La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1. Emile Durkheim Emile Durkheim (1857-1917): est considéré comme le fondateur de la sociologie moderne pour avoir réussi à associer la théorie et la.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1. Emile Durkheim Emile Durkheim (1857-1917): est considéré comme le fondateur de la sociologie moderne pour avoir réussi à associer la théorie et la."— Transcription de la présentation:

1 1

2 Emile Durkheim Emile Durkheim ( ): est considéré comme le fondateur de la sociologie moderne pour avoir réussi à associer la théorie et la recherche empirique. Influencé par le positivisme dAuguste Comte, il énonça la spécificité du fait social, indépendance du groupe par rapport aux hommes qui le composent et considère les faits moraux comme des sociaux. Ses cours et ses écrits traitent de la solidarité sociale, du suicide, du fait moral et religieux, des méthodes pédagogiques… Son oeuvre est ordonnée autour d'un triple projet. 1) Il désire fonder une science nouvelle, la sociologie, science des faits sociaux et de leurs lois. 2) En second lieu, il faut lui donner une méthode qui lui soit propre. 3) Il a aussi pour ambition d'élaborer les règles d'une morale collective s'appuyant sur des valeurs fondées rationnellement. Il voulait fonder la sociologie, sciences des faits sociaux et de leur loi qui doit avoir une méthode propre et montrer comment lappliquer. Sa sociologie est inséparable du projet de réforme sociale. 2

3 Emile Durkheim En développant une science des faits sociaux, Émile Durkheim invente une nouvelle discipline, la sociologie, dont lun des objectifs affirmés est de réformer la vie sociale 3

4 Son projet Ainsi le projet de Durkheim réside dans sa volonté de résoudre de façon scientifique et positive la question sociale. Pour lui cest un problème de consensus social liée au développement de lindividualisme et à la montée des égoïsmes, ceci dans un contexte dindustrialisation. 4

5 Les faits sociaux « Il faut traiter les faits sociaux comme des choses » : Il nest pas si arbitraire, finalement, de retenir de lœuvre dÉmile Durkheim ce précepte choc, tiré de son livre- manifeste Les Règles de la méthode sociologique (1895). Il dit bien en effet le coup de force quil réalise en imposant dans le monde intellectuel lidée que nous devons être face à la société comme le physicien observant un phénomène inconnu. 5

6 Les faits sociaux Lambition de É. Durkheim aura été de convaincre que les faits sociaux existent, quils consistent en « manières dagir, de penser et de sentir » qui simposent à lindividu, et qui ne sont réductibles ni à des faits de nature ni à une collection de faits individuels. Ces faits relèvent dune discipline nouvelle, la sociologie, qui doit enquêter et non se limiter à spéculer, et chercher à expliquer les faits sociaux par dautres faits sociaux. 6

7 Faits sociaux Il définit les faits sociaux comme toute manières de faire[…] susceptibles dexercer une contrainte sur lindividu et choisit ainsi détudier le suicide, la famille, le mariage, le crime, ou encore la religion. 7

8 Les faits sociaux Derrière la définition du fait social nous retrouvons la conception durkheimienne de la sociologie - lindividu nait de la société… -la conscience collective, lensemble des croyances et des sentiments communs à la moyenne des membres dune société forme un système déterminé qui a sa vie propre. -expliquer un phénomène social, cest en rechercher la cause efficiente. Cest ainsi que Durkheim écrivait…. les courants suicidogènes ont pour origine non pas lindividu, mais la collectivité la société éveille en nous le sentiment du divin et devient ainsi objet de croyance et de culte. 8

9 9

10 La Société La société forme une entité qui dépasse et englobe lindividu. Le fait darriver à lheure ne résulte par dun choix personnel mais de lacquisition dune éducation, intégration des normes. Selon Durkheim : il faut expliquer le social par le social ; Les faits sociaux sont radicalement distincts des faits individuels qui les constituent. Lassociation des individus engendre une réalité nouvelle dans la nature de cette réalité quil faut trouver la cause des faits. 10

11 méthode Ses meilleurs outils sont la statistique et le comparatisme. Armé de ces intentions, É. Durkheim nhésite pas à se faire remarquer en choisissant des sujets à loccasion provocants. En 1897, il publie Le Suicide : cet acte que tout le monde croit personnel, É. Durkheim montre quil varie en fonction de lintégration de lindividu dans la vie sociale, de la religion, des saisons… 11

12 12

13 13

14 Le suicide, psychologie ou sociologie? La famille, la religion et la société politique sont autant de groupes sociaux qui définissent lidentité des individus, et quà chaque fois que ces groupes sont trop affaiblis, lindividu y perd ses repères. Le suicide varie en raison inverse du degré dintégration des groupes sociaux dont fait parti lindividu. 14

15 Le Suicide Lobjectif est détablir loriginalité du fait social Attaquant à un acte le plus personnel et le plus asocial que lon peut fonder le plus sûrement la valeur de sociologie. Il ne nie pas les circonstances de la vie personnelle des individus mais remarque que ces raisons sont insuffisantes pour rendre compte de certaines régularités dans les taux de suicide et que seuls des facteurs dordre social peuvent pleinement expliquer ces régularités. Chaque société a en quelque sorte sa personnalité « suicidogène ». Durkheim veut montrer quau-delà des facteurs psychologiques et biologiques, il existe des facteurs suicidogènes qui sont dordre proprement sociaux. Le suicide dépend de facteurs proprement sociaux Durkheim rassemble et analyse les données officielles sur les suicides Le suicide (1895) reprend la question de cohésion sociale. Il établit une relation de cause à effet entre les formes de déséquilibre du lien social et le taux de suicide. La typologie de suicide se construit autour de deux variables sociales, lintégration et la régulation, et aboutit quatre types de suicide : égoïste, altruiste, anomique, fataliste (peu répandu). 15

16 Le Suicide (suite…) altruiste et égoïste : plus intégré le suicide altruiste par lacceptation des normes, des coutumes, vieillard esseulé (isolé) suicide égoïste. Suicide de type égoïste : lien entre intégration des individus et propension au suicide, il analyse le rapport entre le taux de suicide et trois institutions, la religion, la famille, la communauté politique (ladversité subi en commun rapproche les gens… Anomique et fataliste : les normes sont affaiblis à leur contenu, imprécise, contradictoires, mal adaptés aux situations – anomique : dépression et croissance. Le suicide fataliste : découle des normes excessivement envahissantes, excès des normes, dune règlementation trop poussé. Cest le suicide de prisonnier, du désespoir absolu. 16

17 Suicide 17

18 18

19 Sappuyer sur les sciences pour réformer la société Dailleurs, si É. Durkheim prétend fonder la sociologie, ce nest pas (seulement) par amour de la science : « Nous estimerions que nos recherches ne méritent pas une heure de peine si elles ne devaient avoir quun intérêt spéculatif, écrit-il. Si nous séparons avec soin les problèmes théoriques des problèmes pratiques, ce nest pas pour négliger ces derniers : cest, au contraire, pour mieux les résoudre. » 19

20 20

21 Léducation morale Léducation a une fonction sociale fondamentale: donner les idées qui nous guident dans lexistence au monde. Le but premier de léducation est de relier lenfant à sa société. Le travail du Durkheim est dune part théorique: définir léducation par rapport à la morale; dautre part pratique: orienter la pédagogie moderne. Quant à la morale ce nest pas seulement un ensemble de règles de conduites impératives. Elle est aussi la conscience du sens de sa conduite, le désir daccomplir ce quon croit être le Bien. Il veut imposer le souci de lautonomie de lenfant dans la formation de la conscience morale. Enseigner le morale ce nest pas ni prêcher, ni linculquer, cest lexpliquer. Quant au contenu de la pédagogie moderne il définit les principes: Lidée de justice et lidéal démocratique Lidée de solidarité et lidéal dhumanité pacifique Lidée de vérité et lidéal scientifique. 21

22 La réforme sociale: vaincre lanomie Il faut accélerer le moment des réformes dont le but sera de fonder de nouvelles solidarités entre les individus. Pour remédier à la crise morale, Durkheim croyait pour sa part quil était nécessaire de former de nouveaux groupement professionnels, de nouvelles corporations liant tous les métiers collaborant dans un secteur de la vie économique. Labsence de réglementation économique a mené à la guerre sociale et à la misère morale, tout comme labsence de réglementation de la vie internationale a mené à la guerre mondiale. Tous les espoirs de Durkheim furent anéanits dans se sommet de barbarie que fut la guerre de

23 anomie Absences de normes. Lorsque la division du travail (au lieu de produire normalement de la solidarité), génère un déficit du lien social il y a anomie. Lanomie désigne une situation sociale pathologique marquée par un affaiblissement des repères, un état de dérèglement social. 23

24 Solidarité(s) Solidarité mécanique (ou par similitude: exemple du clan ou de la tribu) et solidarité organique (principe de différenciation dans les sociétés occidentales). Dans la solidarité mécanique le droit est répressif. Dans la solidarité organique restitutif. 24

25 Solidarité(s) Il diagnostique le passage de la solidarité mécanique (fondée, comme dans les sociétés traditionnelles, sur la similitude et la proximité des individus) en solidarité organique (fondée sur la complémentarité des individus résultant de la division du travail engendrée par lindustrialisation)… Doù de nombreux écrits sur la morale, lindividu, léducation, où le sociologue cherche une manière de renouveler ce que lon appellerait aujourdhui le « lien social », afin déviter les situations danomie, cest-à-dire celles où les aspirations individuelles ne sont plus régulées par les normes sociales. 25

26 Holisme La première définition historique du holisme est : « la tendance dans la nature à constituer des ensembles qui sont supérieurs à la somme de leurs parties, au travers de l'évolution créatrice ». Holisme sociologique : Le holisme appliqué aux systèmes humains, par essence complexes, consiste à expliquer les faits sociaux par dautres faits sociaux, dont les individus ne sont que des vecteurs passifs. Les comportements individuels sont socialement déterminés : la société exerce une contrainte (pouvoir de coercition) sur lindividu qui intériorise (ou « naturalise ») les principales règles et les respecte.sociétépouvoir de coercition 26

27 holisme Durkheim, dans son ouvrage Les règles de la méthode sociologique, expliqua que "La cause déterminante d'un fait social doit être recherchée par rapport aux faits sociaux antérieurs et non parmi les états de conscience individuelle". En sociologie, les analyses holistes voient dans la société des contraintes qui assujettissent les individus. Selon Durkheim toujours, les actes individuels ne peuvent être expliqués que si on étudie la société et les normes sociales qu'elle impose à ses membres. Par l'éducation qu'il reçoit, l'individu intériorise des comportements, des façons de penser et de sentir, en somme toute une culture qui permettra d'expliquer ses agissements ou ses croyances. Les goûts et toutes les autres pratiques sociales se construisent socialement. En sociologie le holisme privilégie le sociétal sur l'individuel (E. Durkheim). 27

28 holisme L'expression consacrée est : « Le tout est plus que la somme de ses parties. » Prédominance du tout sur les parties. Interpretation de nature globalisante. Importance des effets de système ou des déterminations structurelles. 28

29 Division sociale du travail De la division sociale du travail : Il aborde dans cet ouvrage les fondements de la solidarité sociale en les insérant dans une fresque allant des sociétés traditionnelles à solidarité mécanique (conscience collective forte et droit répressif dominant) à la société moderne à solidarité organique (conscience collective affaiblie : les rôles sont complémentaires et non plus identiques ; et droit restitutif). Dans ce type de société, la division du travail s'amplifie, produisant de la cohésion sociale. Dès lors, comme source de la solidarité sociale, elle possède un caractère moral. Il est nécessaire que la division du travail produise de la solidarité, sinon, il y a un état d'anomie. Or combattre cette tendance naturelle qui résulte de l'individualisation est le grand combat de Durkheim. Pour ce faire, il est nécessaire de mettre en place un système de valeur rigoureux (une morale laïque et républicaine), une socialisation collective renforcée (éducation scolaire, groupements intermédiaires) pour pallier l'insuffisance ou à l'inadaptation des instances traditionnelles, et des structures professionnelles fortement intégratrices pour encadrer les individus. Le moteur du changement social est l'augmentation du volume et de la densité (matérielle ou morale) des sociétés. 29

30 Les formes élémentaires de la vie religieuse Il définit la religion : "un système de croyances solidaires et de pratiques relatives aux choses sacrées (...) qui unissent en une même communauté morale, appelé Église, ceux qui y adhèrent". Ainsi le monde profane s'opposerait à l'univers du sacré lequel est structuré par des croyances et des rites (totémisme). Nous pouvons remarquer qu'il ne fait aucune allusion à une divinité. Pour lui, l'origine de la religion, c'est la société elle-même. Le sacré incarné dans la réalité sociale est définit comme une mana, une force anonyme. "La société est à ses membres ce que Dieu est à ses fidèles". La religion serait donc une transfiguration de la société. Dans l'Éducation morale, il développe l'idée selon laquelle, morale et religion étaient indissociables avant que la morale ne s'autonomise et ne se laïcise. Puis, il pose les principes de la morale civique : l'esprit de discipline, l'attachement au groupe, l'autonomie de la volonté (libre acceptation des deux premiers préceptes). C'est l'école qui doit enseigner la morale aux enfants et les transformer en êtres sociaux. En ce sens, le maître est une sorte de prêtre. 30

31 Dieu cest la société Il aspire à lavènement dune religion républicaine se substituant à lEglise en déclin. Il prône en effet, le développement dune véritable morale laïque, devant être diffusée en priorité par lécole de la République. 31

32 A lire pour la sociologie durkheimienne 32

33 Pour avoir tous les textes de Durkheim en format pdf 33

34 La page qui manque du recueil des textes du cours et la suite… 34

35 35

36 Est-ce la société qui produit lindividu ou lindividu qui agit sur la société ? Pour Durkheim: De la division du travail social ( 1893) Contexte social : industrialisation - exode rural – désorganisation des solidarités. Question : comment retrouver lunité de la société intégrée ? Causes : passage société solidarité mécanique à la solidarité organique : montée de lindividualisme Le suicide : montrer que même l'acte qui paraît le plus individuel, a des causes sociales - répondre à un questionnement fort de l'époque Méthode : Enquêtes statistiques des corrélations entre taux de suicide et caractéristiques sociales des individus et contextes sociaux des suicides. 3 formes de suicides - Suicide égoïste : manque d'intégration - Suicide altruiste : excès d'intégration - Suicide anomique : (société moderne) : compétition, frustration, stress. 36


Télécharger ppt "1. Emile Durkheim Emile Durkheim (1857-1917): est considéré comme le fondateur de la sociologie moderne pour avoir réussi à associer la théorie et la."

Présentations similaires


Annonces Google