La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Mutation des sociétés Etude : limmigration et la société française au XXe siècle.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Mutation des sociétés Etude : limmigration et la société française au XXe siècle."— Transcription de la présentation:

1 Mutation des sociétés Etude : limmigration et la société française au XXe siècle

2 Quelle est la place des immigrés dans une société française en mutation ? Ce quil faut montrer : - Précocité et diversité de limmigration - Les phases (1 ère moitié XXème siècle, Trente Glorieuses, depuis 1970); -Le rapport de la société française à limmigration (mesures politiques nationales et européennes; la question sociale de laccueil et de lintégration). = Montrer la place croissante des immigrés dans la société française en soulignant la chronologie

3 Quelle est la place des immigrés dans cette société française en mutation ? A.De la fin du XIX e à la Deuxième Guerre mondiale : une image attractive de République démocratique, presque seule terre dimmigration en Europe avec alternance douverture/fermeture des frontières selon le contexte économique et social B.Les Trente Glorieuses : une immigration plus diversifiée (plus ouverte au Maghreb) mais marginalisée C.Depuis les années 1970 : Evolution de la perception de limmigration, reflet dune France en crise

4 Sujet détude : limmigration polonaise dans le Nord-Pas-de-Calais ( ) La région Nord-Pas-de-Calais, très marquée par lindustrialisation depuis 1850, est une région dimmigration. Les Polonais, en particulier, y sont très nombreux. Un grand flux dentre-2-Guerres est organisé par lEtat français et les entreprises pour les besoins des mines de charbon. Ces hommes sont pris en charge à partir de 1924 par la Société générale dimmigration (SGI), organisme chargé de recruter les travailleurs étrangers. Doc 1 : Limmigration polonaise, cadrage.

5 Doc 2b :Mineurs embauchés par la Compagnie des mines de Lens le 2 octobre Parmi eux, plusieurs Polonais. Source : Centre historique minier du Nord-Pas-de- Calais à Lewarde Doc 2a: Arrivée d'immigrants polonais en gare d'Oignies (Pas-de-Calais) pour travailler dans les mines d'Ostricourt, vers Source : Cité nationale de limmigration

6 Doc 3 : « La Pologne en France » Edouard Fiba est arrivé en France (Marles-les-Mines) en 1925 à lâge dun an et demi. Ici, on aurait dit la Pologne en France. Le boulanger, lépicier, les tailleurs, cétait tous des Polonais. Même les Français, par la force des choses, ils apprenaient un peu de polonais, surtout les enfants. Mon père, lui, il parlait un peu parce quau travail, cétait sous commandement français, alors à la longue, il apprenait. Mais pour dire de mener une conversation… Dans la rue ici, il y avait trois familles françaises sur vingt numéros. Léglise Saint-Stanislas, là au coin, est polonaise. A Marles, sans exagérer, autour de léglise, on avait quatorze ou quinze sociétés de toute sorte : les scouts, les chorales, les tireurs, le théâtre. Cétait gai. (…) Dans les corons, y avait pas tant dhostilité contre les Polonais, du fait quils étaient majoritaires. Mais quand la crise sest déclenchée, avec le chômage qui montait, je men souviens bien, en 1932, 33, 34, ils ont commencé à expulsé les Polonais qui leur plaisaient pas. Pour avoir fait grève, pour ceci ou cela. (…) A Marles, la polonité sest estompée progressivement. La langue se perd à 90 %. Moi jai continué à prendre le journal polonais de Lens, Narodowiec, en espérant que mes enfants sintéresseraient, mais aujourdhui, ils sauraient pas mener une conversation. Témoignage recueilli par la Cité nationale de limmigration, manuel Belin 1ere collection Côte, 2011.

7 Doc 4 : Expulsion de mineurs polonais travaillant dans les mines de lEscarpelle suite à une grève en Source : Cité nationale de lhistoire de limmigration En août 1934, 77 mineurs polonais sont expulsés de France parce qu'ils ont participé à une grève dans les mines de l'Escarpelle, à Leforest, dans le Nord-Pas-de-Calais. On les fait monter dans des trains spéciaux qui les emmènent jusqu'à la frontière polonaise. En 1939, malgré́ la crise, les législations restrictives et les rapatriements, Polonais travaillent encore dans les houillères du Nord-Pas- de-Calais, soit plus dun ouvrier sur quatre.

8 Raymond Kopa, de son vrai nom Raymond Kopaszewski, est un footballeur français, d'origine polonaise, né le 13 octobre 1931 à Nœux- les-Mines (Pas-de-Calais). Raymond Kopa est élu Ballon d'or en Il est le premier joueur Français à recevoir cette distinction. Questions: 1.A quoi correspond la période de forte immigration polonaise en France et dans le Nord-Pas-de-Calais (doc 1)? 2.Quelles en sont les raisons (doc. 1, 2a et 2b) ? 3.Les Polonais sont-ils intégrés à la population locale (doc. 3)? 4.Quelles sont les raisons qui expliquent les expulsions des années 1930 (doc. 3 et 4) ? Bilan : Rédiger un paragraphe sur limmigration polonaise dans le Nord- Pas-de-Calais.

9 1.Une immigration massive prise en charge par lEtat français, la société générale de limmigration et les entreprises se met en place à lentre-2-guerres. En 1931, près de Polonais vivent en France dont 40 % dans la région du Nord-Pas-de-Calais. 2.La région du Nord-Pas-de-Calais est un bassin industriel. Les activités minières y sont en plein essor, ce qui nécessite une forte main dœuvre. LEtat français et lEtat polonais liés par un accord, encouragent limmigration temporaire de Polonais dans cette région. Les photos montrent ces familles de Polonais qui débarquent dans les gares des villes minières (doc 2a). Enfants comme adultes sont ensuite embauchés (doc 2b) dans les mines. 3.Daprès le témoignage de Edouard Fiba, immigré polonais, la communauté polonaise était très importante (dans certaines rues, les familles françaises sont minoritaires). Les immigrés sont soucieux de conserver leur polonité (religion catholique, langue polonaise, lecture de journal polonais, associations de jeunesse polonaise). Les nouveaux venus s'intègrent le plus souvent très difficilement : on pense être en France provisoirement, en attendant que la situation s'améliore au pays d'origine, et on ignore le plus souvent le reste de la société française. Cette dernière ne fait d'ailleurs rien pour les intégrer : ils sont généralement isolés, regroupés à la périphérie des villes, relégués dans des quartiers misérables, voire des bidonvilles, que lon appelle alors gadouevilles. 4.La crise marquée par une montée du chômage déclenche des vagues dexpulsion collective (« trains polonais »), expression de la méfiance des Français vis-à-vis de la communauté polonaise et dune France en crise (économique et sociale).

10 Bilan du sujet détude La première vague dimmigration polonaise fut politique et liée à léchec de linsurrection de Varsovie en 1830 (soulèvement national polonais contre la Russie), la France étant considérée comme un bastion de la liberté en Europe. Elle comprend des personnages de lélite tels que Frédéric Chopin, et plus tard Maria Sklodowska, qui épouse Pierre Curie. A partir de la Première Guerre mondiale, la France et la Pologne furent des alliés politiques et militaires, ce qui orienta la deuxième émigration polonaise, celle de la misère, massive celle-là, que le gouvernement prend en charge de larrivée au départ. Ils sont près de en 1931 (doc 1), en majorité pour un séjour temporaire, premier exemple dune immigration par contrat de travail (doc 1) qui aboutit à des départs forcés (doc 4) comme ceux des mineurs de lEscarpelle en En 1939, malgré́ la crise, les législations restrictives et les rapatriements, Polonais travaillent encore dans les houillères du Nord-Pas- de-Calais, soit plus dun ouvrier sur quatre. Soucieux de conserver leur polonité, ces immigrés sont activement catholiques, ce qui renforce la méfiance de leurs compagnons de travail syndiqués et laïques ; de plus ils se marient souvent entre eux. Leur promotion sociale se fait difficilement, sauf dans le sport, avec lexemple de Kopa.

11 Sujet détude : Limmigration maghrébine en France pendant les 30 Glorieuses Doc 1 : Origine de la population étrangère en France Doc 2 : Ouvriers sur le chantier de construction de la tour Montparnasse en 1971.

12 Doc 3 : Bidonville de Nanterre, Photographies de Jean Pottier des années des Algériens de Nanterre. nville.htm

13 Doc 4 : le gouvernement lance une politique dimmigration familiale.

14 Questions: 1.Montrez quil y a une forte croissance de la population étrangère en France entre 1946 et Quelle est lévolution de la part de Maghrébins par rapport au nombre détrangers (doc 1) ? 2.Quest-ce qui explique laccélération de limmigration entre 1946 et 1975 (doc. 1 et 2) ? Quel type de travail est le plus souvent effectué par les immigrés maghrébins (doc 2) ? 3.Montrez que larrivée en France est difficile (doc 3). 4.Quelles sont les conditions posées au regroupement familial (doc 4) ? Comment lauteur justifie-t-il la politique du gouvernement ?

15 1. Après la Seconde guerre mondiale, le nombre détrangers double, passant de 1,7 million en 1946 à 3,4 millions en Jusquen 1968, les Italiens demeurent les plus nombreux, dépassés ensuite par les Espagnols, puis par les Portugais (première nationalité avec en 1975). Limmigration des pays du Maghreb et de lAfrique subsaharienne simpose après les décolonisations, dominée par les Algériens (les accords dEvian sur lindépendance de lAlgérie en 1962 leur garantissent la libre circulation). 2. Les besoins de main-dœuvre sont considérables. La France des 30 Glorieuses fait venir massivement des O. S. (ouvriers spécialisés) pour les chantiers ou les grandes industries comme lautomobile. « La croissance économique demande alors des bras, pas des familles quon ne sait où loger » (Marie-Claude Blanc-Chaléard). 3. Les travailleurs immigrés et leurs familles venues d'Algérie au moment des Trente Glorieuses ont été « logés » dans des bidonvilles, nombreux, aux portes mêmes de la capitale (6 km de Paris). Le bidonville est apparu au début des années cinquante afin d'abriter quelques centaines de travailleurs pour lesquels il n'y avait plus de place dans les hôtels meublés voisins. Il devint vite surpeuplé : personnes y vivaient en 1955, en 1967, essentiellement des Algériens. Ceux-ci, occupant des terrains provisoirement vacants non loin des usines et des grands chantiers de construction de la région parisienne, ont bâti sommairement, sans souci de sécurité, des logis de tôle, de bois ou de parpaing pour y accueillir parfois leurs familles. 4. Après avoir suspendu limmigration de main-dœuvre, politique de regroupement familial pour améliorer les conditions de vie des immigrés déjà présents et favoriser leur intégration.

16 Bilan : Après la Seconde guerre mondiale, les besoins de main-dœuvre sont considérables. La France des 30 Glorieuses fait venir massivement des O. S. (ouvriers spécialisés) pour les chantiers ou les grandes industries comme lautomobile. « La croissance économique demande alors des bras, pas des familles quon ne sait où loger » (Marie-Claude Blanc-Chaléard). Jusquen 1968, les Italiens demeurent les plus nombreux, dépassés ensuite par les Espagnols, puis par les Portugais (première nationalité avec en 1975). Limmigration des pays du Maghreb et de lAfrique subsaharienne simpose après les décolonisations, dominée par les Algériens (les accords dEvian sur lindépendance de lAlgérie en 1962 leur garantissent la libre circulation). Une véritable obsession sempare des responsables politiques français qui sefforcent de signer des accords de limitation avec le gouvernement algérien. Très démunis, les migrants africains vivent dans des conditions très précaires (voir photo bidonville Nanterre). Lun des traits marquants des 30 Glorieuses est dailleurs lampleur inédite des inégalités sociales entre les immigrés et les Français. A partir de 1974, dans un contexte de fin du plein-emploi et de retour de lincertitude face à lavenir, limmigration est suspendue mais les entrées se poursuivent notamment au titre du regroupement familial

17 Immigration et intégration depuis les années 1980 Doc 1 : Evolution du nombre de naissances mixtes. Comparaison entre pères portugais et pères algériens. Doc 2 : La France Black-Blanc-Beur de la Coupe du Monde de football en Source : manuel Hatier 1ere, 2011.

18 Immigration et intégration depuis les années 1980 Doc 3 : Evacuation dun camp de Roms par les CRS, le 6 juillet 2010, au campement du Hamul à Saint-Denis (IDF). Source : manuel 1ere Hatier, Questions : 1.Quels éléments montrent que le modèle français est intégrateur (docs 1 et 2) ? Comment peut-on nuancer les propos de Jean Daniel ? 2.Que se passe-t-il dans la photo du doc 3 ? Comment la communauté internationale a-t-elle réagi ? 3.Décrire laffiche. Qui est lauteur ? Quel est le discours ? (doc 4) Bilan : Comment évolue le débat depuis les années 1980 ? Doc 4 : L'affiche de campagne du FN Paca pour les élections régionales. Source : lexpress.fr, 25/02/2010

19 1.Le doc 1 montre une augmentation des naissances mixtes (franco-portugais et franco- algériens) entre 1975 et 1990 et donc une plus grande mixité indicateur dune bonne intégration. La victoire de la France « Black-blanc-beur » en coupe du monde de foot en 1998 symbolise la victoire d'un Etat-nation, d'un modèle d'intégration et pas seulement d'une équipe. Une équipe perçue comme le reflet de la diversité. Les grands sports, surtout le football, peuvent générer des mouvements collectifs très forts, mais temporaires. Le succès joue un grand rôle dans ce sentiment, également. Cette victoire a duré le temps dun été… 2.La photo montre lévacuation dun camp occupé par des Roms en juillet Le démantèlement de ces camps était devenue une « priorité » pour lEtat français. Les autorités françaises ont été sous le feu des critiques. La vice-présidente de la Commission européenne, Viviane Reding avait lancé la polémique en établissant un parallèle entre lexpulsion des Roms et les rafles de Juifs pendant la Seconde guerre mondiale. En Grande-Bretagne, le Guardian titrait « la honte dun continent », dautres pays comme les EU ou encore lEspagne détaient interrogées si la France nétait pas un pays raciste (journal La Vanguardia en Catalogne, New York Times) 3.Marquée du slogan "Non à l'islamisme!", laffiche du Front national dénonce un thème de campagne cher au parti extrémiste: « la dérive communautariste pro-islamiste actuelle ». En illustration, on y voit une femme en niqab se tenant à côté d'une carte de France sous les couleurs du drapeau algérien, flanquée de minarets en forme de missiles.

20 Bilan Certains indicateurs montrent la réussite du modèle français dintégration (mariages et naissances mixtes en augmentation, intégration par le sport). Cependant, le creusement des inégalités depuis les années 1980 renforce la crise xénophobe qui touche la société française symbolisée par la poussée de lextrême droite (qui rend les populations dorigine étrangère responsable de la crise). Les quartiers urbanisés souvent situés en banlieue qui restent marginalisés, sont le théâtre de violences multiples (émeutes de novembre 2005). Le débat sur lidentité nationale ou encore les évacuations des camps de Roms en 2010 nont pas apaisé les polémiques.


Télécharger ppt "Mutation des sociétés Etude : limmigration et la société française au XXe siècle."

Présentations similaires


Annonces Google