La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LA LEGIONELLOSE Bactéries de leau, les légionelles sont susceptibles de se multiplier dans les réseaux intérieurs deau (eau chaude sanitaire) ou dans les.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LA LEGIONELLOSE Bactéries de leau, les légionelles sont susceptibles de se multiplier dans les réseaux intérieurs deau (eau chaude sanitaire) ou dans les."— Transcription de la présentation:

1 LA LEGIONELLOSE Bactéries de leau, les légionelles sont susceptibles de se multiplier dans les réseaux intérieurs deau (eau chaude sanitaire) ou dans les tours aéroréfrigérantes, notamment en cas de défauts de conception ou de maintenance.

2 OU TROUVE TON LES LEGIONELLES Les légionelles sont des bactéries présentes naturellement dans leau et les sols humides. A partir du milieu naturel, les bactéries peuvent facilement coloniser des sites hydriques artificiels comme les réseaux deau lorsque les conditions sont favorables. Les légionelles se développent et prolifèrent : - dans leau stagnante, - lorsque la température de leau est comprise entre 25° et 45°C, - en présence de dépôts de tartre, de résidus métalliques comme le fer ou le zinc, dautres micro-organismes (biofilm), - au contact de certains matériaux comme le caoutchouc, le PVC.

3 QUELS ETABLISSEMENTS PRESENTENT DES RISQUES Les sources de contamination incriminées sont les installations qui favorisent la multiplication des légionelles dans leau et les dispersent sous forme daérosols : - les douches ou douchettes des circuits deau chaude sanitaire, - les tours aéroréfrigérantes à voie humide, - les bains à bulles, -les humidificateurs… Sont concernés en priorité par ce risque : - les établissements d'hébergement accueillant des personnes à risque vis-à-vis de la légionellose (établissements pour personnes âgées, établissements de santé…) - les immeubles d'habitation, les établissements recevant du public (foyers d'hébergement, hôtels, campings, salles de sport, piscines…), les locaux professionnels, qui sont équipés d'installations collectives de production et de distribution d'eau chaude sanitaire, - les bâtiments du tertiaire et industriels disposant d'une tour aéroréfrigérante.

4 QUELLE GESTION DANS LES INSTALLATIONS A RISQUES ? LES RÉSEAUX DEAU CHAUDE SANITAIRE Dune manière générale, afin de limiter le développement des légionelles, il est nécessaire dagir sur la conception et un entretien adapté des réseaux pour : - éviter la stagnation et assurer une bonne circulation de leau ; - lutter contre lentartrage, la corrosion ; - maîtriser la température de leau dans les installations. Lensemble des interventions sera consigné dans un carnet sanitaire.

5 1 - CONCEPTION DES RESEAUX 1-1 Conception des réseaux Les principales mesures de prévention portent sur les points suivants : Dispositifs de production et de stockage de leau chaude sanitaire Le système de production doit fournir de leau à 60°C en permanence. Privilégier la production instantanée ou semi-instantanée (échangeur à plaques…). En cas de stockage deau chaude, opter pour des ballons facilement accessibles et visitables. Réseaux de distribution Choisir des matériaux résistants à la corrosion et aux températures élevées. Sur le réseau deau chaude sanitaire, mettre en place un bouclage de façon à maintenir leau au moins à 50°C jusquaux points dusage et en retour de boucle. Calorifuger séparément les canalisations des réseaux deau chaude sanitaire et deau froide. Supprimer les parties de réseaux non utilisées (bras morts). Points dusage Mitiger leau au plus près du point dusage à une température maximale de 50°C. Équiper de préférence les douches de robinets thermostatiques, afin déviter les risques de brûlure

6 EXPLOITATION ET MAINTENANCE 1-2 Exploitation et maintenance La maintenance des réseaux deau chaude sanitaire repose sur les dispositions suivantes : Ballons de stockage Vidanger, détartrer et désinfecter au moins une fois par an les dispositifs de stockage de leau chaude. Ouvrir chaque semaine les vannes de vidange. Réseaux de distribution Suivre lévolution de la corrosion ou de lentartrage des canalisations. Vérifier périodiquement le débit des pompes de re-circulation. Points dusage Contrôler annuellement le bon fonctionnement des vannes, clapets, mitigeurs… Entretenir régulièrement les appareils de robinetterie. Remplacer les éléments périphériques de distribution (joints, filtres de robinet, pommes et flexibles de douches) en fonction de leur état dusure. Faire couler leau au niveau des points dusage peu ou pas utilisés et envisager la suppression des postes deau jamais utilisés.

7 2 - METHODES DE TRAITEMENTS PREVENTIVE POUR LEAU CHAUDE SANITAIRE (ECS) Traitement préventif Des vérifications de température doivent être réalisées en différents points sensibles du réseau au moins une fois par mois ou en continu en sortie de ballon, aux robinets avant mitigeage, au retour de boucle. Faire de même sur leau froide afin de vérifier quil ny a pas eu échauffement de leau. Les recherches de Legionella sont des indicateurs de lefficacité des actions de prévention engagées. Il sagit dun contrôle à posteriori. Dans les établissements recevant du public, une mesure annuelle est conseillée. Niveau dinterventionConcentration en Légionella pneumophila en Unité Formant Colonies (UFC) par litre Actions Niveau cible< UFC/lSuivi normal Niveau dalerte1 000 UFC/lRenforcement des mesures de maintenance et de contrôle Niveau daction UFC/lSuppression de lexposition Désinfection

8 2 - METHODES DE TRAITEMENTS PREVENTIVE POUR LEAU CHAUDE SANITAIRE (ECS) 2- 2 Traitements discontinus préventifs Ils consistent, à intervalle régulier, par exemple tous les mois, en un traitement comprenant une désinfection choc préventive précédée, à un rythme semestriel ou annuel, dun nettoyage permettant - déliminer, ou au moins dabattre de façon très significative la flore en suspension ; - de retarder un nouveau développement bactérien en affaiblissant les fonctions de protection du biofilm. 2-3 Traitements continus Ils consistent à mettre en oeuvre un procédé ou une injection de produit (« désinfection continue ») de manière permanente pour la maîtrise continuelle des bactéries en suspension. Lutilisation des désinfectants en continu dans de leau chaude sanitaire est à éviter autant que possible. Cependant, cette éventualité ne peut être écartée et doit être réservée à des situations exceptionnelles lorsque les autres mesures préventives ne peuvent être mises en oeuvre de manière satisfaisante.-

9 3 - METHODES DE TRAITEMENTS CURATIVE POUR LEAU CHAUDE SANITAIRE (ECS) En cas de contamination importante avérée du réseau d'eau chaude sanitaire par des légionelles, le choix de la méthode de traitement est lié aux caractéristiques de linstallation. Un traitement choc doit être réalisé par une entreprise spécialisée dans le traitement de leau. Choc thermique : élévation de la température de leau à 70 °C en sortie de tous les robinets durant 30 minutes. Choc chloré : hyperchloration à 15 mg/l de chlore libre pendant 24 heures. La teneur désirée en chlore doit être atteinte dans lensemble du circuit avant de procéder au rinçage rigoureux des canalisations Traitement curatif Le traitement curatif consiste à mettre en oeuvre, après nettoyage, une désinfection choc curative ponctuelle destinée à abattre de manière très significative, les légionelles en suspension et les légionelles fixées dans les biofilms. Lobjectif attendu immédiatement après le choc est une concentration en légionelles en suspension inférieure au seuil de détection. Ces actions curatives ne peuvent être quexceptionnelles et de courte durée car, en labsence de mesures préventives, le réseau se colonisera de nouveau en quelques semaines.

10 4 - LE NETTOYAGE Paramètres à prendre en compte pour le nettoyage et la désinfection Lefficacité des mesures de nettoyage et de désinfection dépend de nombreux paramètres. La technique ainsi que le choix des produits doivent être adaptés au cas par cas, notamment en fonction de : l'état général et la conception du réseau de distribution deau, létat et la composition des dépôts dans les installations (g/cm2), les matériaux utilisés et la compatibilité entre ces matériaux et les désinfectants utilisés, les méthodes de désinfection utilisées (physiques, chimiques), les micro-organismes à atteindre, la température de leau.

11 4 - LE NETTOYAGE - CHIMIQUE 4-1 Nettoyage chimique Ce procédé consiste à introduire dans la canalisation un mélange de produits chimiques permettant la dissolution des différents dépôts. Ces derniers sont en général constitués de carbonates de calcium et/ou d'hydroxydes de fer. Les mélanges utilisés sont constitués d'un acide (acide chlorhydrique ou acide sulfamique par exemple), de réducteurs et d'un inhibiteur de corrosion (acide phosphorique par exemple). Les produits de nettoyage, cest-à-dire de détartrage et de désoxydation, sont à caractère acide. Compte tenu de leur agressivité, ils ont une action très rapide (de 1 heure à 10 heures). Lemploi de formulations contenant des inhibiteurs de corrosion est souhaitable, mais il convient de sassurer que les produits ou formulations utilisés sont autorisés par le Ministère de la Santé1. Il convient également de préciser que les produits chimiques disponibles utilisés pour le nettoyage des conduites en acier galvanisé ne permettent pas déliminer la totalité des produits de corrosion. Ceux-ci, même après un rinçage prolongé, peuvent adsorber les composés organiques (acides notamment) ou inhibiteurs tels que les phosphates qui sont ensuite susceptibles de favoriser les développements microbiens.

12 4 - LE NETTOYAGE – AIR - EAU 4-2 Nettoyage à lair et à leau Il nécessite une vitesse de circulation de l'eau de l'ordre de 1m/s avec ajout d'air et il faut impérativement pouvoir retirer la totalité des particules décollées (installation de robinets de décharge). Ce type de traitement permet une bonne élimination des particules, des boues et des biofilms sans nécessiter de grandes quantités deau, ni des vitesses de circulations élevées. Par contre, le mélange eau/air conduit à des vibrations dans les canalisations susceptibles d'endommager les réseaux anciens. 4-3 Nettoyage à l'eau seule Dans ce cas, la vitesse de circulation de l'eau doit être de 2 à 2,5 m/s et il est également indispensable de pouvoir retirer la totalité des particules décollées, ce qui nécessite l'installation de robinets de décharge. Ce type de nettoyage permet une bonne élimination des particules, des boues et des biofilms sans provoquer de vibrations importantes des canalisations ; mais, la vitesse de l'eau devant être élevée, sa mise en oeuvre n'est pas toujours possible.

13 UN CARNET SANITAIRE POUR QUOI FAIRE ? Pour regrouper lensemble des documents relatifs à la gestion des réseaux ainsi que les règles de prévention de la légionellose dans létablissement : Plans des réseaux Rapport de diagnostic Travaux de modifications de rénovation ou dextension du réseau Protocoles dentretien Résultats danalyses Relevés de température Dysfonctionnements Interventions techniques


Télécharger ppt "LA LEGIONELLOSE Bactéries de leau, les légionelles sont susceptibles de se multiplier dans les réseaux intérieurs deau (eau chaude sanitaire) ou dans les."

Présentations similaires


Annonces Google