La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

CENTRE DE VACCINATION DÉPARTEMENTAL DU GARD SEMAINE DE LA VACCINATION 2012 DR ELISA DIEGUEZ DR ALAIN DEVALLEZ Actualités vaccinales 2012 : les nouvelles.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "CENTRE DE VACCINATION DÉPARTEMENTAL DU GARD SEMAINE DE LA VACCINATION 2012 DR ELISA DIEGUEZ DR ALAIN DEVALLEZ Actualités vaccinales 2012 : les nouvelles."— Transcription de la présentation:

1 CENTRE DE VACCINATION DÉPARTEMENTAL DU GARD SEMAINE DE LA VACCINATION 2012 DR ELISA DIEGUEZ DR ALAIN DEVALLEZ Actualités vaccinales 2012 : les nouvelles recommandations, les spécificités régionales

2 Les recommandations 2012 Grippe : - femme enceinte - IMC > 40 Nouveau vaccin antigrippal Mayotte : BCG et hépatite B à la maternité SEV 2012 : population difficile à atteindre coqueluche, méningo C, HPV, varicelle

3 Les recommandations 2012 : grippe Grippe : vacciner les femmes enceintes quelque soit le terme et les patients ayant un IMC > 40 kg/m2 complications respiratoires et décès liés au virus grippal A(H1N1)pdm09 (2009, ) Pas de risque pour la femme enceinte ni fœtus quel que soit le stade de la gestation Protection des nourrissons contre la grippe durant les six premiers mois

4 Recommandations 2012 : grippe Nouveau vaccin, vivant atténué Vaccin trivalent Il contient les même souches que les vaccins atténués Voie nasale => agit sur limmunité muqueuse AMM : enfants de 2 à 17 ans avec facteurs de risque En priorité lors dune première vaccination

5 Recommandations 2012 : grippe Évaluation : efficacité supérieure chez lenfant par rapport au vaccin inactivé, et ce dautant plus que lenfant est plus jeune. Chez ladulte : les anticorps pré existants inactivent les virus vivants? Bonne tolérance mais : Ce vaccin peut être à lorigine daccès de dyspnée expiratoire sifflante chez le nourrisson, doù sa limite dutilisation à 2 ans

6 VACCINATION ANTI MÉNINGOCOQUE C Actualités vaccinales 2012

7 Intérêt de la vaccination anti méningococcique C Point épidémiologique en Europe et en France après la vaccination Caractéristiques des IIM Schéma vaccinal

8 QUESTIONS En France, les infections invasives à méningocoque (IIM) sont dues principalement au : - méningocoque B - méningocoque C - méningocoque A Le nombre de morts dIIM à méningocoque C en France est actuellement de : la mortalité liée à un IIM est de lordre de : - 10 % - 50% - 70%

9

10 EFFICACITÉ DU VACCIN? Diminution du nombre de cas en Europe après lintroduction de la vaccination systématique Vaccins conjugués : effets sur le portage nasopharyngé. Il existe bien une protection indirecte des moins de 1 an. Pas de switch capsulaire observé (pas plus de méningo B) Pas plus de cas dIIM C dues au complexe ST 11, plus agressif

11 LEXPERIENCE ANGLAISE : IIM C élevée avant la mise en route de la vaccination généralisée. En 2009, la France devient le pays à plus forte incidence. En 2010 : introduction du vaccin au calendrier vaccinal français

12 Vaccination généralisée méningo C en Europe.

13 Epidémiologie IIM en France, 2011 Taux dincidence annuel des IIM : entre 1 et 2 cas pour habitants, depuis plus de vingt ans. Lincidence globale est en diminution depuis Taux estimé dexhaustivité de la DO : supérieur à 90% depuis Les groupes dâges les plus touchés sont les moins de 1 an, les 1-4 ans et les ans. Pic des IIM qq semaines après le pic de la grippe saisonnière BEH N°45-46, 2011

14 Epidémiologie IIM en France, 2011 Méningo B = Sérogroupe prédominant (74% des cas), les plus atteints ont moins de 5 ans. La létalité des IIM en 2010 était de 10% (53 décès), stable depuis 2003 La létalité des IIM C déclarées était égale à 7% en 2010 (différence non significative avec la létalité des IIM B en 2010) BEH N°45-46, 2011

15 Epidémiologie IIM en France, cas, 53 décès Létalité environ 10% Baisse dincidence significative pour les IIM C entre 2009 et % des souches invasives circulants appartenaient à 3 complexes dont le ST 11 BEH N°45-46, 2011

16 Epidémiologie en France, 2011

17 Un peu de physiopathologie … Bactérie exclusivement humaine Ne survit pas dans le milieu extérieur méningo Contact direct prolongé ou répété (baiser intime,…) Plus important si toux Cas secondaires rares : 3 % +++ cas sporadiques transmission

18 Un peu de physiopathologie… porteur 10% de la population générale (> à 30% entre 15 et 24 ans) Moins de 1% feront une IIM Circonstances de passage dans le sang : diverses et inconnue (sauf grippe) Bactériémie/ septicémie Collapsus, nécroses,… Létalité : 20 à 30% Si Purpura fulminans =>mortalité la plus élevée Séquelles : amputations, perte de substance cutanée,… méningite Forme la plus fréquente des IMM Létalité : 10% Séquelles : 10 à 20% Retard psychomoteurs, …

19 Quel vaccin? Quel schéma? …. Nos fiches

20 QUESTIONS En France, les infections invasives à méningocoque (IIM) sont dues principalement au : - méningocoque B - méningocoque C - méningocoque A Le nombre de morts dIIM à méningocoque C en France est actuellement de : la mortalité liée à un IIM est de lordre de : - 10 % - 50% - 70%

21 REPONSES En France, les infections invasives à méningocoque (IIM) sont dues principalement au : - méningocoque B - méningocoque C - méningocoque A Le nombre de morts dIIM à méningocoque C en France est actuellement de : la mortalité liée à un IIM est de lordre de : - 10 % - 50% - 70%

22 QUESTIONS En Europe, la vaccination systématique anti- méningococcique C existe depuis : La vaccination anti méningococcique C diminue le portage des méningocoques : - vrai - faux

23 REPONSES En Europe, la vaccination systématique anti- méningococcique C existe depuis : (date délaboration des premiers vaccins M C) en Angleterre La vaccination anti méningococcique C diminue le portage des méningocoques : - vrai étude hollandaise : effet groupe pour les < 1 an - faux

24 VACCINATION ROR Actualités vaccinales 2012

25 ROR Pourquoi deux doses de ROR? Couverture vaccinale en Languedoc Roussillon Bilan de lépidémie rougeoleuse en France Et aujourdhui?

26 Pourquoi 2 doses Dans le but déliminer la maladie rougeoleuse 10 % déchec à la vaccination après une dose La majorité des sujets font une séroconversion à la deuxième dose. La rougeole est une maladie extrêmement contagieuse (R0 à 15-20). La maladie circule tant quil y a des sujets réceptifs, même en faible nombre.

27 En Suède, en Finlande 2 doses ROR depuis 1982 Couverture vaccinale proche de 95%, obtenue rapidement. Taux incidence pour les 3 maladies : inférieur à 0,5 / habitants En Suède : cas de rougeole sont importés ou dun groupe religieux En Finlande : aucun cas depuis 1996

28 2 doses en France Depuis 1996 : D2 à ans Depuis 1997: D2 à 3-6 ans Objectif: plus de 85% de vaccinés avant 2 ans, neutralise la circulation du virus Actuellement: première dose dès la disparition des anticorps maternels (1 an) et deuxième dose entre 13 et 24 mois

29 Couverture vaccinale en LR, 2010, CIRE LR Certificats de 24 mois reçus par les PMI 40% de retour certificats vus Pour les 6 ème : carnets de santé vu lors des bilans de santé carnets vus

30

31

32 Couverture vaccinale LR, CIRE LR CV plus basse que la moyenne nationale Permet un diagnostic de territoire Existence de poches de sous vaccinations Permet de cibler la promotion de la vaccination envers les professionnels de santé et institutions

33 Bilan de lépidémie de rougeole depuis 2008 >22000 cas Plus de 4000 hospitalisations 1008 pneumopathies graves 26 complications neurologiques 10 décès (déficit immunitaires) Les plus touchés : moins de 1 an et ans En 2012 : 356 cas dont 17 pneumopathies graves

34

35 Depuis 2012 dans notre région

36 Cas de rougeole depuis 2012 INVS, CIRE LR

37 VACCINATION CONTRE LE PAPILLOMAVIRUS Actualités vaccinales 2012

38 La vaccination HPV Quen disent vos patients ? Effets secondaires notifiés Un rappel sur le papillomavirus La vaccination dans le monde

39 pour contre ATCD perso HPV Peur du cancer Préserver leur enfants Nouveau vaccin Peur Effets secondaires graves? Le monde, juillet 2011 Lien avec la sexualité : difficile … Paroles de parents/ parole de PS

40 Effets secondaires notifiés Ce sont ceux des RCP le taux de notification des effets graves est de 8 pour doses de vaccin Ce bilan est proche des données publiées dans dautres pays et ne fait pas apparaître de signal particulier. Notifications effets indésirables Gardasil/Cervarix AFFSAPS

41 Histoire naturelle de linfection à HPV un cancer invasif : se développe 15 à 25 ans après linfection par HPV

42 EPIDEMIOLOGIE HPV EN FRANCE Cancer du col utérin est le 8 ème cancer chez la femme, 15 ème cause de décès par cancer Age médian de découverte de cancer col : 51 ans. Nbre de décès liés à ce cancer est en baisse entre 1980 et Estimation : 904 décès en 2002 Incidence condylomes génitaux : 10 / cas, dont 40% de femmes. En 2000 : 34% de femmes nont pas eu de frottis en 6 ans, avec disparités régionales HSCP

43 Discours Vaccination Frottis Préservatif

44 Quel vaccin? Quel schéma? Il ny a pas lieu de préférer un vaccin ç un autre vis-à-vis de lHPV, HSCP 2010

45 VACCINATION CONTRE LHÉPATITE B Actualités vaccinales 2012

46

47 Épidémiologie de lhépatite B En France en 2001: 1327 décès imputables à lhépatite B avec présence dun Carcinome Hépatocellulaire dans 35% des cas et dune cirrhose dans 93 % des cas Passage à la chronicité : 5à 10% des immunocompétents 45 à 60 % des hémodialysés, des diabétiques 90% chez le nouveau né

48 Épidémiologie de lhépatite B La prévalence du portage de lAgHBs est environ 3 fois supérieure chez les bénéficiaires de la CMUc Ce taux de prévalence est compatible avec un nombre de porteurs chroniques de lAgHBs de lordre de chez les sujets de France métropolitaine âgés de 18 a 80 ans. 0.7% de la population générale AgHbS+ Enfin, la moitie des personnes infectées par le virus de lhépatite B lignoraient

49 Épidémiologie de lhépatite B Les hépatites chroniques sont le plus souvent dévolution silencieuse sur de nombreuses années Pas de signe clinique ou alors non spécifique : Fatigue Douleurs articulaires Le diagnostic est trop souvent fait de façon fortuite Le dépistage chez les personnes ayant des facteurs de risque demeure insuffisant

50 Un vaccin efficace sur le portage chronique avec diminution de la prévalence de lAg HbS même en zone dhyper endémie sur les hépato carcinomes avec réduction du taux de CHC sur les hépatites aigues avec diminution de lincidence des Hépatites aigues la vaccination

51 La vaccination Le bénéfice de la vaccination « de masse » des années 90 perd de son efficacité si la couverture vaccinale reste aux taux actuel En effet, les enfants vaccinés à lépoque quittent la tranche dâge la plus à risque(20 à 29 ans) Donc, nécessité daugmenter de façon importante le taux de couverture des enfants et pré ado

52 La vaccination HB chez nos voisins Italie (vaccination obligatoire nourrissons et adolescents depuis 1991, couverture 94%) avec diminution de lincidence des hépatites aigues 5,4 cas pour en cas pour en 2000 (Mele, 2002) Etats-Unis (vaccination nourrissons depuis 1991, couverture 92%) 8,4 cas pour en ,1 cas pour en 2004 (MMWR 2005; 54:29)

53 Polémique vaccinale française : 15 millions de vaccinations antivirale B 106 atteintes démyélinisantes rapportées 10 études épidémiologiques Pas de sur risque lié à la vaccination (2 000 cas SEP/an en France) Mais le taux de couverture vaccinale ne cesse de diminuer : < 30 % en France > 90% USA, Allemagne, Italie

54 La vaccination

55 Schéma simplifié actuellement à trois doses Proposition systématique pour les nourrissons avec Hexavalent et de rattrapage des enfants de moins de 15 ans Efficacité ++ du vaccin Pas de démonstration de risque accru daffections démyelinisantes Vaccinations des groupes à risque


Télécharger ppt "CENTRE DE VACCINATION DÉPARTEMENTAL DU GARD SEMAINE DE LA VACCINATION 2012 DR ELISA DIEGUEZ DR ALAIN DEVALLEZ Actualités vaccinales 2012 : les nouvelles."

Présentations similaires


Annonces Google