La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Définitions Mesures Utilisations

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Définitions Mesures Utilisations"— Transcription de la présentation:

1 Définitions Mesures Utilisations
Les seuils de pauvreté Définitions Mesures Utilisations

2 Deux approches de la pauvreté
L’approche normative de la pauvreté La pauvreté est définie comme absolue:une mesure qui détermine ce qu’il en coûte pour survivre à un moment donné dans une société donnée La pauvreté est considérée comme une affaire de survie: à partir des dépenses encourues pour l’achat d’un panier de base L’approche relative de la pauvreté La pauvreté est définie comme relative: par rapport à la situation de l’ensemble des ménages La pauvreté est considérée comme une affaire d’équité: tient compte notamment de la distribution des revenus dans la société

3 Approche normative de la pauvreté: deux perspectives
Perspective de la subsistance Seuil de pauvreté: le coût minimum des dépenses requises pour les biens et services de base: logement alimentation habillement Perspective de l’universalité des besoins Seuil de pauvreté: tient compte des biens et des services nécessaires à la satisfaction des besoins fondamentaux, mais aussi des dépenses essentielles au bon fonctionnement en société

4 Construction d’un panier hypothétique
Approche normative de la pauvreté: deux méthodes de calcul des seuils normatifs Méthode 1 Construction d’un panier hypothétique Une affaire d’experts qui dressent la liste des biens et des services minima Normes d’alimentation, de logement Méthode 2 Enquête budgétaire sur les dépenses des ménages dans l’ensemble de la population Norme déterminée par la population elle-même Observation des dépenses actuelles

5 Les seuils les plus bas caractérisent: la situation de dénuement,
Approche normative de la pauvreté: Les seuils normatifs reposent sur des définitions différentes de la pauvreté Les seuils les plus bas caractérisent: la situation de dénuement, la pauvreté absolue, il définissent le niveau de revenus qui garantit la survivance Les seuils normatifs plus élevés cherchent à assurer: la participation dans une société ou dans un environnement donné

6 Approche normative de la pauvreté Deux critiques
Le caractère arbitraire ou l’a priori qui préside à la fixation des besoins à couvrir Ne pas tenir compte de la position relative des ménages

7 Approche relative de la pauvreté: la pauvreté est définie par rapport à la situation de l’ensemble des ménages Doit-on considérer comme pauvres les ménages qui se situent dans la classe de 10% au bas de l’échelle des revenus? Dans la classe de 20%? Le seuil relatif pur confond, sur le plan conceptuel, pauvreté et inégalité

8 Il admet la possibilité d’un niveau nul de pauvreté
Approche relative de la pauvreté (une mesure quasi relative de la pauvreté) 50% du revenu familial médian: seront considérés comme pauvres les ménages recevant des revenus moindres que le seuil ainsi obtenu. Il admet la possibilité d’un niveau nul de pauvreté

9 Le seuil de faible revenu de Statistique Canada
Statistique Canada n’entend pas mesurer la pauvreté. Une approche mixte, basée à la fois sur les besoins fondamentaux et sur les revenus relatifs. Ce SFR est toutefois considéré comme un seuil de pauvreté

10 Statistique Canada établit empiriquement la part du budget moyen qui est consacrée aux dépenses encourues par trois fonctions de consommation jugées essentielles (alimentation, logement et habillement); il estime que les ménages qui consacrent 20% de plus que ce coefficient budgétaire moyen à la satisfaction de ces dépenses seront considérés comme ayant de faibles revenus.

11 Le ménage moyen dépense environ 35 % de son revenu avant impôt.
Le SFR est calculé en ajoutant 20 % Un ménage est à faible revenu quand il dépense plus de 55% de son revenu avant impôt dans ces nécessités La pauvreté est en fait réduite à une seule dimension, soit l’insuffisance de revenus.

12 Seuils de faible revenu Ces seuils définissent comme ménages à faible revenu ceux qui dépensent un pourcentage beaucoup plus élevé de leur revenu qu’un ménage moyen de taille équivalente pour les besoins essentiels (nourriture, logement et vêtements).

13 Seuils de faible revenu
Une mesure pour laquelle de longues séries sont disponibles. La mesure est fondée sur le fait de dépenser 20 points de pourcentage de plus que le pourcentage consacré par une famille moyenne pour se nourrir, se vêtir et se loger (43,6%; base de 1992; seuils ajustés annuellement pour l’inflation). 35 seuils: tailles du ménage (7) x tailles d’agglomération (5). Il y a des biais de mesure reconnus par Statistique Canada, dans le cadre des comparaisons interprovinciales, en vertu du coût de la vie différencié selon les provinces. Ignore les coûts de transport. Une mesure purement canadienne, qui ne permet pas les comparaisons internationales. Statistique Canada ne manifeste aucun engagement à actualiser la mesure des SFR (en anglais: LICO).

14 Mesure de faible revenu
Elle définit explicitement le faible revenu comme un revenu très inférieur à la moyenne, fixé à la moitié du revenu médian d’un ménage équivalent

15 Mesure de faible revenu (*)
La mesure est fondée sur le fait de n’avoir que la moitié(MFR-50) ou 60% (MFR-60) de la médiane des revenus ajustée selon la taille des ménages. •Une approche purement relative, sensible à l’évolution de la médiane autant qu’à celle des faibles revenus. •De ce fait, correspond un peu moins à l’idée de couverture des besoins(quoique certaines enquêtes montrent que la MFR recouvre indirectement cette idée). •Incontournable pour les comparaisons internationales (en anglais: LIM). •La mesure que l’Union européenne a retenue (MFR-60). •L’Ontario a aussi privilégié cette mesure (MFR-50). •Pour des fins de comparaison dans le temps, moins sensibles aux cycles économiques, on peut aussi utiliser une MFR fixée à une date donnée (Ontario).

16 Mesure du panier de consommation
Cette mesure s’efforce de calculer le montant de revenu nécessaire à un ménage pour subvenir à ses besoins, défini en fonction de subsistance vitale, mais aussi en fonction de ce qui est en principe nécessaire pour s’approcher des normes «respectables» de la communauté.

17 Mesure du panier de consommation (*)
Une mesure développée par Ressources humaines et Développement des compétences Canada (RHDCC) (en anglais : MBM). •D’après les concepteurs de la MPC, une unité familiale est considérée à faible revenu si son revenu disponible à la consommation nécessaire est inférieur à la valeur d’un panier de biens et de services calculé pour sa collectivité ou une collectivité de même taille. •Le panier de consommation comprend, pour une famille de référence de 4 personnes, ce qu’il en coûte pour assurer sa subsistance sur cinq aspects : la nourriture, les vêtements et chaussures, le logement, les transports et d’autres biens et services (par exemple, l’ameublement, les produits domestiques, les frais scolaires, le téléphone, les loisirs). •Le revenu disponible à la consommation est le revenu brut moins les prélèvements obligatoires et autres (garde des enfants, soins de santé non assurés, etc.).

18 Critique des seuils de pauvreté
La pauvreté n’est pas une condition discrète, au sens mathématique du terme: bien qu’ « un peu moins de revenus donne un peu moins de bien-être, et donc un peu plus de pauvreté »; il n’y a pas une relation linéaire entre la pauvreté et le revenu. La pauvreté est une condition de vie: La pauvreté n’est pas seulement provoquée par une insuffisance de revenus. Il faut tenir compte des biens et services collectifs auxquels les pauvres peuvent avoir directement accès: logement subventionnés, frais de garderie réduits, etc.

19 La pauvreté est multidimensionnelle (2)
La pauvreté est un manque de ressources nécessaires à la pleine participation sociale aux activités valorisées dans l’ensemble de la société: consommation, vie politique, culturelle et artistique, loisirs et travail, etc. La grande variance des seuils ne dépend pas seulement des techniques de calcul proposées; elle s’explique d’abord par des choix théoriques et politiques sur ce qu’il faut entendre par pauvreté.

20 PNUD: pauvreté humaine
La pauvreté humain n’est pas qu’une question de revenu: c’est une privation des possibilités de choix et d’opportunités qui permettraient aux individus de mener une vie décente.

21 Seuil de pauvreté monétaire
À 1 dollar par jour À 2 dollars par jour À 4 dollars par jour À 11 dollars par jour Seuil de pauvreté national Seuil de faible revenu À 50% du revenu médian

22 Bibliographie CEPE (2008). Le faible revenu au Québec: un état de situation, Québec, CEPE, 31 p. (www.cepe.gouv.qc.ca) LABRIE, Vivian et Alain NOËL (2009). Prendre la mesure de la pauvreté. Pour s’approprier l’Avis du CEPE en lien avec l’application de la Loi visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale, Québec, CEPE, 84 p. (www.cepe.gouv.qc.ca) LANGLOIS, Simon (1987). «Les seuils de la pauvreté», Les nouveaux visages de la pauvreté, sous la direction de Madeleine Gauthier, Québec, IQRC, p MERCIER, Lucie (1995). «La pauvreté: phénomène complexe et multidimensionnel», Service Social, volume 44, numéro 3, p PNUD (1997). Rapport mondial sur le développement 1997, Paris, ECONOMICA, 268 p.


Télécharger ppt "Définitions Mesures Utilisations"

Présentations similaires


Annonces Google