine sil doit sactiver ou non. LAxone transmet linflux nerveux du corps cellulaire vers dautres neurones. La forme et la taille du neurone varie selon sa localisation et sa fonction.

9 Le système nerveux composantes, structures et fonctions Les neurones: Dans le système nerveux périphérique, les axones et parfois les dendrites de neurones individuels sont assemblés en faisceaux pour former les nerfs. Le corps humain compte 43 paires de nerfs périphériques, un nerf de chaque paire pour le côté gauche et lautre nerf pour le côté droit. La plupart de ces nerfs entrent ou sortent de la moelle épinière, mais les douze paires de nerfs logées dans la tête, les nerfs crâniens, sont directement reliées au cerveau. De nombreux axones, surtout les plus gros, sont isolés grâce à une couche de substance graisseuse appelée gaine de myéline.

10 Le système nerveux composantes, structures et fonctions Le fonctionnement des neurones: Étant donné quun axone possède des centaines voire des milliers darborisations, un même neurone est susceptible détablir des connexions synaptiques avec un nombre impressionnant dautres neurones. Les neurones communiquent entre eux et, dans certains cas, avec des muscles ou des glandes, au moyen dun langage de nature électrique et chimique. Lorsque linflux nerveux atteint le bouton synaptique de larborisation terminale, il doit transmettre son signal à un autre neurone. Cest à ce moment-là que les vésicules synaptiques, petits sacs situés dans le bouton synaptique, souvrent et libère quelques milliers de molécules, les neurotransmetteurs.

11 Le système nerveux composantes, structures et fonctions Les neurotransmetteurs: Les neurotransmetteurs agissent sur des réseaux neuronaux déterminés, et cest de cette façon quils influent sur lhumeur, la mémoire et le bien-être physique et psychologique. La sérotonine agit sur les neurones qui jouent un rôle dans le sommeil, lappétit, la perception sensorielle, la régulation de la température, la suppression de la douleur et lhumeur. La dopamine agit sur le mouvement volontaire, lapprentissage, la mémoire et lémotion. Lacétylcholine joue un rôle dans lactivité musculaire, le fonctionnement cognitif, la mémoire et lémotion.

12 Le système nerveux Les principales structures du cerveau Tronc cérébral: Partie du cerveau située au-dessus de la moelle épinière et responsable de fonctions automatiques comme les battements du cœur et la respiration. Bulbe rachidien: Structure du tronc cérébral responsable de certaines fonctions automatiques telles que la régulation des rythmes respiratoire et cardiaque. Protubérance annulaire: Structure du tronc cérébral jouant un rôle dans le sommeil, le réveil et le rêve, entre autres. Formation réticulée: réseau dense de neurones situé au centre du tronc cérébral; stimule le cortex et filtre linformation entrante.

13 Le système nerveux Les principales structures du cerveau Cervelet: structure du cerveau qui régit le mouvement et léquilibre et qui est à lœuvre dans lapprentissage de certains types de réponses simples. Thalamus: structure du cerveau qui transmet les messages sensoriels au cortex cérébral. Hypothalamus: structure du cerveau intervenant dans les émotions et les pulsions essentielles à la survie telles que la peur, la faim, la soif et la reproduction; régit le système nerveux autonome. Hypophyse: petite glande endocrine située à la base du cerveau; sécrète plusieurs hormones et régit dautres glandes endocrines.

14 Le système nerveux Les principales structures du cerveau Système limbique: ensemble de structures du cerveau intervenant dans les réactions émotionnelles et le comportement motivé. Corps amygdaloïde: structure du cerveau jouant un rôle dans la stimulation et la régulation de lémotion; intervient peut-être également dans lassociation de souvenirs provenant dinformations transmises par plus dun sens. Hippocampe: structure du cerveau jouant vraisemblablement un rôle dans le stockage en mémoire de linformation nouvelle. Hémisphères cérébraux: les deux moitiés opposées qui composent la portion supérieure du cerveau antérieur; responsables des processus sensoriels, moteurs et cognitifs.

15 Le système nerveux Les principales structures du cerveau Corps calleux: faisceau de fibres nerveuses reliant les deux hémisphères cérébraux. Latéralisation du cerveau: spécialisation de chacun des deux hémisphères cérébraux pour des opérations psychologiques données. Cortex cérébral: structure composée de plusieurs couches minces de neurones recouvrant les hémisphères cérébraux. Les fonctions supérieures en dépendent dans une large mesure.

16 Le système nerveux Les principales structures du cortex cérébral

17 Des scissures ou sillons particulièrement profonds, divisent le cortex de chaque hémisphère en quatre régions distinctes, appelés lobes. Lobes occipitaux: ils contiennent entre autres le cortex visuel, où sont traités les signaux visuels. Les lésions du cortex visuel peuvent entraîner des troubles de la reconnaissance des informations visuels. Lobes pariétaux: ils contiennent le cortex somesthésique, qui reçoit de toutes les régions du corps des données relatives à la pression, à la douleur, au toucher et à la température.

18 Le système nerveux Les principales structures du cortex cérébral Lobes temporaux: constituent les parties latérales du cerveau, juste au-dessus des oreilles et derrière les tempes. Ils jouent un rôle dans la mémoire, la perception, lémotion et la compréhension du langage. Ils contiennent aussi le cortex auditif qui traite les sons. Lobes frontaux: forment comme leur nom lindique la partie antérieure du cerveau, situés juste sous le crâne dans la région du front. Ils contiennent le cortex moteur, qui commande les 600 muscles du corps responsables du mouvement volontaire. Ils semblent aussi jouer un rôle majeur dans laptitude à faire des projets, à penser de façon créative et à prendre des initiatives.

19 Cours I – De lâme Aristote Luc Faucher ( ) Matières en classe: Aristote et son approche naturaliste de lâme; une conception de lesprit imbriqué dans la biologie. La philosophie dAristote nest pas une théorie de lesprit, mais elle en inclut une. De lâme, «De Anima» est un des textes fondateurs de la philosophie de lesprit. Intentionnalité: pas didées innées sans expérience. Putnam: lâme cest le cerveau humain; une alternative au dualisme Mind body problem: rapport du corps et de lesprit. Psuchè body problem: lâme négale pas lesprit.

20 Cours I – De lâme Aristote Luc Faucher ( ) Matières en classe: Platon et lâme: une conception classique; tri-partition de lâme: lintelligence (rationnelle), le courage et le désir (irrationnels) Aristote amène une nouvelle perspective: lâme (anima) comme cause du mouvement; méthode naturaliste: explication dune phénomène à partir des éléments du monde naturel. Épistémologie naturalisée: replacer le phénomène dans son cadre naturel. Les types de cause: matérielle, formelle, efficiente, finale

21 Cours I – De lâme Aristote Luc Faucher ( ) Matières en classe: Définition de lâme aristotélicienne: «Lâme est la réalisation première dun corps naturel organique qui a la vie en puissance.» Lâme nest pas la même chez tous les vivants. Lâme nest pas le corps, mais une propriété du corps. En puissance et en acte: la puissance cest le potentiel; lacte cest la réalisation du potentiel. Lâme nest en rien spirituel, abandon du dualisme, pas de séparation (donc pas de localisation)

22 Cours I – De lâme Aristote Luc Faucher ( ) Matières en classe: Les types dâme: -nutritive: primordiale, concerne les végétaux, responsable de lêtre; tous les vivants se nourrissent et se reproduisent; laliment permet à lâme de déployer ses activités. -sensitive: appétits et désirs, concerne surtout les animaux; moyen de conservation: trouver la nourriture et éviter le non-comestible; la sensation est due à un mouvement imprimé par laction du sensible; les sens ont une fonction propre (perceptions intermodales: voir leau, toucher leau, entendre leau et la boire (conscience des perceptions).

23 Cours I – De lâme Aristote Luc Faucher ( ) Matières en classe: -intellective: la représentation perdure à la présence ou en labsence de la sensation; lâme ne peut penser sans représentation. Trois types dintellect: -intellect passif: lieu des formes intelligibles, pas de limite à lintellect, pas dorgane de lintellect, corruptible (peut changer) -intellect délibératif: guide les actions en vue dun intérêt pratique pour atteindre un but. -intellect spéculatif: désir de connaître a priori, sans application, sans motivation nécessairement.

24 Cours I – De lâme Aristote Luc Faucher ( ) Extraits «De lâme»: «Nous exprimons bien un genre particulier de réalités en parlant de substance. Mais celle-ci sentend, soit comme matière (chose qui, par soi, ne constitue pas une réalité singulière), soit comme aspect ou forme (en vertu de quoi, précisément, on peut parler dune réalité singulière), soit troisièmement, comme le composé des deux. Par ailleurs, la matière est puissance, alors que la forme est réalisable […] Or, les substances, dans lopinion, ce sont surtout les corps, et, parmi eux, les corps naturels, car ils sont principes des autres (des corps artificiels). Mais, parmi les corps naturels, les uns ont la vie, cependant que les autres ne lont pas; et par vie, nous voulons dire…

25 Cours I – De lâme Aristote Luc Faucher ( ) Extraits «De lâme»: …la propriété de par soi-même se nourrir, croître et dépérir. Si bien que tout corps naturel, ayant la vie en partage, peut être substance, cependant, comme on la dit, composée. Mais, puisque cest précisément un corps qui a cette propriété, cest-à-dire, possède la vie, le corps ne saurait être lâme. Le corps, en effet, ne se range pas dans les réalités qui se disent dun sujet, mais se présente plutôt comme sujet ou matière. Il faut nécessairement que lâme soit substance comme forme dun corps naturel qui a potentiellement la vie. Or cette substance est réalisation. Donc, elle est la réalisation dun tel corps.»

26 Cours I – De lâme Aristote Luc Faucher ( ) Extraits «De lâme»: «[…] Si lœil, en effet, était un animal, la vue en serait lâme, car cest elle la substance de lœil qui correspond à sa raison, tandis que lœil, lui, est matière de la vue. Et, quand cette dernière disparaît, il ny a plus dœil, sauf de façon nominale, comme lœil en pierre ou celui qui est dessiné. On doit donc transférer ce qui est vrai de la partie sur la totalité du corps vivant. Car le rapport de partie à partie est celui de la sensation entière au corps entier doué de sensation, en tant que tel. Par ailleurs, ce nest pas lorsquil se trouve dépouillé de son âme que le corps a la puissance de vivre, mais lorsquil la possède.

27 Cours I – De lâme Aristote Luc Faucher ( ) Extraits «De lâme»: […] On voit donc sans peine que lâme nest pas séparable du corps ou quelle a des parties qui ne le sont pas, si tant est que la nature lait faite morcelable. Car, en certaines parties, elle est réalisation des parties mêmes du corps. Mais, bien évidemment, en certaines autres parties, rien nempêche la séparation, parce quelles ne sont réalisations daucun corps. Cependant, on ne voit pas encore si lâme st réalisation du corps, en ayant avec lui la relation du navigateur à son navire […] Disons donc, en guise de point de départ de lexamen, que lanimé se distingue de linanimé par le fait quil est en vie. Mais comme le fait de vivre sentend de plusieurs façons, …

28 Cours I – De lâme Aristote Luc Faucher ( ) Extraits «De lâme»: …nous prétendons quil y a vie là où se trouve ne serait- ce quune seule quelconque des manifestations telles que lintelligence, la sensation, le mouvement local et le repos, ou encore le mouvement nutritif, dépérissement et croissance. Cest pourquoi lon considère que tous les êtres qui se développent ont également la vie, car, visiblement, ils ont en eux- mêmes la sorte de puissance ou de principe qui leur permet de suivre, dans leur croissance et leur dépérissement, des directions contraires. La croissance, en effet, ne seffectue pas vers le haut à lexclusion du bas, mais cest pareillement dans les deux sens et de tous côtés que se développent…

29 Cours I – De lâme Aristote Luc Faucher ( ) Extraits «De lâme»: …tous les êtres qui ont toujours à se nourrir et dont la vie se maintient aussi longtemps quils peuvent absorber de la nourriture […] Mais on sait que lâme se définit couramment par deux traits distinctifs principaux: le mouvement, qui est déplacement, et la pensée, le discernement et la sensation. Or lopinion veut que penser et avoir quelque chose à lesprit, cest comme avoir une certaine sensation, puisque, dans les deux cas, lâme discerne et connaît quelque chose de la réalité. Pour leur part, les anciens prétendent aussi quavoir une chose à lesprit et avoir une sensation, cest la même chose.»

30 Cours I – De lâme Aristote Luc Faucher ( ) Extraits «De lâme»: «[…] Il est clair en tout cas que la représentation ne peut-être ni lopinion liée au sens, ni conçu à travers la sensation, ni non plus un complexe dopinion et de sensation, pour ces raisons et évidemment parce que lopinion na pas ainsi dautre objet mais porte sur ce dont il y a sensation; je veux dire que la représentation, cest ainsi le complexe qui résulte de lopinion et de la sensation du blanc, non de lopinion quon a du bien, dun côté, et de la sensation quon a du blanc, de lautre; donc avoir une représentation serait avoir une opinion de ce dont on a la sensation, sans quil y ait là coïncidence accidentelle…

31 Cours I – De lâme Aristote Luc Faucher ( ) Extraits «De lâme»: Or on a pourtant ainsi des représentations fausses dobjets dont on a simultanément une idée fausse. Ainsi le soleil apparaît avec la grandeur dun pied, mais on est persuadé quil est plus grand que la terre habitée! Ce qui voudrait donc dire, ou bien quon a renoncé, sans loublier, ni raison den changer, à lopinion vraie quon avait personnellement dune affaire qui na pas changé, ou bien, si lon maintient quelque peu son opinion, que nécessairement la même opinion est vraie et fausse, mais est devenue fausse quand, à notre insu, laffaire en cause sest modifiée!»

32 Cours II – Lesprit incorporel Descartes Pierre Poirier ( ) Matières en classe: De lantiquité à Descartes: Platon: tripartition de lâme. Aristote: lâme comme principe du mouvement. Plotin: distingue lUn du Multiple. St-Paul: sépare lhomme intérieur libre de lhomme charnel (le pêcheur). St-Augustin: conception de lesprit dogmatique dans la religion chrétienne. Larrivée du nouvel humanisme: les doctrines consistaient à répondre et à commenter les textes dAristote; les premiers physicalistes; naturalisation de lâme.

33 Cours II – Lesprit incorporel Descartes Pierre Poirier ( ) Matières en classe: 15e-16e siècle: naissance de lanthropologie (étude de lhomme), divisé en deux branches: lanatomie (qui sera absorbé par la médecine) et la psychologie (introspection). Deux Descartes: le scientifique et psychologue et le Renatus Cartesius, le métaphysicien et lépistémologue Cest aussi lépoque de Newton et de Galilée. Début du 16e siècle: la modernité en science – apparition du mécanisme; Dieu horloger: lunivers est un grand mécanisme régi par des lois; la tâche du scientifique est de découvrir ces lois.

34 Cours II – Lesprit incorporel Descartes Pierre Poirier ( ) Matières en classe: Descartes, philosophe mécaniste, sinscrit dans cette tradition: il écrit des traités de science et danthropologie; expliquer mécaniquement toutes les propriétés du corps. Il considère le corps humain comme une machine créée par Dieu plus parfaite que les machines fabriquées par lhomme. Or, tous les animaux dépourvus de raison ne sont que des machines mouvantes ou des automates. Les esprits-animaux: substances qui animent le corps. Descartes sans le savoir faisait référence à linflux nerveux, un phénomène électrique.

35 Cours II – Lesprit incorporel Descartes Pierre Poirier ( ) Matières en classe: Une explication mécaniste de la vision – la dioptrique: la vision active les esprits-animaux par collision jusquà la glande pinéale (siège de lâme). Il y a une discontinuité causale entre la glande pinéale et lâme. Limite de lexplication mécaniste: une machine ne peut ni parler ni penser, car les processus linguistiques sont en un certain sens «créateurs». Turing croyait que cétait possible. Processus récursifs: à partir dun moyen fini (n=n+1), une machine est capable de créer une infinité de nombres.

36 Cours II – Lesprit incorporel Descartes Pierre Poirier ( ) Matières en classe: Limportance de fonder la connaissance – «discours de la méthode» et «Méditations métaphysiques» 1er principe: éviter la précipitation, justifier le savoir scientifique par rapport au savoir religieux. La méthode du doute: douter de lexistence de son propre corps; il faut imaginer un malin génie qui nous trompe constamment. Le cogito, le premier principe: «je pense, donc je suis», «je suis, jexiste».

37 Cours II – Lesprit incorporel Descartes Pierre Poirier ( ) Matières en classe: La résolution du doute: la nature de la substance est de penser, le corps nest quun vaisseau, un accessoire, le corps meurt, la substance demeure. P1: Je peux en toute cohérence concevoir linexistence de mon corps. P2: Je ne peux pas en toute cohérence concevoir linexistence de mon esprit. C1: lesprit est une substance distincte C2: Il existe au moins deux substances: celle qui compose le corps et celle qui compose lesprit.

38 Cours II – Lesprit incorporel Descartes Pierre Poirier ( ) Matières en classe: Les fondements cartésiens de la science: -Je pense, cest indubitable. -Je pense, donc jexiste. -Puisque la pensée contient lidée de Dieu, Dieu existe. -Puisque la pensée contient lidée dun Dieu infiniment bon, alors Dieu est infiniment bon. -Dieu est infiniment bon, il ne peut me tromper.

39 Cours II – Lesprit incorporel Descartes Pierre Poirier ( ) Matières en classe: Conception cartésienne de lesprit: 1. Ontologiquement homogène (symbiose des deux substances) 2. Interne 3. Ontologiquement différent (du corps) 4. Ontologiquement indépendant (du corps) 5. Désincarné (sa structure ne dépend pas du corps)

40 Cours II – Lesprit incorporel Descartes Pierre Poirier ( ) Matières en classe: 6. Représentationnel (sa fonction principale est de représenter le monde extérieur à lintérieur de nous). 7. Moteur du comportement. Les problèmes du dualisme ontologique: 1. Manque de parcimonie ontologique. 2. Incapacité de rendre compte de la causalité mentale. 3. Incohérent avec la conception scientifique du monde. Solution: rejeter la substance pensante (dualisme) et ne garder que la substance corporelle (monisme- matérialisme)

41 Cours II – Lesprit incorporel Descartes Pierre Poirier ( ) Extrait de «discours de la méthode»: «[…] Ce qui ne semblera nullement étrange à ceux qui, sachant combien de divers automates, ou machines mouvantes, lindustrie des hommes peut faire, sans y employer que fort peu de pièces, à comparaison de la grande multitude des os, des muscles, des nerfs, des artères, des veines, et de toutes les autres parties qui sont dans le corps de chaque animal, considéreront ce corps comme une machine qui, ayant été faite des mains de Dieu, est incomparativement mieux ordonnée et a en soi des mouvements plus admirables quaucune de celles qui peuvent être inventées par les hommes. Et je métais ici particulièrement arrêté à faire voir que, sil y avait de telles machines qui eussent les organes…

42 Cours II – Lesprit incorporel Descartes Pierre Poirier ( ) Extrait de «discours de la méthode»: …et la figure extérieure dun singe ou de quelque autre animal sans raison, nous naurions aucun moyen pour reconnaître quelles ne seraient pas en tout de même nature que ces animaux; au lieu que, sil y en avait qui eussent la ressemblance de nos corps, et imitassent autant nos actions que moralement il serait possible, nous aurions toujours deux moyens très certains pour reconnaître quelles ne seraient point pour cela de vrais hommes. Dont le premier est que jamais elles ne pourraient user de paroles ni dautres signes en les composant, comme nous faisons pour déclarer aux autres nos pensées. Car on peut bien concevoir quune machine soit…

43 Cours II – Lesprit incorporel Descartes Pierre Poirier ( ) Extrait de «discours de la méthode»: …tellement faite quelle profère des paroles, et même quelle en profère quelques-unes à propos des actions corporelles qui causeront quelque changement en ses organes; comme si on la touche en quelque endroit, quelle demande ce qu,on lui veut dire, si en un autre, quelle crie quon lui fait mal, et choses semblables […] Et le second est que, bien quelles fissent plusieurs choses aussi bien ou peut- être mieux quaucun de nous, elles manqueraient infailliblement en quelques autres, par lesquelles on découvrirait quelles nagiraient pas par connaissance, mais seulement par la disposition de leurs organes. Car, au lieu que la raison est…

44 Cours II – Lesprit incorporel Descartes Pierre Poirier ( ) Extrait de «discours de la méthode»: …un instrument universel qui peut servir en toutes sortes de rencontres, ces organes ont besoin de quelque particulière disposition pour chaque action particulière; doù vient quil est moralement impossible quil y en ait assez de divers en une machine, pour la faire agir en toutes les occurrences de la vie de même façon que notre raison nous fait agir. Or, par ces deux même moyens, on peut aussi connaître la différence qui est entre les hommes et les bêtes. Car cest une chose bien remarquable quil ny a point dhommes […] quils ne soient capables darranger diverses paroles.»

45 Cours III – La psychologie comme science naturelle William James Luc Faucher ( ) Matières en classe: Son œuvre: Principles of Psychologie (1890) Abridged version (1892) The Will to Believe (1897) Talks to Teacher on Psychology (1899) The Varieties of Religious Experience (1902) Pragmatism (1907) Pluralistic Universe (1909) Essays in Radical Empiricism (1912)

46 Cours III – La psychologie comme science naturelle William James Luc Faucher ( ) Matières en classe: Période charnière: Naissance de la psychologie comme science (James, Wuntd) Rupture avec la psychologie philosophique ou rationnelle (Descartes, Kant, Hume) Point de départ de plusieurs écoles: fonctionnalisme, béhaviorisme, gestalt, humanisme Il est responsable du développement du pragmatisme (avec Pierce et Dewey), de la Phénoménologie (Husserl, Bergson) et de la Philosophie analytique (Russell, Wittgenstein)

47 Cours III – La psychologie comme science naturelle William James Luc Faucher ( ) Matières en classe: Il écrit à une période où le matérialisme-dualisme a été largement travaillée et jugée insuffisante. La conception réflexe est jugée trop simpliste; la conception dualiste est jugée trop complexe. Il écrit dans la foulée du Darwinisme; première tentative systématique de comprendre le mental comme sélection naturelle; la compréhension du mental demande quon le situe dans le monde naturel auquel il serait adapté. La Philosophie doit rester à lextérieur du laboratoire (Positivisme)

48 Cours III – La psychologie comme science naturelle William James Luc Faucher ( ) Matières en classe: Le déterminisme est un postulat nécessaire à la Psychologie. Ce postulat est incompatible avec notre sentiment de liberté. Réconcilier ce sentiment avec le déterminisme est la tâche du philosophe Deux éléments: description des états conscients (phénoménologique); explication des conditions physiologiques et des conditions du monde extérieurs; pour étudier la conscience il faut la placer dans le milieu physique quelle a pour mission de connaître.

49 Cours III – La psychologie comme science naturelle William James Luc Faucher ( ) Matières en classe: Replonger lindividu dans lenvironnement: Réintégrer lorganisme dans lenvironnement et repenser les problèmes psychologiques dans le cadre évolutionniste La vie mentale est le produit de ladaptation mutuelle de lorganisme et de lenvironnement; les états conscients sont des événements temporels apparaissant dans le cours ordinaire de la nature. But pratique: prévoir et contrôler les états mentaux.

50 Cours III – La psychologie comme science naturelle William James Luc Faucher ( ) Matières en classe: Vie mentale=vie consciente Lessence de la conscience est dêtre sentie (pas détat conscient qui ne saurait pas senti). Méthode expérimentale: lintrospection Méthode comparative: inférer grâce à lintrospection les activités dans lesprit (faillible Raison: introspection est rétrospection (distinction entre conscience pré-introspective et introspection), linfluence du langage (le langage introduit limpression que nous avons affaire aux mêmes états mentaux parce quils sont décrits avec les mêmes mots; le langage ne sintéresse quaux choses et non aux relations.

51 Cours III – La psychologie comme science naturelle William James Luc Faucher ( ) Matières en classe: La vie mentale consciente est personnelle, privée; Elle est constamment changeante; Elle coule comme un courant; Elle est sélective Les pensées sont toujours différentes; nos expériences sont toujours en contexte; la qualité expérientielle de la vie mentale nest jamais fixée, permanente ou stationnaire; la vie mentale n;a pas de jointure, elle coule; les pensées senjambent, se recouvrent partiellement Deux types détat de conscience: transitifs et substantifs.

52 Cours III – La psychologie comme science naturelle William James Luc Faucher ( ) Matières en classe: Contre Descartes: nous nexpérimentons pas notre moi comme le même à travers le temps (moi social, matériel et spirituel). Contre les empiristes: il oppose les données phénoménologiques de la continuité et lexplique par lintégrité biologique. Le «je» qui connaît les «moi» distincts nest autre chose que lexpérience psychologique de la continuité


Télécharger ppt "Philosophie et sciences cognitives Daprès le cours PHI-4315 de Pierre Poirier & Luc Faucher (2006) Étude des débats philosophiques sur la nature de lesprit."

Présentations similaires


Annonces Google