La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LImmunité Rappels et introduction au thème: Immunité: reconnaissance et élimination des éléments étrangers = antigènes (ou « non soi ») à lorganisme («

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LImmunité Rappels et introduction au thème: Immunité: reconnaissance et élimination des éléments étrangers = antigènes (ou « non soi ») à lorganisme («"— Transcription de la présentation:

1 LImmunité Rappels et introduction au thème: Immunité: reconnaissance et élimination des éléments étrangers = antigènes (ou « non soi ») à lorganisme (« soi ») pathogènes ou non.

2 Les éléments étrangers ou antigènes (Ag) Ag de nature moléculaire naturel ou artificiel Molécules chimiques, poussières minérales et organiques, pollens…

3 Ag de type micro-organismes, parasites et virus virus H1N1 (de lordre du nanocromètre) virus grippe

4 Suite à une infection par un Ag le système immunitaire met en place: Un système de reconnaissance moléculaire de lAg Une réponse immunitaire immédiate, innée et non spécifique à lAg: la phagocytose par les macrophages ou phagocytes Une réponse immunitaire secondaire spécifique à lAg avec intervention des lymphocytes B producteurs dAnticorps anti Ag ET de lymphocytes T (cellules tueuses des cellules infectées)

5 La phagocytose

6 Les étapes de la phagocytose

7 Les lymphocytes B Leucocytes, lymphocytes B ou globules blancs qui produisent des Anticorps (protéines spécifiques) contre lAg Les AC-anti Ag vont neutraliser les Ag

8 Les Lymphocytes T Les lymphocytes T sont des cellules « tueuses » qui détruisent les cellules infectées par des virus par exemple

9 Les cellules de limmunité Circulent avec les Éléments du sang Circulent dans le système lymphatique et sont stockées au niveau des ganglions lymphatiques

10 Système lymphatique

11 I.1 portrait du VIH Le VIH est un « parasite » intracellulaire, cest un retro virus (virus à ARN) »

12 l.2 Infection des cellules cibles du VIH A)les cellules cibles du VIH Doc 6 a et 7a p.122: les LT4 et les macrophages sont les cellules cibles du VIH

13 B) Contamination et infection des cellules cibles du VIH Mode de contamination: Q1 avec doc 2 p modes de contamination: -Voie sexuelle: passage des muqueuses vers le sang et la lymphe - voie sanguine puis lymphatique NB: Le virus est transporté par les liquides biologiques (sang, sperme, sécrétions vaginales, lymphe). Il peut également passer le placenta (transmission mère-enfant possible: placenta, lors de laccouchement, lait maternel)

14 Les LT4 sont les cellules cibles du VIH Q2 p.124: seuls les LT4 et macrophage présentent à leur surface membranaire des marqueurs protéiques spécifiques: Les CD4. Les protéines virales GP120 sont complémentaires des CD4.Une fois la Reconnaissance moléculaire établit: le VIH peut pénétrer la cellule cible…

15 Le cycle dinfection du VIH

16 I.3 les R.Immunitaires de lorganisme et le dépistage du SIDA Doc graphe 13 p.126 à exploiter: A) une activité cytolytique des LTC Doc 16 p Q1 p.128 Doc 17 p Q2 p.128 Doc 19 p.129 Commentaires (avec doc graphique)

17 B) une production dAC anti VIH - Le Test ELISA (Enzyme Linked ImmunoSorbant Assay) Principe du TEST (=> Q2 p.130 en justifiant les résultats… -Le Test Western BLOT: doc 22 p.131 Description du Test (doc 6b p122 possible) -Commentaires (avec doc graphique) Bilan CHAP I (avec graphique) sujets de type BAC

18

19

20

21

22 CHAP II Généralisation des processus immunitaires II.1 Elimination des cellules infectées par un virus: action des LTC Doc annexe…

23

24 Doc 15 a et b p.128 Commentaires + schéma

25 II.2 les AC et la neutralisation de lAg A) mode daction des AC ou formation du complexe Immun Doc 20 a et b p TP BAC Test Ouchterlony Q1. Visualiser schématiquement les conditions du protocoles et les résultats observés Q2. Donner une explication à léchelle moléculaire de larc de précipitation Commentaires:

26 B) nature, structure et spécificité moléculaire dun AC Nature des AC: avec les données de lEX 5 p.144 Structure des AC: doc 23 et 24 p.132 Structure-fonction des AC doc 25 p.133 Structure moléculaire Doc 23 p. 132 Comparaison des séquences polypeptidiques entre les chaînes lourdes et légères de différents AC: doc 24 p.133 Commentaires:

27

28

29

30 Remarque: une fois le complexe immun formé (neutralisant lAg) la phagocytose élimine lensemble

31 C) Les cellules productrices des AC Doc 26 p.134 (attention lire plasmocyte au lieu de lymphocyte) Q1) que représentent les GRM pour lorganisme de la souris? Q2) que signifie lapparition de la plage de lyse dans lexpérience de la souris B (aide->)

32 Commentaires: un AC est spécifique à un Ag (par leur site de fixation ou paratope), les AC sont produits par les plasmocytes: cellules dérivées des LyB Schéma simplifié: Schéma simplifié: Les plasmocytes produisent des AC libres et circulants spécifiques à lAg en vue de la formation du complexe immun et la neutralisation de lAg Les plasmocytes sont reconnaissables par leur réticulum endoplasmique très développé: synthèse protéique importante (AC) Doc 29 p.135

33 d) Des LyB aux plasmocytes Doc 6p.148: LAg est reconnu par des LyB spécifiques car il existe au niveau des membranes des LyB des récepteurs protéiques spécifiques à lAg (AC fixes ou récepteur antigénique). Un type ou une population de LyB est donc sélectionné par reconnaissance moléculaire Problème ???

34 Si il existe un type de lyB pour un type dAg, cest quil doit exister autant de type de lyB (avec leurs AC membranaires spé.) que dAg différents…. En réalité il existe un véritable répertoire immunologique (préexistant): avec une très grande variété de LyB spécifiques à un Ag

35 Doc 8 p.149: Evolution des LyB en plasmocytes producteurs dAC Analyse du doc: linjection de GRM à une souris entraîne au bout de 2 jours, une augmentation très importante du nombre de plasmocytes. Il existe donc une R.I spécifique à lAg et une amplification de cette réponse par multiplication (ou clonage) de des LyB sélectionnés qui se différencient ensuite en plasmocytes producteurs dAC circulants spé. à lAg (AC-anti Ag circulants)

36 Entré dun Ag… -Sélection dun type de LyB spé. à lAg -Prolifération ou expansion clonale des lyB sélectionnés -Différentiation des LyB en plasmocytes producteurs dAC anti Ag circulants - Formation du complexe immun - Elimination par phagocytose du complexe AC-anti Ag- Ag

37 II.3 Rôle des LT4 dans les R.I A) Les LT4: pivots (rôle central) des R.I Doc 9 : exploitation globale Doc Annexe

38 Les cellules immunitaires ont la capacité de communiquer entre elles grâce à des signaux chimiques: il en est ainsi des macrophages et des lymphocytes qui sécrètent des glycoprotéines appelées interleukines (IL). Ces molécules, élaborées par des LT4 sont aptes à stimuler les cellules immuno-compétentes voisines. Les clones de LB et de LT8 (LTC pré cytotoxique)) activés sont ainsi stimulés, ce qui favorise la prolifération de plasmocytes sécréteurs d'anticorps et de LTc. Les LT4 jouent donc un rôle central dans les mécanismes de défense.

39 B) Rôle des LT4 dans lévolution du SIDA (rappels) La disparition des LT4 par contamination par le VIH affaiblit tout le système immunitaire. Les LT4 ne jouant plus leur rôle central et de coopération cellulaire. Le patient est à la merci de nimporte quelle maladie opportuniste

40 CHAP III: vaccins antiviraux et mémoire immunitaire III.1 une mémoire immunitaire acquise artificielle: la vaccination Doc 1 a p.152: des faits dobservation… Q1p.152 Avec doc 12 b et c Avec doc 14 p.153 Bilan

41 III.2 les difficultés à développerf un vaccin contre le VIH Q 2 p.156 avec doc 20 a, b et c (vu en sujet BAC) Doc 21 a et b : la vaccination de demain…

42 Un candidat-vaccin bientôt à lessai chez lhomme Un candidat-vaccin « VIH-rougeole », mis au point ces dernières années à lInstitut Pasteur sera testé chez lhomme en 2010 (essai de phase I). Lobjectif du projet est de faire un vaccin dit « recombinant », cest-à-dire dintroduire deux à trois gènes du VIH dans le génome du virus atténué de la rougeole, qui a depuis longtemps prouvé son innocuité et son efficacité en temps que vaccin humain. Un tel vaccin combiné permettrait donc de protéger à la fois contre le sida et la rougeole. Un nouveau vecteur vaccinal très prometteur Des chercheurs de lInstitut Pasteur ont obtenu en 2009 des résultats très prometteurs dessais pré-cliniques destinés à tester une nouvelle technologie vaccinale anti- sida. Celle-ci sappuie sur lutilisation dun nouveau vecteur appelé vecteur lentiviral, capable de délivrer lADN vaccinal au cœur du noyau des cellules du système immunitaire.

43 Sujets BAC

44 CHAP IV Phénotype immunitaire, génotype et environnement FAIT => problème : au cours de sa vie, un organisme rencontre une infinité dAg issus de son environnement. Tous ces Ag déclanchent une Réaction immunitaire et sont donc reconnu comme éléments étranger… Comment le système immunitaire peut-il répondre (reconnaître) à cette diversité dAg?

45 IV.1 Origine de la diversité des Lymphocytes (LyB et LyT) Q1 avec DOC 22 p.158 Rappel: la reconnaissance de lAg par les Lymphocytes passe par lexistence de récepteurs membranaires présents sur ces Ly…. (AC membranaires fixes de nature protéique DONC issus de lexpression du génome) Réponse…. à la question 1 p.158….

46 DOC 23 p. 159:Origine de diversité quasi infinie des récepteurs membranaires des Ly. Combinaison génétique spécifique => protéines membranaires spécifiques (parties variables)

47 Commentaires (avec schéma) Par des mécanismes de réarrangements (complexes) génétiques, il est possible dobtenir une infinité de combinaisons génétique à partir dun nombre limité de gènes impliqués dans limmunité. Cette infinité de combinaisons génétiques conduit à une infinité de protéines membranaires des Ly. Ce mécanisme de réarrangement génétique est source de diversité des Ly B et Ly T.

48 Bilan Le phénotype immunitaire évolue donc naturellement (et en permanence) en sadaptant aux Ag rencontrés dans son environnement. Il évolue également de façon artificielle au cours de la vaccination.

49 IV.2 le maintien de lintégrité de lorganisme Q3 p.158 Le maintien de lintégrité de lorganisme passe par laction du Sys.Immunitaire: > Il y a élimination des cellules auto-réactives (cellules immu. qui porteraient les marqueurs membranaires complémentaires du SOI). Evitant ainsi les maladies auto-immunes > La production dune grande diversité de Ly (récepteurs) afin de répondre à la plupart des Ag

50 Bilan (du chapitre) Les cellules immunitaires forment de part leur diversité un véritable répertoire immunitaire en perpétuelle évolution en fonction des Ag de son environnement. Parmi les Ly. produits par la moelle osseuse, ceux qui se trouvent être dangereux pour lorganisme (auto-réactifs) sont éliminés du répertoire.

51

52 Sujets Immunité Comment les différentes catégories de lymphocytes coopèrent pour assurer la défense immunitaire de lorganisme suite à son infection par le VIH I- Intervention des anticorps anti-VIH -Séropositivité : présence danticorps spécifiques dirigés contre des protéines du virus. -Préexistence de lymphocytes B qui synthétisent des immunoglobulines (AC) membranaires différents clones. -Contact avec lantigène : sélection clonale et multiplication clones de lymphocytes B spécifiques avec des récepteurs pour reconnaître le virus. Différenciation de ces LB en plasmocytes sécréteurs danticorps circulants spécifiques du virus ( partie variable des chaînes lourdes et légères) Toutes ces étapes étant activées par les interleukines sécrétées par les lymphocytes T4 qui sont aussi des cellules cibles du virus.

53 -Formation des complexes immuns qui bloquent la pénétration du virus maintien de lintégrité cellulaire. -Elimination par les cellules phagocytaires (avec récepteurs qui se fixent sur la partie constante des anticorps). Donc coopération entre les LT4 et les LB (immunité acquise) et coopération entre les AC et les cellules phagocytaires (immunité acquise et innée). II- Intervention des lymphocytes T cytotoxiques -Préexistence de LT précytotoxiques avec des récepteurs T membranaires différents clones. -Reconnaissances des cellules infectées (protéines virales à leur surface) par les LT précytotoxiques quand le virus est dans la cellule. Alors sélection clonale, multiplication et différenciation en LT cytotoxiques spécifiques des protéines virales reconnues,

54 Toutes ces étapes étant, elles aussi, stimulées par les interleukines des LT4. Contact étroit avec les LT4,les LT8 les feront éclater grâce à la perforine. III- Evolution vers le stade Sida La destruction des LT4 par les LT8 limite la progression de linfection virale mais la disparition des LT4 : pivots des réactions immunitaires, empêche la production danticorps et de LT8 doù lapparition des maladies opportunistes car il y a effondrement des défenses immunitaires.

55 SUJET 1: La vaccination est une technique médicale qui permet de protéger lindividu de certaines maladies infectieuses en induisant une modification du phénotype immunitaire. Dans le cadre dune prévention contre une infection par le virus V, vous exposerez: -le principe de la vaccination contre le virus -lévolution du phénotype immunitaire du sujet après vaccination contre une population V -lévolution du phénotype immunitaire du sujet après une exposition du sujet avec une population virale V virulente Principe de la vaccination Basé sur une situation naturelle (Im.Acquise.spé lors dun premier contact avec Ag) Second contact: R.I + intense, +rapide => ly mémoires + nombreux, durée de vie + importante, + réactifs (LTC,LyB,LT4) issus de lexpansion clonale du 1 er contact (schéma possible: graphe).

56

57 II. Vaccination et phénotype immunitaire Phénotype immunitaire = ensemble des éléments (cellules et molécules de limmunité) dun individu à un moment donné -LyB, LT4,LTC et cest bien les AC fixes membranaires de ces cellules qui définissent ce répertoire immunitaire - les AC anti-Ag libres (avec leur spé.antigénique) Ce répertoire (issu de la complexité du génome) dépend du contact avec lAg (reconnaissance-sélection). Il évolue en permanence en fonction des Ag rencontrés naturellement ou artificiellement Evolution du phénotype imm. Et vaccination Linjection dune souche V (rendue non pathogène mais gardant son pouvoir immunogène (de déclancher une RI) permet Par un premier contact de préparer le S.I à être plus efficace: ly mémoires (LyB, LTC,LT4 mémoires, réactifs, nombreux, durée de vie longue)…

58 Evolution du phénotype immunitaire et rencontre dun virus Exposition naturelle dun organisme à une souche V virulente: Réponse Imm qui correspond à un premier contact avec lAg Donc phase de reconnaissance de lAg par population Ly et phase damplification clonale… ces 2 étapes prennent du temps (quelques heures à quelques jours), la réponse est donc plus « lente » et moins « ample » que dans le cas dune rencontre suite à une vaccination. Dans ce cas aussi, le répertoire immunitaire évolue et senrichit.

59 Sujet 1: Après avoir défini le phénotype immunitaire dun individu, vous montrerez comment celui peut évoluer au cours de sa vie Proche du sujet précédent I.Le phénotype immunitaire Cellules et molécules de limmunité à un moment donné, résultant de limmunité innée et surtout de limmunité spé.acquise (lors dun contact antigénique). Ce répertoire imm. est directement lié aux AC fixes des cellules (origine génétique). Les LyB, LT4, LTc et AC-antigénique libres II. Evolution du phénotype immunitaire Evolution naturelle et évolution artificielle à développer et à comparer (vu)

60


Télécharger ppt "LImmunité Rappels et introduction au thème: Immunité: reconnaissance et élimination des éléments étrangers = antigènes (ou « non soi ») à lorganisme («"

Présentations similaires


Annonces Google