La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Ordre des chapitres : 1 – 3 – 2 – 4. GÉNOTYPE, PHÉNOTYPE ET ENVIRONNEMENT Chapitre 4.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Ordre des chapitres : 1 – 3 – 2 – 4. GÉNOTYPE, PHÉNOTYPE ET ENVIRONNEMENT Chapitre 4."— Transcription de la présentation:

1 Ordre des chapitres : 1 – 3 – 2 – 4

2 GÉNOTYPE, PHÉNOTYPE ET ENVIRONNEMENT Chapitre 4

3 PLAN DU CHAPITRE 1 – LE PHÉNOTYPE PEUT SE DÉFINIR À DIFFÉRENTES ÉCHELLES 2 – INFLUENCE DE LENVIRONNEMENT. 3 – BILAN

4 Problématique : Le phénotype est lexpression du génotype ; dans quelle mesure lenvironnement joue til un rôle ?

5 1 – LE PHÉNOTYPE PEUT SE DÉFINIR À DIFFÉRENTES ÉCHELLES 2 – INFLUENCE DE LENVIRONNEMENT. 3 – BILAN

6 En 1904 James Herrick, médecin à Chicago, examine un étudiant noir âgé de 20 ans et hospitalisé pour une toux et de la fièvre. Ce dernier est faible, souffre de vertiges et de maux de tête. Depuis un an il ressent des palpitations, une perception anormale des battements cardiaques, et un essoufflement, comme certains membres de sa famille. Lexamen du sang montre que le malade est très anémique. Le nombre de ses hématies atteint à peine la moitié de la valeur normale. Lobservation dune goutte de sang au microscope révèle des hématies aux formes inhabituelles, rappelant des faucilles. Cette maladie, la drépanocytose, nest pas rare. Elle atteint particulièrement les populations dorigine africaine. Le phénotype peut se définir à différentes échelles

7 En 1904 James Herrick, médecin à Chicago, examine un étudiant noir âgé de 20 ans et hospitalisé pour une toux et de la fièvre. Ce dernier est faible, souffre de vertiges et de maux de tête. Depuis un an il ressent des palpitations, une perception anormale des battements cardiaques, et un essoufflement, comme certains membres de sa famille. Lexamen du sang montre que le malade est très anémique. Le nombre de ses hématies atteint à peine la moitié de la valeur normale. Lobservation dune goutte de sang au microscope révèle des hématies aux formes inhabituelles, rappelant des faucilles. Cette maladie, la drépanocytose, nest pas rare. Elle atteint particulièrement les populations dorigine africaine. Échelle macroscopique Le phénotype peut se définir à différentes échelles

8 En 1904 James Herrick, médecin à Chicago, examine un étudiant noir âgé de 20 ans et hospitalisé pour une toux et de la fièvre. Ce dernier est faible, souffre de vertiges et de maux de tête. Depuis un an il ressent des palpitations, une perception anormale des battements cardiaques, et un essoufflement, comme certains membres de sa famille. Lexamen du sang montre que le malade est très anémique. Le nombre de ses hématies atteint à peine la moitié de la valeur normale. Lobservation dune goutte de sang au microscope révèle des hématies aux formes inhabituelles, rappelant des faucilles. Cette maladie, la drépanocytose, nest pas rare. Elle atteint particulièrement les populations dorigine africaine. Le phénotype peut se définir à différentes échelles Échelle cellulaire

9 En 1904 James Herrick, médecin à Chicago, examine un étudiant noir âgé de 20 ans et hospitalisé pour une toux et de la fièvre. Ce dernier est faible, souffre de vertiges et de maux de tête. Depuis un an il ressent des palpitations, une perception anormale des battements cardiaques, et un essoufflement, comme certains membres de sa famille. Lexamen du sang montre que le malade est très anémique. Le nombre de ses hématies atteint à peine la moitié de la valeur normale. Lobservation dune goutte de sang au microscope révèle des hématies aux formes inhabituelles, rappelant des faucilles. Cette maladie, la drépanocytose, nest pas rare. Elle atteint particulièrement les populations dorigine africaine. Le phénotype peut se définir à différentes échelles

10 Hématie au MET x Le phénotype peut se définir à différentes échelles Échelle moléculaire Structure de lhémoglobine

11 Le phénotype peut se définir à différentes échelles Échelle moléculaire Structure de lhémoglobine

12 Les phénotypes HbA et HbS sont des phénotypes moléculaires. Séquences en AA des HbA et HbS Le phénotype peut se définir à différentes échelles Échelle moléculaire

13 Les phénotypes HbA et HbS sont des phénotypes moléculaires. Séquences en AA des HbA et HbS Le phénotype peut se définir à différentes échelles Échelle moléculaire Livre p. 76

14 Le phénotype peut se définir à différentes échelles Échelle moléculaire Échelle cellulaire Échelle macroscopique SYNTHÉSE

15 1 – LE PHÉNOTYPE PEUT SE DÉFINIR À DIFFÉRENTES ÉCHELLES 2 – INFLUENCE DE LENVIRONNEMENT. 3 – BILAN

16 Influence de lenvironnement Lensemble des protéines constitue le proténome. Cest lui qui est responsable du phénotype. Il est conditionné par le génotype.

17 Influence de lenvironnement

18 Un chêne dans 3 environnements différents.

19 Influence de lenvironnement

20 Livre p. 78

21 1 – LE PHÉNOTYPE PEUT SE DÉFINIR À DIFFÉRENTES ÉCHELLES 2 – INFLUENCE DE LENVIRONNEMENT. 3 – BILAN

22 Bilan Livre p. 80 par


Télécharger ppt "Ordre des chapitres : 1 – 3 – 2 – 4. GÉNOTYPE, PHÉNOTYPE ET ENVIRONNEMENT Chapitre 4."

Présentations similaires


Annonces Google