La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Production de mâles entiers aux Pays-Bas Cooperl, février 2013 Annechien ten Have Mellema.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Production de mâles entiers aux Pays-Bas Cooperl, février 2013 Annechien ten Have Mellema."— Transcription de la présentation:

1 Production de mâles entiers aux Pays-Bas Cooperl, février 2013 Annechien ten Have Mellema

2 Ferme * Éleveur de porcs * Agriculture * Biogaz

3 Le contexte Sentiment durgence augmente dans plusieurs pays Couverture médiatique, inquiétudes sociales Pays à différents stades du cycle de vie du problème Dimension internationale Déclaration de Bruxelles fédère les parties prenantes dans leur ambition Distribution déséquilibrée des coûts et des bénéfices Manque dinformation entraîne des risques

4 La déclaration de Noordwijk (2007) Accord entre les partenaires néerlandais du secteur porcin Initié par les partenaires eux-mêmes suite à une pression croissante des ONG Les éleveurs, abattoirs et supermarchés saccordent sur lobjectif darrêter la castration aux Pays-Bas en 2015

5 Enquête européenne 2012 Une évolution irréversible sur l'UE? Abattoirs 100% : oui 0% : non Eleveurs/engraisseurs 80% : oui 20% : non Autres 83% : oui 17% : non

6 Enquête européenne 2012 Principales questions abordées ONG Bien-être des animaux, initiatives du secteur, meilleures pratiques d'élevage Abattoirs Exigences des consommateurs, bien-être des animaux, capacité de réaction, produits de qualité Eleveurs-engraisseurs Exigences des consommateurs, bien-être des animaux, capacité de réaction, meilleures pratiques d'élevage

7 Enquête européenne 2012 Obstacles à ce jour % des réponses majeur mineur Acceptation par les consommateurs36 27 Information/savoir-faire de mise en œuvre Résistance marchés détail et extérieurs Procédés reconnus détection odeur verrassons50 18 Procédés reconnus mesure odeur verrassons 46 27

8 Enquête européenne 2012 Solutions à portée (acceptation consommateurs ) 46% des réponses : Oui Si - diffusion régulière d'information fiable - mise en place systèmes certification agrées - procédés reconnus détection odeur verrassons 27% : ne sait pas 18% : non 9% : ne répond pas

9 Résultats techniques pour les verrassons, castrats et femelles Recherche VIC Sterksel (Pays-Bas) 12 animaux par loge Auge à aliment sec à 1 emplacement Verrassons et femelles alimentés à volonté Castrats: à volonté jusqu'à env. 60 kg, puis selon programme d'alimentation (max. 2,65 kg/j) 4 ou 5 semaines aliment démarrage (UF = 1,10), 4 semaines aliment transition (UF = 1,08), puis aliment définitif (UF = 1,08)

10 Résultats de l'engraissement jusqu'à la livraison

11

12

13

14 Qualité de carcasse

15 Engraissement par portées ou separé par sexe? 12 animaux par loge Auge à aliment sec à 1 emplacement Verrassons et femelles alimentés à volonté 4 ou 5 semaines aliment démarrage, 4 semaines aliment transition, puis aliment définitif

16 Résultats techniques PortéesVerrassonsFemelles Poids initial (kg)23,5 23,0 Poids final calculé (kg) 117,7 116,0 Croissance (g/j) Prise d'aliment (kg/d) 2,112,09 Taux de conversion2,442,392,51 Indice de conversion UF 2,682,622,75

17 Conclusions.Les verrassons et femelles engraissés séparés ou par portées ont des résultats comparables..Les verrassons consomment autant ou un peu moins d'aliment que les femelles, ont une croissance plus rapide et un taux de conversion plus favorable..Les portées sont plus avantageuses (ne pas mélanger les animaux) : santé, comportement indésirable des verrassons.

18 Castrats = élevage de castrats en situation de base, en groupes de sexes mélangés (50% mâles et 50% femelles); Verrassons = groupes unisexe avec seulement des verrassons sur lélevage (100% porcs mâles).

19 Meilleurs résultats techniques verrassons - castrats –Gain journalier g/ jour –Indice de consommation kg/ jour –% Viande maigre + 2 – 3 % –Moins de risques dinfection –Moins de rejets –PRODUIT + 7 euro Fin du travail pénible de castration Economie de la production de verrassons (au niveau de la ferme)

20 Conduite de l'élevage et comportement des verrassons Objectif: Quand y a-t-il des problèmes de comportement des verrassons Quels sont les problèmes de comportement des verrassons Quelles mesures prendre pour maîtriser les problèmes de comportement des verrassons

21 Nombre de chevauchements selon l'heure du jour

22 Conclusions sur les chevauchements Chevauchements plus fréquents l'après-midi que le matin Davantage le jour que la nuit Pas d'intensification des chevauchements à partir de la 5 e semaine à lengraissement et jusqu'à la livraison

23 Résultats Pas de différence pour les chevauchements entre les loges avec seulement des verrassons et dans celles avec des portées entières Pas d'effet sur le chevauchement du système de nourrissage (3 x jour à l'auge longue ou à volonté à la mangeoire à aliment sec) Pas d'effet du mode dengraissement et du mode de nourrissage sur les lésions de la peau Les verrassons sont plus sujets que les femelles aux lésions de la peau sur l'avant-main et à la boiterie

24 Résultats (2) L'aménagement de la loge (litière de paille) ne réduit pas les chevauchements L'ajout d'une auge ne réduit pas les chevauchements Le mannequin (dummy) n'a pas d'effet sur le chevauchement Le dummy réduit le nombre d'animaux boiteux

25 Station de recherche VIC Sterksel Trois régimes de lumière Témoin: 40 lux 8 heures par jour Régime de lumière croissante: de 8 à 16 heures par jour Lumière verte: 40 lux 8 heures par jour 12 ou 24 porcs par loge (1 m²/animal) Avec ou sans cloison de séparation Verrassons et femelles séparés Après 5 semaines engraissement: 1 jour par 2 semaines enregistrement vidéo pendant 24 heures Chaque heure: enregistrement 5 minutes pour noter chevauchements

26 Conclusions Pas d'effet de la lumière verte ou de l'éclairage croissant sur le chevauchement Augmenter la superficie de la loge en fusionnant deux loges (avec 24 animaux au lieu de 12 par loge) ne réduit pas les chevauchements des verrassons Une cloison de séparation dans la loge ne réduit pas les chevauchements des verrassons

27 Recherches sur les exploitations de terrain Pourquoi certaines exploitations ont-elles beaucoup de chevauchements et d'autres moins Observation des comportements sur 70 exploitations à 5, 9 et 13 semaines à lengraissement: Loges de 12: 3 observations de 5 minutes Nombre de chevauchements, de face-à-face, conséquences Compréhension des facteurs de réussite et des facteurs critiques concernant le comportement des verrassons Objectif : fournir des approches permettant de réduire le comportement de chevauchement

28 Les verrassons se comportent et réagissent différemment: les défis: –Stratégie dalimentation, composition de laliment –Logement et taille du groupe –Lumière: régime et intensité –Stratégie en début dengraissement Clé du succès: coopération sur lélevage entre léleveur, le chercheur, la firme daliment et le vétérinaire Votre expérience pratique et celle de votre voisin Comment élever les verrassons

29 fraction odeur anormale Distribution l'odeur de verrat (405 enterprises) fraction odeur anormale nombre d'entreprises

30

31 Source: GIRA

32 03/02/201hier de titel en datum en brs heading for 2018

33 ReproductionSélection génétique Sélection du genre ElevageImmunocastration Conduites délevage AbattageAbattage plus léger (jeune) Détection en ligne des odeurs TransformationDilution des viandes malodorantes Masquage des odeurs & flaveurs désagréables Distribution Consommation Alternatives possibles à lheure actuelle

34 Mesures appliquées doptimisation de la filière Mesures préventives –Sélection génétique pour réduire le risque dodeurs sexuelles –Alimentation pour réduire le scatol Mesures correctives –Coûts de contrôle (détection nez humain)

35 Castration Les odeurs sexuelles: une odeur pénétrante et désagréable Bien-être animal (100 million de porcs castrés par an dans lUE) Efficacité alimentaire réduite ( ha de terre supplémentaire nécessaires) Supprimer les odeurs sexuelles: condition pour lacceptabilité par les marchés

36 Etapes suivantes Task force européenne, soutenue par groupe de travail (pays membres de l'UE) Financement européen (task force et groupe de travail) Objectifs centraux pour l'appui au démarrage: Communication - éliminer les obstacles (distribution de détail/industrie alimentaire) - accroître connaissances/information (filière de production) - déterminer un programme pour les pays de l'UE Recherche et développement - méthodes de détection précises en appui à la gestion du risque - mise en œuvre de mesures de prévention économiques

37 Clé du succès: coopération sur l'élevage entre l'éleveur, le chercheur, la firme d'aliment et le vétérinaire Votre expérience pratique et celle de votre voisin

38 Merci de votre attention


Télécharger ppt "Production de mâles entiers aux Pays-Bas Cooperl, février 2013 Annechien ten Have Mellema."

Présentations similaires


Annonces Google