La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

III. Lidéal tiers mondiste : affirmation et échec : A. Affirmation du Tiers Monde : 1. Les difficiles lendemains de lindépendance : lhéritage colonial.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "III. Lidéal tiers mondiste : affirmation et échec : A. Affirmation du Tiers Monde : 1. Les difficiles lendemains de lindépendance : lhéritage colonial."— Transcription de la présentation:

1 III. Lidéal tiers mondiste : affirmation et échec : A. Affirmation du Tiers Monde : 1. Les difficiles lendemains de lindépendance : lhéritage colonial : -a) Le sous-développement issu de la colonisation :

2 Faible industrialisation Agriculture vivrière insuffisante Croissance démographique incontrôlée Dépendance économique envers les ex-métropoles

3 -b) Difficultés politiques : * Les découpages territoriaux sont un héritage colonial : en Afrique, les frontières ont été tracées par les Européens, sans aucun compte de la géographie et des communautés ethniques ou religieuses. On a donc des Etats sans grande identité et souvent petits (« balkanisation » de lAfrique). Il ny a guère dEtats-nations en Afrique. * Beaucoup de ces nouveaux Etats connaissent très vite une dérive dictatoriale : inexpérience de la démocratie, faible scolarisation, élite réduite, énormes écarts de richesse. De nombreux coup dEtats militaires ont lieu (Sékou Touré en Guinée dès 1960, Mobutu au Congo, Amin Dada en Ouganda en 1971)

4 2. Les ambitions du Tiers Monde : -a) Jouer un rôle dans les relations internationales : * Cette volonté saffirme pour la 1ère fois lors de la conférence de Bandung, en Indonésie, en Cest la première conférence internationale où les Occidentaux sont absents. Elle est organisée par des Etats asiatiques (Inde, Indonésie, Ceylan, Pakistan, etc.) et rassemble 24 pays afro-asiatiques indépendants. Zhou Enlai (Chine), Sukarno (Indonésie), Nasser (Égypte), animent le sommet. 3 thèmes dominent les débats : le colonialisme, le neutralisme (volonté de ne saligner sur aucun des 2 blocs) et le développement économique et culturel. Aux yeux de lopinion publique mondiale, Bandung symbolise lémergence du « tiers monde ». Ce terme, créé par léconomiste Alfred Sauvy en 1952 (analogie avec le « tiers état ») veut désigner un troisième monde composé des « pays sous-développés » et qui cherche à exister entre lEst et lOuest.

5 * Après Bandung, le mouvement du neutralisme ou des non alignés sorganise. Il a ses leaders : Tito le Yougoslave, Nasser lEgyptien, Nehru lIndien. Il se réunit tous les 3 ans. En 1961, lors de la conférence de Belgrade, les participants marquent leur refus des alliances militaires collectives et leur soutien aux mouvements de libération nationale. Il compte de plus en plus de participants africains, ainsi que dAmérique latine (24 en 1955, 70 en 1971). Nasser, Nehru, Tito.

6 -b) Compter dans léconomie mondiale : * Les pays pauvres revendiquent lindépendance économique et le partage équitable des richesses. Ils se prononcent : - contre la division internationale du travail, qui condamne le tiers monde à fournir une main dœuvre à bon marché, - contre la volonté des pays riches de réduire le tiers monde au simple rang de pourvoyeur de matières premières agricoles et minières, dénergie à bas prix, - contre la « dégradation des termes de léchange ». Ils veulent que les pays riches aident par des prix majorés les exportations des pays pauvres, - le droit, pour le tiers monde, de nationaliser ses ressources naturelles (comme la fait Nasser en 1956 en nationalisant la compagnie du Canal de Suez) et de revaloriser ses prix. * A partir de 1964, ils tentent dédifier un nouvel ordre économique international (NOEI) : le « groupe de 77 » crée un nouvel organisme à lONU, la CNUCED (Conférence des Nations Unies pour le Commerce Et le Développement).

7 B. Léchec du mouvement : 1. Léchec politique du non alignement : -a) Lattitude vis-à-vis des 2 Grands : * En apparence, le non alignement se renforce : à la fin des années 1970, 108 pays en voie de développement sur 120 sen réclament. Mais, à partir de la fin des années 1960, les pays se déchirent à propos de lattitude à avoir vis-à-vis des 2 Grands. Les « modérés » (Tito, Nehru) se heurtent à ceux qui voient dans lURSS « lallié naturel » du Tiers Monde (le cubain F. Castro, Nasser, etc.). Pays appartenant au mouvement des non-alignés :

8

9 -b) Le Tiers Monde est un théâtre de luttes internes : * Les anciennes métropoles, dont la plupart des pays restent dépendants, nhésitent pas à intervenir dans leurs affaires intérieures et à soutenir un camp contre un autre. Les 2 Grands ont la même attitude. * Les tentatives de fédérations ou de regroupements de pays ou de continents échouent : - échec de la Ligue arabe, fondée au Caire en échec de laction de lOUA (Organisation de lunité africaine) * De nombreuses guerres se déclarent alors : - guerres civiles, souvent ethniques : au Congo belge, au Biafra, province sécessionniste du Nigeria (de 1967 à 1970), en Angola et au Mozambique. - guerres entre Etats du tiers monde : guerre Iran-Irak ( ) qui oppose 2 Etats musulmans du tiers monde.

10 2. Limpossibilité de changer lordre économique : -a) Le choc pétrolier et la crise de 1973 : -b) Des Tiers Mondes : * Le choc pétrolier creuse les écarts de richesse entre les pays du tiers monde : les pays producteurs de pétrole senrichissent ; les autres pays senfoncent dans la plus grande pauvreté. *Tous les pays sont très endettés : ils ont beaucoup emprunté dans les années 1960, lorsquon pensait quune aide financière suffirait pour leur décollage. Or, la « crise » à partir de 1973 ne les épargne pas : les prix des matières premières seffondrent et cest la descente aux enfers... * En dehors des pays pétroliers, quelques « pays émergents » décollent en Amérique latine (Mexique, Brésil) et surtout en Asie orientale ((« quatre dragons »). Ce sont les NPI, les nouveaux pays industrialisés. Ils connaissent une forte croissance grâce à lessor de leurs exportations de produits manufacturés, mais au prix de fortes tensions internes (bas salaires, précarité de lemploi) et dun endettement grandissant. Les écarts sociaux, déjà énormes, sy sont aggravés. * En revanche, une trentaine de pays, situés surtout en Afrique noire, deviennent les PMA, « pays moins avancés » et cumulent les handicaps.


Télécharger ppt "III. Lidéal tiers mondiste : affirmation et échec : A. Affirmation du Tiers Monde : 1. Les difficiles lendemains de lindépendance : lhéritage colonial."

Présentations similaires


Annonces Google