La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La santé observée à Paris Conférence de territoire de santé de Paris 16/11/2012 1 Valérie Féron, Nathalie Sénécal.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La santé observée à Paris Conférence de territoire de santé de Paris 16/11/2012 1 Valérie Féron, Nathalie Sénécal."— Transcription de la présentation:

1 La santé observée à Paris Conférence de territoire de santé de Paris 16/11/ Valérie Féron, Nathalie Sénécal

2 2 I.Présentation de lORS Île-de-France II.Le tableau de bord : un outil dobservation en santé III.La santé observée à Paris

3 3 I. PRÉSENTATION DE LORS ÎLE-DE-FRANCE

4 4 LObservatoire régional de santé Mission générale : aide à la décision dans le domaine sanitaire et social Objectifs : fournir des informations utiles à lélaboration de la politique régionale de santé publique en tenant compte des spécificités de la région capitale Démarche : repérer, rassembler, analyser, confronter, synthétiser les données de létat de santé de la population

5 5 Inscription dans la configuration actuelle LORS ÎDF enrichit en permanence son expertise concernant létat de santé des Franciliens et ses déterminants. Ses enquêtes, études et baromètres dressent un état des lieux, par thématique ou population, et permettent aux décideurs de disposer dindicateurs quantifiés, de mesurer limpact des politiques de santé publique et de mieux comprendre les attentes de la population et des professionnels. Ils sont le préalable indispensable à la mise en œuvre dactions cohérentes et efficaces, qui font elles-mêmes lobjet dévaluations. Enjeux actuels Contribuer au processus de régionalisation des politiques de santé Participer à lanimation territoriale de santé

6 6 Contribuer au processus de régionalisation Fournir des outils daide à la décision pour définir et mettre en œuvre les politiques régionales de santé –mise en cohérence des priorités daction de lARS avec les maillages territoriaux, –réalisation de diagnostics territoriaux, –évolution des systèmes dinformation à des fins dobservation et de suivi – Lutter contre les inégalités de santé : suivi des déterminants (connus ou naissants) –en lien avec les déterminants de santé majeurs (tabac, alcool, drogues illicites, nutrition, santé sexuelle et VIH/IST) –auprès de publics spécifiques (jeunes, personnes âgées, migrants, personnes handicapées, etc.) –chantiers nouveaux (tels que les effets sanitaires des moisissures de lhabitat)

7 7 Participer à lanimation territoriale de santé Soutenir les acteurs de terrains, quels quils soient (institutionnels, associatifs, …) – soutien méthodologique et/ou expertise (études), – ressource documentaire, – montée en compétence sur certains champs de la santé de diverses collectivités locales Sengager auprès des pôles de compétences régionaux et autres acteurs – projets communs avec mutualisation des ressources Participer à la démocratie sanitaire Développer des moyens nouveaux et durables, construire de nouvelles réponses

8 8 Atouts de lORS ÎDF 1.Equipe pluri-disciplinaire, compétente et motivée 2.Capacité dadaptation et de réactivité – Sur les thématiques – Sur les méthodes 3.Expérience et expertise – Accumulation dun savoir scientifique et technique – Expertise reconnue sur des thématiques et/ou des méthodes de recueil des données et danalyses – Connaissance régionale (contextes, spécificités, …) 4.Inscription dans le paysage régional – Lien Etat / Région – Collectivités locales – Multiples partenariats

9 9 1 – UNE ÉQUIPE PLURI- DISCIPLINAIRE, COMPÉTENTE ET MOTIVÉE

10 10 Léquipe permanente se compose de 17 personnes en CDI une directrice, médecin de santé publique (Dr Nathalie SENECAL) une assistante de direction (Stéphanie ROUSSEAU) une documentaliste, gestionnaire de linformation (Christine CANET) un démographe (en cours de recrutement) une chargée détudes économiste de la santé (Nathalie BELTZER) un chargé détudes en santé-environnement ; webmaster (Jean-Philippe CAMARD) un chargé détudes statisticien (Edouard CHATIGNOUX) une chargée détudes sociologue (Myriam DALBARADE) une chargée détudes socio-démographe (Catherine EMBERSIN-KYPRIANOU) une chargée détudes statisticienne (Valérie FÉRON) une chargée détudes en santé-environnement (Dorothée GRANGE) une chargée détudes socio-démographe (Sandrine HALFEN) une chargée détudes en santé-environnement (Sabine HOST) une chargée détudes en socio-démographe (Caroline LABORDE) une chargée détudes en santé publique (Corinne PRAZNOCZY) un chargé détudes géomaticien (Adrien SAUNAL) une chargée détudes médecin épidémiologiste (Catherine VINCELET)

11 11 2 – UNE CAPACITÉ DADAPTATION ET DE RÉACTIVITÉ

12 12 Bref rappel historique Les tout débuts de lORS ÎDF – Créé en 1974 – Mission : la carte sanitaire expertise en offre de soins et structures médico-sociales (fichiers de base de données, guides) 1981 : rapport Cabanel – Recommande la création des ORS – Préconise la régionalisation des actions de prévention et dobservation – Missions épidémiologiques en fonction des besoins locaux Création progressive des 26 ORS et FNORS Labellisation naturelle de lORS ÎDF pré-existant (1è convention Etat / Région signée en 1983)

13 13 LORS ÎDF oriente sa mission sur la démarche dobservation Constat au début des années 1990 : – Données de santé éparses, – Difficiles à collecter (pas internet !), – Peu comparables, – Niveau régional absent des statistiques de santé. Objectif : – Pouvoir dresser le portrait sanitaire et social dune région (dun territoire) avec un ensemble de données validées et comparables Résultat: – Une 40ne dindicateurs – Retenus par consensus – Validés – Permettant de faire des comparaisons

14 14 Les ORS deviennent la référence en terme dobservation régionale 1994 : publication dun document inédit et innovant « tableau de bord régional de la santé » – dans chacune des 26 régions de France – un classeur composé dune quarantaine de fiches thématiques 1997 : publication de la « synthèse nationale » des tableaux de bord régionaux – une analyse inter-régions de chaque thématique 1998 : lancement de SCORE-santé – 1ère base de données française de santé publique – propose de nombreux indicateurs de santé à divers échelons territoriaux, allant du niveau national au niveau cantonal pour certains dentre eux – depuis 2005, le ministère de la Santé finance la base de données dans le cadre d'une convention pluriannuelle d'objectifs et de moyens

15 15 LORS ÎDF ne cesse de mettre à jour et de publier ses analyses Tableaux de bord région 1994 puis mises à jour Plusieurs tableaux de bord départementaux : – Yvelines (1999 et 2006), – Hauts-de-Seine (2000), – Seine-Saint-Denis (2005 puis mises à jour régulières), – Paris 2011 Deux tableaux de bord communaux : – Epinay-sur-Seine (1995) – Vanves (1999) La santé des Franciliens (2003) Atlas de la santé en Ile-de-France (2005) (document coproduit avec Drass, Urcam, Cramif, Caf, Insee, IAU) Document « situation initiale » PRSP 2008 et 2009 Profils sanitaires départementaux (2010) Profils sanitaires locaux (2011) …

16 16 LORS ÎDF reste innovant en terme dobservation régionale Création du « Visiau-santé » – SIG santé développé avec lIAU Participation à lélaboration dun outil de calcul dindicateurs (En cours ; développement informatique par lORS Picardie avec soutien de la Fnors et ORS utilisateurs de loutil) – « à la demande », – du niveau régional au niveau communal, – disponible dans chaque ORS

17 17 Lobservation en santé constitue le cœur de métier de lORS ÎDF Acquisition dune grande quantité de données avec historique – nombreuses séries de données temporelles (des années 80 ou 90 à aujourdhui) dun savoir faire opérationnel en observation de la santé – indicateurs, analyses et résultats issus de ces travaux largement repris et utilisés

18 18 La vocation dobservation est au cœur de la convention tripartite Art 1 de la convention : – Renforcer le dispositif régional détudes et dobservation de la santé des Franciliens en vue daméliorer la connaissance Sur les déterminants de santé Sur les inégalités sociales et territoriales Sur les pathologies et leur évolution Sur la qualité de vie – Apporter une aide à la décision à partir détudes épidémiologiques à léchelle des groupes de population – Réaliser des études sur les pathologies spécifiques à la situation en Ile-de-France ou de faits liés aux effets de lenvironnement sur la santé Suppose de pouvoir élaborer et mettre en œuvre tout protocole détudes permettant une meilleure compréhension des problèmes de santé

19 19 3 – EXPÉRIENCE ET EXPERTISE

20 20 LORS ÎDF a développé expérience et expertise à travers plusieurs méthodes A.Système dinformation géographique (SIG) B.Exploitation et valorisation de données existantes C.Mise en place denquêtes D.Mise en perspective

21 21 A- Les systèmes dinformation géographique (SIG) Créer des données spatialisées ex : analyse de la distribution spatiale de loffre de soin Croiser et analyser différentes données géographiques ex : analyse de laccessibilité Créer des cartographies daide à la décision ex : Ehpad, planification et gestion de la santé publique Diffuser des données géographiques : cartographie sur le site Internet (Webmapping) ex : cartographie de la mortalité Faire ressortir les tendances, corrélations et interrelations entre environnement et santé

22 22 B - Exploitation et valorisation de données déjà existantes Exploitation régionale denquêtes nationales Enquête Handicap Santé de lInsee Enquête décennale santé de lInsee Baromètres de lInpes (santé, nutrition, environnement) Valorisation régionale de données existantes avec mise en lien de plusieurs sources de données Mise en place dun système dinformation en périnatalité (mise en lien CS8 et données PMSI) Erpurs : croisement [niveaux journaliers dexposition à la pollution atmosphérique], et [nombres journaliers de décès/urgences/hospitalisations/consultations] en tenant compte de [températures], [grippe], [tendances saisonnières et à long terme] Analyse de données issues de cohortes Constances : suivi de la consommation ambulatoire et hospitalière de soins dune population adulte étude des maladies chroniques Analyse des systèmes dinformation permanents Mortalité Morbidité (ALD, hospitalisation, etc) D.O. (VIH / SIDA, tuberculose) Bénéficiaires de prestations sociales (AME, AAH,…) Recensements

23 23 C - Mise en place denquêtes Enquêtes de perceptions et de connaissances : les enquêtes KABP (Knowledge, Attitudes, Beliefs and Practices) KABP VIH / SIDA métropole – Enquêtes répétées dans le temps – Réalisées par téléphone auprès de la population générale adulte – Evolutions méthodologiques, par exemple pour tenir compte de lévolution de la couverture téléphonique (filaire + portable) – Edition 2010 : un test méthodologique pour les futures enquêtes en santé KABP VIH / SIDA Antilles Guyane KABP Tabac Enquêtes auprès de populations spécifiques Situation sanitaire et sociale des Rroms Enquête Abéna-2 (aide alimentaire et état nutritionnel) Enquête auprès des étudiants affiliés à la Smerep Enquête auprès des collégiens Enquête pilote en vue dune étude épidémiologique Enquête sur les effets sanitaires des moisissures de lhabitat (Esmha) Dispositif dobservation qualitatif TREND (tendances récentes et nouvelles drogues)

24 24 D -Mises en perspectives Synthèses bibliographiques – Etat des lieux des connaissances sur des thématiques spécifiques Santé environnement : pollution de lair, bruit, déchets, substances préoccupantes, ondes, etc. VIH, sida, comportements à risque ou comportements de prévention Epidémiologie : cancer, diabète, obésité, Alzheimer, handicap,… Réflexions méthodologiques – Recueil des données – Imputation des données manquantes – Prise en compte des plans de sondage complexes – Estimations dindicateur (prévalence du VIH) – Coordination

25 25 4 – INSCRIPTION DANS LE PAYSAGE RÉGIONAL

26 26 LORS ÎDF met à disposition ses connaissances et savoirs Mise à disposition des décideurs et du public dinformations fines, contextualisées, croisées et territorialisées sur létat de santé des Franciliens Accompagnement de politiques régionales – Ex : PRQA, PRSE, etc. – Participation à la CRSA (commissions prévention et offre de soins) Organisation de lobservation – Ex : Périnatalogie, Santé environnement Partage de lexpertise – Coordination / participation à des comités de pilotage ou groupes de travail thématique ou méthodologique – Présentation et participation à des colloques et conférences

27 27 LORS ÎDF au cœur du système dobservation de santé

28 28 II. LE TABLEAU DE BORD : UN OUTIL DOBSERVATION EN SANTÉ

29 29 Lobservation en santé : mise en place du tableau de bord Origine : début années 90, réflexion commune de la Fnors, ORS, Ministère de la santé, CNAMTS, Conférence des Drass Objectif : produire, dans toutes les régions, un document rassemblant les principales données sur la santé de la population et ses déterminants Moyens : Groupe de travail interne ORS, dont ORS Île-de-France Comité de pilotage national (14 personnes) Avis dexperts régionaux et nationaux Données fournies par nombreux organismes nationaux Productions : 1 outil, le tableau de bord régional. Réalisé dans les 22 régions et 4 DOM en 1995.

30 30 Le tableau de bord Un diagnostic sanitaire complet Sur un territoire défini (région, département, commune) Multi-thématiques 1 plan précis par fiche, présentation systématisée et homogène : contexte national, faits marquants dans le territoire étudié, indicateurs commentés, encadrés méthodologiques, données plus locales en dernière page Multi-sources Choix commun dindicateurs sur la santé et ses déterminants Facilement mis à jour Comité de suivi / pilotage

31 31 Les tableaux de bord régionaux, départementaux, communaux 1 ère éd. tableau de bord régional Maj 15 fiches 2 ème éd. tableau de bord régional Panorama de la santé des Franciliens PRSP 2006 Profils socio- sanitaires Région départe- ments Yvelines Hauts -de- Seine Seine- St- Denis Yvelines Seine- St- Denis Paris Epinay -sur- Seine Vanves Jeunes Indicateurs départemen taux de santé Santé des jeunes Essonne Mère, enfant (PMI) Paris Seine-St- Denis Synthèse nationale Saint- Quentin- en- Yvelines

32 32 Evolution des tableaux de bord Thèmes : contexte socio-démo-économique du territoire et situations de précarité, offre et consommation de soins, santé par groupe de population (enfants, personnes âgées, personnes handicapées), pathologies, facteurs de risque et comportements, environnement. Nouveaux thèmes en fonction des thématiques émergentes : bruit et santé, maladie dAlzheimer, pollution des sols, déchets, prévention, etc. Nouveaux indicateurs en fonction des disponibilités des données : Francim pour les cancers, PMSI pour les séjours hospitaliers, enquêtes comme les Baromètres de lInpes, Escapad, Obépi, etc.

33 33 Les grandes sources de données Insee Etat-civil recensement (données socio-démographiques) CépiDC, Inserm (causes médicales de décès) InVS, Système de déclaration obligatoire de certaines maladies (tuberculose, infection VIH, cas de sida, saturnisme de lenfant, légionellose, etc.) CnamTS, RSI, CCMSA (ALD, SNIR données de remboursement de soins et démographie des professions de santé libérale, CMU et CMU-C Drees (fichier Adeli, enquêtes SAE, données des conseil généraux Apa,, etc.) Réseau Francim (estimations du nombre de cancers) PMSI (programme de médicalisation des systèmes dinformation) Certificats de santé 8 ème jour, 9 ème et 24 ème mois (Conseils généraux) Cnaf, Cnav (AAH, AEEH, RSA, aide-ménagère) Fichier Finess Setra (accidents de la circulation) …

34 34 III. LA SANTÉ OBSERVÉE À PARIS

35 35 DONNÉES DÉMOGRAPHIQUES ET DE CADRAGE

36 36 Données démographiques et de cadrage (1) Paris est une « petite » ville de 105 km² dans laquelle vivent près de 2,2 millions dhabitants. Sa densité de population, plus de habitants par km², est une des plus élevées au monde. Après une longue décroissance, la population parisienne augmente de nouveau depuis le milieu des années 1990, sous les effets conjugués dune progression du solde naturel et dun solde migratoire moins déficitaire

37 37 Données démographiques et de cadrage (2) Paris se distingue par une forte proportion de personnes vivant seules, une faible proportion denfants ou de jeunes de moins de 20 ans et par une importante proportion de personnes de nationalité étrangère. Paris se démarque aussi des autres départements de lÎle- de-France par un indice conjoncturel de fécondité très bas. Source : Insee - Exploitation ORS Île-de-France

38 38 Données démographiques et de cadrage (3) Revenu fiscal de consommation en 2007 (revenu médian, 1 er et 9 ème déciles) En 2007, le revenu médian par unité de consommation est beaucoup plus élevé quen ÎDF et en France métro. % de la population vivant dans un foyer à bas revenus en 2008 Source: Insee - Exploitation ORS Île-de-France Source: Mipes - Exploitation ORS Île-de-France

39 39 Données démographiques et de cadrage (4) Avec des inégalités fortes au sein de Paris : Source: Insee, exploitation ORS Île-de-France Proportion dallocation du RSA socle en 2009 Revenu fiscal médian par unité de consommation par arrondissement parisien en 2007

40 40 ÉTAT DE SANTÉ DES PARISIENS

41 41 Espérance de vie Paris se situe nettement au dessus de la moyenne régionale et nationale. La situation est plus favorable dans les arrondissements de louest que dans ceux du nord et de lest. Espérance de vie à la naissance par sexeEspérance de vie à la naissance (deux sexes) par arrondissement parisien Source: Insee, exploitation ORS Île-de-France

42 42 Mortalité infantile Taux de mortalité infantile inférieur à la moyenne régionale et tout à fait comparable à la moyenne nationale. Taux de mortalité néonatale et post-néonatale pour naissances en Source: Insee Etat-civil, exploitation ORS Île-de-France

43 43 Saturnisme Forte activité de dépistage du saturnisme chez les enfants de moins de 6 ans à Paris dans le cadre dune politique de lutte contre lhabitat insalubre mise en place en 2002 Les cas diagnostiqués, essentiellement dans les arrondissements du nord de Paris, sont chaque année moins nombreux Taux annuel moyen denfants de moins de 6 ans primo-dépistés à Paris par arrondissements et en proche couronne par communes sur la période Source: InVS, Insee RP 2006, exploitation ORS Île-de-France

44 44 Mortalité prématurée (avant 65 ans) Niveau de mortalité prématurée toutes causes – Période Taux standardisé sur la population européenne pour personnes: Hommes : Femmes : Paris : 241,9Paris : 120,9 Île-de-France : 236,6Île-de-France : 118,6 France métro : 273,8France métro : 122,7 Source : Insee, INSERM CépiDc, exploitation ORS Île-de-France

45 45 Cancer du poumon chez les hommes Paris se distingue par le plus bas niveau de mortalité par cancer des poumons chez les hommes parmi les 8 départements franciliens. Taux comparatif de mortalité par cancer du poumon Standardisation population Europe Source: Inserm CépiDc, Insee - Exploitation ORS Île-de-France Niveau de mortalité par mortalité par cancer du poumon chez les hommes Source: Inserm CépiDc, Insee – Exploitation ORS Île-de-France

46 46 Mortalité par cancer chez la femme Mortalité par cancer du sein chez la femme Mortalité par cancer du poumon chez la femme Standardisation population Europe Source: Inserm CépiDc, Insee - Exploitation ORS Île-de-France

47 47 Références ORS ÎDF

48 48 Sida et infection au VIH Lépidémie de VIH/Sida reste très active à Paris. Taux de découverte de séropositivité VIH 6 fois plus élevé quen moyenne en France. Deux populations particulièrement concernées : les femmes dorigine étrangère (par voie hétérosexuelle) et les hommes par voie homosexuelle. Les découvertes de séropositivité sont des données non corrigées pour les délais et la sous- déclaration. Le taux dexhaustivité est estimé à 70% environ au niveau national. Taux pour personnes Source: InVS, Insee, exploitation ORS Île-de-France

49 49 Références ORS ÎDF

50 50 La tuberculose Taux le plus élevé dÎle-de-France derrière celui de Seine-Saint-Denis : 27,5 cas pour habitants (17,9 en IDF et 9,0 en France métropolitaine). Source: Insee, exploitation ORS Île-de-FranceSource: CLAT Paris, exploitation ORS Île-de-France Proportion dallocation du RSA socle en 2009 Taux dincidence de la tuberculose en 2008

51 51 Consommation de tabac Paris2435 Île-de-France25 = France métropolitaine3329 Proportion de jeunes fumeurs quotidiens chez les jeunes de 17 ans Près dun quart des Parisiens de ans et un tiers des Parisiens de 25 à 49 ans sont fumeurs quotidiens. Ces proportions sont légèrement inférieures à celles observées en France. Les jeunes Parisiens de 17 ans déclarent davantage être fumeurs quotidiens en 2008 quen Source : Enquête Escapad 2005 et 2008 OFDT - Exploitation ORS Île-de-France

52 52 Consommation dalcool 59% des Parisiens et 40% de Parisiennes de 15 à 24 ans déclarent avoir déjà eu une consommation dalcool à risque. Proportion significativement plus élevée que dans le reste de lÎle-de-France ou en France. ParisÎle-de-France France métropolitaine Usage régulier dalcool 117*8,9 Episodes répétés dusage dalcool ponctuel sévère 2315*19,7 Ivresse répétées 2820*25,6 Consommation dalcool à 17 ans en 2008 (%) Source : Enquête Escapad 2008 OFDT - Exploitation ORS Île-de-France – * indique une différence significative entre les niveaux dusage observés dans le reste de la région et dans le département

53 53 Consommation de drogue Plus de la moitié des jeunes parisiens de 17 ans déclarent avoir déjà expérimenté le cannabis. Proportion significativement supérieure à la moyenne nationale. ParisÎle-de-France France métropolitaine Expérimentation du cannabis5442*42,2** Usage régulier du cannabis128*7,3** Expérimentation decstasy53*3** Expérimentation de cocaïne53*3** Expérimentation dhéroïne111 Proportion de jeunes de 17 ans ayant déjà consommé un produit psychoactif en 2008 Source : Enquête Escapad 2008 OFDT - Exploitation ORS Île-de-France * indique une différence significative entre les niveaux dusage observés dans le reste de la région et dans le département ** indique une différence significative entre les niveaux dusage observés dans le reste de la métropole et dans le département

54 54 Surpoids et obésité Selon une étude menée par lORS à Paris, 10,6% des garçons scolarisés en grande section de maternelle et 13,9% des filles sont en surpoids ou obésité Lexcès de poids est plus important chez les enfants scolarisés dans les quartiers dits « prioritaires ». Parmi les participants de lEtude Record de lInserm, lindice de masse corporelle est plus élevé chez les adultes ayant un faible niveau dinstruction.

55 55 Références ORS ÎDF

56 56 Air et santé 84% des Parisiens considèrent les risques de pollution de lair extérieur sur la santé comme élevés. 67% ont déjà ressenti les effets de la pollution sur leur santé ou celle de leur entourage proche.

57 57 Bruit et santé La circulation routière est citée comme première source de gêne sonore. Proportion de personnes souvent ou en permanence gênées par le bruit à leur domicile en 2007 Proportion de personnes ayant déjà ressenti des effets du bruit sur sa santé en 2007 Source : Baromètre santé environnement 2007 (Inpes) - Exploitation ORS Île-de-France

58 58 Références ORS ÎDF

59 59 Offre de soin : Les médecins Près de médecins (libéraux et salariés) exercent à Paris. Densité des médecins exerçant à titre libéral ou salarié en 2009 Densités médicales dans les arrondissements de Paris en 2009 Source : Drees - Exploitation ORS Île-de-France

60 60 Offre de soin : Les infirmiers La densité dinfirmiers est très élevée à Paris, expliqué par le nombre élevé dinfirmiers salariés des établissements sanitaires. Si lon considère les seuls libéraux : la densité parisienne est alors inférieure à celle de France métropolitaine. Densité dinfirmiers libéraux et salariés en 2010

61 61 Centres de santé Avec 93 centres de santé, Paris apparaît comme le département francilien le mieux pourvu de la région. Loffre constitue une véritable alternative à loffre de soins libérale et hospitalière. La population accueillie dans ces centres est diverse géographiquement et socialement.

62 62 Offre hospitalière Paris dispose dune offre hospitalière de court séjour en médecine, chirurgie et gynécologie- obstétrique importante. En revanche, le taux déquipement en soins de suite et de réadaptation est inférieur à ceux dÎle- de-France et de France métropolitaine.

63 63 Personnes âgées Malgré une progression du nombre de places en établissements pour personnes âgées depuis 20 ans, le taux déquipement reste très en dessous de la moyenne nationale. En revanche Paris a aujourdhui un taux déquipement en service de soins infirmiers à domicile parmi les plus élevés de France ParisÎle-de-FranceFrance Taux déquipement dhébergement pour personnes âgées Taux déquipement en service de soins infirmiers à domicile (Ssiad) 27,719,519,1

64 64 Personnes âgées Dans les prochaines décennies le nombre de personnes âgées dépendantes devrait être quasiment stable à Paris mais il devrait fortement progresser dans le reste de la région rendant plus difficile pour les Parisiens laccès aux établissements des départements franciliens.

65 65 CONCLUSION

66 66 Conclusion Indicateurs de santé globalement bons à Paris Mais de fortes disparités « est/ouest » Surreprésentation de certaines pathologies infectieuses : sida, tuberculose Offre de soins importante et de qualité mais recours aux soins difficile pour certaines populations (importance du secteur 2) Nuisances environnementales (pollution de lair, bruit, notamment) ressenties comme une gêne voire un danger pour leur santé par une majorité de Parisiens

67 67 Autre publication de lORS ÎDF sur Paris

68 68 MERCI DE VOTRE ATTENTION


Télécharger ppt "La santé observée à Paris Conférence de territoire de santé de Paris 16/11/2012 1 Valérie Féron, Nathalie Sénécal."

Présentations similaires


Annonces Google