La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Séminaire contraception Au-delà de laccessibilité, la recherche de sens à la vie affective et sexuelle N. Moreau, B. Swennen Ecole de Santé Publique.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Séminaire contraception Au-delà de laccessibilité, la recherche de sens à la vie affective et sexuelle N. Moreau, B. Swennen Ecole de Santé Publique."— Transcription de la présentation:

1 1 Séminaire contraception Au-delà de laccessibilité, la recherche de sens à la vie affective et sexuelle N. Moreau, B. Swennen Ecole de Santé Publique - ULB

2 2 Accessibilité à la Contraception en Belgique francophone Les lois 1970 Reconnaissance du Planning Familial 1990 Loi dépénalisation partielle de lavortement 1994 Décret agrément des Centres de PF à Bruxelles 1997 Décret relatif aux centres de planning et de consultation familiale et conjugale en Région Wallonne 2000 Accès des centres de PF à Ivg médicamenteuse Les structures Le Coût

3 3 Accessibilité à la Contraception en Belgique francophone Les lois Les structures 4 Fédérations de centres de PF 92 Centres de PF dont 28 pratiquent IVG Centres pluridisciplinaires non hospitaliers Le Coût

4 4 Accessibilité à la Contraception en Belgique francophone Missions du centre de PF Organiser consultations médicales, psychologiques, sociales et juridiques assurer le suivi des grossesses et les consultations prénatales aider les femmes enceintes en difficulté aider les personnes et les couples dans la recherche de solutions aux problèmes d'infertilité de préparer les jeunes à la vie affective et sexuelle d'informer et d'aider les personnes et les groupes, notamment sur tout ce qui touche à la contraception, la prévention des grossesses non-désirées, des maladies sexuellement transmissibles et sur tout autre aspect de la vie affective et sexuelle.

5 5 Accessibilité à la Contraception en Belgique francophone Les lois Les structures Le Coût : depuis 2004: accessibilité améliorée pour ados < 21 ans Gratuité : Pilule contraceptive et stérilet Pilule du lendemain Remboursement supplémentaire/prix réduit de 3 Patch, anneau vaginal, stérilet hormonal…

6 6 Constats Accessibilité (Lois, structures, coûts) : IVG (chez < 18 ans 551 vs 1059) ? Parcours contraceptif et frein à la contraception 2006 : «Etude du parcours contraceptif des adolescentes confrontées à une grossesse non prévue : éléments pour une meilleure prévention ? » 35 entretiens qualitatifs dadolescentes de ans

7 7 Apports de la recherche Eléments de sens à la vie affective et sexuelle : impact sur la contraception Au travers De leur vie affective et sexuelle De leur rapport avec la contraception Dun éventuel désir de grossesse/bébé/enfant chez ladolescente et/ou son partenaire

8 8 Entrée dans la vie sexuelle et affective : 1er rapport sexuel Hétérogénéité des situations Conditions rapport sexuel : bonnes/mauvaises Inscription opportune du rapport dans leur vie affective : Le reflet dun choix réfléchi et inscrit dans une dynamique personnelle Le reflet dune soumission par rapport à lenvironnement, au «faire plaisir au partenaire», au désir de conformité par rapport à ses pairs, influence des parents.

9 9 Développement de la vie affective et sexuelle Fréquence des rapports Hétérogénéité des situations (en fonction du partenaire, du désir au sein du couple, de lévolution et de la durée de la relation, de la place de la sexualité dans le couple,…) Impact sur la contraception : (Bajos 2002, Berrewaerts-Noirhomme 2006) Faible fréquence + imprévisibilité frein pour lusage de la contraception orale Fréquence + soutenue disponibilité des préservatifs en permanence et en suffisance ?

10 10 Place de la sexualité dans le couple Couple se définit au travers des relations sexuelles = activité principale, pas de rapports = pas de couple, pas denvie = dysfonctionnement Reflet de la progression dans la relation et consolidation du couple (+ - ou - +) Importance des sentiments amoureux et du respect des deux partenaires et besoins de communication Un besoin + important chez les garçons si besoin, difficile de refuser

11 11 Développement de la vie affective et sexuelle Lieu Hétérogénéité des situations (reconnaissance ou non de la sexualité par les parents, présence ou non des parents, logement indépendant,…) Impact sur la contraception : Compliance contraceptive : mobilité oubli de la pilule à la maison, indisponibilité des préservatifs, …

12 12 Reconnaissance vie affective et sexuelle par les parents Reconnaissance de la vie sexuelle de ladolescente : dialogue et promotion de la contraception Reconnaissance de la contraception mais pas de la sexualité Non reconnaissance de la vie sexuelle par crainte de la reproduction du schéma maternel (maternité précoce) Refus de la contraception = moyen de contrôler la vie sexuelle et affective de ladolescente Impact de la non reconnaissance sur la contraception : gène et culpabilité frein pour les adolescentes à accepter leur propre sexualité et frein à ladoption de comportements contraceptifs efficaces (S. Kendig et Omvig, 2001).

13 13 La contraception Grande majorité inscrites dans processus contraceptif dès le 1er rapport sexuel Préservatif ou pilule : les + utilisés (chacun ayant des avantages et inconvénients) Distribution des responsabilités contraceptives au sein du couple (préservatif = garçon, pilule = fille) Peur SIDA > peur grossesse préservatif Si risque SIDA usage préservatif sans adoption dune méthode de contraception

14 14 La contraception Plusieurs rapports non protégés sans conséquences = développement dun sentiment dinvulnérabilité Difficultés liées à un usage irrégulier, un défaut dinformations sur les autres moyens disponibles, des connaissances approximatives (période de fécondité durant le cycle) Pilule du lendemain : usage lié à la perception du risque de grossesse Méconnaissance du fonctionnement

15 15 La peur du gynécologue : un frein à la contraception Pudeur vis-à-vis du corps, Pudeur vis-à-vis de leur vie affective et sexuelle, crainte du jugement Peur de lexamen gynécologique Impact sur la contraception : les adolescentes préfèrent se convaincre de lefficacité de la « méthode » de contraception quelles utilisent renoncer à un moyen de contraception

16 16 La non-perception du risque de grossesse : frein à la contraception Générale : « on ny pensait pas vraiment… » Personnelle : « je pensais pas que ça maurait arrivé…», «ça peut pas marriver à moi… » Perception de la contraception : « je ne rendais pas compte quoublier une fois la pilule ça pouvait… », «je me suis dit quune fois, cétait pas grave… », «javais déjà oublié plusieurs fois ma pilule et jai jamais rien eu…» Perception du processus de fécondation : « … je me suis dit que cest pas avec une toute petite quantité (de sperme) comme ça quon peut avoir un enfant…» Rapports sexuels sous linfluence de lalcool

17 17 Implication du partenaire dans contraception Responsabilité de la contraception revendiquée par les filles Degrés très variés dimplication du partenaire Implication supportive (accompagne ladolescente au planning, discussions, …) Prise de position en faveur de la pilule contraceptive Rassuré quant au risque de grossesse Libéré de lobligation dutiliser le préservatif (contraception) Libéré de la responsabilité de la contraception (transférée chez ladolescente) Méconnaissance des moyens de contraception autres que préservatif et pilule Attitude désinvolte face à la contraception Minimisation du risque de grossesse Expression de son désir denfant

18 18 Désir de grossesse/denfant : frein à la contraception Sentiment dinvulnérabilité crainte de la stérilité «Moi, je croyais que jétais stérile parce que… ça faisait longtemps que je navais aucun moyen de contraception, quon faisait lamour sans préservatif, sans pilule, sans rien et que… je ne tombais toujours pas enceinte… je voulais lavoir en même temps pour me dire «Tiens, je ne suis pas stérile» » (Estelle (17 ans)) Un projet davenir ? Mais cest quand lavenir ? «… cest une envie pour plus tard mais une fois quon a vraiment un copain depuis longtemps et quon vit avec, je pense que ça doit venir assez rapidement… Ça fait 2 ans quon est ensemble, … Ça fait quand même un an quon en parle régulièrement. Jai oublié la pilule donc… (rire).» (Béatrice (18 ans))

19 19 Conclusions Volonté contraceptive ? OUI Insouciance ? NON Difficultés liées uniquement à une sous-information ? NON Connaissances lacunaires, représentations erronées (contraception, processus de fécondation, fécondité dans le cycle,…) Relations de pouvoir dans le couple, expression, reconnaissance et respect du désir de chacun des partenaires Nombreux questionnements (stérilité, désirs mal définis), quête de sens (grossesse, sexualité, relations affectives, …) Aucun moyen contraceptif efficace à 100% Difficultés identiques chez femmes adultes.

20 20 Éléments pour une meilleure prévention – Vie sexuelle active les compétences des adolescentes pour exprimer, faire reconnaître et respecter leurs propres désirs/envies/besoins affaiblir limpact des pressions (partenaires, pairs, médias,…) les compétences de communication et de négociation au sein des couples (sexualité et contraception) équilibrer les relations de pouvoir dans le couple

21 21 Éléments pour une meilleure prévention – Perception du risque Sentiment dinvulnérabilité lié Méconnaissance des facteurs limitant lefficacité dune contraception (protection IST versus GNP) Perception de stérilité et/ou Sous-estimation de sa propre fertilité Représentation erronée du processus de fécondation

22 22 Éléments pour une meilleure prévention – Parents Sensibiliser les parents à limportance de la reconnaissance de la vie sexuelle de leurs adolescents (pas uniquement contraception) Les aider à adopter un discours « positif et neutre » ou orienter leurs adolescents vers un relais adéquat Parents = source dinformations importantes les informer sur tous les moyens de contraception existants dépasser les normes familiales

23 23 Éléments pour une meilleure prévention – Professionnels Identifier et mieux prendre en compte les représentations et les réticences des adolescentes à légard de certains moyens de contraception. Dépasser la « norme contraceptive » privilégiant la contraception orale et mettre en avant les nouveaux moyens disponibles (les rendre accessibles). Faciliter laccès aux consultations chez le gynécologue et diffuser + largement létendue des services proposés par les plannings familiaux. Formation continuée pour les aider à aborder la vie affective et sexuelle avec les adolescentes.

24 24 Éléments pour une meilleure prévention – Politiques et société Société et ses messages Avoir des rapports sexuels ? OUI (surtout pour les garçons) Vivre en couple, fonder une famille ? Pas avant lâge adulte. Cest quand lâge adulte ? Norme contraceptive : faisabilité de la stratégie « préservatif + pilule » auprès des adolescents ? Élargir cette stratégie à dautres contraception. Nécessité dune politique dinformation et déchange continus sur la vie affective et sexuelle dans le programme scolaire Nécessité de renforcer lintégration du « genre » dans les actions menées.


Télécharger ppt "1 Séminaire contraception Au-delà de laccessibilité, la recherche de sens à la vie affective et sexuelle N. Moreau, B. Swennen Ecole de Santé Publique."

Présentations similaires


Annonces Google