La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 – Chapitre 2 – Lintelligence. 2 III.1. Préambule Lintelligence : ¯Au centre des préoccupations humaines depuis longtemps ¯Notamment, les philosophes.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 – Chapitre 2 – Lintelligence. 2 III.1. Préambule Lintelligence : ¯Au centre des préoccupations humaines depuis longtemps ¯Notamment, les philosophes."— Transcription de la présentation:

1 1 – Chapitre 2 – Lintelligence

2 2 III.1. Préambule Lintelligence : ¯Au centre des préoccupations humaines depuis longtemps ¯Notamment, les philosophes ont tenté de définir lintelligence … ¯… mais ce sont les psychologues qui ont été les premiers à tenter de mesurer lintelligence comment mesurer linqualifiable ? comment évaluer cette « chose » abstraite ?

3 3 Très rapidement, de nouvelles questions sont apparues … … ou plus exactement danciennes questions ont pu être reposées : ¯Liens entre intelligence et mémoire ? ¯Liens entre intelligence et émotion ? ¯Liens entre intelligence et cerveau ? ¯Liens entre intelligence et langage ? ¯Intelligence : innée ou acquise ? ¯Etc.

4 4 III.2. Définitions Lintelligence : ¯Selon le sens commun : = bien comprendre, bien raisonner, bien juger,.. Donc la notion de « bien » est toujours sous-jacente (« il est intelligent » est connoté positivement) ¯Selon le sens psychologique : = faculté dun être vivant à sadapter à son environnement Donc, lintelligence nest pas lapanage des humains

5 5 Les psychologues eux-mêmes ne sont pas daccord sur une définition unique de lintelligence : Jean Piaget ( ) L'intelligence, ce n'est pas ce que l'on sait mais ce que l'on fait quand on ne sait pas Cyril Burt ( ) Lintelligence est une aptitude cognitive générale innée

6 6 David Wechsler ( ) Lintelligence est la capacité globale ou complexe de lindividu dagir dans un but déterminé, de penser de manière rationnelle et davoir des rapports utiles avec son milieu Howard Gardner (1943- ) Lintelligence, en générale, est la faculté de résoudre des problèmes ou de produire des biens ayant de la valeur pour une culture ou un groupe défini.

7 7 Alfred Binet ( ) C'est ce que mesure mon test !

8 8 III.3. Lintelligence animale Lintelligence : ¯Est-elle seulement possédée par lHomme ? les animaux sont-ils intelligents ? lHomme est-il supérieur ? « Hans le malin » Un cheval (Hans) était capable : -de répondre à des questions en tapant du sabot -de compter

9 9 Hans = « phénomène de foire » … … qui a interrogé les zoologistes vers 1900 Alors, un comité de 13 savants, la « Commission Hans », fut constituée pour vérifier ces allégations. Rem.: cette commission était présidée par un philosophe Constatation troublante = le cheval répondait correctement même en l'absence de son maître, … … ce qui infirmait l'hypothèse d'une supercherie. Cette commission a donc certifié que Hans était doué dintelligence comme les humains

10 10 Alors, un psychologue, Oskar Pfungst étudia ce cas d'une manière expérimentale : ¯Il isolait Hans et l'interrogateur de tout spectateur, pour éviter tout indice extérieur ; ¯Il utilisait d'autres interrogateurs que le maître de Hans ; ¯à l'aide d'œillères, il faisait en sorte que Hans ne voyait pas l'interrogateur ; ¯Il posait des questions dont l'interrogateur ignorait les réponses.

11 11 Oskar Pfungst constata les faits suivants : ¯le cheval répondait correctement quelle quétait la personne qui posait la question … ¯… mais il ne répondait pas correctement : quand la personne était hors de son champ de vision ; quand la personne ignorait elle-même la réponse à la question. Oskar Pfungst découvrit que Hans : -nétait pas une supercherie (puisquil répondait juste en labsence de son maître) -interprétait certains comportements « minimes » émis par la personne qui posait les questions Par ex., attitude posturale, intonation, …

12 12 Mais, nest-ce pas le signe dune forme dintelligence ? Depuis, nombreux travaux sur dautres animaux : ¯Rat, ¯Singe, ¯Corbeaux, ¯Dauphins, ¯Etc. Bien quintéressants, ces travaux ne renseignent pas sur lintelligence humaine … … et surtout comment la mesurer ?

13 13 Par exemple : ¯Quid des animaux qui utilisent des outils ? Corbeaux qui utilisent des brindilles pour casser des œufs Singes qui lavent leur nourriture (Okinawa)

14 14 III.4. Mesurer lintelligence Les précurseurs (a) Francis Galton ( ) Homme de sciences britannique Fasciné par la quantification et lévaluation … … quel quen soit le sujet : la beauté des femmes britanniques, lennui, la prière…

15 15 Francis Galton est un cousin de Charles Darwin … Idées de F. Galton : -Appliquer les méthodes de quantification aux théories darwiniennes ; -lintelligence serait une capacité innée … -… certains en étant plus doté que dautres, -cela expliquant la « supériorité » de certains (hiérarchie sociale, politique, etc. Dérive = leugénisme

16 16 F. Galton profite de lExposition Universelle de Londres en 1884 pour « mesurer » lintelligence de plusieurs milliers de personnes Ses principaux résultats : -impossible de distinguer les « hommes de science » de « lhomme de la rue » ! -les femmes réussissent mieux que les hommes ! Immense déception de F. Galton … ! … ce qui nempêche pas certains courants sectaires de toujours prôner ses idées

17 17 (b) Alfred Binet ( ) Contexte historique : loi sur lenseignement obligatoire (1882) = Chargé de mission par le ministre de lEducation Sa mission : ¯Identifier et quantifier les retards de développement (dorigine environnementale selon lui) … ¯… et mettre en place des remédiations ¯Repérer les enfants pauvres mais « intelligents » afin de leur délivrer des bourses détude

18 18 Souvent considéré comme le « père » de la psychométrie scientifique Découvertes de A. Binet : -Age mental Age réel (= âge chronologique) -Age mental = âge auquel des problèmes sont résolus par la moyenne des enfants d'une classe d'âge -Retard = le même retard na pas la même valeur en fonction de lâge réel

19 19 (c) William Stern ( ) Psychologue allemand … … étudiant dEbbinghaus Inventeur du Quotient Intellectuel (QI) … ce QI étant basé sur lâge mental (cf. travaux de Binet) QI = (Age mental / Age réel) X 100 Si pas de décalage entre « âge mental » et « âge réel » : QI = 100

20 20 (d) David Weschler ( ) Psychologue dans larmée américaine Rejette lidée dun QI tel que développé par Stern … … car rejette lidée dâge mental (âge mental = inapplicable pour un adulte !)

21 21 Idées de D. Weschler : -l'intelligence n'est pas une seule chose, … -mais bien le mélange de plusieurs traits humains, chacun mesurable séparément. -Il a créé plusieurs tests pour mesurer plusieurs formes dintelligence : -La WISC pour « Wechsler Intelligence Scale for Children » (1949) -La WAIS pour « Wechsler Adult Intelligence Scale » (1955) -La WPPI pour « Wechsler Preschool and Primary school » (3-7ans; 1967)

22 22 Depuis les travaux de Weschler, le QI : -permet de « classer » un individu par rapport aux résultats attendus par sa population parente -est généralement considéré comme relevant de plusieurs dimensions (intelligence verbale, non verbale, numérique, etc.) -nest considéré que comme un indicateur parmi dautres ne jamais « enfermer » un individu dans un QI qui nest quun score à un test !)

23 23 III.5. Leffet Flynn Le QI augmente régulièrement … … sur plusieurs générations (Flynn, 1984, 1987) ¯1/3 de point de QI par année pour les américains, … ¯… retrouvé dans les autres pays occidentaux ¯retrouvé aussi pour les épreuves piagétiennes de niveau de développement Nécessité de re-étalonner les tests régulièrement - Si on gardait le même étalonnage, les enfants surefficients il y a 100 ans seraient à peine dans la moyenne de nos jours (cf. Loi normale de distribution).

24 24 Leffet Flynn traduit-il une augmentation de lintelligence humaine ? Pas évident car conjonction de facteurs : (a) meilleure alimentation = facteur environnemental notre cerveau serait mieux nourri (b) allongement et généralisation de la scolarité = le QI serait lié à notre éducation (c) parents accordent plus précocement de l'attention à leur enfant = impact de facteurs familiaux (d) nous sommes plus souvent et plus précocement entouré dinformations à traiter = sur-sollicitation des jeunes enfants

25 25 III.6. Lintelligence : innée ou acquise ? Cette question a été au centre des débats très tôt : ¯Quel poids de lhérédité ? ¯Quel poids de lenvironnement ? (familial, scolaire, etc.) Pourquoi ? -Si intelligence = facteur inné Tout est joué dès la naissance ! -Si intelligence = facteur acquis Éducation et ré-éducation possibles

26 26 N.B: Plus le lien entre les deux QI est important, plus la corrélation (le chiffre) est importante Lien très fort

27 27 N.B: Plus le lien entre les deux QI est important, plus la corrélation (le chiffre) est importante Lien très fort Lien très faible Argument (preuve) en faveur de lorigine innée de lintelligence

28 28 Environnement d'un individu : facteurs physiologiques + facteurs psychologiques ¯Facteurs physiologiques nutrition, hygiène, … = déterminants pour le développement de l'enfant ¯Facteurs psychologiques : = stimulations sensorimotrices, linguistiques, affectives, sociales, etc.

29 29 Etude du développement de lintelligence chez des enfants adoptés (Duyme et col. 1999) ¯65 enfants abandonnés … ¯… adoptés par 3 types de famille : Niveau socio-économique élevé Niveau socio-économique moyen Niveau socio-économique faible ¯Tous les enfants ont été adoptés après lâge de 4 ans … ¯… ont tous été testés avant ladoption ¯… et ont été testés 10 ans après ladoption

30 30 Légère augmentation

31 31 Très importante augmentation Argument (preuve) en faveur de lorigine acquise de lintelligence

32 32 Aujourdhui, ¯Consensus de la part des psychologues pour admettre le poids : des facteurs innés (hérédité et génétique) des facteurs environnementaux Donc, hérédité et milieu interviennent conjointement dans le développement des aptitudes intellectuelles. Ces facteurs agissent en interaction Consensus autour de lapproche interactionniste


Télécharger ppt "1 – Chapitre 2 – Lintelligence. 2 III.1. Préambule Lintelligence : ¯Au centre des préoccupations humaines depuis longtemps ¯Notamment, les philosophes."

Présentations similaires


Annonces Google