La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LEXPERIENCE D HENRY CLAMAN ET DE SES COLLABORATEURS E.A. CHAPERON ET R.F. TRIPLETT A DENVER, COLORADO, 1966.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LEXPERIENCE D HENRY CLAMAN ET DE SES COLLABORATEURS E.A. CHAPERON ET R.F. TRIPLETT A DENVER, COLORADO, 1966."— Transcription de la présentation:

1 LEXPERIENCE D HENRY CLAMAN ET DE SES COLLABORATEURS E.A. CHAPERON ET R.F. TRIPLETT A DENVER, COLORADO, 1966

2

3

4

5

6 CONCLUSION Pour les antigènes « thymo-dépendants » la production des anticorps spécifiques nécessite une coopération entre lymphocytes B et lymphocytes T.

7 LES MOLECULES

8 IMMUNOGLOBULINES = ANTICORPS DEFINITION Glycoproteines présentes - dune part à la surface des lymphocytes B (=BCR) - dautre part dans le plasma, les liquides extra-vasculaires, les sécrétions. Ces Ig sont capables de se lier spécifiquement par leur site actif (=paratope) avec un déterminant antigénique (=épitope) qui leur correspond : Activité ANTICORPS. Synthétisées par les lymphocytes B, les plasmocytes.

9

10

11 IMMUNOGLOBULINES / STRUCTURE GENERALE Unité de base : 4 chaines protéiques, identiques 2 à 2 * 2 chaines légères = L(Light) 214acides aminés * 2 chaines lourdes = H(Heavy) * unies par des ponts disulfures. Deux types de chaines légères : kappa et lambda Cinq types de chaines lourdes : 5 classes dimmunoglobulines * chaine gamma Ig G * chaine mu Ig M * chaine alpha Ig A * chaine delta Ig D * chaine epsilon Ig E

12 Dans chaque chaine on distingue : * une partie variable, amino-terminale, qui participe au site anticorps * et une partie constante, support de diverses activités biologiques (par exemple: possibilité de traverser le placenta, possibilité de se fixer à la surface de certaines cellules, activation du complément).

13 IMUNOGLOBULINES G Chez lhomme: 70% du total des Immunoglobulines sériques 7 à 12 g/l chez ladulte Structure de la molécule: 2 chaines lourdes gamma +2 chaines légères kappa ou lambda poids moléculaire: environ daltons On distingue 4 sous-classes: Ig G1(70%), Ig G2, Ig G3 et Ig G4. Lors de la réponse primaire les Ig G apparaissent après les Ig M. Les Ig G sont capables de traverser le placenta (contrairement aux autres classes).

14

15 IMMUNOGLOBULINES M Taux sérique moyen chez ladulte: 0,5 à 2 g/l. Les Ig M sériques sont de très grosses molécules(P.M daltons) formées de 5 monomères ( chacun constitué de 2 chaines mu +2 chaines kappa ou lambda), reliés par des ponts disulfures et une petite chaine protéique appelée chaine J. La molécule possède une structure en étoile à 5 branches aves 10 sites anticorps théoriques. Par contre les Ig M sont les immunoglobulines les plus abondantes à la surface des lymphocytes B (Ig M monomériques). Ce sont les premières Ig à apparaître dans le sang lors dune réponse immunitaire (réponse primaire).

16 IMMUNOGLOBULINES A Dans le sérum: structure comparable à celle des Ig G = association de 2 chaines lourdes alpha avec 2 chaines légères( kappa ou lambda) concentration proche de celle des Ig M: 1 à 4 g/l. On distingue 2 sous-classes: Ig A1 (80%) et Ig A2 (20%). Les Ig A sont surtout les Ig principales au niveau des muqueuses et des sécrétions (salivaires, lacrymales, nasales, bronchiques, gastro- intestinales, mammaires). Les Ig A des sécrétions sont sous forme polymérisée (surtout dimères) avec en plus une chaine J (la même que celle des Ig M) et une pièce sécrétoire, synthétisée par les cellules épithéliales, qui augmenterait la résistance aux protéases.

17

18 IMMUNOGLOBULINES D Structure moléculaire classique: 2 chaines lourdes delta +2 chaines légères. Taux sérique normal très faible: valeur moyenne 40 mg/l soit environ 300 fois moins que les Ig G. Les Ig D existent principalement sous forme dIg membranaires à la surface des lymphocytes B (avec les Ig M).

19 IMMUNOGLOBINES E Structure moléculaire classique: 2 chaines lourdes epsilon +2 chaines légères. Taux sérique encore plus faible que celui des Ig D * de lordre de 0,4 mg/l chez ladulte * environ fois moins que les Ig G. Rôle capital dans certaines réactions allergiques (réactions de type I de Gell et Coombs).

20

21 LE COMPLEXE MAJEUR DHISTOCOMPATIBILITE 1° travaux chez la souris: tentatives de greffes(P.Gorer,G.Snell) Puis mise en évidence chez lhomme= Système HLA (=« Human Leucocyte Antigens ». Cest un ensemble complexe de gènes, situé chez lhomme sur le bras court du chromosome 6, qui codent pour des protéines membranaires présentant un très grand polymorphisme. Deux familles de gènes: classe I et classe II.

22

23 LES MOLECULES DU C M H ( II ) Protéines de classe I : - structure: 1 seule chaine protéique+ béta 2 microglobuline - se trouvent à la surface de toutes les cellules nuclées - elles présentent les antigènes aux lymphocytes T CD8+ Protéines de classe II : - structure: 1 chaine alpha + 1 chaine béta - ne se rencontrent quà la surface des CPA - présentent les Ag aux lymphocytes T « Helpers » CD4+. Certaines maladies sont statistiquement associées à des spécificités HLA.

24

25

26

27 CYTOKINES

28 IMMUNOLOGIE


Télécharger ppt "LEXPERIENCE D HENRY CLAMAN ET DE SES COLLABORATEURS E.A. CHAPERON ET R.F. TRIPLETT A DENVER, COLORADO, 1966."

Présentations similaires


Annonces Google