La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le choix thérapeutique Marie, Marlène, Mathilde, Marie-Sindy, Eric.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le choix thérapeutique Marie, Marlène, Mathilde, Marie-Sindy, Eric."— Transcription de la présentation:

1 Le choix thérapeutique Marie, Marlène, Mathilde, Marie-Sindy, Eric

2 La notion de libre choix thérapeutique suppose que les patients aient reçu toutes les informations concernant l'efficacité et les effets secondaires d'un traitement donné.

3 SOMMAIRE Cathétérisme et coronarographie Ablation par radiofréquence Pontage aorto coronaire Angioplastie coronaire Prothèses valvulaires cardiaques Transplantation cardiaque

4 CATHETERISME ET CORONAROGRAPHIE Cette méthode date de plus d'un siècle et a été introduite par Jean-Baptiste Chauveau. En 1929, Werner Forssman pratique sur lui- même le premier cathétérisme cardiaque humain à travers une veine périphérique.

5 Le cathétérisme cardiaque et la coronarographie sont des méthodes dexamen destinées à mesurer les pressions à lintérieur du cœur, le débit du cœur et à visualiser les cavités cardiaques et les artères coronaires. Ce sont des examens de pratique courante, dune grande importance, qui permettent au cardiologue de choisir un traitement approprié.

6 Patient en décubitus dorsal Anesthésie locale sous cutané au niveau du point de ponction (xylocaïne) Artères le plus souvent utilisés: radiales et fémorales Ponction de lartère, mise en place dun désilet. Introduction des sondes de mesure. Déroulement de lexamen

7 Etapes de la ponction

8 CORONAROGRAPHIE L'artériographie coronaire consiste à injecter dans chacune des deux artères, un produit opaque aux rayons X de façon à déceler les rétrécissements provoqués par les plaques athéroscléreuses déposées dans les vaisseaux.

9 Risques et surveillances Allergies à liode Complications au point de ponction Complications cardiaques et vasculaires Patient a jeun 1 heure après Surveillance des constantes Surveillances du point de ponction: pansement compressif mis en place

10 ABLATION PAR RADIOFREQUENCE Introduction de sondes dans le cœur sous contrôle radiographique Échauffement localisé au point de contact = tir qui provoque des troubles du rythme cardiaque et rétablit un rythme normal Utiliser pour le traitement de certaines arythmies et flutters But : allégement voir suppression des traitements médicamenteux

11 Introduction d'un cathéter entravant le cercle arythmique entre oreillette et ventricule de sorte a faire cesser le cercle vicieux et rétablir un rythme normal

12 Pré opératoire : Feuille de consentement éclairé Dépilation et asepsie du point de ponction (souvent fémoral) A jeun Prémédication Post opératoire : 24h en soins intensifs Éviter de plier la jambe Pansement compressif au pli de l'aine Surveillance des constantes et du pansement Traitement anticoagulant pendant 1mois Prévenir les complications : hématome, douleurs thoraciques transitoires... L'intervention : Anesthésie locale Patient en décubitus dorsal Durée : environ 90 min

13 PONTAGE AORTO-CORONAIRE Traitement des lésions coronaires athéroscléreuses responsable d'angor et d'infarctus du myocarde But : apporter au muscle cardiaque un flux sanguin satisfaisant donc diminuer le risque d'angor

14 Le pontage aorto-coronaire consiste : Soit en l'implantation d'une veine entre l'aorte et la partie du vaisseau située en aval des lésions. Ce conduit veineux est prélevé habituellement au niveau de la jambe. Soit la mise en place et la suture d'une artère accessoire, l'artère mammaire interne, sur la partie de l'interventriculaire antérieure ou de la coronaire droite, située en aval des lésions.

15 L'athérosclérose est contournée mais ne disparait pas !!

16 Pré opératoire : Feuille de consentement éclairé Dépilation et asepsie du champ opératoire (torse + jambe) A jeun Prémédication Post opératoire : 24 à 72h en soins intensifs Surveillance des constantes et des drains thoraciques Sortie selon la condition cardiaque L'intervention : Anesthésie générale Voie d'abord : sternotomie 1 ou 2 drains thoraciques Durée : 3 à 6h

17 Education - conseils : Kinésithérapie Reprise de lactivité physique progressive. Endolorissement dû à l'incision chirurgicale Cicatrisation des plaies entre 4 et 5 semaines Alimentation pauvre en sel, graisses saturées et sucre + réduction d'une obésité éventuelle Arrêt du tabac Visites fréquentes chez le cardiologue.

18 L ANGIOPLASTIE CORONAIRE Utilisée depuis 1977, langioplastie coronaire ou dilatation transluminale est une méthode permettant de rétablir un flux normal dans les artères coronaires rétrécies par des lésions athéroscléreuses.

19 Quelles pathologies ? Syndrome coronarien aigue sévère Angine de poitrine Lathéroslérose coronaire Rétrécissement du calibre des artères

20 Déroulement de lintervention Le sujet est allongé sur une table dopération radiologique. L électrocardiogramme est enregistré en permanence. Poignet ou aine désinfecté Réalisation de lanesthésie locale (xylocaine) Ponction de lartère fémorale ou radiale pour mettre en place une valve hémostatique (désilet) qui permettra lintroduction de la sonde dangioplastie. La sonde est un tube métallique opaque aux rayons X, ce qui permet de porter le matériel jusquà lentrée de lartère coronaire et de repérer la sténose.

21 Si la paroi se déchire, le chirurgien insert une endoprothèse coronaire (gaine métallique). Lendoprothèse (stent) permet daméliorer le résultat de la dilatation au ballon et de prévenir la resténose (resserrement de lartère au site dilaté). Les stents

22 Récemment, les stents coronariens «actifs» constituent un progrès thérapeutique majeur car ils diminuent le risque de resténose post- angioplastie.

23 Surveillance post-opératoire Surveillance en salle de réveil pendant une heure Retrait de la valve hémostatique 6 à 24 h après (car doses importantes dATC, et en prévention dune réocclusion). Surveillance de la PA, du pansement compressif (artère radiale ou fémorale) Prise de sang : créatinémie, enzymes cardiaques, ECG. Toute gêne dans la poitrine ou douleur doit être signalée immédiatement ( => ECG, appel médecin) Lever autorisé 4 heures après.

24 LES PROTHESES VALVULAIRES CARDIAQUES Valvule: Replis de parois interne du cœur destinés à éviter un reflux ou une circulation à contre courant, en se ferment périodiquement. Valve: Chacune des parties dune valvule

25 Coupe transverse laissant apparaître les quatre appareils valvulaires. Valvule pulmonaire Valvule aortique Valvule mitrale Valvule tricuspide

26 Les maladies des valves du Cœur gauche (aortique et mitrale) sont beaucoup plus fréquentes que celles du Cœur droit (tricuspide et pulmonaire). Les valvulopathies: Rétrécissement aortique Insuffisance aortique Insuffisance mitrale Rétrécissement mitral Deux origines: Congénitales Acquises

27 LES PROTHESES MECANIQUES Prothèse à bille Prothèse à disque Prothèse à ailettes

28 LES BIOPROTHESES BioProthèse de Valvule tricuspide vue du dessus

29 Armature biodégradable en forme de valve cardiaque que coloniseront des cellules souches fœtales.

30 Complication grave Endocardite infectieuse: greffe dune colonie bactérienne sur la prothèse.

31 LA TRANSPLANTATION CARDIAQUE La 1 ère transplantation fut réalisée au Cap en Afrique du Sud le 3 décembre 1967 par le Dr. Christiaan Barnard (photo). Il est suivi par Norman Shumway aux États-Unis quelques mois plus tard. Les années 70: 2 Progrès: préservation des cœurs par le froid et la biopsie endomyocardique. Les années 80: apparition de la ciclosporine, puissant immuno-suppresseur.

32 La greffe cardiaque, ou transplantation cardiaque, est une intervention chirurgicale consistant à remplacer un cœur malade par un cœur sain, prélevé sur un donneur.

33 Pré-greffe Inscription sur la liste dattente de lAgence de la Biomédecine. Une greffe ne se programme pas du jour au lendemain mais avant la défaillance cardiaque. Le patient doit être joignable à tous moments, et pouvoir être présent dans le service dans les trois heures qui suivent lappel.

34 Greffe Deux interventions en simultanées si possible : prélèvement sur le donneur et remplacement du cœur malade sur le receveur.

35 Déroulement de lintervention La quasi intégralité du cœur du receveur est ôtée après mise en place d'une circulation de suppléance (circulation extra- corporelle) : seul le toit de l'oreillette gauche est conservé, avec ses 4 veines pulmonaires. Le cœur du donneur est ensuite mis en place et suturé aux autres gros vaisseaux (aorte, artère pulmonaire, veines caves supérieure et inférieure), ainsi qu'au toit de l'oreillette gauche.

36 Le greffon doit pouvoir récupérer sa vitalité et sadapter à la circulation sanguine du receveur administration de « toniques » Attention aux crises de « rejet » : Rejet = une infiltration de lymphocytes dans le myocarde, et présence de micro thrombus dans les capillaires. Examen principal pour dépister le rejet: la biopsie. Le rejet : destruction du cœur A la sortie de lhôpital : surveillance régulière instaurée et des conseils sont donnés.

37 La transplantation cardiaque ne peut se faire que grâce au don dorgane. Faire savoir son choix à ses proches, ou mieux, se procurer une carte de donneur dorgane.

38 L avenir: Le cœur artificiel le prototype français CARMAT développé par Alain Carpentier

39 Avec près de décès par an, les maladies cardiovasculaires sont la 1 ère cause de mortalité en France. Les progrès de la chirurgie cardiaque ont permis de limiter les risques dinfarctus ainsi que ses complications. La mortalité diminue et la qualité de vie des patients saméliore grâce à ces progrès. Conclusion

40 Sources: Brochures de la fédération française de cardiologie Wikipédia angiocardio.com Mémo Infirmier: Cardiologie


Télécharger ppt "Le choix thérapeutique Marie, Marlène, Mathilde, Marie-Sindy, Eric."

Présentations similaires


Annonces Google