La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

CAS CLINIQUE : HANCHE. Une femme de 46 ans, consulte pour des douleurs de la racine du membre inférieur droit dont lapparition semble remonter à un peu.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "CAS CLINIQUE : HANCHE. Une femme de 46 ans, consulte pour des douleurs de la racine du membre inférieur droit dont lapparition semble remonter à un peu."— Transcription de la présentation:

1 CAS CLINIQUE : HANCHE

2 Une femme de 46 ans, consulte pour des douleurs de la racine du membre inférieur droit dont lapparition semble remonter à un peu moins dun an : douleurs initialement discrètes et très intermittentes mais qui deviennent plus fréquentes et plus intenses. Elles intéressent le pli inguinal et irradient parfois au genou. Elles surviennent à la marche, à la station debout et sont parfois réveillées lors des mouvements dabduction et de rotation (habillage, toilette, vie sexuelle). Les douleurs ne surviennent pas la nuit. La mise en route matinale nest pas douloureuse. Linterrogatoire ne retrouve pas de boiterie ni de limitation appréciable du périmètre de marche. Lexamen nobjective pas de raideur articulaire mais réveille une douleur inguinale en fin dabduction et de rotation interne. On ne note, dans les antécédents, quune arthrose digitale chez une grand-mère. La ménopause nest pas encore survenue. Il ny a pas de surcharge pondérale.

3 QUESTIONS 1) Quel diagnostic évoquez-vous en première intention ? 2) Quels autres diagnostics peuvent être également discutés ? 3) Des radiographies vous paraissent-elles justifiées. Si oui, lesquelles et quelles incidences demander ? 4) Le compte-rendu de lexamen radiographique fournit les informations suivantes : - pincement coxofémoral de 1 mm de topographie supéro-externe et antérieure - angle dobliquité du toit du cotyle 30° - angle cervico-diaphysaire 120° - angle de couverture antérieure et de couverture externe de la tête fémorale 15° - quelles conclusions en retirez-vous ? 5) Quelle orientation thérapeutique proposez-vous ? 6) Le traitement mis en œuvre améliore la patiente pendant une dizaine dannées. Cependant la situation fonctionnelle se dégrade à nouveau de façon progressive (douleur, enraidissement articulaire, amyotrophie, périmètre de marche demeurant supérieur à 1 km). Quel traitement peut-on proposer ? 7) Malgré le traitement mis en œuvre, la situation continue de se dégrader et la gêne fonctionnelle devient majeure quelques années plus tard. Quel traitement faut-il alors envisager ?

4 REPONSES Coxarthrose débutante (douleur mécanique intéressant la racine du membre inférieur et réveillée par la mobilisation de la hanche).

5 REPONSES On peut également discuter une ostéonécrose de la tête fémorale en début dévolution, une algodystrophie débutante, une chondromatose synoviale de hanche (relativement exceptionnelle). Par contre une coxite est peu vraisemblable compte-tenu de labsence de douleur inflammatoire.

6 REPONSES Les radiographies demandées sont un cliché de bassin de face en rotation interne des membres inférieurs de 20° et un cliché de chaque hanche en incidence de faux profil de bassin (incidence de Lequesne).

7 REPONSES La coxarthrose apparaît secondaire à une dysplasie de hanche par insuffisance de couverture du cotyle.

8 Coxométrie de hanche

9 REPONSES Le traitement doit être chirurgical sans perdre de temps à faire un traitement médical qui nempêchera pas laggravation des lésions. Le traitement sera représenté par la réalisation dune butée cotyloïdienne. Ces chances de succès sont dautant meilleures que lindication en est plus précoce.

10 Coxarthrose polaire supéro-externe

11 Coxarthrose polaire inférieure Coxarthrose engainante

12 Coxarthrose destructrice

13 REPONSES Laggravation secondaire de la coxarthrose justifie un traitement médicamenteux (traitement antalgique usuel, éventuellement prise complémentaire dun AINS lors des poussées douloureuses), un traitement chondromodulateur au long cours et une kinésithérapie dentretien de la mobilité articulaire et de tonification musculaire. La crénothérapie peut être également proposée à titre complémentaire.

14 REPONSES Laggravation secondaire de la gêne fonctionnelle et des lésions de cette coxarthrose justifie alors le recours à une prothèse totale de hanche.


Télécharger ppt "CAS CLINIQUE : HANCHE. Une femme de 46 ans, consulte pour des douleurs de la racine du membre inférieur droit dont lapparition semble remonter à un peu."

Présentations similaires


Annonces Google