La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Cours 3 REPRESENTATION CENTRALE DU TOUCHER. La sensibilité somatique chez lêtre humain est classiquement divisée en quatre catégories : - le toucher discriminatif.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Cours 3 REPRESENTATION CENTRALE DU TOUCHER. La sensibilité somatique chez lêtre humain est classiquement divisée en quatre catégories : - le toucher discriminatif."— Transcription de la présentation:

1 Cours 3 REPRESENTATION CENTRALE DU TOUCHER

2 La sensibilité somatique chez lêtre humain est classiquement divisée en quatre catégories : - le toucher discriminatif (utilisé pour reconnaître la taille, la forme, la texture et le mouvement), - la proprioception (positions statiques ou dynamiques des segments ou du corps), ILES SYSTEMES SENSORIELS TRANSFORMENT LINFORMATION AU NIVEAU DE POINTS RELAIS SPECIFIQUES - la douleur - le sens thermique (chaud ou froid)

3 Au niveau des récepteurs, les corpuscules de Meissner (AR) et les cellules de Merkel (AL) répondent au toucher. Les tissus plus profonds, avec les corpuscules de Pacini (AR) et de Ruffini (AL), répondent respectivement aux vibrations et aux entailles.

4 Les grandes fibres afférentes myélinisées provenant de ces récepteurs pénètrent dans la ME par les racines dorsales. Là, chaque axone envoie une longue branche ascendante dans les colonnes dorsales qui va venir faire synapse au niveau du BR avec les cellules des noyaux des colonnes dorsales (noyaux gracile ou cunéiforme). Les neurones croisent ensuite la ligne médiane au niveau du BR et remontent donc dans le TC du côté opposé (lemnisque médian) et font synapse avec les cellules du thalamus (VPL et VPM). Les neurones thalamiques de troisième ordre se projettent vers le cortex cérébral

5 Ces fibres se terminent sur le cortex sensoriel primaire (S-I) (AB 1,2 et 3). La plupart des fibres thalamiques se terminent sur laire 3 avant de se projeter sur les aires 1 et 2. Quelques neurones thalamiques se projettent directement sur les aires 1 et 2 et également sur le cortex sensoriel somatique secondaire (S-II). En supplément, S-II reçoit des neurones de lensemble des aires primaires 1,2,3. Contrairement à S-I, qui ne reçoit des informations que du seul hémicorps controlatéral, S-II en reçoit des deux côtés.

6

7 Les projections de S-I sont nécessaires pour assurer la perception au niveau de S-II. Supprimer les connections vers S-I, qui correspondent à une partie du corps bien précise, empêche complètement les stimuli cutanés dactiver les neurones de S-II. A lopposé, détruire S-II na pas deffet sur les neurones de S-I. S-I se projette sur le cortex pariétal postérieur (CPP) (AB 5 et 7). Une meilleure compréhension du fonctionnement des réseaux de neurones sensoriels, passe par une analyse segmentaire. Au niveau des noyaux-relais, les fibres efférentes reçoivent des influx de multiples axones afférents.

8 En supplément des cellules-relais, les fibres afférentes, activent des Ins excitateurs ou inhibiteurs. Ceci permet un traitement et donc une modification du signal nerveux. Ces processus de transformation sont comparables à ce qui est observé dans le cas du réflexe myotatique. Il faut noter la présence de circuits inhibiteurs réciproques et récurrents, le premier agissant sur un mode de boucle ouverte, le second de boucle fermée. Linhibition réciproque dans les systèmes moteurs permet lexcitation des neurones dun groupe musculaire synergiste (fléchisseurs par exemple) et linhibition des neurones antagonistes (extenseurs dans ce cas).

9 Lavantage fonctionnel de linhibition réciproque est économique puisque une seule commande est à la base de plusieurs activités musculaires. De cette façon, un fort stimulus tactile peut devenir prioritaire et bloquer ainsi dautres sensibilités somatiques comme la douleur. Linhibition récurrente limite la dispersion de lexcitation sur les unités adjacentes, isolant ainsi fonctionnellement les cellules proches anatomiquement les unes des autres. La combinaison de ces deux inhibitions conduit à un contraste (inhibition latérale). Une zone dexcitation centrale, dans laquelle les neurones sont actifs, est entourée par un anneau inhibiteur constitué de neurones moins actifs.

10 Ces interactions inhibitrices sont retrouvées au niveau des différents noyaux-relais des systèmes sensoriels. On peut aussi distinguer deux types dinhibitions en boucle fermée au niveau de ces noyaux. - une locale, qui provient de lactivité des cellules-relais et conduit par le biais de collatérales à linhibition des cellules-relais environnantes. - une distale, qui est exercée par des sites lointains et qui est produite par des neurones dorigine corticale (sensorielle et motrice) ou du TC. Ces feedbacks distaux montrent lexistence dun contrôle central de la transmission sensorielle. Des aires du cerveau sont ainsi capables de contrôler au niveau des noyaux-relais linformation sensorielle transmise par les récepteurs périphériques.

11 II LA SURFACE CORPORELLE EST CARTOGRAPHIEE DANS LE CERVEAU 1) Des analyses fonctionnelles permettent de localiser des sensations somatiques sur des régions spécifiques du cortex Le tabès dorsalis possède la propriété daffecter les fibres de gros diamètres des racines dorsales, les ganglions des racines dorsales et les colonnes dorsales. Les patients atteints du tabès présentent des déficits sévères dans la sensibilité tactile et le sens de la position, mais peu de déficit pour la perception thermique et algique.

12 Les premières informations relatives aux fonctions du système sensoriel somatique proviennent de lanalyse des traumatismes de la ME (transection médullaire). Un déficit chronique est généralement observé au niveau de la discrimination tactile comme détecter la direction dun mouvement sur la peau, la position relative de deux stimuli cutanés ou la discrimination spatiale de deux points rapprochés. Le déficit apparaît du côté ipsilatéral par rapport à la lésion et concerne les niveaux situés plus bas. La transection des colonnes dorsales ne modifie pas la perception algique alors que la transection du SAL se traduit par une perte prolongée (mais pas nécessairement permanente) de celle-ci mais du côté controlatéral par rapport à la lésion.

13 Des études expérimentales sur les différentes aires somatiques du cortex complètent nos connaissances: - Une ablation totale de S-I conduit à des déficits du sens de la position et dans lhabileté à discriminer la taille, la forme et létat de surface des objets. Les sens thermique et algique sont alors altérés. Randolph et Semmes (1974) ont étudié chez des singes les fonctions de chacune des AB impliquées dans la sensibilité somatique. Des lésions dans laire 3 détériorent la discrimination de la texture, de la taille et de la forme des objets. Une lésion des aires 1 et 2 conduit respectivement à la seule perte de la discrimination de texture et de la capacité à différencier la taille et la forme des objets.

14 Cela confirme lidée selon laquelle les afférences thalamiques se projettent dabord sur laire 3 avant de se projeter sur les aires 1 et 2. Lablation de S-II chez les singes a pour effet de les empêcher dapprendre de nouvelles discriminations sur la base de la forme. Des dommages au niveau du CPP amènent des conduites anormales quant à lorientation spatiale pour lhémicorps controlatéral.

15 2) Relation entre les zones du corps et les aires corticales Vers la fin des années 30, le groupe de Marshall travaille sur lactivité électrique du cortex cérébral chez le chat et chez le singe. Avec des électrodes de grande surface enregistrant plusieurs milliers de fibres, une déflexion survenait dans la circonvolution post-centrale du cortex cérébral controlatéral lorsquune partie du corps de lanimal était touchée, indiquant une activation des neurones de cette région. Ces potentiels évoqués représentent lactivité électrique dune population de neurones activés lors de la stimulation dun point sur la peau.

16

17 Reliant les points correspondant à une déflexion maximale, ils purent reproduire une carte cohérente de la surface du corps. Ce type de représentation existe non seulement pour le cortex mais aussi dans le thalamus et dans les noyaux des colonnes dorsales. Des représentations similaires ont été trouvées chez lêtre humain par Penfield et Rasmussen (1950). Une section transversale du cortex sensoriel somatique peut être réalisée. La jambe est représentée près de laxe médian, suivi par le tronc, les bras, la face et finalement, plus latéralement, les dents, la langue et lœsophage.

18 Les potentiels du cortex sensoriel somatique sont désormais enregistrés dune façon non invasive et donnent des informations sur les faisceaux ascendants de la ME, du TC et du thalamus. Dans le cas de démyélinisation (scléroses en plaque), les potentiels évoqués du cortex peuvent mettre en évidence des délais dus à un ralentissement de la conduction dans la moelle ou dans le TC. La conduction à un stade initial peut être ralentie alors que les sensations demeurent normales.

19 3) Pourquoi la carte est-elle aussi déformée ? Les différentes parties du corps sont représentées selon des tailles différentes: La face est large vis à vis de la partie postérieure de la tête, lindex est gigantesque par rapport au gros orteil. Cette distorsion se retrouve également chez dautres espèces animales, comment la montré Woolsey (1958)

20 Chez les êtres humains, où le maniement des outils ou le langage sont particulièrement développés, la main et la langue prédominent. Lexcitabilité du réflexe myotatique dépend de façon importante du contrôle descendant tonique exercé par les structures cérébrales les plus hautes situées. Ces distorsions des cartes sensorielles posent plusieurs problèmes. Les contours de chacune des régions sont mal définis. De plus une superposition existe entre les différents territoires représentés. Dans ces premières cartes, les différentes sous- modalités (pression profonde par rapport à toucher superficiel) sont superposées.

21 IIICHAQUE NEURONE POSSEDE UN CHAMP RECEPTEUR SPECIFIQUE Pour répondre aux problèmes, Mountcastle (1957) a étudié le système sensoriel somatique au niveau des neurones corticaux pris isolement. Il a pu observer que les neurones sensoriels sont actifs en permanence. Les stimuli sensoriels agissent donc en modulant lactivité neuronale. Lactivité dune cellule donnée ne peut être modulée que par des stimuli appliqués à un endroit bien précis de la surface du corps: le champ récepteur de la cellule. 2 caractéristiques de ces champs récepteurs méritent dêtre explicitées: leur distribution en taille sur la surface du corps et leur finesse.

22 1) Tailles des champs récepteurs (CR) Les variations des tailles des CR correspondent à la distorsion observée sur la carte. Les aires cutanées les plus sensibles au toucher et qui ont de ce fait la plus grande représentation corticale (bout des doigts et langue) ont les plus petits CR. En se déplaçant vers le bras, la sensibilité tactile diminue et saccompagne dune augmentation de la taille des CR et par suite une diminution de la densité de ces CR par unité de surface. Les distorsions observées sont donc liées à la densité dinnervation : une innervation nerveuse plus importante et une plus grande représentation corticale sont données aux territoires de grande sensibilité.

23

24 2) Finesse des champs récepteurs Un gradient est présent à lintérieur de la partie excitatrice dun CR et est retrouvé à tous les niveaux (points-relais comme cortex). Cela signifie que la décharge de la cellule est plus importante lorsque le stimulus est appliqué au centre de la partie excitatrice du CR. La décharge à linverse est moindre à la périphérie. Superposé à ce gradient excitateur, on trouve un gradient inhibiteur largement masqué par le gradient excitateur. Ce gradient inhibiteur est également plus marqué au centre et tend à décroître au fur et à mesure que lon sen écarte.

25 Linhibition peut couvrir un territoire plus grand que lexcitation, déterminant une couronne inhibitrice Une stimulation de la surface entourant la zone excitatrice a pour effet dinhiber le neurone. 3) Rôle de linhibition latérale dans la discrimination La discrimination tactile fine (Braille), repose sur une discrimination de forme et de contour. Afin den mieux comprendre le contrôle, il peut être intéressant de considérer une discrimination simple : laptitude à différencier deux points de stimulation proches. Deux stimuli appliqués distinctement déterminent deux gradients excitateurs au niveau de chaque point-relais. Lactivité de chaque neurone se traduit par un pic discret. La couronne inhibitrice facilite lémergence du pic et par là même la distinction entre les deux pics.

26

27 IVLES MODALITES SENSORIELLES SONT CODEES SOUS FORME DE COLONNES DANS LE CORTEX Grâce à des micro-électrodes et des mesures au niveau des noyaux des colonnes dorsales, du thalamus et dans le cortex, il a été montré que ces neurones nétaient sensibles quà une seule sous-modalité : un toucher superficiel ou une pression profonde. Mountcastle a montré que le cortex est organisé en colonnes verticales allant de la surface vers la matière blanche. Dans chaque colonne, les neurones sont activés par une même sous-modalité : certains par la position des articulations, certains par le toucher et certaines par le mouvement des poils.

28 Ces zones, contiguës et parallèles, sinterconnectent, expliquant pourquoi les études précédentes de Marshall ou de Penfield, avec des électrodes à grosse résolution de plus de 1 mm², avaient laissé penser lexistence dune seule cartographie Une carte du même type se retrouve également sur laire sensorielle secondaire S-II. Grâce à des électrodes particulièrement fines, Kaas et al. (1970) ont pu montrer que laire S-I des primates est constituée de plusieurs cartes indépendantes correspondant chacune à une AB. Dans chaque aire, une sous-modalité prédomine mais sans caractère exclusif.

29

30 Les neurones de lAB 3a répondent principalement aux stimuli profonds, ceux de lAB 3b à lactivation des récepteurs cutanés à adaptation lente ou rapide, ceux de lAB 2 à la pression profonde et ceux de lAB 1 à lactivation des récepteurs cutanés à adaptation rapide

31 Des sous-modalités apparaissent aussi dans chacune des régions. Ainsi, pour chaque doigt représenté au niveau de lAB 3b, on trouve des bandes distinctes de largeurs différentes pour les signaux des récepteurs cutanés à adaptation rapide (800 ) et lente (200 ).

32 Les projections seffectuent sur ou à partir de différentes couches corticales: la n°6 sur le thalamus, la n°5 sur des structures sous-corticales, la n°4 reçoit des signaux du thalamus, les n°2 et 3 se projettent vers dautres cortex sensoriels et la n°1 sinterconnecte avec des aires corticales locales. Il a été vu précédemment que les différents mécano- récepteurs diffèrent quant aux propriétés de leurs récepteurs dynamiques : certains sadaptent rapidement (AR), dautres plus lentement (AL). Les récepteurs à AR se connectent à des neurones à AR dans le thalamus et dans le cortex. Les récepteurs articulaires à AL se connectent à des neurones du cerveau à AL.

33 Par conséquent, pour les chaînes sensorielles impliquées dans la perception tactile, la sensibilité du récepteur détermine celle de lensemble de la ligne de communication.


Télécharger ppt "Cours 3 REPRESENTATION CENTRALE DU TOUCHER. La sensibilité somatique chez lêtre humain est classiquement divisée en quatre catégories : - le toucher discriminatif."

Présentations similaires


Annonces Google