La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Www.former-sans-exclure.org École Lexclusion est le problème, pas la solution ! 24 septembre 2006 Pourquoi voter 2 x NON.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Www.former-sans-exclure.org École Lexclusion est le problème, pas la solution ! 24 septembre 2006 Pourquoi voter 2 x NON."— Transcription de la présentation:

1 École Lexclusion est le problème, pas la solution ! 24 septembre 2006 Pourquoi voter 2 x NON

2 NON au redoublement automatique qui entérine léchec au lieu de léviter

3 NON au redoublement automatique - 1 Les pédagogies efficaces corrigent tout de suite les erreurs et de manière ciblée. Redoubler toute lannée est une mesure trop tardive et indifférenciée.

4 NON au redoublement automatique - 2 Les pédagogies efficaces stimulent les élèves et les incitent à apprendre au contact de leurs camarades du même âge. Redoubler toute lannée isole les plus faibles, annule leurs efforts, accumule le retard au lieu de le réduire.

5 NON au redoublement automatique - 3 Les pédagogies efficaces traitent les difficultés en permanence, ici et maintenant. Elles tirent toute la classe vers le haut. Le redoublement relègue les élèves en difficulté au lieu de les inciter à apprendre. Il nivelle par le bas.

6 Élèves faibles redoublants Élèves faibles promus Moyenne de la classe NON au redoublement automatique - 4 âge résultat Synthèse des recherches – Crahay, 2003

7 NON au redoublement automatique - 5 « Les redoublements scolaires ne débouchent pas sur les progrès d'apprentissage escomptés. Une enquête menée pour la première fois au niveau suisse sur l'efficacité du redoublement montre que les élèves qui ont redoublé perdent cette avance au cours de l'année répétée et même qu'ils se retrouvent à nouveau en retard à la fin de l'année suivante. Les enseignants sous-estiment systématiquement les futurs élèves redoublants. Le redoublement n'est plus défendable, en particulier par rapport à l'égalité de traitement entre enfants. Les pouvoirs publics consacrent chaque année 11'000 francs par élève du degré primaire. Le redoublement coûte donc cher. Il serait possible d'offrir chaque semaine deux à trois heures d'appui efficace aux élèves les plus faibles. » Fonds national suisse de la recherche scientifique, 2004

8 NON aux moyennes chiffrées qui nivellent les résultats au lieu de pousser à les améliorer

9 NON aux moyennes chiffrées - 1 Une évaluation exigeante incite les élèves à progresser, quelles que soient leurs capacités. Les moyennes chiffrées démotivent : Les plus faibles, qui savent que les mauvaises notes du début dannée ne peuvent plus être compensées. Les plus forts, qui savent que de bonnes notes initiales permettent ensuite de séconomiser.

10 NON aux moyennes chiffrées - 2 Une évaluation exigeante montre précisément où sont les lacunes à combler, de quelle manière y arriver. Une moyenne de français ne dit pas si cest lorthographe, la grammaire, la lecture à haute voix ou la rédaction quil faut travailler en priorité. Elle masque les forces et les faiblesses au lieu de clairement les désigner.

11 NON aux moyennes chiffrées - 3 Une évaluation exigeante fournit des indications précises – qui aident à apprendre – aux élèves et à leurs parents. Les moyennes chiffrées réduisent linformation à un nombre que seules certaines familles sont capables dinterpréter.

12 NON aux moyennes chiffrées - 4 « Lorsque lon écoute ce que disent les mauvais élèves, on saperçoit que lagressivité quils manifestent à légard des enseignants est au fond une contestation impuissante de leur place scolaire. Les enseignants ont tendance à fustiger comme abusivement utilitaristes des élèves quils disent trop consommateurs décole, les décrivent comme des caissiers ou des comptables qui calculent leurs moyennes à la deuxième décimale près, laissent tomber les matières peu rentables au brevet ou au bac, et mesurent leurs investissements et leurs efforts. » Anne Barrère, Université de Lille, 2006

13 NON aux moyennes chiffrées - 5 « Ramener une réalité multidimensionnelle à un nombre est une trahison. Je ne comprends pas que lon puisse sy laisser aller par pure paresse intellectuelle. » Albert Jacquard, scientifique et humaniste, « Une note basse ne saurait en aucun cas porter secours à une intelligence insuffisante. » Edouard Claparède, dans Lécole sur mesure, Genève, 1920

14 2 x NON, contre lexclusion

15 2 x NON, contre lexclusion - 1 Non à une école qui entérine léchec au lieu de léviter. Non à une école qui envie les systèmes progressistes… et revient aux méthodes quils ont abandonnées.

16 2 x NON, contre lexclusion - 2 « Quy a-t-il de si extraordinaire en Finlande ? Des écoles avec des parcours intégrés et individualisés ont remplacé les anciennes filières. Cela a modifié lidée qui veut que, lorsque des enfants échouent, le maître a bien enseigné mais les élèves nétaient pas les bons. Le redoublement a été abandonné, et avec lui la croyance que plus de la même chose pouvait faire une différence. Insister sur le fait que les enseignants et les écoles devraient résoudre les problèmes plutôt que les renvoyer ailleurs a contribué au progrès. La variation globale dans les performances des étudiants et les différences entre écoles tendent à être plus grandes dans les pays aux pratiques rigides et précoces de sélection. » Lisbon Council, léducation en Europe, rapport 2006

17 2 x NON, contre lexclusion - 3 « La Finlande, le Canada ou le Japon nous montrent que les pays les plus performants sont aussi les plus égalitaires. Les élèves ont plaisir à apprendre, les relations avec les professeurs sont très bonnes, le climat est moins à la répression qu'à l'autodiscipline. Le redoublement est quasi inexistant, voire interdit, car considéré comme une facilité qui évite aux professeurs de prendre leurs responsabilités dans l'échec des élèves. » Direction de létude PISA, 2003

18 2 x NON, contre lexclusion - 4 Plus le système sépare les élèves, plus il y a dinégalités. Université de Bourgogne, 2004

19 2 x NON, contre lexclusion - 5 « Les pays ayant des systèmes scolaires très structurés et peu perméables (parmi lesquels on peut ranger la Suisse) tendent à présenter des disparités plus importantes entre les performances des élèves indigènes et celles des jeunes issus de l'immigration. En contradiction avec des performances en moyenne assez faibles, les jeunes étrangers font généralement preuve dun vif intérêt pour les mathématiques et dune grande motivation à apprendre. Ils affirment dans lensemble aimer apprendre et aller à l'école. » OCDE, 2006

20 2 x NON, contre lexclusion - 6 « Cycles dapprentissage, prise en charge différenciée des difficultés, indicateurs de réussite, évaluation formative, dialogue avec les parents : nous constatons que nos efforts incessants pour améliorer les résultats de nos élèves portent des fruits. Ils tiennent compte de leurs besoins et leur permettent de mieux atteindre les objectifs visés. Nous avons pu mesurer limpact de ces changements sur lefficacité de nos actions et la progression de chacun. Nous persévérons parce que nous savons limportance de donner une formation de haut niveau à tous les enfants. » Une équipe denseignants Genève, 2005

21 2 x NON, contre lexclusion - 7 « Environ 75% des parents sont plutôt satisfaits ou très satisfaits de la nouvelle forme d'évaluation proposée dans le cadre de la rénovation de l'enseignement primaire genevois. Le dossier d'évaluation a été largement utilisé comme support lors des entretiens personnels et a été perçu comme une aide efficace pour expliquer les apprentissages de l'élève dans 96% des cas. Selon 90% des parents, les commentaires inscrits dans le livret scolaire apportent des informations complémentaires au bilan de progression.» Groupement des associations de parents délèves Genève, 2002

22 Pour une école juste, donc formatrice pour tous

23 Pour une école juste - 1 Une école qui sefforce de faire atteindre à chacun les objectifs visés : en affirmant que tous les élèves peuvent apprendre, en tenant compte de leurs différences et en variant les méthodes, en mettant lévaluation au service des apprentissages, pas de lélimination, en donnant à chacun les moyens et lenvie de se former tout au long de sa vie.

24 Pour une école juste - 2 Une école qui se fixe des priorités et permet aux enseignants de les atteindre : en créant des parcours adaptés dans des cycles dapprentissage, en suivant collégialement la progression des élèves, en informant et impliquant les parents.

25 Pour une école juste - 3 Une école qui allie tradition et innovation (au lieu de les opposer) : en fondant ses décisions sur lusage critique de la recherche en éducation, en se fiant à lexpertise des enseignants, en luttant contre léchec scolaire, pas contre les élèves en échec !

26 Pour une école juste - 4 « Avec l'inégalité d'éducation, je vous défie d'avoir jamais l'égalité des droits, non l'égalité théorique, mais l'égalité réelle, et l'égalité des droits est pourtant le fond même et l'essence de la démocratie. » Jules Ferry, Conférence au profit de la Société pour l'instruction élémentaire, 1870

27 Pour une école juste - 5 « Toute personne a droit à léducation. » Déclaration universelle des droits de lhomme, art. 26


Télécharger ppt "Www.former-sans-exclure.org École Lexclusion est le problème, pas la solution ! 24 septembre 2006 Pourquoi voter 2 x NON."

Présentations similaires


Annonces Google