La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Abécédaire des Grandes Dynasties dans la sphère divine et des divinités de la mythologie proche-orientale Pierre Baribeau (2006-2007)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Abécédaire des Grandes Dynasties dans la sphère divine et des divinités de la mythologie proche-orientale Pierre Baribeau (2006-2007)"— Transcription de la présentation:

1 Abécédaire des Grandes Dynasties dans la sphère divine et des divinités de la mythologie proche-orientale Pierre Baribeau ( )

2 Par ordre alphabétique AA – B – C – D – E – F – G – H – I – J – K – L – M – N – O – P – Q – R – S – T – U – V –W – X – Y – ZBCDEFG HI J KLMN OPQRST UVXZ Les nombreux liens (*) vous permettent de consulter les fiches dans le désordre et de découvrir les liens familiaux qui unissent les rois ou les personnages La palette «aux vautours» Le lion comme métaphore du roi

3 Les grandes dynasties en Mésopotamie Les dynasties archaïques ou cités-états ( ) -Eanatum*Eanatum Lépoque des royaumes ( ) Lempire dAkkad ( ) -Sargon lancien*Sargon lancien -Narâm-Sin*Narâm-Sin Lintermédiaire de Goudéa, roi de Lagash (2150) -Goudéa*Goudéa Lempire dUr III ( ) -Ur Nammu*Ur Nammu -Shulgi*Shulgi Prononcez les «U» en «OU»

4 Les grandes dynasties en Mésopotamie Les royaumes amorrites ( ) -Isbi-Erra -Lipit-Ishtar Lempire paléo-babylonien ( ) -Hammurabi*Hammurabi La Babylonie cassite ( ) -Kurigalsu -Kurigalsu II Lempire médio-assyrien ( ) -Ashur-Uballit -Tukulti-Ninurta*Tukulti-Ninurta

5 Les grandes dynasties en Mésopotamie Lépoque des empires universels ( ) Lempire néo-assyrien ( ) -Assurnasirpal II*Assurnasirpal II -Téglath-phalasar III*Téglath-phalasar III -Sargon II*Sargon II -Sennachérib*Sennachérib -Assarhaddon*Assarhaddon -Assurbanipal*Assurbanipal Lempire néo-babylonien ( ) -Nabopolassar*Nabopolassar -Nabuchodonosor II*Nabuchodonosor II -Nabonide*Nabonide Sargonides

6 Les grandes dynasties en Mésopotamie Lempire perse ( ) -Cyrus II ou Cyrus le Grand*Cyrus II ou Cyrus le Grand -Darius 1er*Darius 1er -Xerxès 1er*Xerxès 1er -Darius III*Darius III Lépoque hellénistique ( ) -Alexandre le Grand*Alexandre le Grand -Ptolémée 1er Sôter*Ptolémée 1er Sôter

7 Les peuples de la Mésopotamie -Phéniciens: sémitiques occidentaux -Hébreux: sémitiques occidentaux -Araméens: sémitiques occidentaux -Akkadiens: au 1er millénaire, deux groupes: Assyriens (nord) et Babyloniens (sud) -Hittites: indo-européens -Perses: indo-européens -Gutis: Mont Zagros -Sumériens: asianiques -Cassites: asianiques -Élamites: asianiques

8 Les principaux sites de la Mésopotamie

9 La divination Il existait deux types de divination: dabord, la divination dite inspirée par le biais dun discours direct du dieu transmit à lApilu, un messager en phase de transe. Puis, la divination dite déductive qui consistait à lier lobservation dun phénomène naturel à un événement futur. Dans cette catégorie, on retrouvait loniromancie (divination par les songes), lastrologie (prédiction daprès le mouvement des astres), la chronomancie (manière dont les événements coïncident avec le calendrier), lhépatoscopie (examen des entrailles et surtout le foie), lornithomancie (divination daprès le vol et le plumage des oiseaux), tocomancie (examen des nouveau-nés humains ou animaux) et la physiognomonie (aspect du corps des hommes, leur tempérament et leur caractère).

10 La magie La magie était fortement attribuée au milieu divin. La croyance populaire akkadienne voulait que cétait des démons, êtres surnaturels au-dessus de la sphère humaine, qui causaient les maladies. Ces démons étaient parfois envoyés par les dieux pour expier des fautes. La magie servait à extraire le démon hors du malade. Chez les Sumériens, on usait du rite excrémentiel qui consistait à faire avaler une concoction épouvantable au malade (bave de crapaud, excrément de chauve-souris) dans le but de dégoûter le démon et lextraire du corps. La magie, la science et la politique étaient étroitement liées. À lépoque néo-assyrienne, Le Baru appliquait des traités de divination. Le roi faisait appel à lui avant de sengager dans une bataille importante.

11 Les grandes dynasties dans lÉgypte pharaonique Période prédynastique ( ) Époque thinite ( ) -Narmer*Narmer Ancien Empire ( ) -Kheops*Kheops -Khephren*Khephren -Pépi II*Pépi II Première période intermédiaire ( ) -Montouhotep II*Montouhotep II Moyen-Empire ( ) -Sésostris I*Sésostris I -Sésostris III*Sésostris III

12 Les grandes dynasties dans lÉgypte pharaonique Deuxième période intermédiaire ( ) Nouvel Empire ( ) -Les Thoutmosides*Les Thoutmosides -Amenhotep IV *Amenhotep IV -Aménophis 1er*Aménophis 1er -Les Ramessides*Les Ramessides Troisième période intermédiaire ( ) Basse Époque ( ), occupation perse -Darius Ier*Darius Ier -Xerxès*Xerxès Époque des Ptolémées ou Lagides (332-31), -Cléopâtre VII*Cléopâtre VII

13 Les Capitales: -Thinis (I-IIe dynasties) -Memphis (IIIe-VIe dynasties) -Thèbes (XIe-XVIIe-XVIIIe dynasties) -Akhet-aton (XVIIIe dynastie) -Pi-Ramsès (XIXe-XXe dynasties) -Tanis (XXIe dynastie) -Napata (XXVe dynastie) -Saïs (XXVIe dynastie)

14 Théogonie

15 Les divinités mésopotamiennes Annunaki et Igigi*Annunaki et Igigi Baal- Bel*Baal- Bel Enki – Ea*Enki – Ea Enlil*Enlil Ishtar – Inanna*Ishtar – Inanna Marduk- Merodach*Marduk- Merodach Shamash - Utu*Shamash - Utu Sîn - Nanna*Sîn - Nanna Tiamat*Tiamat

16 Les divinités égyptiennes Amon*Amon Anubis*Anubis Apis*Apis Bastet*Bastet Hâpy*Hâpy Hathor*Hathor Isis*Isis Maât*Maât Osiris*Osiris Ptah*Ptah Râ*Râ

17 A Abzu: locéan terrestre qui enveloppe la Terre chez les Mésopotamiens. Akhénaton ( ): ou Aménophis IV, pharaon de la XVIII e dynastie du Nouvel Empire, fils dAménophis III* et époux de Néfertiti*. Son règne fut différent: il supprima le culte du dieu Amon* et le remplaça par le culte du dieu soleil Aton*, «le pourvoyeur de vie», imposant ainsi la première religion hénothéisme en Égypte. Jugé comme un hérétique, toute trace de son ancien règne fut effacée.AménophisIII

18 A Alexandre le Grand ( ): fils de Philippe II, roi de Macédoine et dOlympias. Il fut ce général ambitieux et légendaire qui mena son armée gréco-macédonienne dans une campagne gigantesque contre lempire perse. Il poursuivit et vainquit le dernier roi de la dynastie, Darius III*, diffusa la culture grecque sur une large partie du territoire et y fonda de nombreuses villes. Il mourut de la malaria le 15 juin 323 et laissa son empire aux Diadoques, ses généraux. Darius III

19 A Amenemhat 1er ( ): qui signifie «Amon est en tête», fondateur de la XII e dynastie ( ) du Moyen Empire ( ), père de Sésostris 1er*. Il sétait choisi comme nom dHorus Ouhem- mesout, «Celui qui renouvelle les naissances» et comme nom de couronnement Séhétepibrê, «Celui qui apaise le cœur de Rê». Son règne marqua un retour à la théologie héliopolitaine dAmon-Rê. Il fut assassiné vers la mi-février 1962.Sésostris 1er

20 A Amenemhat II ( ): ou Amenemes chez les Grecs, troisième pharaon de la XII e dynastie du Moyen Empire, fils de Sésostris 1er* et petit-fils dAmenemhat 1er*. LÉgypte connu la puissance et la prospérité sous son règne. Il établit une politique déchanges commerciaux avec les pays étrangers (Byblos, Palestine, Mésopotamie, Chypre…) et consolida les possessions nubiennes acquises par son père. Il fit bâtir sa pyramide à Dashour.Sésostris 1erAmenemhat 1er

21 A Amenemhat III ( ): sixième pharaon de la XII e dynastie du Moyen Empire, fils de Sésostris III*. Son père avait réussi à solidifier les frontières jusquen Nubie. Son fils se consacra à enchérir la valeur du pays. Il contribua à terminer loasis du Fayoum qui devint une riche terre agricole grâce à ses nombreux canaux dirrigation. Son règne fut marqué par un commerce florissant avec les villes côtières de Syrie. Son fils Amenemhat IV (1797) et sa fille Nefrousobek (1790) lui succédèrent.Sésostris III

22 A Aménophis 1 er ( ): ou Amenhotep 1 er, second pharaon de la XVIIIe dynastie du Nouvel Empire, il fut lHorus Ka-ouâf-taou, «Taureau qui subjugue les pays». Son règne fut pacifique et favorisa lessor économique et artistique. Le pharaon apporta une modification radicale à la structure du complexe funéraire en séparant la sépulture du temple funéraire. Modification qui fut reprise par tous ses successeurs. Thoutmosis 1 er * épousa sa sœur Ahmès et lui succéda.Thoutmosis 1 er Le pharaon coiffé de la couronne blanche et de luræus (cobra)

23 A Aménophis II ( ): ou Amenhotep II, septième pharaon de la XVIIIe dynastie du Nouvel Empire, fils de Thoutmosis III* avec qui il partagea une co-régence durant un certain temps avant de lui succéder. À Karnak, il fit édifier la chapelle dAlbâtre qui servait de reposoir à la barque divine. Il connut une campagne victorieuse dans le couloir Syro-Palestinien. Il fit aménager sa «demeure déternité» dans la Vallée des Rois. Son fils Thoutmosis IV* lui succéda.Thoutmosis IIIThoutmosis IV

24 A Aménophis III ( ): ou Amenhotep III, neuvième pharaon de la XVIIIe dynastie du Nouvel Empire, fils de Thoutmosis IV* et père dAkhenaton*. Il renforça les relations avec le Mitanni et fit des accords commerciaux avec Chypre. Marié à sa grande épouse Tiyi, il épousa par alliance la fille de lempereur du Mitanni, Giloukhepa. Il mena lÉgypte à lapogée de sa puissance. Il fit construire le temple de Louxor à Karnak. Il était plutôt un diplomate quun guerrier.Thoutmosis IVAkhenaton Le pharaon avec sa grande épouse Tiyi

25 A Amon: son nom signifie «linconnaissable», époux de Mout* et père de Khonsou*, il est le créateur et le roi de lunivers, lUnique et le Tout doù a jaillit la pluralité. Il est considéré comme le père des dieux et il est garant du principe monarchique unificateur. Il est «le souffle de vie qui réside en toute chose». Son culte se pratiquait au temple de Karnak* à Thèbes. Il fut assimilé au dieu soleil Râ*. Amon et Amon-bélier

26 A Ammout: ou Amémet, son nom signifie la «Dévoreuse» ou la «Grande mangeuse», elle est la gardienne du royaume des morts. Elle est représentée avec une tête de crocodile, des jambes dhippopotame et un corps de lionne. Lorsque le Bâ* du défunt devait subir le jugement divin*, son cœur était déposé sur une balance. Si son cœur était trop lourd et causait un déséquilibre, Ammout le dévorait et le défunt mourrait définitivement.Bâjugement divin

27 A An: divinité du ciel, père des dieux et fondateur des dynasties divines. Annunaki: le panthéon était autrefois composé de deux races divines: les Annunaki (les dieux supérieurs) et les Igigi (les dieux inférieurs). Les Igigi cultivaient la terre pour les Annunaki. Un jour, insatisfaits de leurs conditions de travail, les Igigi déposèrent leurs outils. Les Annunaki créèrent les hommes pour les remplacer dans leur tâche avec lintelligence dun dieu, mais mortel car ils furent modelés dans de largile. Les Annunaki

28 A Anubis: fils dOsiris* et de Nephtys*, son nom signifie «celui qui a la forme du chacal». Il est représenté avec un corps dhomme élancé noir avec une tête de chacal. Il fut le dieu principal de la capitale de Cynopolis du 17 e nome de lÉgypte. Il veillait à lembaumement et à laccompagnement des morts pour lépreuve de la pesée. Les prêtres qui étaient chargés de la momification portaient un masque à son effigie.

29 A Anuket: ou Anoukis «la dame du sud», fille du dieu-Soleil Râ*. Elle porte une haute coiffure végétale et fut assimilée à la gazelle. Au Nouvel Empire, elle fut associée à leau et à la fertilité: elle était chargée de canaliser la crue du Nil. À lépoque ptolémaïque, elle devint la déesse de la luxure et de la sexualité. Ses lieux de culte sétendaient de la région de la première cataracte à lîle dÉléphantine et même jusquen Nubie doù elle serait originaire.Râ

30 A Apis: il est représenté en taureau portant le disque solaire entre ses deux cornes qui représente lénergie créatrice de la nature. Il devint un symbole de force physique, de fertilité et de puissance sexuelle. Il fut vénéré à Memphis dans lAncien Empire et son culte perdura jusquà lépoque ptolémaïque. Les taureaux sacrés étaient momifiés et enterrés dans les nécropoles de Memphis et de Saqqarah. Voir Baal*Baal

31 A Apophis: qui signifie «celui qui fut craché», puisquil est né de la salive de la déesse Neith dans locéan primordial Noun*. Dieu-serpent dune taille gigantesque, il symbolise la puissance originelle et la menace perpétuelle du chaos sur le monde organisé, il est lennemi divin par excellence. Il sattaque régulièrement à la barque de Râ* en buvant locéan de sa soif insatiable pour la faire échouer sur un banc de sable, une métaphore pour exprimer la famine ou la détresse.NounRâ

32 A Arbre de vie: à Eridu, en Mésopotamie, se dressait le «Kishkanu noir», larbre de vie sacré, dont les racines senfonçaient jusquau centre du monde dans les profondeurs du royaume des morts. Il était protégé par les Griffons*.Griffons Aruru: déesse-mère de la végétation en Mésopotamie, sœur dEnlil* et femme dEnki*. Elle modela Enkidu* dans de largile et lui donna la vie grâce à son crachat. Larbre de vie

33 A Assurbanipal ( ): quatrième roi de la dynastie des Sargonides de lempire néo- assyrien à lépoque des empires universels, fils dAssarhaddon*. De 668 à 630, il régna sur lAssyrie alors que son frère Shamash- shum-ukin monta sur le trône de Babylone. Il partit à la reconquête de lÉgypte jusquà Thèbes et fit une alliance avec lÉlam (646). Il fit construire une grande bibliothèque à Ninive. En 612, les villes de Ninive et dAssur tombèrent sous Nabopolassar*. Assurbanipal, le roi- chasseur et le roi- guerrier

34 A Assurnasirpal II ( ): second roi de la dynastie des Sargonides de lempire néo-assyrien à lépoque des empires universels. Il représenta un renouveau de la puissance assyrienne. Il mit fin au danger araméen. LAssyrie était entouré de petits états vassaux. Il soumit les villes phéniciennes. Il mena une politique de terreur: il faisait beaucoup de prisonniers et empalait les soldats ennemis sur des pieux tout autour de la ville conquise.

35 A Aton: il est représenté comme un disque solaire doù jaillit la source de vie du monde sensible. Akhénaton* de la XVIIIe dynastie et son épouse Néfertiti* supplantèrent Amon* à la tête du panthéon par le culte monothéiste solaire dAton vers le milieu du XIVe siècle. Un bouleversement que les Égyptiens jugèrent intolérables, puisque le règne dAton menaçait lexistence des autres dieux. Son règne fut éphémère et ne dura que quatorze ans, la ferveur envers les autres dieux étant trop forte.

36 A Atoum: il est né dans locéan primordial Noun*, il fut le premier dieu démiurge. Il porte la double couronne de lÉgypte, tient le sceptre Was, symbole de pouvoir et la croix Ankh, symbole de vie. Il fut le premier dieu-Soleil avant Râ*. Dans sa forme Rê-Atoum, il incarne le soleil couchant. Un taureau sacré (Mnévis), lincarnation du dieu sur terre, lui était sacrifié. De sa semence naquit Shou* et Tefnout*. Son culte était pratiqué à Héliopolis, Pithôm et à Kherâha.NounRâShouTefnout

37 B Bâ: les Égyptiens croyaient à limakhou, cest-à-dire à limmortalité de lâme (lincarnation dun dieu vivant). Le «Bâ» fut la conception de lâme égyptienne, la forme que prendra le défunt lors de son voyage de transition entre la terre et le ciel. Voilà pourquoi elle fut symbolisée par un oiseau. Dans lAncien Empire, seul le pharaon possédait le «Bâ» pour lui permettre de sunir après sa mort au dieu-Soleil Râ*. Après la chute de lAncien Empire, le «Bâ» fut démocratisé. Râ

38 B Baal: son nom signifie «maître» ou «seigneur» en sémitique, dieu de la végétation et de lorage, protecteur de la navigation, son culte aurait été introduit en Égypte par les envahisseurs Hyksos (vers 1730 av. J.-C.). Il fut attesté dès le règne dAménophis II*. À lépoque glorieuse des Ramsès, il fut assimilé aux dieux Seth* et Montou* et participa à toutes les batailles, assurant ainsi la protection du pharaon. Voir Apis*Apis

39 B Bastet: elle est représentée en femme avec une tête de chatte portant un sistre et un petit panier, fille de Râ* et épouse de Ptah*. Elle fut la protectrice du pharaon. Son culte principal était célébré dans la ville de Bubastis («la place de Bastet») dans lest du Delta du Nil. Dans son temple, les fidèles déposaient des statuettes de bronze pour sattirer ses faveurs. De grandes fêtes annuelles avaient lieu à Bubastis en son honneur qui rassemblaient des centaines de milliers de fidèles.

40 B Bès: il est représenté en gnome barbu au large visage, aux traits grossiers avec la queue et les oreilles dun lion. Il porte une peau de panthère et il est lun des rares dieux représentés de face. Dieu bienfaisant de la musique et de la danse, son rôle consistait à éloigner les mauvais esprits en les effrayant. Il fut vénéré dans toute lÉgypte comme une divinité domestique, mais aucun temple ne lui fut consacré.

41 C Cosmogonie: chez les Égyptiens, il existe trois traditions de la création de lunivers. Dans la tradition héliopolitaine, le soleil Atoum* ou Râ*, le père des dieux et créateur de lunivers, naquit dun lotus qui émergea de locéan primordial Noun*, une substance ténébreuse et inerte. Dans la tradition memphite, cest le dieu Ptah* qui émergea de locéan et façonna le monde selon sa volonté avant de laisser à Râ la tâche de régner sur les hommes. Dans la tradition hermopolitaine, cest le dieu Thot* qui émergea de locéan et y déposa un œuf qui fut couvé par logdoade dHermopolis, composé de quatre couples de divinités, doù naquit le soleil. Noun Atoum Ptah Thot

42 C Criosphinx: créatures hybrides à corps de lion, gage de force et symbole de royauté, et à tête de bélier, expression directe de la nature génératrice du dieu Amon*. Entre leurs pattes et leur menton repose une statuette du pharaon. Situés au temple dAmon-Rê à Karnak*, fabriqués en grès, ils bordent la grande allée (dromos) qui conduit à lentrée de la salle hypostyle. Cette voie processionnelle fabriquée par Ramsès II* serait le premier décor statuaire connu.

43 C Cyrus II ( ): fondateur de lempire perse achéménide à lépoque des empires universels. Il mit fin au règne de Nabonide* et du même coup de lempire néo- babylonien par la prise de Babylone. Figure exceptionnelle par son éloge dans la bible parce quil fit revenir les juifs exilés à Jérusalem. Il sinstalla dans la capitale de Pasagardès. Il incorpora à son territoire la Médie et la Lydie. Il fit ériger une série de temples et dédifices monumentaux.

44 D Dagan: dieu important des populations sémitiques du Nord- Ouest, dieu des semences et de lagriculture. Il fut vénéré par les Amorrites, les habitants dEbla et dOugarit et fut lune des divinité importantes des Philistins, peuple antique mentionné dans les récits bibliques comme les ennemis des Hébreux. Il changea de forme tardivement et il fut représenté sous la forme dun poisson (dag en hébreu) au IVe siècle.

45 D Darius 1er ( ): successeur de Cyrus le Grand* et de Cambyse II, troisième roi de lempire perse ( ) à lépoque des empires universels. Il fut confronté à des révoltes autonomistes. Il fit creuser un canal en Mer Rouge pour faciliter le transport maritime. Alors que son gigantesque royaume sétendait jusquen Thrace, en Grèce, il déclara la guerre aux Grecs. Son armée fut défaite à Marathon lors de la première guerre médique (490).

46 D Darius III ( ): dernier roi de lempire perse à lépoque des empires universels. Il se heurta à larmée gréco- macédonienne dAlexandre le Grand* à la bataille dIssos et fuit le champs de bataille en laissant derrière lui un immense butin de guerre, des concubines et les membres de la famille royale. Il senfuit de nouveau à la bataille de Gaugamèles en 331. Alexandre le retrouva mort assassiné et lui fit des funérailles en 330.Alexandre le Grand

47 D Dédoun «Seigneur de Nubie»: dieu originaire de la Nubie, il fut le protecteur de la forteresse nubienne de Semna. Il fut autrefois représenté en faucon avant de prendre la forme dun lion au Nouvel Empire. À lAncien Empire, il fut le pourvoyeur dencens. Il fut présent en Haute- Nubie dans des temples érigés par Thoutmosis III*. À lépoque gréco- romaine, il était toujours vénéré jusquà la seconde cataracte. Thoutmosis III

48 D Déesse-arbre: divinité mi femme mi arbre exclusivement féminine, elle apparut au début du Nouvel Empire. Elle se manifeste par lintermédiaire dun arbre, en particulier le sycomore. Elle fut considérée comme une déesse- mère au même titre quIsis*, Nout* et Hathor*. Son rôle consiste en une transition bienheureuse du défunt dans le royaume des morts. Elle est léquivalente des Dryades et des Hamadryades chez les Grecs.

49 E Eanatum: roi de Lagash au XXIVe siècle à lépoque des dynasties archaïques, il fut également connu sous le nom de Lumma. Il sattaqua successivement à Kish, Ur, Mari, lÉlam et le Subartu en vue dune politique expansionniste de domination sur les autres cités-états. Il triompha provisoirement dune longue guerre qui lopposa au royaume voisin, celui dUmma. La stèle des vautours

50 E Empire: tous les empires ont des caractéristiques communes: un roi qui sappui sur une force militaire pour semparer de nouveaux territoires. Il fortifie des ports et des villes stratégiques. Il accumule des richesses. Il maintient les populations soit par la crainte ou la propagande. Une religion peut être imposé aux différentes cultures. Un règne est marqué aussi par de grands travaux. Enki: dieu des eaux, de la magie et de la sagesse chez les Sumériens. Dieu de leau fécondante et des sources chez les Akkadiens. colonne osiriaque

51 E Enkidou: né dans de largile par Aruru* à la demande dAn*, Enkidou devait mettre fin au règne tyrannique de Gilgamesh* à Ourouk. Enkidou est tout le contraire de lhomme civilisé: il vit dans la steppe comme une bête. Il passe de lanimalité à lhumanité par lintervention dune courtisane qui, après six jours et sept nuits dunions sexuelles, fait de lui un être doué de raison et de langage. Elle le lave, lhabille et lui fait manger du pain et boire de la bière. Enlil: divinité du vent, fils de An et Ki. Enkidou et Gilgamesh

52 F Fête-Sed: cérémonie royale (heb-sed, «fête-Sed») dont le rituel symbolique consistait à renouveler, à tous les 30 ans, le pouvoir monarchique et laptitude à gouverner du pharaon, en répétant tous les rites qui avaient marqué son accession au trône et son couronnement. Pour loccasion, le pharaon était coiffé de la couronne blanche de Haute-Égypte et portait le pagne-shendjit. Les rituels garantissaient au pharaon lunion du Double-pays, le contrôle et la maîtrise de la crue du Nil, linvestiture dans le rôle de sacerdoce suprême et le privilège de bâtir et donner la vie aux temples.

53 F Fête dOpet*: célébrée dans la région de Thèbes, cette fête symbolique consistait en la procession de la barque dAmon* jusquà la chapelle rouge construite par Hatshepsout* au temple de Karnak*.OpetAmonHatshepsout temple de Karnak Fête dOsiris: célébrée à Abydos, cette fête symbolique consistait à reproduire, avec des acteurs costumés, la lutte qui opposa le dieu Osiris* et son frère Seth* dans le mythe osirien* de la royauté.OsirisSethmythe osirien

54 G Geb: fils de Shou* et de Tefnout*, frère et époux de Nout*, il est le dieu de la terre, des plantes et des animaux. Il est généralement représenté sur le dos, accompagné de son épouse Nout (le ciel). Symbole de la royauté, il est le père de deux fils, Osiris* et Seth* et de deux filles, Isis* et Nephtys*. Son culte était pratiqué à Héliopolis et son animal sacré était loie.Shou Tefnout NoutOsiris SethIsis Nephtys

55 G Génie: selon les croyances en Mésopotamie, il existait entre la sphère humaine et la sphère divine des êtres surnaturels dotés de capacités surhumaines analogues à celles des dieux. Les génies sont des entités bienveillantes qui, sous forme de statuettes, protégeaient les hommes contre les êtres malfaisants, responsables des maladies, quon devait extraire du corps grâce à la magie. Génie bénisseur ailé

56 G Gilgamesh: ce héros fut décrit comme un «sage universel qui a connu toutes choses». Deux tiers en lui sont dieu et un tiers est humain. Il est le fils de Ninsoun* et du dieu Arourou* et il a la force dun buffle. Il se lie damitié avec Enkidou*. Ensemble, ils tuent Houwawa* le gardien de la forêt des Cèdres et le Taureau Céleste* envoyé par Ishtar*. Après la mort de son compagnon, Gilgamesh erra dans le désert vêtu dune peau de lion. Il descendit aux Enfers pour consulter Outa-napishtim* pour connaître le secret de limmortalité.Enkidou Gilgamesh et le Taureau Céleste

57 G Goudéa: roi intermédiaire de Lagash, juste avant le règne de Ur-Nammu*, le fondateur de lempire dUr III. Il résista à linvasion du peuple des Goutis des Mt. Zagros qui détruisirent la partie nord du pays. Les archéologues ont retrouvé de nombreuses statues à son effigie en position de prière. Il nétait pas dépeint comme un roi-guerrier mais plutôt comme un roi-prêtre. Il fit construire des temples. Il fut le prêtre de Nin-Girsu*, divinité poliade de Lagash. Un clou de fondation à leffigie de Goudéa

58 G Griffons: créatures hybrides de la mythologie orientale, les griffons ont un corps de lion, les serres, la tête et les ailes de laigle. Ils étaient chargés de protéger larbre de vie* et les portes de la cité contre les envahisseurs. Leur image et leur mythe se propagèrent jusquen Perse et furent assimilés dans lunivers mythologique des Grecs et dans les légendes médiévales.larbre de vie

59 H Hammurabi ( ): grand roi de Babylone de la dynastie paléo-babylonienne ( ) à lépoque des grands royaumes. Durant son règne, cest Marduk* qui fut la divinité principale de Babylone. Son empire connut une période dexpansion et de domination sur les autres villes. Ce roi fut surtout connu pour son code législatif de loi («code de Hammurabi») quil va promulguer dans toute la Mésopotamie au fil de ses conquêtes.Marduk Stèle du code de Hammurabi

60 H Harpocrate: fils dIsis* et dOsiris*, il est lavatar enfant du dieu Horus*. Divinité du silence, il est représenté avec un doigt devant la bouche en guise de silence ou tenant deux serpents dans ses mains. Héritier du dieu Horus, il représente le pouvoir monarchique. Il fut vénéré à la Basse-Époque ainsi quà lépoque gréco- romaine où sa statue était placée devant les temples.

61 H Hatshepsout ( ): cinquième pharaon de la XVIIIe dynastie du Nouvel Empire, fille de Thoutmosis 1 er *. Elle épousa son demi-frère qui monta sur le trône sous le nom de Thoutmosis II*. Il mourut et elle se fit couronner sous la titulature de Maâtkarê, «Celle quembrasse Amon, la première des femmes». Elle voulut être représentée à limage dun véritable pharaon sous forme masculine. Elle éclipsa le règne de Thoutmosis III* et lui laissa le trône alors quil avait vingt-deux ans.Thoutmosis 1 er Thoutmosis II Thoutmosis III

62 H Hâpy: divinité aux traits androgynes représentée avec un plateau doffrandes alimentaires. Grand pourvoyeur de la crue du Nil, le fleuve vital de lÉgypte qui rend possible lagriculture grâce au limon noir, il ne faut pas sétonner que ce dieu était vénéré dans lensemble de lÉgypte comme la personnification de la fertilité et de la prospérité. Une légende raconte quil versait leau du Nil depuis sa grotte à Éléphantine.

63 H Hathor: qui signifie «Demeure du dieu Horus», ancienne divinité, fille de Nout* et de Râ*, épouse dHorus*, déesse de la musique, de lamour et de la danse, protectrice des nourrices du pharaon et reine des pays étrangers. Elle fut associée aux banquets et à livresse. Chez les Grecs, elle fut assimilée à Aphrodite et chez les Mésopotamiens, elle fut assimilée à Inanna*. Son culte se pratiquait au sanctuaire de Dendérah.NoutRâHorusInanna Hathor dans sa forme zoomorphique et anthropomorphique

64 H Heh: il est représenté à genoux avec les bras déployés soutenant le ciel. Il est lincarnation de léternité et son corps est réparti dans les quatre coins de lunivers. Il appartient à logdoade dHermopolis composé de quatre couples divins (Kekou & Kekout, Noun & Nounet, Amon & Amonet) avec son équivalent féminin Heheh. (Voir cosmogonie II*)cosmogonie II

65 H Heqet: épouse du dieu Khnoum*, elle est représentée en femme avec une tête de grenouille ou en grenouille, car les Égyptiens pouvaient observer ces amphibiens qui se manifestaient tout le long du Nil à une certaine période de lannée. Protectrice des femmes en couches, cest elle qui accorde le souffle de vie aux enfants dans leur ventre. Elle fut représentée sous forme damulettes. Khnoum

66 H Hermanubis: fils dOsiris* et de Nephtys*, il est représenté en homme portant une armure avec une tête de chien ou de chacal. Ce dieu hybride est une fusion de lHermès psychopompe des Grecs et dAnubis* lembaumeur. Son rôle est daccompagner les âmes dans le royaume des morts. Né à Alexandrie, son culte fut propagé à lépoque ptolémaïque (332-31). Il fut même vénéré dans les temples romains et représenté sur les monnaies alexandrines.

67 H Horemheb ( ): qui signifie «Horus est en fête», dernier pharaon de la XVIIIe dynastie du Nouvel Empire. Nétant pas de sang royal, il fut le Général en chef de la cavalerie et Grand Majordome pour le jeune Toutankhamon*. Il contribua à faire disparaître lancienne réforme religieuse dAton* et signa un traité de paix avec les Hittites. Devenu pharaon, nayant pas de fils légitime, il laissa son trône à son général en chef Pa-Ramassou qui changea son nom pour Ramsès 1er*. ToutankhamonAtonRamsès 1er

68 H Horus «le lointain»: un homme à tête de faucon coiffée de la double couronne de lÉgypte, fils dOsiris* et dIsis*. Patron de la royauté, il fut vénéré sur tout le territoire égyptien sous diverses formes. Le pharaon était, selon la croyance populaire, lincarnation du dieu Horus sur terre. Humbaba: le gardien de la forêt des Cèdres dans lÉpopée de Gilgamesh. Son corps est protégé par sept cuirasses qui le rendent apparemment invincible.

69 I Imentet: ou Amentet, déesse égyptienne de lOccident assez peu connue, elle est représentée avec un oiseau perché sur le signe hiéroglyphique de louest. Belle et souriante, elle représente le côté charmant de la mort. Elle accueille les défunts dans lautre monde en leur donnant à boire et à manger pour les régénérer. Elle partagea cette fonction avec la déesse Hathor* qui la remplaça entièrement dans son rôle.

70 I Iounyt: ancienne déesse égyptienne de lantique ville dHermonthis, elle apparaît aux côtés du dieu titulaire de la ville, Montou*. Elle fut représentée en femme avec une tête de lionne coiffée du disque solaire. Elle formait autrefois la dyade de la fécondité aux côtés de la déesse Tjénenet. À Dendera, elle fut assimilée à la déesse Isis*. Sous le règne de Hatshepsout* elle fut intégrée dans lEnnéade de Thèbes.

71 I Ishtar: ou Inanna, déesse principale à Sumer, fille dAnou* et dAntou, sœur dEreshkigal. Déesse de lamour et de la guerre. Elle auto glorifie son propre sexe. Elle préside aux ébats sexuels et à la fécondité. Elle a lhabitude daimer ses amants et ensuite de les transformer en autre chose. Un jour, elle avoua son amour à Gilgamesh*, mais il repoussa ses avances. Humiliée, elle demanda à son père de libérer le Taureau Céleste* pour quil ravage la cité dOurouk et pour quil tue Gilgamesh et Enkidou*.

72 I Isis: épouse dOsiris* et mère dHorus*, protectrice du bien-être des naissances, des navigateurs et de lÉtat, elle est le symbole de la compagne et de la mère idéale. Dans la légende dOsiris, elle réunit les membres dispersés de son époux et lui redonna la vie. Son culte sétendait en Égypte de lIseum du delta jusquà la première cataracte. Son culte sétendit même hors des frontières, notamment dans tout le monde méditerranéen, chez les Grecs et les Romains.

73 J jugement divin: le Bâ* du défunt est amené par le mystagogue Anubis* à «la salle de la double Maât*». La scène de la pesée du cœur revêt une signification purificatrice. Il sagit aussi bien de le juger que de le «séparer de ses péchés». Maât décide si le défunt est digne ou non de recevoir limmortalité. Le cœur est placé sur la balance. Léquilibre parfait entre la plume et le cœur est le meilleur résultat. Thot* note le résultat et si le défunt est jugé digne, il sera épargné par Ammout*.BâAnubisMaâtThotAmmout

74 J Jupiter Sérapis: dieu suprême de lÉtat, dorigine gréco-égyptienne, il était invoqué comme guérisseur. Il fut inauguré sous le règne de Ptolémée 1er Sôter* en Égypte pour tenter de concilier la religion égyptienne au nouveau dirigeant étranger. Il est représenté avec une longue barbe et des cheveux bouclés coiffés du modius. Il est né du syncrétisme de Jupiter et de Sérapis. Son culte se pratiquait dans la région dAlexandrie, puis sest répandu dans toute lÉgypte ainsi que chez les Romains et les Grecs. Ptolémée 1er Sôter

75 K Khepri «celui qui vient à lexistence»: dieu-scarabée, il fait rouler devant lui le disque solaire à travers le ciel à la manière du bousier qui fait rouler sa boule de fumier. Son nom fut formé à partir du verbe kheper qui signifie «venir à lexistence», «devenir». Il est lincarnation du soleil naissant. Dans sa forme Khepri- Rê*-Atoum*, il incarne les trois cycles du soleil. À Karnak, au nord-est du lac sacré, sélève sur un socle une statue à son effigie.

76 K Khnoum «le maître de leau fraîche»: dieu très ancien, il est lépoux de la déesse Heqet*. Dieu de la première cataracte, il contrôle la crue du Nil depuis la grotte de Hâpy*. Il préserve le peuple égyptien de la famine. Un temple lui était consacré sur lîle de Philaé. Il forme avec Satet* et Anouket* la triade dÉléphantine.HeqetHâpySatet Anouket Kishar: lune des deux divinités de la troisième génération avec Anshar. Kishar régnait sur la totalité de la terre et Anshar régnait sur la totalité du ciel.

77 K Khonsou: fils dAmon* et de Mout*, personnage à jamais juvénile, il porte un disque et un croissant lunaire emboîtés, il porte aussi une tresse latérale bouclée, emblème de la destinée royale. Alors que son père Amon est le soleil en Râ*, Khonsou est son prolongement dans la clarté lunaire. Il incarne la promesse du renouvellement éternel du miracle de la nuit. Ki: la planète Terre chez les Mésopotamiens qui sunit à An*

78 L Lamassu: This winged creature was found at the palace of Sargon II at Dur- Sharruken (Khorsabad) right at the entrance to his throne-room standing 14 feet tall. Their were four statues on each side and they faced each other. It was believed that the lamassu could frighten off demons.

79 M Maât: fille de Râ* et compagne de Thot*, elle porte une plume dautruche sur sa tête. Déesse de lordre cosmique, de la justice et de lintégration sociale. Elle participe à la solidarité et à leffervescence commune. Elle est à la base de toute législation comme principe générateur, mais ne constitue pas la loi elle-même. Elle supplanta un jour lIsfet, la course naturelle des choses qui mène vers la ruine: linjustice, la dépravation, la violence, la non- communication et la loi du plus fort.

80 M Mandoulis: divinité dorigine nubienne, elle fut intégrée dans le panthéon égyptien et assimilée par syncrétisme à Râ*. Elle est lincarnation de la jeunesse solaire. Elle est représentée sous la forme dun oiseau à tête humaine coiffée dune couronne hemhem. Son temple principal se situait à Kalabchah. Elle fut vénérée exclusivement à lépoque ptolémaïque jusquau VI e -VII e siècle et son culte disparut à lépoque byzantine.Râ Voir Dédoun*Dédoun

81 M Marduk: Fils dEnki*, sa mère lui offrit une place de choix dans le panthéon sil empêchait Apsou déradiquer les premières divinités imparfaites quil avait créé avec Tiamat*. Larmée dApsou était dirigée par Kingou, lépoux de Tiamat. Marduk tua Kingou et Tiamat. Avec la chair de Tiamat, il créa un véritable monde. Avec le sang impur et la chair de Kingou, il créa les hommes. Sous Hammurabi*, Marduk devint la divinité suprême de Babylone. Le mušhuššu, un serpent-dragon, est lanimal symbole de Mardouk

82 M Meretseger: «celle qui aime le silence», divinité protectrice des ouvriers de Deir el-Médineh près de Thèbes, fille de Maât*. Elle est représentée sous la forme dun cobra royal. Déesse du silence, elle est la patronne des nécropoles thébaines et la protectrice de la Vallée des Rois du sommet de sa cime. Son culte se pratiquait aux nécropoles thébaines et dans le village ouvrier de Deir el-Médineh.Maât

83 M Min: dieu très ancien de la pluie et de la croissance du blé, il est représenté en homme debout gainé dans un linceul, le bras droit levé en équerre et portant le flagellum royal, sa tête est coiffé de deux hautes plumes. Phallus en érection, il est le dispensateur du pouvoir sexuel et de la fertilité. Il est le seigneur des terres étrangères et du désert oriental et le protecteur des nomades. Il fut assimilé par syncrétisme au dieu Amon qui hérita de ses pouvoirs de fertilité. Min et Amon-Min

84 M Montou: dieu de lantique ville dHermonthis à Thèbes, il est représenté en homme avec une tête de faucon coiffée dun disque solaire et de deux uræus. Il fut vénéré comme le dieu de la guerre et le protecteur des armes lors de la première période intermédiaire ( ). Il fut très populaire sous la dynastie des Montouhotep qui se plaça sous sa protection. Son animal sacré était le taureau Boukhis. Voir Nin-Girsu*Nin-Girsu

85 M Montouhotep II (qui signifie «Montou est satisfait»): cinquième pharaon de la XIe dynastie ( ) du Moyen- Empire. Il monta sur le trône sous le nom de Séânkhibtaoui, «Celui qui vivifie le cœur des deux terres». Il réunifia lÉgypte et changea son nom dHorus pour Sémataoui, «Celui qui a unifié les deux terres». Il poursuivit une série de travaux de restauration des temples et légua à son deuxième fils et successeur, Montouhotep III, un pays prospère et organisé.

86 M Mout: qui signifie «mère» en égyptien, épouse dAmon* et mère de Khonsou*. Elle porte la double couronne marquant lunification de la Basse- et de la Haute-Égypte. Elle est le principe femelle dAmon, la mère et reine, réceptacle de lœuf de vie. Elle symbolise les valeurs maternelles. Déesse dangereuse, elle peut se transformer en lionne aux griffes acérées. Son culte se pratiquait à Karnak, Hermonthis, Bubastis, Memphis et Tanis.AmonKhonsou

87 N Nabonide ( ): successeur de Nabuchodonosor II* ( ), dernier roi de lempire néo- babylonien à lépoque des empires universels. Sous son règne, le dieu suprême Marduk* fut remplacé par le dieu-Lune Sîn*. Il sexila dix ans à loasis de Teima pour lui vouer un culte. Il laissa ladministration de son royaume à son fils Bel-shar-usur. Son retour coïncida avec la prise de Babylone par Cyrus II* ( ), fondateur de lempire perse. Il fut de nouveau exilé.Nabuchodonosor IIMardukCyrus II Nabonide fait face à Sîn (la Lune), à Shamash (le Soleil) et à Ishtar (la planète Vénus)

88 N Nabû: dieu sumérien du savoir et de lécriture, il est chargé décrire le destin de chaque homme. Nabuchodonosor II ( ): successeur et fils de Nabopolassar* de lempire néo-babylonien ( ) à lépoque des empires universels. Lempire parvient à son apogée sous son règne. Le roi est entouré détats vassaux qui bénéficient de leur autonomie et de leur roitelet. Il poursuit la politique syrienne de son père. Il conquiert Jérusalem en 597. Les juifs sont déportés en Babylonie et en Susiane. Il embellit la capitale de Babylone et fait bâtir la porte dIshtar dans son palais. Son fils et successeur Amel-Marduk qui na pas connu un règne important fut assassiné par son beau-frère.

89 N Narâm-Sîn ( ): petit-fils et successeur de Sargon dAkkadé* de lempire dAkkad à lépoque des royaumes. Son règne corresponda à lapogée de lempire. En neuf batailles en une seule année, il mit fin aux révoltes généralisées. Son règne fut marqué par des succès militaires contre lÉlam, avec qui il signa un traité de paix, et contre le royaume dÉbla. Les Lullubi, peuple du Mt. Zagros, menacèrent son règne. Il mèna son armée sur le Mt. Zagros et écrasa ses ennemis. Lempire saffaiblit sous le règne de son fils Shar- kali-sharri ( ). Stèle de Narâm-Sîn sur le Mt. Zagros

90 N Narmer ( ): pharaon de la première dynastie de lépoque thinite ( ). À la période prédynastique, lÉgypte était chaotique et instable. Trois royaumes en Haute- Égypte (Tinis, Nagada et Hiérakonpolis) se disputaient la suprématie. Narmer, depuis Hiérakonpolis, unifia les deux Égyptes pour la première fois. Sur la «palette de Narmer», le pharaon porte la couronne rouge, symbole de domination (B-E) et la couronne blanche (H-E). Il est en compagnie dHorus*, dieu rattaché à la royauté.

91 N Nefertiti: épouse dAkhénaton*, elle instaura avec son époux la suprématie dAton*. Il existe trois théories sur le successeur présumé du pharaon Akhénaton: soit son fils Semen-Karé lui succède et il sera succédé à son tour par Toutankhamon*, soit Semen- Karé serait dorigine hittite ou soit Néfertiti succéda à son époux et prit le nom de Semen-Karé ( ).

92 N Nefertoum «le lotus que respire Râ»: dieu très ancien des parfums, fils de Ptah* et de Sekhmet* avec lesquels il forme la triade de Memphis. Il est la personnification du lotus originel qui jaillit de locéan primordial Noun* et donna naissance au dieu-Soleil Atoum*. Il porte sur sa tête un lotus surmonté par deux plumes. Sous la forme dun lion redoutable, il est le protecteur de la frontière orientale de lÉgypte. NounAtoum

93 N Nekhbet: très ancienne déesse, patronne de la ville antique de Nekheb dans la Haute-Égypte, elle est représentée en vautour avec les ailes déployées et coiffée de la couronne blanche de Haute-Égypte. Elle forme une dyade avec la déesse-serpent Ouadjet*. Ensemble, elles sont les «deux maîtresses» de lÉgypte et les protectrices de la royauté. Ouadjet

94 N Nephtys: fille de Nout* et de Geb*, sœur de Seth*, dIsis* et dOsiris*, elle est la protectrice des sarcophages. Elle aida sa sœur Isis à ressusciter son époux Osiris. Dune idylle avec lui naquit son fils Anubis*.NoutGeb Nergal: dieu du royaume des morts akkadien, son nom signifie en sumérien «Maître de la Grande ville». Il fut assimilé au III e millénaire à Ereshkigal, la reine des morts chez les Sumériens, qui devint son épouse.

95 N Nin-Girsu: dieu titulaire de Lagash, divinité de la guerre. Il est représenté sur la stèle des vautours où il garde des prisonniers dans un grand filet. Son symbole est laigle aux ailes déployés avec une tête de lion. Ninurta: dieu sumérien, fils dEnlil*, dieu guerrier de la fécondité et de la végétation, il fut assimilé parfois à Nin-Girsu. Stèle des vautours Voir Montou*Montou

96 N Noun: locéan primordial, commun à toutes les traditions, est une vaste étendue deau inerte qui sétend autour du monde. Il représente le cycle de la vie et de la mort. Il donna naissance à Atoum*, le premier et véritable père des dieux. Il est représenté comme un homme barbu avec un corps bleu ou vert, symbolisant leau et la fertilité. Il est léquivalent de Tiamat* chez les Mésopotamiens et de Okéanos dans la cosmogonie homérique.AtoumTiamat Voir Cosmogonie II*Cosmogonie II

97 N Nout: fille de Shou* (dieu de lair) et de Tefnout* (déesse de lhumidité), sœur jumelle et épouse de Geb* (la terre). Déesse du ciel, elle complète les quatre éléments primordiaux. Ses membres qui touchent le sol sont les quatre points cardinaux. Elle est généralement représentée arquée, sappuyant sur ses doigts et ses orteils, soutenue par son père et surplombant son époux.

98 O Osiris: il est représenté en homme tenant le sceptre-héqa et le flagellum, insigne du pouvoir, il est vêtu dune gaine et dune haute mitre blanche. Sa chair couleur verte ou noire évoque la renaissance. Il est le fils de Nout* et de Geb*, lépoux de sa sœur Isis* et le père dHorus*. Il fut dabord le dieu de la végétation et de lagriculture avant de devenir le dieu des morts. Vénéré dans la ville de Busiris, son culte principal sera déplacé à Abydos. Voir mythe dOsiris*mythe dOsiris

99 O Ouadjet: «Celle de la couleur du papyrus», déesse-cobra coiffée de la couronne rouge, elle est originaire de la ville de Bouto dans le nord du Delta. Protectrice de la Basse-Égypte et du pharaon, elle était la personnification de la chaleur ardente du soleil et fut assimilée plus tard à lœil de Râ*. Elle forme une dyade avec le dieu- vautour Nekhbet*, protectrice de la Haute-Égypte.

100 O Oupouaout: qui signifie «Celui qui ouvre les chemins», dieu titulaire de la ville dAssiout, la capitale du XIII e nome de la Haute-Égypte. Il est représenté dans une forme hybride du chacal et du chien sauvage. Il fut associé à la protection de la personne royale et de la «Terre sacrée» de la ville sainte dAbydos où résident les dieux canidés gardiens des lieux. Son culte se pratiquait à Abydos, Memphis et Saïs.

101 O Ourèthékaou: qui signifie «la grande magicienne», elle est représentée avec une tête de lionne coiffée par le disque solaire et vêtue dune longue tunique étroite. Elle est lincarnation des couronnes royales et la personnification de la puissance surnaturelle des dieux. Elle est capable de donner ou de retirer la vie.

102 O Our-shanabi: il est le batelier du royaume des morts mésopotamien. Les défunts doivent compter sur lui pour franchir le Khoupour, le fleuve infernal. Pour le traverser, Our- shanabi utilise des êtres de pierre et des tiges. Outa-napishtim: ou Supersage, il est le Noé des Mésopotamiens. Il construisit une arche, fut épargné du déluge et reçu limmortalité des dieux. Our-shanabi inspira le batelier Charon aux Grecs

103 P Pazuzu: roi des démons du vent du sud-ouest qui apporte les orages dans la mythologie akkadienne et sumérienne. Il est représenté en homme avec une tête de lion ou de chien, les griffes acérées et les ailes déployées, la queue dun scorpion et un serpent en guise de pénis. Cest lui qui apporte la sécheresse et la famine lors de la saison sèche et linondation lors de la saison humide. Il était aussi invoqué pour protéger les humains contre les forces mauvaises.

104 P Pilier Djed: Djed signifie en égyptien «stabilité» ou «durée», il symbolisait la continuité, la stabilité et lharmonie de lunivers. Ce pilier jouait un rôle dans les rites agricoles. Le pharaon lérigeait en lhonneur du dieu Ptah* lors de son fête-Sed* à Memphis. Il représentait la colonne vertébrale dOsiris* soutenant le monde de son énergie protectrice, reliant ainsi la terre au royaume céleste.fête-Sed

105 P Ptah «celui qui façonne»: dieu très ancien, il connut une époque glorieuse à Memphis durant les six premières dynasties, époux de Sekhmet* et père de Néfertoum*. Il est représenté en homme enserré dans une gaine momiforme et portant une barbe postiche. Il est le patron des artisans. Dieu démiurge, il créa lunivers avec son esprit et avec sa langue qui, en prononçant un mot, donne réalité à lexistence de ce que celui-ci exprime.

106 P Ptolémée 1er Sôter «le sauveur» ( ): fondateur de la dynastie ptolémaïque (305-30), il fut lun des généraux dAlexandre le Grand* et hérita de lÉgypte après sa mort. Il fit dAlexandrie sa capitale et y fit construire la grande bibliothèque dAlexandrie en 288. Il mit en place une administration efficace combinant la tradition grecque et la tradition égyptienne et fonda une colonie de vétérans à Ptolémaïs, au sud de Memphis.Alexandre le Grand

107 Q Qetesh: déesse de la guerre dorigine asiatique qui fut assimilée par syncrétisme à Anat et Astarté durant lépoque ramesside. Cette déesse triple est représentée debout sur un lion, tenant dans sa main gauche deux serpents et dans sa main droite un bouquet de fleurs, lun et lautre étant les symboles de la vie éternelle. Son rôle consistait à protéger le pharaon en formant autour de lui une barrière magique.

108 R Râ: ou Rê est représenté en homme avec une tête de faucon coiffée par le disque solaire. Il est le dieu suprême de lÉtat et de la justice à Héliopolis (Iounou) dans lAncien Empire. Dès la IV e dynastie, le pharaon qui détenait la primauté solaire fut mis en rapport très tôt avec lui étant qualifié de «fils de Râ». Les rayons de Râ luisaient sur un obélisque (benben) du temple dAbou-Gourod au nord-ouest de Memphis, la maison de Râ, symbolisant sa naissance du chaos originel et la création de lunivers.

109 R Rê-Horakhty: «le soleil est lointain», lavatar le plus connu du dieu Râ* fusionné à Horakhty, le dieu du soleil se levant à lhorizon. Il est représenté avec une tête de faucon surmontée par un disque solaire entouré dun uræus. Il représente le dieu Râ lorsque le soleil a atteint son zénith dans le ciel, à midi, lors de sa gloire terrestre. Son culte se pratiquait à Héliopolis.

110 R Ramsès 1er ( ) : fondateur de la XIXe dynastie du Nouvel Empire, père de Séthi 1er*. Originaire de la Basse-Égypte, nétant pas de sang royal, il devint le chef des archers sous Horemheb*, puis fut promu son général en chef. Il devint également son vizir et le prêtre dAmon. Succédant au pharaon, il partagea une co-régence avec son fils. Il mourut après seulement seize mois de règne et fut enterré dans la Vallée des Rois, à Thèbes.Séthi 1erHoremheb

111 R Ramsès II ( ) : troisième pharaon de la XIXe dynastie du Nouvel empire, fils de Séthi 1 er *, originaire du nord de lÉgypte dans le delta oriental. Son règne fut très long (60 ans). Roi-guerrier, il mena une chaude lutte aux Hittites lors de la célèbre bataille de Qadesh. Pour construire sa nouvelle capitale de Pi Ramsès, il eut recours à des esclaves étrangers (les Hébreux). Il fit bâtir le Ramesséum, un gigantesque temple funéraire sur la rive ouest de Thèbes ainsi que le petit temple dAbou Simbel. Son treizième fils, Meremptah, lui succéda mais naccomplit rien de particulier.Séthi 1 er

112 R Ramsès III ( ) : dernier grand pharaon de la XXe dynastie du Nouvel Empire. En 1200 av. J.-C., il repoussa lattaque des peuples de la mer en Égypte et dans le couloir Syro-Palestinien ainsi que linvasion des Nubiens. Grand admirateur de Ramsès II*, il fit ériger un temple funéraire à Medinet Habou dont les décors qui ornaient les murs étaient des copies conformes du Ramesséum. Ramsès III fut assassiné. Son fils Ramsès IV ( ) qui lui succéda fut peut-être son assassin. Ramsès II

113 S Sacrifice: en Mésopotamie, le sacrifice (siskur en sumérien et niqû en akkadien) était quelque chose de positif. Tout sacrifice était une offrande, un don à une divinité pour son avantage et profit. Le devoir fondamental de lhomme mésopotamien était dentretenir les dieux par un culte quotidien: de leur préparer et fournir tous les biens de consommation qui leur étaient indispensables pour une existence opulente et plaisante. Les diverses rations de vivres respectivement allouées étaient proportionnelles à limportance de la divinité. Voir Annunaki*Annunaki

114 S Sargon lAncien: fondateur de lempire dAkkadé à lépoque des royaumes, premier souverain qui unit tout le bassin mésopotamien sous son autorité, père de Narâm-Sîn*. Il installe des gouverneurs dans les villes conquises. Durant son règne, il soppose au roi dUruk, Lugalzagesi et il fait la guerre contre lÉlam. Durant cette période, la culture sumérienne devient progressivement majoritaire. Lempire dAkkadé atteindra son apogée sous le règne de son fils et successeur, Narâm-Sîn.Narâm-Sîn

115 S Sargon II ( ): successeur de Téglath-phalasar III* ( ) de lempire néo-assyrien à lépoque des empires universels. Il usurpa le trône de son frère Salmanasar V. Sous le règne des Sargonides lempire connu son âge dor. En 710, il reconquit Babylone. Il annexa le couloir Syro-Palestinien et sempara du royaume de Jérusalem. En 707, il fonda la nouvelle capitale de Dur- Sharrukin. Il mourrut en 705 lors de sa campagne en Anatolie. Son successeur fut Sennachérib* Téglath-phalasar IIISennachérib

116 S Satet «celle qui répand»: ou Satis, déesse portant la couronne blanche de Haute-Égypte, une longue tiare et des cornes de gazelle. Déesse de linondation, elle répand les eaux du Nil que son mari Khnoum* libère de la grotte de Hâpy*. Elle est la maîtresse des îles de Séhel et dÉléphantine, à la frontière sud, près de la première cataracte. Déesse chasseresse, elle est aussi la protectrice de lÉgypte.

117 S Sekhmet «la puissante»: déesse guerrière au corps de femme avec une tête de lionne couronnée du disque solaire, fille de Râ* et épouse de Ptah*. Elle est lincarnation de la fureur de Râ et élimine ses ennemis. Responsable des épidémies, mais aussi de la guérison, elle est la protectrice des médecins. Lorsquil la libère, afin quelle ne tue pas tous les humains de sa soif insatiable de sang, Râ fait pleuvoir de la bière pour la saouler.

118 S Selket «celle qui fait respirer»: ou Selkis, déesse originaire de la Basse-Égypte, divinité bienveillante qui protège les hommes contre les piqûres venimeuses. Elle transmettait son pouvoir guérisseur à ses prêtres et à ses magiciens. Elle veille à renouveler le souffle des défunts dans lau-delà et présidait à laccouchement de la reine. Son culte se pratiquait exclusivement en Basse-Égypte. Voir Shed*Shed

119 S Sennachérib ( ): roi dAssyrie de lempire néo-assyrien à lépoque des empires universels, fils de Sargon II*. Il mena des campagnes contre le royaume de Juda. Il poursuivit des troupes hostiles composées de Babyloniens et de Chaldéens, plaça son fils Ashur-nadin-shumi sur le trône de Babylone. En 690, il reprit Babylone qui lui avait été prise par Mushézib- Marduk et après un siège de quinze mois, la ville fut totalement détruite et sa population déportée. Il mourut assassiné par lun de ses fils.Sargon II

120 S Seshat «celle qui est un scribe»: ancienne déesse de lécriture, de lastronomie et des mathématiques, elle est la protectrice des bibliothèques, des scribes et des architectes. Elle est aussi la gardienne des annales et des archives royales. Son culte est attesté depuis la II e dynastie. Patronne de larchitecture, elle assistait le pharaon dans la justesse des plans architecturaux. Aucun temple ne lui fut consacrée.

121 S Sésostris I er ( ): fils aîné du fondateur de la XIIe dynastie du Moyen Empire, Amenemhat 1 er * ( ). Son père lui confia une co-régence: il fut chargé dimposer lautorité égyptienne sur la Basse- Nubie. Il monta sur le trône après lassassinat de son père. Son règne fut marqué par la prospérité et par des activités monumentales. Il fut le premier bâtisseur du grand domaine dAmon-Rê à Karnak où il fit ériger un sanctuaire initial appelé aujourdhui «cour du Moyen Empire» et une «chapelle blanche» en calcaire.Amenemhat 1 er Le pharaon coiffé de la couronne blanche

122 S Sésostris III ( ): cinquième pharaon de la XIIe dynastie du Moyen Empire ( ), père de Amenemhat III*. Il reprit le pouvoir qui avait été usurpé par les Nomarques (administrateurs dun nome), réunifia lÉgypte, puis abolit la fonction de Nomarque qui fut désormais remplacée par un triple vizirat (pour le Nord, le Sud et la Nubie). Il intégra la Basse-Nubie et fit ériger une série de forteresses militaires le long de la deuxième cataracte. Ce buste représente le pharaon avec les traits dun homme éreinté. Amenemhat III

123 S Sethi 1 er ( ): second pharaon de la XIXe dynastie du Nouvel Empire, fils de Ramsès 1er* et père de Ramsès II*. Il fut un important bâtisseur: il fit construire de nombreux temples dont la grande salle hypostyle du temple de Karnak*. Il dut contrer la trop grande menace des Hittites qui achetaient la loyauté de ses roitelets locaux et mit fin à une importante révolte autonomiste des pays vassaux de lÉgypte. Il fut enterré dans la Vallée des Rois.Ramsès 1er Ramsès IItemple de Karnak

124 S Shamash: ou Utu chez les Sumériens, il est le dieu du Soleil et de la justice à Babylone. Son cycle quotidien consiste à sortir de la montagne de lest et de se rendre jusquà la montagne de louest où il rejoint les profondeurs du royaume des morts pour éclairer le trajet que doivent parcourir les âmes, puis de revenir à la montagne de lest en marchant sous la terre. Grand maître de la divination, ce rôle limpliquait dans les décisions politiques et sociales du roi. Voir Râ*Râ

125 S Shed: «le sauveur»: il est représenté sous la forme dun enfant dieu avec la tresse caractéristique de lenfance en Égypte, il est le guérisseur qui protège les hommes des animaux venimeux au Nouvel Empire. On linvoquait pour se protéger des morsures de serpent ou des piqûres de scorpion. Son culte connut un grand succès dans le village ouvrier de Deir El- Médineh. Il fut assimilé par syncrétisme au dieu Horus*

126 S Shou: fils dAtoum*, frère jumeau et époux de Tefnout*, père de Geb* et de Nout*, il est la divinité de lair. Il fait partie de la grande ennéade héliopolitaine avec Atoum, Tefnout, Geb, Nout, Osiris*, Isis*, Seth* et Nephtys*. Il est représenté sinterposant entre le ciel et la terre pour mettre fin à leur étreinte. Il est le symbole du souffle de la vie. Râ* remplacera Atoum dans le rôle du père de Shou et Tefnout. Son culte se pratiquait à Héliopolis et Léontopolis.AtoumTefnoutGebNoutOsirisIsisSeth NephtysRâ Onouris et Shou

127 S Shulgi ( ): qui signifie «noble jouvenceau», second souverain du pays de Sumer de la dynastie dUr III ( ) à lépoque des royaumes ( ). Il organisa lempire fondé par son père Ur-Nammu*. Il établit une frontière stable et lutta contre linfiltration des populations étrangères, principalement les Hurrites. Son règne fut marqué par une faste période de créativité littéraire et de progrès sur le plan administratif et social. Sa politique territoriale lemmena vers lÉlam, le Zagros et le Kurdistan.Ur-Nammu

128 S Sobek «le patient»: fils de la très ancienne déesse aquatique Neith, époux dHathor*, il est représenté en homme avec une tête de crocodile, dieu de leau et de lirrigation dans les champs. Associés à la fertilité, la présence des crocodiles dans le Nil présageait une crue favorable aux récoltes. Au Moyen Empire, il fut assimilé par syncrétisme au dieu Amon*. Son sanctuaire principal se situait à Kom Ombo.Hathor

129 S Sokaris «celui qui se tient sur le sable»: ou Sokar, il est représenté en homme momifié avec une tête de faucon, il est le dieu des morts de Memphis et le patron des orfèvres. Durant la Troisième Période Intermédiaire, après lhégémonie de Ptah* dans la nécropole de Memphis, il fut assimilé par syncrétisme aux dieux Ptah et Osiris*, réunissant ainsi les trois fonctions des divinités: la création (Ptah), la métamorphose (Sokaris) et la renaissance (Osiris).

130 T Téglath-phalasar III: roi dAssyrie de lempire néo-assyrien à lépoque des empires universels. Il serait un usurpateur du trône. Il fut le véritable fondateur de lempire néo-assyrien. Il réforma son armée quil rendit plus opérationnelle. Il développa la cavalerie au détriment des chars. Il a combattu et triomphé sur lUrartu avec laide de ses alliés de Syrie du Nord. Il écrasa une coalition menée par le roi du royaume de Damas. En 729, il sempara de Babylone où il se fit proclamer roi sous le nom de Pulu.

131 T Tefnout «la lointaine»: déesse dangereuse, femme à tête de lionne, sœur et épouse de Shou*, mère de Geb* et de Nout*, elle naquit de la semence dAtoum* ou de Râ*. Elle est la déesse des nuages et de lhumidité sous toute ses formes, symbole du pouvoir créateur. Elle incarne également le cycle du soleil brûlant et dévastateur. Son culte se pratiquait à Oxyrhynchos et Héliopolis.

132 T Temple de Karnak: le plus important temple de lÉgypte consacré au dieu Amon-Rê fut construit, modifié et agrandit sur une période de deux mille ans. Le site est divisé en trois ensembles: lenceinte centrale qui constitue le temple dAmon*, lenceinte septentrionale qui constitue le temple de Montou* et lenceinte méridionale qui constitue le temple de Mout*. Plusieurs pharaons participèrent à sa construction dont Sésostris 1er*, Aménophis 1er*, Aménophis III* Thoutmosis 1er*, Thoutmosis II*, Hatshepsout*, et Horemheb*. Cest sous les Ramessides* que le temple de Karnak fut considéré achevé.AmonMontou MoutSésostris 1erAménophis 1er Aménophis IIIThoutmosis 1erThoutmosis II HatshepsoutHoremheb Ramessides

133 T Thouéris: ou Opet, déesse au corps hybride: mi hippopotame, mi crocodile aux pattes de lion, déesse qui préside aux accouchements de toutes les femmes, divinité domestique, nombreuses statuettes et amulettes à son effigie. Lieu de culte: dans les foyers. Tiamat: locéan primordial chez les Mésopotamiens, léquivalent du Noun*.Noun Voir Fête dOpet*Fête dOpet

134 T Thoutmosis 1 er ( ): troisième pharaon de la XVIIIe dynastie du Nouvel Empire, père dHatshepsout*. Pour confirmer sa légitimité au trône, il épousa Ahmès, la sœur dAmenhotep 1er*. Avec sa seconde épouse Moutnofret, il eut un fils qui deviendra Thoutmosis II*. Il organisa deux campagnes de conquête contre la Nubie et se heurta pour la première fois au royaume de Mitanni lors dune expédition en Syrie du nord. Il fut le premier pharaon enterré dans la Vallée des Rois.HatshepsoutAmenhotep 1erThoutmosis II

135 T Thoutmosis II ( ): quatrième pharaon de la XVIIIe dynastie du Nouvel Empire, fils de Thoutmosis 1er*. Son nom dHorus Kanakht Ouserpéthy signifie «Taureau puissant, imposant de vigueur». Il épousa sa demi-sœur Hatshepsout* qui lui donna une fille, Néférourê. Iset, sa seconde épouse, lui donna un fils, le futur Thoutmosis III*. Il mena une expédition punitive en Haute- Nubie et fit ériger deux obélisques au temple de Karnak*. Thoutmosis 1er Hatshepsout Thoutmosis IIItemple de Karnak

136 T Thoutmosis III ( ): sixième pharaon de la XVIIIe dynastie du Nouvel Empire, fils de Thoutmosis II*. À la mort de son père, étant trop jeune pour régner, la régence fut exercée par Hatshepsout*. Il entreprit de grandes campagnes militaires en Nubie, dans le couloir Syro-Palestinien et en Mitanni. Il conquit également la Syrie et la Phénicie. Ses conquêtes décuplèrent les richesses de lÉgypte et permirent à ce grand guerrier dentreprendre dénormes constructions à la gloire dAmon*.Thoutmosis IIHatshepsoutAmon

137 T Thoutmosis IV ( ): huitième pharaon de la XVIIIe dynastie du Nouvel Empire, fils dAménophis II* et père dAménophis III*. Son nom dHorus dor Ouserkhépesh Derpesedjet signifie «Puissant par son glaive, qui éloigne les Neuf Arcs (les ennemis de lÉgypte)». Son règne fut marqué par la paix et la stabilité quavaient assuré ses prédécesseurs. Il embellit le temple de Karnak* et entreprit des travaux darchitecture à Amada, Memphis, Giza et Abydos.Aménophis IIAménophis IIItemple de Karnak Le pharaon coiffé du Némes et de lUræus (cobra), gage du pouvoir

138 T Tukulti-Ninurta 1 er ( ): roi dAssyrie de lempire medio-assyrien ( ) à lépoque des royaumes ( ). Son règne marqua lapogée de la puissance assyrienne (env ). Il fit construire la nouvelle capitale de Kar-Tukulti- Ninurta et sempara de Babylone où il exerça sa royauté durant trente-deux ans, période où linfluence culturelle babylonienne sétendit sur lAssyrie. Il fut renversé par un mouvement de rébellion et fut exécuté.

139 U Ur-Nammu ( ): fondateur de lempire dUr III à lépoque des grands royaumes, père de Shulgi*. Il fit ériger la première ziggourat* à Ur, un monument religieux. Il chassa les Élamites de Sumer et imposa son autorité à ses rivaux. Il administra efficacement son royaume et créa le premier code de loi basé sur des actes et des punitions (compensations financières). Code qui sera reprit et augmenté par Hammourabi*.ShulgiziggouratHammourabi

140 V Vases canopes: ils contenaient les parties du corps dun défunt après sa momification. Quatre divinités, tous fils dHorus*, protégeaient chacun leur vase. Amset, à la tête dhomme, protégeait le foie; Hapy, à la tête de babouin, (ne pas confondre avec Hâpy*) protégeait les poumons; Douamoutef, à la tête de chien, préservait lestomac et Qebesennouf, à la tête de faucon, veillait sur les intestins. Ainsi, ils garantissaient la vie éternelle du défunt.HorusHâpy

141 X Xerxès 1er ( ): successeur de Darius 1er*, dernier grand roi de lempire perse ( ) à lépoque des empires universels. Il poursuit la politique dexpansion de Darius 1er en Grèce. Il entame la seconde guerre médique ( ). Son armée pénètre à lintérieur dAthènes et saccage ses monuments, notamment le Parthénon. Il est défait à Thermopyle par les Athéniens et les Spartiates.

142 X Xénophon ( ): un illustre historien athénien qui fut un disciple de Socrate. Il participe à lexpédition de lAnabase ( ), qui signifie «vers lorient», comme mercenaire dans une armée constituée de mercenaires Grecs et Spartiates. Le chef à leur tête est Cyrus le Jeune qui veut détrôner son frère Artaxerxès 1er ( ), sixième souverain de la dynastie des Achéménides. Cyrus le Jeune meurt à la bataille fatidique à Cunaxo.

143 Bibliographie Erik Hornung, «Les dieux de lÉgypte: lun et le multiple», éditions Champs Flammarion, 1992, 310p. Jean-Claude Golvin et Jean-Claude Goyon, «Les bâtisseurs de Karnak», Presses du CNRS, 1987, p Jean-Claude Golvin, Jean-Claude Goyon, Claire Simon-Boidot et Gilles Martinez, «La construction pharaonique du Moyen Empire à lépoque gréco-romaine», éditions Picard, 2004, p Marc Albouy, Henri Boccon-Gibod, Jean-Claude Golvin, Jean-Claude Goyon et Philippe Martinez, «Karnak: Le temple dAmon restitué par lordinateur», M.A Éditions, 1989, p. 84.

144 Bibliographie Jean-Jacques Glassner, «La Mésopotamie», éditions Les belles lettres, Paris, 2002, 335p. R. Labat, «Les religions du Proche-Orient asiatique», éditions Fayard-Denoel, Paris, 1970, p Jean Bottéro, «Lépopée de Gilgamesh: le grand homme qui ne voulait pas mourir», éditions Gallimard, collection lAube des peuples, Paris, 1992, p Jean Bottéro, «La plus vieille religion en Mésopotamie», Gallimard, folio histoire, Paris, 1998, 443p. Auteur inconnu, «Lantiquité: lart égyptien, lart grec», HB difusion inc., découverte de lart, 200p.

145 Bibliographie J.-D. Forest: «Lépopée de Gilgamesh et sa postérité: introduction au langage symbolique», Méditerranée, Paris, 2002, p Nicolas Grimal, «Histoire de lÉgypte ancienne», Le livre de poche, Librairie Arthème Fayard, 1988, Paris, 668p. Karen Farrington, «Atlas historique des empires: de 4000 av. J.-C. jusquau XXIe siècle», Max- Livres, Italie, 2003, 192p. J. Assmann, «Maât, lÉgypte pharaonique et lidée de Justice sociale», Maison de vie, Paris, 1999, 176p. Claire Lalouette, «Dieux et pharaons de lÉgypte ancienne», Librio, Paris, 2007, 92p.

146 Illustrations Le chien est depuis longtemps le meilleur ami de lhomme!

147 Pour tout commentaire: Blog officiel: Dagmar Fantasy est un portail consacré à la philosophie, à la mythologie et aux civilisations de lAntiquité


Télécharger ppt "Abécédaire des Grandes Dynasties dans la sphère divine et des divinités de la mythologie proche-orientale Pierre Baribeau (2006-2007)"

Présentations similaires


Annonces Google