La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Cours E-Art-Sup N°5 : Le cas Club Med et la campagne « des verbes ».

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Cours E-Art-Sup N°5 : Le cas Club Med et la campagne « des verbes »."— Transcription de la présentation:

1 Cours E-Art-Sup N°5 : Le cas Club Med et la campagne « des verbes ».

2 Les trois enseignements du Cours 1. La compréhension de la profondeur dune marque et ses difficultés d adaptation. 2. Lemprise de la communication publicitaire et son pouvoir de déstabilisation dans le temps. 3. Les risques sur la réputation dattaques au niveau de limage laissées sans réponses.

3 Tout est dit dès avril Naissance du premier Club Méditerranée 27 avril Naissance du premier Club Méditerranée Gilbert TriganoGilbert Trigano et Gérard Blitz fonde le Club Méditerranée en ouvrant le premier site à Palma de Majorque, aux Baléares…Méditerranée …Lesprit dappartenance à un même groupe est vivement développé au sein des clubs. Les termes de « Gentils Membres » et de « Gentils Organisateurs » seront utilisés pour désigner les acteurs du Club. Chaque client devra verser une cotisation et payera ses consommations avec des boules colorées.clubs consommations

4

5 Tout est confirmé 5 ans plus tard… Cinq ans plus tard, Gilbert Trigano entre dans la danse comme directeur général. A lépoque, « le camping cest Trigano ». Lascension sera fulgurante pour Trigano, homme alliant réussite économique et conscience sociale. En 20 ans, les modestes villages où lon jouait aux Robinsons retournant à létat de nature deviendront le premier empire touristique mondial. Entre G.O. et G.M. la convivialité, lenthousiasme, le tutoiement, le sport sont la règle. « Mon père a passé toute sa vie à essayer d apporter un peu de bonheur aux autres », résume Serge Trigano,

6 Lunion du sportif et du partisan des vacances comme vecteur de libération de lhumain.

7 Le ClubMed, tous les signes dun club, tous les vecteurs qui scellent lappartenance… Association et paiement de la cotisation de membres. Différent loisirs et initiation permanente. Village de vacances. Appartenance de groupe et permanence (tables collectives) Club pour tous (tutoiement obligatoire, activités collectives). Gentils membres. Gentils organisateurs Acteurs du club (participation des membres à lanimation) Collier bar et démonétisation (« lanti civilisation). « Primitivisme » cultivée (le rôle des cases…). Rituels et habitudes bien cultivées également (soirée blanche, crazy signs, connaissance des G.O.). Hiérarchie des « dignitaires » : le chef de village, le chef des sports…

8 Et dabord un nom qui appartient aux clients, un vrai phénomène culturel. Linstitution laisse peu à peu la place à la parole courante, celle des clients comme celle de linterne…Et ClubMed simpose.

9 Un club cest un lien, une union entre les gens…et la catalogue va jouer un rôle central. Le catalogue est vendu comme un magazine, cest un « must qui valorise loffre, invite au voyage et fait partir avant même lachat, incite à la découverte, prône de nouveaux sports, de nouvelles pratiques, fait découvrir de nouvelles destinations…

10 Un club cest une vocation, en particulier celle dinitier à de nouveaux mondes… Surtout ne pas sous-estimer le rôle qua pu Jouer le ClubMed comme accélérateur de Pratiques et de tendances : tennis, golf, spa…

11 Un club cest aussi un ensemble de signes et de symboles dappartenance Les G.O….jeunes, beaux, en blanc…la pureté des vacances, « celles et ceux qui restent quand nous on part ». Les « crazy signs, Comme toute secte Les moments sacrés, Les retrouvailles, les Départs…une permanence des symboliques

12 Un Club cest aussi un symbole dappartenance, le trident. Une identité graphique reconnaissable, pas toujours cohérente; assez remuée au fil des expressions, des années, des changements…

13 LA « CAMPAGNE DES VERBES

14 I. LE CONTEXTE GENERAL DE LA CAMPAGNE Les années 70 sont propices pour le ClubMed qui bénéficie dune expansion à la mesure dune décennie de fort développement économique. Nouveaux Clubs, montée en gamme, internationalisation, nouveaux services (baby-club…), nouvelles clientèles qui accèdent à son offre, la croissance des ventes est assurée… même si largement française, même si une part encore trop importante est formée de « fidèles GM ». Lère du « sea sex & sun » trouve un symbole incontestable.

15 I. LE CONTEXTE GENERAL DE LA CAMPAGNE Limage du Club est plus difficile à manier car sil signifie toujours les vacances idéales ou rêvées, le Club est aussi le symbole dun conformisme, de vacances « de beaufs ». Quand Nouvelles Frontières brille par sa valeur culturelle, son sens de la différence… Les « Bronzés » - en ne favoriseront pas limage positive de linstitution du Club dans la sphère limitée des grandes marques à « vocation sociétale ».

16 II. PROBLEMATIQUES ET OBJECTIFS Entre expansion et concurrence accrue (1976, ouverture au monde, charters, début de morcelisation des vacances) le Club Méditerranée doit affirmer son leadership. Il peut compter sur sa notoriété, ses actualités, la figure charismatique et médiatique du patron, Gilbert Trigano. Mais il doit combattre nombre de stéréotypes et éloigner sa perception de tels dangers. La puissance de son image, sa force symbolique, rend la marque attirante mais élève le niveau de risques.

17 III. LES PARTI-PRIS STRATEGIQUES La dimension produit et loffre en général sont largement véhiculées par le catalogue, le développement des ventes directes, la dynamique commerciale. Le parti-pris est de redonner à la marque sa valeur dattrait, de positionner clairement le leadership du Club Méditerranée non comme une forme de vacances parmi dautres mais comme une autre vision de la vie, une alternative qui permet à lindividu de se retrouver, de se ressourcer, de renouer avec des besoins fondamentaux ( loin des artifices, de la « musique club », de la drague et des « colliers bar » qui forment sa réalité, également…).

18 IV. LES PARTI-PRIS CREATIFS « Partir au Club, c'est s'offrir la possibilité de renouer avec les choses essentielles de la vie, retrouver ses racines, célébrer avec bonheur la fête des sens et du corps ». Cest un extraordinaire « back to the roots » qui séloigne des offres, des produits, des activités, pour redonner aux vacances (donc au Club) ses dimensions essentielles. Partir au Club nest pas « daller en vacances » mais revenir à lessentiel de la vie, la liberté, la sociabilité, la découverte, le rapport à la nature, les moments simples.

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

31 Tout est à nouveau dit : A ses origines, le Club était un projet de "contre- société" comme l'avaient proclamé ses fondateurs, Gérard Blitz et Gilbert Trigano. Sa vocation était de permettre aux clients de s'émanciper de leur quotidien. Elément essentiel du dispositif, la nature était mobilisée pour catalyser l'émergence d'un nouveau lien social, moins contraignant, festif.

32 Tout est à nouveau dit : La "nature" devait bousculer la "culture" pour lui révéler ses vraies valeurs. Tel était le génie fondateur et innovant du Club Med : jouer avec beaucoup d'intelligence de l'opposition nature et culture, dans la perspective d'une subversion ludique de la seconde par la première.

33

34

35 RIEN NEST PLUS COMPLEXE A ATTEINDRE QUE LA SIMPLICITE. RIEN NEST PLUS RICHE ET PLUS EVOCATEUR QUUN PETIT RIEN… EN COMMUNICATION RIEN NEST PLUS PUISSANT QUE CE QUI TOUCHE AUX EMOTIONS, AUX SENSATIONS, AUX DIMENSIONS PSYCHOLOGIQUES ET IRRATIONNELLES.

36 Depuis 15 ans le ClubMed est à la « recherche de la campagne perdue »…

37 1. Des effets quil ne faut pas sous-estimer… "Les Bronzés", y a du soleil et des nanas darladida dada !...

38 Il faut beaucoup defforts, de temps, dinvestissements pour construire une réputation…mais il en faut tellement moins pour la détruire ou laffaiblir!

39 2. Une marque qui a « perdu la main »… Concurrencée par dautres modes de vacances (« charters », circuits organisés, vacances « clés en main »…). Concurrencée sur son ancrage dorigine, le village et le principe du « tout compris » (Club Aquarius, Eldoradors de Jet tours, Fram…). La montée en gamme a surtout pour effet de monter les prix et de perdre des clientèles sans réellement en gagner. Les évolutions socioculturelles favorisent plus « lêtre sur lavoir » alors que le clubMed se retrouve identifié aux « années fric et yuppies ». Partir au club est certainement un symbole de richesse financière mais ni de curiosité, ni denvie daventures, pas plus que de modernité.

40 3. Des diversifications en nombre, certaine utiles mais revendues, dautres moins heureuses…et si onéreuses.

41 4. « A la recherche de la campagne perdue »

42 5. Une succession de campagnes qui « cherchent à retrouver les racines » et à sen démarquer… Le Bonheur si je veux : 1990 Le Fou-vivre : 1993 Etre-re : 1998 Incomparable Club Med : 2003 Il reste tant de monde à découvrir : 2005 Tous les bonheurs du monde : 2008 …Next… ?

43 Etre-re : »on garde tout mais on change tout ».

44 Incomparable Club Med

45

46 Il reste dans de monde à découvrir

47

48

49

50

51 Nouvelle campagne 2008 : ClubMed. Tous les bonheurs du monde.

52

53

54

55

56 Une marque riche denseignements 1. Comment assurer la « permanence du rêve », la traversée du temps de la grande idée initiale sur laquelle repose lentreprise et la marque ? Comment sassurer de sa présence (interne/externe) ? 2. Comment affronter la puissance dévocation, dimpact, de succès dune campagne et comment lui faire passer le « filtre du temps ? Quand cesser ? Quand maintenir ? Quand adapter ou renouveler ?

57 Une marque riche denseignements 3. Comment affronter et réagir face à une attaque qui détruit le capital de réputation, qui fait sans doute sourire sur le moment mais qui dispose dun pouvoir destructeur « souterrain » ? 4. Comment réagir en matière de discours mais également de tactiques, doffres, de stratégie des moyens, de mode de présence …?

58 L'inconscient d'une entreprise, c'est son passé, mais un passé qui parle au présent. De ce discours, on peut modifier le vocabulaire (les signes) pour susciter le changement, mais pas la structure. Le premier est contingent et évolutif, pas la seconde. Le problème de toute entreprise est d'innover sans mettre en danger son identité. Comment capitaliser sur un passé sans en être prisonnier ?


Télécharger ppt "Cours E-Art-Sup N°5 : Le cas Club Med et la campagne « des verbes »."

Présentations similaires


Annonces Google