La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Bilan et mémoires de la Seconde Guerre mondiale En 1945, la France est en ruine. Sur le plan humain, elle est loin dêtre parmi les pays ayant le plus souffert.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Bilan et mémoires de la Seconde Guerre mondiale En 1945, la France est en ruine. Sur le plan humain, elle est loin dêtre parmi les pays ayant le plus souffert."— Transcription de la présentation:

1 Bilan et mémoires de la Seconde Guerre mondiale En 1945, la France est en ruine. Sur le plan humain, elle est loin dêtre parmi les pays ayant le plus souffert de ce conflit. Pour autant, la guerre a laissé des traces indélébiles dans la société française et dans les représentations quelle a de son passé. Le souvenir de cette guerre a pris selon les générations qui se sont succédées une signification fort différente. Quelle empreinte la 2 nde GM a-t-elle laissée dans la mémoire collective? Comment la France a-t-elle affronté son passé?

2 I/ LA FRANCE EN 1945 entre CHAOS et RENOUVELLEMENT En 1945, la France est libérée mais meurtrie. A quels problèmes est-elle confrontée?

3 A. Un pays ravagé et meurtri Le bilan humain est lourd victimes (contre 1,4 million pour la 1 ère GM) -France ne fait pas partie des pays les plus touchés -proportion élevée de victimes civiles (près de la ½) -La France connaît un déficit démographique: baisse de la natalité, surmortalité indirecte, migrations

4 A. Un pays ravagé et meurtri Un pays traumatisé par la violence de la guerre -traumatisme lié aux massacres perpétrés lors du repli allemand -lintensité des bombardements, lutilisation de nouvelles armes -nombreuses familles touchées par la déportation, par le deuil -les gens sortent de plusieurs années de privation: situation matérielle difficile -poursuite du « système D » Vue intérieure de léglise dOradour

5 A. Un pays ravagé et meurtri Des pertes matérielles énormes -de nombreuses villes ont subi des dégâts considérables -important effort des populations pour déblayer -réseau de transport gravement endommagé -capacité productive affaiblie production agricole = 2/3 de celle davant guerre production industrielle = 30 % de celle davant-guerre - problème dénergie : on manque de pétrole et surtout de charbon

6 B. La restauration de l Etat De Gaulle à la tête du GPRF -juin 1944 = régime de Vichy seffondre -général de Gaulle, très populaire, préside le GPRF et présente Vichy comme une parenthèse illégitime de lhistoire de France -il entend incarner la continuité et la garantie républicaine -il effectue une tournée en province afin de restaurer lordre

7 B. La restauration de l Etat Le problème de lépuration -lépuration sauvage = répression spontanée illégale, prenant la forme darrestations, de violences physiques, parfois suivies dune exécution après un simulacre de procès -exécutions sommaires estimées à environ miliciens, collaborateurs, femmes soupçonnées davoir eu des relations avec les Allemands

8 B. La restauration de l Etat Le problème de lépuration (suite) -lépuration légale :mettre fin aux actes de vengeance spontanés et à leurs excès -épuration légale modérée qui frappe surtout les élites politiques et intellectuelles -sur inculpés, près de la ½ ont été graciés, seulement 4% condamnés à mort -lépuration laisse une impression de malaise

9 B. La restauration de l Etat Restaurer le rôle de la France -De Gaulle réussit à faire reconnaître GPRF par URSS, Etats-Unis et Royaume-Uni -France intègre le camp des vainqueurs et obtient une zone doccupation en Allemagne et en Autriche -place de membre permanent au Conseil de sécurité de l ONU

10 B. La restauration de l Etat Restaurer le rôle de la France -France confrontée à la montée du nationalisme dans ses colonies ex: en Indochine, Hô Chi Minh proclame la République démocratique du Vietnam 8 mai 1945 = manifestations de Sétif (Algérie), sévère répression -Refus de prendre la mesure de ces revendications: l Empire est une composante de la puissance

11 C. Une France nouvelle mais une société divisée Un échiquier politique totalement recomposé -retour à la III° République inenvisageable -le rapport de force penche nettement à gauche -la droite traditionnelle est discréditée (souvenir du régime de Vichy) -les principales formations politiques: le Parti communiste français (forte audience) le Parti socialiste (SFIO) le MRP = mouvement républicain populaire, parti démocrate- chrétien fondé en nouvelle élite politique constituée dhommes issus de la Résistance

12 C. Une France nouvelle mais une société divisée Un projet politique inédit = projet dune démocratie sociale Projet qui sappuie sur le programme du Conseil national de la Résistance (mars 1944) -droit de vote aux femmes -Etat interventionniste, devant corriger les inégalités et réguler léconomie (Etat-providence) création de la Sécu nationalisations

13 C. Une France nouvelle mais une société divisée Un pays qui reste divisé -la pratique de lépuration sauvage révèle les tensions présentes dans la société française. On a pu parler de « guerre franco- française » = affrontement durant la guerre et à la libération entre les forces soutenant Vichy et celles de la Résistance -les comités locaux et départementaux de Libération (où les communistes sont majoritaires) acceptent difficilement de reconnaître lautorité du GPRF: tensions entre partisans de De Gaulle et communistes

14 II/ Les Français et la 2 nde Guerre mondiale: un « syndrome de Vichy » « syndrome de Vichy » = expression qui permet de caractériser lensemble des symptômes et des manifestations qui révèlent les conflits internes provoqués par le souvenir du régime de Vichy De quelle façon le souvenir des « années noires » révèle la difficile gestion de son passé et les fluctuations de la mémoire?

15 A.Le mythe dune France unanimement résistante (1945 à la fin des années 60) Le mémorial de la France combattante Le général de Gaulle au mont Valérien (18 juin 1968) la nation sidentifie à la Résistance léclatement des mémoires

16 A. Le mythe dune France unanimement résistante Des plaies mal refermées -réapparition du mythe Pétain, certaine résurrection du pétainisme au début des 1950s Pétain se serait sacrifié pour la France, il aurait pratiqué un double jeu pour faciliter la tâche des Alliés et protéger les Français Ses fidèles souhaitent défendre sa mémoire. -deux lois damnistie (au début des années 50s) permettent à des hommes de Vichy de reprendre leur carrière -la question des « malgré-nous » révèle lexistence dun « syndrome de Vichy »

17 A. Le mythe dune France unanimement résistante Le retour de la mémoire gaulliste = celle des Français unis contre loccupant (le souvenir de Vichy est refoulé, la collaboration est réduite à quelques traîtres) -apogée de cette mémoire = transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon (18 et19 décembre 1964) élevé au rang de martyr national, de héros emblématique de la Résistance; hommage rendu par des résistants de toutes tendances Extrait du discours prononcé par A. Malraux lors du transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon (19 déc. 1964) (vidéo du 19 décembre 1964)

18 B. Un autre regard sur Vichy et les « années noires » (depuis les années 70) Vichy, un passé discuté -image dune France unanimement résistante est mise à mal ; représentation plus nuancée et moins glorieuse de la France occupée Le Chagrin et la Pitié film de M. Ophuls La France de Vichy livre de R. Paxton réécriture des manuels dhistoire -réévaluation du passé au travers de révélations scandaleuses (affaires Touvier, Barbie, Papon…) dénonciation des crimes de Vichy difficulté à exorciser le passé de-la-france-de-vichy.html

19 B. Un autre regard sur Vichy et les « années noires » La responsabilité assumée -les gouvernements se sont longtemps refusés à reconnaître officiellement responsabilité de l Etat français -F. Mitterrand = 1 er chef d Etat à assister à la cérémonie commémorant rafle du Vel dhiv (1992) -J. Chirac reconnaît la responsabilité française (16 juillet 1995) -en 2000, une loi fait du 16 juillet un jour de commémoration des « crimes racistes et antisémites de l Etat fr. » Monument commémoratif de la rafle du Vel dhiv (inauguration le 17 juillet 1994)

20 B. Un autre regard sur Vichy et les « années noires » Une relecture de la Résistance -une nouvelle représentation de ce passé « difficile » sélabore -après avoir sacralisé la face noble puis la face noire de lattitude des Français, on renoue avec la Résistance comme fait historique on admet mieux la diversité des parcours, les divisions internes on comprend lextraordinaire difficulté du choix et du combat des résistants « La France a encore mal à sa Seconde Guerre mondiale » mais elle a fait un lourd travail de mémoire pour assumer les crimes de Vichy et les divisions de la Résistance.

21 III. La mémoire du génocide Génocide = terme forgé en 1944 pour définir lextermination systématique et planifiée, en totalité ou en partie, dun groupe national, ethnique, racial ou religieux Comment après avoir longtemps rencontré lindifférence, le souvenir de la Shoah sest-il imposé comme un devoir de mémoire?

22 A. Un génocide peu reconnu ( ) La difficulté de témoigner -survivants juifs (à la Libération) éprouvent le besoin de témoigner: récits individuels, livres du souvenir, « mémoires doutre-tombe »… -la société française (à limage du reste du monde) est peu réceptive -la mémoire juive némerge pas dans la société: elle na pas pour objet de sadresser à la nation

23 A. Un génocide peu reconnu ( ) Le problème des amalgames -limage qui capte lattention est celle des déportés résistants (victimes de la répression nazie): « héros nationaux » -lextermination des déportés juifs est moins souvent évoquée que la « concentration » et son lot de privations et mauvais traitements -les Juifs sont assimilés à la masse indifférenciée des déportés -les survivants, eux-mêmes, ne souhaitent pas être distingués des autres victimes; certains ont du mal à sidentifier aux victimes passives du génocide -mémoire minoritaire: Juifs sont déportés, seuls sont rescapés (effectif faible par rapport aux déportés de retour des camps

24 B. Le réveil de la mémoire juive ( ) Impact du contexte international -le procès Eichmann = un tournant En 1961, Adolf Eichmann, organisateur de la « solution finale » jugé à Jérusalem Parole donnée aux témoins, survivants. Mémoire juive sur le devant de la scène. Transmission du souvenir. -la guerre des Six Jours (1967) fait craindre la destruction de lEtat dIsraël et ravive la mémoire du génocide qui devient constitutive de lidentité juive. La Shoah est revendiquée comme une singularité.

25 B. Le réveil de la mémoire juive ( ) Faire face aux remises en cause -mémoire juive attaquée par des thèses négationnistes Négationnisme = ensemble des thèses persistant à nier la réalité du génocide des Juifs et des Tsiganes Robert Faurisson « le prétendu gazage et le prétendu génocide ne sont quun seul et même mensonge historique » -renaissance de lextrême droite autour de J.M. Le Pen ravive linquiétude des Français juifs

26 C. La victoire de la mémoire juive (1980 à nos jours) Le génocide, objet dune intense activité mémorielle -médiatisation du génocide: livres, films (Shoah en 1985, Au revoir les enfants en 1987), émissions TV, mémoriaux -création dassociations comme la FFDJF = fils et filles des déportés juifs de France (créée en 1979) faire comprendre aux Français le sort particulier réservé aux Juifs; combattre antisémitisme et négationnisme; obtenir la reconnaissance des crimes de Vichy

27 C. La victoire de la mémoire juive (1980 à nos jours) La reconnaissance officielle -jugement de responsables de la déportation juive -progressive reconnaissance de la responsabilité française dans la mise en œuvre du génocide -Eglise catholique reconnaît officiellement son « indifférence coupable » au sort réservé aux Juifs pendant l Occupation (repentance à Drancy en 1997) (les procès de Vichy 2 avril 1998)


Télécharger ppt "Bilan et mémoires de la Seconde Guerre mondiale En 1945, la France est en ruine. Sur le plan humain, elle est loin dêtre parmi les pays ayant le plus souffert."

Présentations similaires


Annonces Google