La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Difficultés dapprentissage et différenciation pédagogique Formation printemps 2013 Sylvie Roy, CPA Natalie Ruest, CPA.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Difficultés dapprentissage et différenciation pédagogique Formation printemps 2013 Sylvie Roy, CPA Natalie Ruest, CPA."— Transcription de la présentation:

1

2 Difficultés dapprentissage et différenciation pédagogique Formation printemps 2013 Sylvie Roy, CPA Natalie Ruest, CPA

3 INTENTIONS DE LA RENCONTRE Définir ce quest une difficulté et un trouble dapprentissage Nommer les caractéristiques et les manifestations des élèves en difficulté dapprentissage Présenter les approches permettant la différenciation pédagogique

4 Selon vous, y a-t-il une différence entre une difficulté et un trouble dapprentissage?

5 DIFFICULTÉ DAPPRENTISSAGE Lorsque les mesures de remédiation mises en place par les intervenants durant une période significative, nont pas permis à lélève datteindre les exigences minimales de réussite du cycle.

6 TROUBLE DAPPRENTISSAGE Le trouble dapprentissage est permanent dans le temps. Il nécessite la mise en place de mesure daide pour permettre à lélève de réussir et maintenir le rythme de la classe.

7 CONCEPT DÉLÈVES À RISQUE Il est question délèves présentant des facteurs de vulnérabilité susceptibles dinfluer sur leur apprentissage ou leur comportement et pouvant ainsi être à risque, notamment au regard de léchec scolaire ou de leur socialisation.

8 CONCEPT DÉLÈVE À RISQUE ÉLÈVE EN DIFFICULTÉ DAPPRENTISSAGE TROUBLES DAPPRENTISSAGE Jusquà % dun groupe intégrant tous les élèves. 5 à 10 % dun groupe 1 à 5 % dun groupe

9 Trouble affectant le processus cognitif, qui permet de: Planifier Exécuter Automatiser des mouvements volontaires. Trouble primaire du langage dans les sphères expressives et réceptives. DYSPRAXIE DYSLEXIE DYSPHASIE Trouble du langage écrit qui sobserve par une grande difficulté sur le plan des processus spécifiques au langage écrit. Difficulté dans le « comment faire » Difficulté avec le « dire » et le comprendre Difficulté à lire et à écrire Les points communs : origine neurologique trouble du développement chronicité répercussions importantes sur la vie scolaire.

10 DYSLEXIE

11 PROPAROXYTON

12 Accent tonique mis sur lantépénultième syllabe.

13 Tchécoslovaquie

14 TSATSA (ex: TED, Asperger) TSATSA (ex: TED, Asperger) TDA/H Trouble grave de comportement Déficience intellectuelle Déficience motrice Déficience auditive Trouble de lordre psychopathologique Autres troubles… ted/messages-des-adultes- autismes.html

15

16 AutismeSyndrôme daspergerTED non spécifié 4 garçons sur 5 Troubles de la communication Difficultés à comprendre les situations sociale et les attentes de lentourage Troubles sensoriels Comportements stéréotypés ou répétitifs Apparition avant lâge de 30 mois Grandes lacunes dans la communication et la sociabilité Altération dans la perception et leur compréhension des signes corporels, des relations humaines et des règles sociales. Intérêts souvent obsessionnels Intelligence normale ou supérieure Apparition dans les premières années de vie altération sévère et envahissante du développement de l'interaction sociale réciproque Ou capacités de communication verbale et non verbale, soit des comportements, des intérêts et des activités stéréotypés Dépistage à un âge plus tardif

17 VARIER NOS INTERVENTIONS EN FONCTION DES DIFFICULTÉS ET DES FORCES DES ÉLÈVES Différenciation pédagogique Pour tous les élèves Flexibilité Ne change pas les critères Pour les élèves ayant des besoins particuliers Adaptations Modifications Change les exigences et les critères

18 Fournir les notes de cours Aides technologiques Temps supplémentaire Limiter les situations de lecture Permettre de répondre autrement Soutien visuel Matériel adapté Soutenir dans lorganisation du matériel Faciliter la compréhension des consignes Enseignement explicite Enseignement réciproque

19 Les étapes dune séance en enseignement explicite Le modelage: ± 10 minutes Lors de ses présentations et ses démonstrations, lenseignant sefforce de rendre explicite, par exemple à laide du questionnement, tout raisonnement qui est implicite en enseignant quoi faire, comment, quand, où, et pourquoi le faire. Il se modèlise en tant quEXPERT. Le modelage: ± 10 minutes Lors de ses présentations et ses démonstrations, lenseignant sefforce de rendre explicite, par exemple à laide du questionnement, tout raisonnement qui est implicite en enseignant quoi faire, comment, quand, où, et pourquoi le faire. Il se modèlise en tant quEXPERT. La pratique guidée et la pratique coopérative: Lenseignant prend le temps de vérifier ce que les élèves ont compris de sa présentation ou de sa démonstration, en leur donnant des tâches à réaliser, en équipe, semblables à celles effectuées lors du modelage. Rétroaction immédiate La pratique guidée et la pratique coopérative: Lenseignant prend le temps de vérifier ce que les élèves ont compris de sa présentation ou de sa démonstration, en leur donnant des tâches à réaliser, en équipe, semblables à celles effectuées lors du modelage. Rétroaction immédiate La pratique autonome: Lélève réinvestit seul, à laide de son questionnement, ce quil a compris du modelage et appliqué en équipe, lors de la pratique guidée et coopérative, dans quelques problèmes ou questions. Rétroaction après 2-3 problèmes ou questions

20 MYTHES ET RÉALITÉS DES AIDES TECHNOLOGIQUES Mythe 1: laide techno est une béquille. Laide technologique permet de palier à certaines incapacités. Mythe 3: laide techno ne permet pas à lélève dapprendre. Laide technologique permet à lélève de développer ses compétences en favorisant son autonomie et son implication. Il lui confère un rôle actif dans ses apprentissages. Mythe 2: laide techno fait le travail à la place de lélève. Laide technologique est un moyen de relever les défis. Il nélimine pas les difficultés. Lélève doit apprendre à lutiliser de façon pédagogique et il doit prendre des décisions. Source: Jean Chouinard, Récit en adaptation scolaire. Mets ta majuscule!

21

22

23 LENSEIGNEMENT RÉCIPROQUE Conférence, enseignement magistral lecture audiovisuel démonstration Discussion en groupe Exercice pratique Enseignement aux autres, utilisation immédiate de lapprentissage 5% 10% 20% 30% 50% 75% 90%

24 NOS LEVIERS Flexibilité et adaptation Aide à la lecture et à lécriture Connaissance du programme Connaissance de la didactique Connaitre nos élèves Style dapprenant Connaissances antérieures Motivation

25 Et si…

26 La fin des étud secondair La fin ? grandiose nous signal malitieusement sa présense et sa proximité troublent. En effet, telle un rêve qui sétouf pour laisé plas au son brutal du réveille matin, les anées du secondair on défilé sans même quon ne puis si atardé. Confronté à la fin dun chapite importemps, les réactions sont dautemps plus varier. Il me serai inutil délaboré sur linterprétation de tout à chacun car une fable : « Tout persone est diférente. » Néenmouin à défeau délaboré, je peu fabulé sur mon interprétation personel de cette situation des plus délicat. Pour revenir à nos moutons, la fin du secondair 5 nous afecte tous. Bien que la plus part de mes coleg… Martin, secondaire 5, mai 2006 MARTIN, 16 ANS, 6 MOIS

27 VOS QUESTIONS


Télécharger ppt "Difficultés dapprentissage et différenciation pédagogique Formation printemps 2013 Sylvie Roy, CPA Natalie Ruest, CPA."

Présentations similaires


Annonces Google