La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

S.DESMONS IDE Hygiénste. 2 Historique Les fondements scientifiques de lantisepsie et de la désinfection reposent sur les découvertes de Pasteur « La théorie.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "S.DESMONS IDE Hygiénste. 2 Historique Les fondements scientifiques de lantisepsie et de la désinfection reposent sur les découvertes de Pasteur « La théorie."— Transcription de la présentation:

1 S.DESMONS IDE Hygiénste

2 2 Historique Les fondements scientifiques de lantisepsie et de la désinfection reposent sur les découvertes de Pasteur « La théorie des micro-organismes responsables dun certain nombre de maladies infectieuses »

3 3 Antiseptiques / Désinfectants Années 1970 à 1990 France tissus vivants : antiseptiques tissus inertes : désinfectants 1990 à 2006 France Évolution de la réflexion sur les indications en fonction de du mode dutilisation peau lésée et muqueuses : antiseptiques peau saine : désinfectants Évolution réglementaire européenne

4 4 Classification européenne

5 5 Définition 1. Antiseptique Médicaments. Élimination ou destruction des microorganismes indésirables sur un tissu vivant, avec une finalité thérapeutique (ex : plaies, muqueuses – curatif ou préventif) 2. Antisepsie Opération au résultat momentané permettant au niveau des tissus vivants, dans la limite de leur tolérance, déliminer ou de tuer les micro-organismes et/ou dinactiver les virus, en fonction des objectifs fixés Opération limitée aux micro-organismes et/ou virus présents au moment de lopération

6 6 Définition 3. Asepsie Ensemble des mesures propres à empêcher tout apport exogène de micro-organismes ou de virus 4. Rémanence Désigne leffet anti-microbien de lantiseptique persistant sur la peau 5. Désinfection Élimination ou destruction des micro-organismes indésirables.. Soit sur la peau saine, en prévention de la transmission dinfections (ex : désinfection des mains SHA…). Soit sur surfaces inertes (ex : sols, dispositifs médicaux)

7 7 Définition 6. Bactéricide / Fongicide / Virucide produit ou procédé ayant la propriété dans des conditions définies : – Bactéricide : de tuer les bactéries – Fongicide : de tuer les champignons – Virucide : dinactiver les virus 7. Bactériostatique / Fongistatique produit ou procédé ayant la propriété dans des conditions définies : – Bactériostatique : dinhiber momentanément le développement des bactéries – Fongistatique : dinhiber momentanément le développement des champignons

8 8 UN ANTISEPTIQUE QUEST-CE QUE CEST ? CEST UN MÉDICAMENT DUSAGE EXTERNE DE CONTACT BÉNÉFICIANT DUNE A.M.M.

9 9 Actions des antiseptiques Mode daction sur les micro-organismes - Atteinte membranaire par oxydation - Coagulation de constituants intracellulaires - Blocage d'enzymes protéiques… Facteurs influençant lactivité Concentration du produit Temps de contact Température Lumière PH Présence de fluides ou autres matières biologiques Présence de savon Respecter les indications du produit utilisé

10 10 Évaluation de lactivité des antiseptiques Normes : AFNOR NFT Décrivent les méthodes in vitro permettant dévaluer la concentration minimale dun produit dans des conditions déterminées de t°, de temps de contact et provoquant la réduction dans des proportions définies, dune population microbienne Normes : en EN (Normalisation Européenne) PHASE I (norme de base) Essai en suspension pour évaluer lactivité de base dun produit - Activité bactéricide NF EN Activité fongicide NF EN Activité virucide NFT

11 11 Évaluation de lactivité des antiseptiques PHASE II ETAPE I (norme dapplication) Essais en suspension proche de la pratique en présence de substances interférentes (protéines, eau dure…) PHASE II ETAPE II Essais simulant les conditions pratiques dusage, sur porte germes. (mains contaminées par une suspension bactérienne) PHASE III Essais sur le terrain dans les conditions pratiques dutilisation, pour confirmer la concentration efficace

12 12 Règles de gestion des antiseptiques Commande de produits – Ne commander que les quantités nécessaires – Préférer autant que possible les présentations unitaires ou les conditionnements de petit volume Réception des produits – Vérifier la concordance des produits avec la commande – Vérifier lintégrité du produit : flacon fermé, non altéré bien étiqueté – Ne pas déconditionner ou transvaser dans dautres conditionnements

13 13 Règles de gestion des antiseptiques Rangement – Ranger dans une armoire fermée – Limiter les stockages secondaires : salle de soins, plan de travail, chariot de soins, salle de bains, chambre – Ranger de façon à prévenir les péremptions en assurant la rotation des flacons selon le principe du FIFO FIFO : First in, First out, méthode de gestion de stockage dans laquelle on fait sortir en premier ce qui est rentré le plus tôt.

14 14 Règles de conservation des antiseptiques Modalités de rangement – Ranger les antiseptiques loin dune source de chaleur – Ranger à labri de la lumière naturelle et artificielle – Conserver à labri de lair, reboucher le flacon en raison du risque dévaporation et de contamination Choix du conditionnement – Choisir un conditionnement adapté à lusage

15 15 Règles de conservation des antiseptiques Respect du cycle du produit – Respecter la date de péremption – Respecter la durée dutilisation après ouverture – Noter à louverture la date limite dutilisation sur le flacon : DLU – Si une dilution est nécessaire, elle doit réalisée avec de leau stérile et ne doit pas être conservée – Jeter les présentations en mono dose après utilisation pour un patient – Éviter de mettre des flacons dantiseptiques dans une chambre de patient en isolement sinon les jeter après son départ

16 16 Règles dutilisation des antiseptiques Respect des conditions dutilisation – Respecter les concentrations et les temps de contacts préconisés par les laboratoires en fonction des protocoles établis – Ne pas diluer les produits qui doivent sutiliser purs – Rincer abondamment les savons avec de leau – Ne pas rincer lantiseptique pour conserver leffet rémanent sauf chez le prématuré ou suivant les indications du laboratoire

17 17 Règles dutilisation des antiseptiques Incompatibilités – Ne pas employer successivement 2 antiseptiques différents sur un même patient – Utiliser préférentiellement les produits dune même famille dans une séquence de soins Contamination – Ne pas contaminer louverture du flacon avec les doigts ou des objets souillés – Ne pas toucher la peau du patient avec lembout du flacon – Reboucher les flacons après usage et entre deux utilisations Surveiller la tolérance locale de lantiseptique

18 18 Antiseptiques à lhôpital et Péremption après ouverture BETADINE 10% Solution vaginale BETADINE ALCOOLIQUE 5% BETADINE DERMIQUE 10% BETADINE SCRUB 4% BETADINE UNIDOSE 5% : à jeter après utilisation CHLORHEXIDINE ALCOOLIQUE 0,5% : 4 semaines CHLORHEXIDINE AQUEUSE COLOREE 0,05% : à jeter après utilisation DAKIN STABILISE : 4 semaines EAU OXYGENEE 10 V : 4 semaines EOSINE AQUEUSE 2% : à jeter après utilisation SOLUTE DE MILIAN : à jeter après utilisation HEXOMEDINE 1 % 0 : 4 semaines HEXOMEDINE TRANSCUTANE 0.15% : 15 jours si « utilisation » avec compresse stérile HIBISCRUB 4% : 4 semaines HIBITANE AQUEUX 5 % : après reconstitution 10 jours HIBITANE CHAMP 0.5% : après reconstitution 10 jours ALCOOL 70° : 4 semaines 4 semaines si on conserve le bouchon réducteur

19 19 TOUT TISSU VIVANT DOIT ÊTRE PROPRE AVANT D ÊTRE ASEPTISÉ OU DÉSINFECTÉ

20 20 DÉTERSION = NETTOYAGE Utilisation dun savon doux ou dun savon antiseptique Élimination dune fraction de la flore cutanée par action mécanique RINÇAGE A leau stérile SÉCHAGE Étape importante : pour ne pas diluer lantiseptique à appliquer Tamponnement avec des compresses stériles en fonction de lindication APPLICATION DE LANTISEPTIQUE Utiliser lantiseptique compatible avec le savon utilisé lors de la détersion sans repasser deux fois au même endroit avec une compresse stérile SÉCHAGE A LAIR LIBRE Étape importante : pour favoriser la rémanence Le temps de séchage est indispensable au temps daction de lantiseptique Le temps de lantisepsie pour un soin

21 21 ANTISEPTIQUES MAJEURS BACTÉRICIDES À LARGE SPECTRE ANTISEPTIQUES INTERMEDIAIRES BACTÉRICIDES À SPECTRE ÉTROIT ANTISEPTIQUES À DÉCONSEILLER BACTÉRIOSTATIQUES À SPECTRE ÉTROIT ANTISEPTIQUES CONSIDÉRÉS À TORT COMME ANTISEPTIQUES CATEGORIES DANTISEPTIQUES

22 22 HALOGÉNÉS BIGUANIDES Chlorhexidine Hibitane® champ Association dantiseptiques Biseptine® Dérivés iodés Bétadine® Dérivés chlorés Dakin® ANTISEPTIQUES MAJEURS

23 23 Halogène Antécédent dallergie à lun des constituants en particulier la polividone (transporteur de liode) Bétadine® Alcoolique / Dermique / Scrub

24 24 Allergie à liode… Tous les individus puisent leur iode dans la nourriture, sans avoir de réaction indésirable : c'est donc qu'ils n'y sont pas allergiques L'iode est un atome essentiel à la vie L'expression "allergie à l'iode" est erronée - Réaction pseudo allergique aux produits de contraste radiologique : très fréquente - Allergie de contact ou dermite de contact aux antiseptiques à base d'iode : très rare - Réaction danaphylaxie aux fruits de mer : relativement fréquente

25 25 Indications - Antisepsie de la peau saine (alcoolique)et lésée (dermique) - Antisepsie des muqueuses buccales, oculaires et génitales - Lavage antiseptique et chirurgical des mains - Détersion - Antisepsie du champ opératoire - Traitement d'appoint des affections de la peau (et des muqueuses) primitivement bactériennes ou susceptibles de se sur infecter - Brûlures superficielles et peu étendues Halogène Bétadine® Alcoolique / Dermique / Scrub

26 26 Le temps de contact bétadine alcoolique : de 30s pour petits actes à 1 minutes pour la préparation du champ opératoire Cas de brûlures lors de l'utilisation de bistouri électrique : s'assurer lors de la préparation du champ opératoire, du séchage complet du produit et de l'absence de quantités résiduelles qui auraient pu couler (au niveau des plis cutanés et du drap de la table…) Halogène Bétadine® Alcoolique / Dermique / Scrub

27 27 Indications Antisepsie de la peau, des muqueuses et des plaies Mode dAdministration A faire sans dilution - Lavages, en bains locaux ou en irrigations... - Compresses imbibées ou en pansements humides... Dakin Cooper® Stabilisé Halogène

28 28 Chlorhexidine ®aqueuse 0,05% alcoolique 0,5% Hibitane® 5% Hibitane ® champ 0.5%Hibiscrub® 4% Biseptine® Biguanides -Chlorure de benzalkonium: ammonuim quaternaire PA : produit actif

29 29 Biguanides

30 30 Indications Détergent / Bactéricide - Nettoyage et traitement d'appoint de la peau dans les affections de la peau primitivement bactériennes ou susceptibles de se sur infecter - Lavage antiseptique des mains du personnel soignant et des mains du chirurgien - Lavage antiseptique préopératoire. Rincer après usage Ne pas utiliser de produits à base de chlore (eau de Javel...) pour nettoyer les tissus ou récipients ayant été en contact avec toute la gamme de ce produit : risque de taches indélébiles. Hibiscrub® Biguanides

31 31 Indications - Antisepsie de la peau du champ opératoire Ne doit pas être utilisée sur les muqueuses Risque de brûlures lors de l'utilisation de bistouri électrique L'addition du véhicule alcoolique permet d'éliminer une grande partie de la flore « résidente » Produit inflammable Hibitane® champ 0,5 % Biguanides

32 32 Indications - Plaies ou brûlures superficielles et peu étendues -Traitement d'appoint des affections de la peau primitivement bactériennes ou susceptibles de se sur infecter - Antisepsie des grands brûlés - Antisepsie des dermatoses bulleuses Ne jamais utiliser pur, à diluer aseptiquement dans de l'eau stérile (10 ml Hibitane® 5 % dans 1000ml eau stérile) Hibitane® 5 % Biguanides

33 33 AMMONIUMS QUATERNAIRES Cetavlon ® Sterillium ® (désinfectant) ALCOOLS ANTISEPTIQUES INTERMEDIAIRES

34 34 Indication Pansement alcoolisé : lymphangite Précautions demploi Irritant Ne pas utiliser sur la peau des enfants Ne pas utiliser sur les muqueuses et les plaies Ne pas utiliser pour les prélèvements dalcoolémie Le propanol-2 ou lisopropanol peut se retrouver dans la composition des SHA ou peut être utilisé comme solvant avec dautres antiseptiques, quil potentialise (alcool iodé, chlorhexidine…) Alcool éthylique à 70° Alcool

35 35 CARBANILIDES DIAMIDINES ACIDES DÉRIVÉS MÉTALIQUES Septivon® Hexomédine 1 %® Hexomédine transcutané 0.15% Acide borique (PRÉPARATION) Acide salicylique ( PRÉPARATION & DERMACIDE®) Nitrate dargentSulfate de cuivreSulfate de zinc DIAMIDINES ANTISEPTIQUES MINEURS

36 36 Septivon® Indications Détersion de la peau et de la muqueuse vaginale Précautions demploi Ne pas utiliser avant laccouchement ni chez le nouveau-né Ne pas diluer avec de leau trop chaude Rincer abondamment, risque de dermites irritatives et dessèchement cutané Éviter le contact avec les yeux Carbanilides

37 37 DÉRIVÉS MERCURIELS PEROXYDE DHYDROGÈNE COLORANTS Mercuresceine Aqueuse Gifrer® 2% Chromaplaie 2% Eau oxygénée ® Eosine aqueuse à 2%Milian Solution FAUX ANTISEPTIQUES

38 38 Eau oxygénée Oxydant Indications Utilisation en chirurgie dentaire pour ses propriétés antiseptiques et hémostatiques Nettoyage des plaies gangrenées ou des délabrements tissulaires nécrotiques Inactivation Activité limitée en présence de matières organiques Précaution demploi Le contact avec la peau et les muqueuses de solutions concentrées peut provoquer des irritations ou des brûlures Dangereux pour les yeux Peroxyde dhydrogène

39 39 Indications Traitement dappoint des affections dermatologiques non infectées (érythème fessier du bébé…) Colorants à viser asséchante de la peau Posologie et Mode dAdministration Voie cutanée exclusivement Une à deux fois par jour, appliquer localement à l'aide d'une compresse ou verser directement sur l'endroit à traiter Privilégier les mono doses Effets Indésirables Risque de photosensibilisation et d'éruptions cutanées localisées Péremption après ouverture Un flacon ouvert se contamine très rapidement max 24h Éosine® aqueuse - Solution de Milian® aqueuse (fongicide) Colorant

40 40

41 41 Antiseptique Idéal EFFET LÉTAL DANS UN TEMPS TRÈS COURT ACTION PROLONGÉE ( Rémanence ) BIEN TOLÉRÉ ACTION LOCALE PEU INHIBÉ PAR LES MATIÈRES ORGANIQUES AVOIR UN CONDITIONNEMENT ADAPTÉ À LA PRATIQUE

42 42 EN PRATIQUE, IL FAUT TOUJOURS : Vérifier la date de péremption Indiquer la date de péremption sur le flacon Fermer le flacon après chaque manipulation Respecter la durée dutilisation du produit après son ouverture Manipuler avec précaution (Ne pas toucher louverture du flacon afin déviter toute contamination) Conserver à labri de la lumière et de la chaleur Limiter le stockage dans les postes de soins Utiliser de préférence des doses unitaires ou petits conditionnements A retenir…

43 43 FIN DU DIAPORAMA MERCI Les antiseptiques


Télécharger ppt "S.DESMONS IDE Hygiénste. 2 Historique Les fondements scientifiques de lantisepsie et de la désinfection reposent sur les découvertes de Pasteur « La théorie."

Présentations similaires


Annonces Google