La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Prévention du cancer du col Pr E.T. MBOUDOU. Objectifs Citer au moins 2 moyens de prévention primaire Nommer 3 techniques de dépistage du cancer du col.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Prévention du cancer du col Pr E.T. MBOUDOU. Objectifs Citer au moins 2 moyens de prévention primaire Nommer 3 techniques de dépistage du cancer du col."— Transcription de la présentation:

1 Prévention du cancer du col Pr E.T. MBOUDOU

2 Objectifs Citer au moins 2 moyens de prévention primaire Nommer 3 techniques de dépistage du cancer du col Citer 4 méthodes de traitement des lésions précancéreuses Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

3 Plan Introduction Prévention primaire Prévention secondaire Dépistage Traitement des lésions précancéreuses Conclusion Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

4 Introduction Depuis de nombreuses années les facteurs de risque du cancer du col sont connus De nombreux pays surtout en Occident ont réduit de manière significative lincidence de ce cancer La lutte contre le cancer du col a désormais des volets biens définis parmi lesquels la prévention La prévention du cancer du col est bien codifiée se basant sur des faits « evidence based medicine » Une bonne connaissance de ses principes va permettre déviter de nombreuses morbidités « Prévenir vaut mieux que guérir » Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

5 Généralités Les différents volets de la lutte contre le cancer du col 1. Prévention primaire 2. Prévention secondaire 3. Diagnostic et traitement des cancers 4. Soins palliatifs Tous ces volets sont indissociables pour une action optimale Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

6 Prévention primaire(1) Conseils (IEC) Vaccination Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

7 Conseils (IEC) Lutte contre les pratiques sexuelles néfastes Mariages précoces Multiples de partenaires Comportement du conjoint Lutte contre les IST Maitrise du nombre daccouchements Lutte contre le tabagisme Absence de dépistage Prévention primaire (2) Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

8 Prévention primaire (3) Vaccination 9-13 ans Dans la première année suivant les RS vaccination des garçons? Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

9 Gardasil® (Merck&Co) o HPV o 3 injections 0, 2 et 6 mois Cervarix ® (GSK), HPV o 3 injections 0, 1 et 6 mois o Couverture de 70% des HPV de haut risque Les différents vaccins Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

10 Prévention secondaire Dépistage Traitement des lésions précancéreuses Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

11 Intérêts du dépistage Épidémiologique Diagnostique Prognostique Thérapeutique Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

12 Intérêt épidémiologique Dépistage du cancer du col par FCV (n=1459) Frottis anormaux 5.6% L-SIL 35.4% H-SIL 24.5% ASCUS-AGCUS 13.5% Hyperplasie 9.5 % Carcinome invasif 17.1% Nécessité dun dépistage précoce Mboudou et al; Oncol Clin Afr Vol 4 - n° 1 Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

13 Intérêt diagnostique Caracté ristique RéférenceCytologie conventionnelle DNA HPVVIAVILI sensibilité Sankaranarayanan et al –62%66–100%67–79%78–98% Gaffikin et al –94%81–98%64–98%- Spécificité Sankaranarayanan et al –95%62–96%49–86%73–91% Gaffikin et al –97%51–89%64–98% Nb dexamen2 au moins Possibilté de traitement demblée Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

14 Intérêt pronostique Quinn, M. et al. BMJ 1999;318:904 Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

15 Intérêt thérapeutique Traitées les lésions précancéreuses sont guéries à 100% Le traitement des stades précoces du cancer garde un meilleur pronostic Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

16 Les différents types de dépistage Organisé Convocation systématique Rythme établi Opportuniste Basé sur lactivité des praticiens Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

17 Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

18 Les techniques de dépistage Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

19 Les moyens de dépistage pour le cancer du col dans les pays développés La cytologie +++ Test de HPV Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

20 La cytologie Le frottis conventionnel (test de Papanicoulaou) La cytologie en milieu liquide Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

21 Efficacité de la cytologie Sensibilité: 50-70% détection CIN2+; 21-57% dans les pays à faibles ressources Spécificité: 89-97% Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

22 Efficacité de la cytologie (suite) Caracté ristique RéférenceCytologie conventionnelle DNA HPVVIAVILI sensibilité Sankaranarayanan et al –62%66–100%67–79%78–98% Gaffikin et al –94%81–98%64–98%- Spécificité Sankaranarayanan et al –95%62–96%49–86%73–91% Gaffikin et al –97%51–89%64–98% Nb dexamen2 au moins Possibilté de traitement demblée Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

23 La cytologie (suite) Avantages: Technique la plus utilisée dans monde De nombreuses études ont permis sa meilleure connaissance Plus sensible que dautres tests après PEC par cryothérapie Inconvénients: Technique de prélèvement à problème Moyen de transport du specimen Analyse au laboratoire parfois difficile Diagnostic différé Pr Mboudou E.T.Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011 Cremer et al., Int J Gynecol Obstet 2008

24 Les limites de la cytologie conventionnelle Pr Mboudou E.T.Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011 Koss LG (1989) The Papanicolaou test for cervical cancer detection: a triumph and a tragedy. JAMA 261: 737 – % of cervical cancers occur in women who recently received negative test results (Slater et al, 1994) A single Pap test misses up to 50% of cervical cancer precursors (Federal Study, 1999). La solution= cytologie en phase liquide

25 Avantages de la cytologie en phase liquide Nécessite peu de temps pour le prélèvement Meilleure préservation des cellules qui ne sont pas recouvertes dhématies, de mucus ou de cellules inflammatoires Les organismes infectieux sont mieux préservés Plus de cellules endocervicales identifiées Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

26 Published literature of LBCs increased detection of HSILAuthorJournal/Date#TPPTDesign Adjudicatio n Effect HSIL CYTYCPackage Insert 10,226DTVBiopsy Significant increase BakerDiagn Cytopathol 20024,719DTVBiopsy Increase 43% BernsteinAm. J Obstet GynecolMeta-analysisBoth N/A Significant increase BolickActa Cytol/199810,694DTVBiopsy Significant increase CarpenterCancer 19992,727DTVBiopsy Increase 26% Diaz-RosariaArch Pathol Lab Med199956,339DTVBiopsy Significant increase FerrisJ Fam Pract/ DTV`Biopsy Significant increase GuidosCytopath/19999,583DTVBiopsy Significant increase HutchinsonCancer/19998,636SplitBiopsy Significant increase PapilloActa Cytol/199816,314DTVBiopsy Significant increase RobertsMed J Aust/ ,560 Split Biopsy Increase 16% Scotland Scottish Screening Prog. (published online) 30,228DTV Biopsy Significant increase WangJ Formos Med Assoc/ Split Biopsy Significant increase Weintraub Diagn Cytopathol ,864DTVBiopsySignificant increase Yeoh HKMJ/ ,541DTV Biopsy Significant increase NB: This list is not exclusive Dr Judith Whittaker Pathcare (NPG) Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

27 Utilisation of LBC Internationally UK USAAustralia CanadaEurope S. Africa Asia Conventional LBC 100% Dr Judith Whittaker Pathcare (NPG) Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

28 Conclusion sur la cytologie Efficace Sensibilité réduite Forte valeur prédictive Cependant: Lhistoire naturelle de la maladie est favorable Étape précurseur détectable et 100% traitable Temps de passage jusquau cancer long (> 10 ans) La répétition des frottis corrige en partie la mauvaise sensibilité Amélioration des résultats avec la cytologie en phase liquide Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

29 Test de HPV Sensibilité: 50-95% (majorité > 85%) Spécificité: 50-94% (84% en moyenne) Spécificité meilleure du test si > 30 ans ou dans population faible prévalence HPV Association HPV et cytologie donne une VPN env. 100% Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

30 RCT: Pap vs HPV Resultats: femmes; âgées de ans, Montréal et Saint-Jean (Canada) de 2002 à 2005 Test HPV pour les CIN 2/3 Se 94.6%; Sp 94.1% Cytologie CIN 2/3 Se 55.4%; Sp 96.8% Test HPV Plus grande sensibilité Détection de % des dysplasies cervicales non détectées à la cytologie Mayrand et al. N Engl J Med 2007 Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011 Pr Mboudou E.T.

31 Conclusion sur le test de HPV Plus grande sensibilité et spécificité Détection précoce des HSIL Identifie les patientes à risque Permet un espacement du dépistage à 6 ans Sa meilleure efficacité est lorsquil est couplé à la cytologie Mais la cytologie reste encore le test de dépistage par excellence Pr Mboudou E.T.Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011

32 Quand débuter le dépistage? Dès le début de lactivité sexuelle 3 ans après le début de lactivité sexuelle Pas avant 25 ans Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

33 Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

34 Recommandation OMS (2006) No screening women <25 yrs European Center for Disease Control (ECDC) Starting screening at 25 years (…) Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

35 Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

36 Intervalles de dépistage Age group (years) Frequency of screening 25 First invitation 25 – 49 3 yearly yearly Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

37 Diagnostic et traitement des lésions précancéreuses du col uterin

38 Les 3 étapes classiques 1. Cytologie 2. Colposcopie 3. Biospie Le Frottis alerte, la colposcopie localise, la biopsie confirme » Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

39 LSIL NORMAL (NILM) HSIL (PRECANCER) CANCER Lésions equivoques : ASC-US, ASC-H, AGC Classification cytologique (Bethesda 2001) Pr Mboudou E.T.Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011

40 LSILHSIL Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T. Classification histologique

41 Les indications de la colposcopie ASC-US HPV HR + chez les patientes 21 ans ASC-H LSIL chez les patientes 21 ans HSIL Cancer invasif ou lésion cervicale macroscopiquement suspecte Leucoplasie, Condylomes acuminés étendu du vagin ou des organes génitaux externes Lésion vulvaire ou périnéale suspecte Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

42 Classification des lésions précancéreuses Classification CytologiqueClassification histologique PapanicaulaouSystème Besthesda CINOMS Classe INormal Classe IIASC-US, ASC-HAnomalie intermédiaire Classe IIILSILCIN 1/condylome plan Dysplasie légère koilocytose Classe IIIHSILCIN 2Dysplasie modérée Casse IIIHSILCIN 3Dysplasie modérée Classe IVHSILCIN 3Carcinoma in situ Classe VCancer invasif Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

43 Evolution des CIN non traitées Grade% Regression% Persistance% Progression CIN I CIN II CIN III A review. J Natl Cancer Inst Monogr 21:17, Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

44 Traitemen t des CIN Méthodes destructives Conisation à froid Conisation au Laser Conisation à lanse diathermique Hystérectomie Electrocoagulation Cryothérapie Vaporisation au Laser Méthodes ablatives Traitement des lésions précancéreuses Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

45 Les indications des techniques ablatives Lésion microinvasive sur CEC Incohérence entre la cytologie et la biopsie ZT non visible en totalité Microinvasion à la biopsie Lésion cytologique ou biopsique de lépithélium glandulaire Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

46 Contre-indications des techniques ablatives Microinvasion ou cancer invasif Lésion étendue dans lendocol CEC positif Discordance entre cytologie et biopsie (Ex CIN I après HSIL ou ASC-H à la biopsie) Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

47 Le problème de dépistage en PVD Jusquà 95% des femmes nont jamais bénéficié de dépistage Absence dexpertise clinique, Capacités limitées pour les tests diagnostiques et de confirmation Faiblesse des moyens de suivi et dévaluation Beaucoup de perdues de vue pour le suivi Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

48 Les directives ACOG et FIGO pour les PVD (2003) Etablir le besoin des interventions pratiques et réalistes Reconnaitre les obstacles liées à la mise en place du dépistage basé sur la cytologie. Valider lapproche visite unique pour le diagnostic et la PEC immédiate des cas Plaidoyer pour la perennité des programmes de prévention. Amener des organismes de financement à souscrire des interventions rentables. Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

49 Recommandations de lOMS (2007) Recommandations OMS=Cytologie Dépistage à partir de 30 ans à faire tous les 3ans Si 1 seul dépistage: entre ans >50ans: 1 dépistage/5ans Stop 65 ans si 2 dépistage successifs négatifs Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

50 Techniques de dépistage pour PVD La cytologie cervicale Linspection visuelle Test de HPV Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

51 1- La cytologie Difficultés Nombre limité des cytologistes et des anatomopathologistes Sensibilité plus faible Adhérence du personnel sanitaire limitée Retard de la PEC des lésions diagnostiquées Coût non négligeable ( Fcfa=15) Manque de possibilités de bilan complémentaire (Colposcopie, biopsie) Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

52 2- Les méthodes dinspection visuelle Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

53 Situation particulière des PVD Utilisation de IVA/IVL association de la colposcopie Traitement immédiat Cependant surtraitement (en labsence de colposcopie) Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

54 Inspection visuelle avec lacide acétique IVA (VIA) IVA (visual inspection with acid acetic) = DVI (direct visual inspection) Sensibilité: 26-84% Spécificité: 78-87% VIAM (with low magnification 2-4x), paramètres du test idem que pour VIA Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

55 Principe de lIVA Acide acétique dilué à 3-5% Durée dapplication 1 minute précipitation réversible des protéines nucléaires et des cytokératines Dysplasie = activité nucléaire+imp.= blanchiment Degré de dysplasie corrélé à lintensité du blanchiment Cause de faux positifs : Métaplasie immature, Epithélium en cours de cicatrisation (inflammation), Leucoplasie et condylome. Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

56 Inspection visuelle au Lugol (IVL/VILI) VILI (visual inspection with lugol) = Schillers test Sensibilité: 10% meilleure que VIA Spécificité: idem VIA (77-85%) Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

57 Lugol: Tonalité de la couleur brune proportionnelle à la charge glycogénique Épithélium normal (riche en glycogène) = brun foncé Dysplasies, épithélium métaplasique immature, épithélium cylindrique, érosions et zones leucoplasiques = iodo-négatif Principe de lIVL Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

58 Avantages des méthodes visuelles Avantages: Simplicité / peu matériel Faible coût Résultats immédiats possibilité de poursuivre avec investigations complémentaires ou traitement Le prestataire nest pas forcément un médecin spécialiste. Technique accessible. Utilisable en consultation de routine, en campagne de masse. Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

59 Avantages des méthodes visuelles (suite) Faisabilité : - Légale, éthique, politique, économiques - opérationnelle (compatibilité avec organisation, ressources, personnel, accessibilité). - Efficacité ( sensibilité, spécificité) - Traitement « on spot » possible Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

60 Inconvénients Variabilité++ des performances du test Test subjectif Pas darchivage possible Nécessité personnel formé (3 jours-2 sem.); débutant % VIA +; dim. à 10-18% avec entrainement Bien visualiser la zone de jonction Bénéfice limité chez les femmes ménopausées Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

61 Entrainement VIA Entrainement VILI Liens internet Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

62 3- Tests HPV Avantages Meilleure sensibilité Espacement des contrôles (excellente VPN) Objectivité du test Possibilité auto-prélèvement Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

63 Test de HPV: Inconvénients Coûts Laboratoires Moyen de prélèvement Moins bonne spécificité ds population jeunes / prévalence infection HPV élevée (p.ex. HIV); amélioration avec typisation Diagnostic différé Validation des différents test rapides Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

64 Exemple de linde « HPV Screening for cervical cancer in rural India » Sankaranarayanan et al., NEJM 2009 Cluster-randomized, 8 ans follow-up patientes, ans Randomisation du moyen de dépistage: 1. HPV test 2. Cytologie 3. VIA 4. « Standard care »: information sur dépistage Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

65 Résultats de létude indienne HPV vs groupe contrôle: Réduction significative mortalité et diminution incidence cancer du col stade avancé après dépistage par HPV Cytologie ou VIA vs groupe contrôle: pas de réduction mortalité ni diminution incidence cancer du col stade avancé HPV test est recommandé comme dépistage primaire dans les pays à faible ressources chez les femmes de 30 ans Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

66 Test HPV designed for use in low resource countries Simple to run Rapid, accurate results Requires minimal infrastructure Affordable for public-health programs in those countries Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

67 Proposed cervical cancer screening algorithm Developing countries Franceschi et al. Int. J. Cancer 2009 WOMEN AGED YEARS FAST HPV DNA TEST Positive Negative 5-10 YEAR RECALL VISUAL INSPECTION WITH ACETIC ACID Normal ABNORMAL HPV & VISUAL INSPECTION WITH ACETIC ACID AT months IMMEDIATE TREATMENT Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

68 Conclusion sur le dépistage des cancers du col dans les PVD Cervical cancer prevention is not about doing the best test. Cervical cancer prevention is about doing the best test that you can do. Dr. Paul Blumenthal, The Johns Hopkins University Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

69 Traitemen t des CIN Méthodes destructives Conisation à froid Conisation au Laser Conisation à lanse diathermique Hystérectomie Electrocoagulation Cryothérapie Vaporisation au Laser Méthodes ablatives Traitement des lésions précancéreuses PVD Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

70 La cryothérapie Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

71 Principes de la cryothérapie Utilisation dun gaz refrigérant (NO2, CO2) Cycle de congélation 3 mn Lexposition dun tissu vivant à une température de -20°C ou plus basse encore, pendant au moins 1 min, déclenche une cryonécrose Une cryothérapie à lazote permettra datteindre une température de -89°C au cœur de la boule de glace formée par le tissu(-68°C CO2 et – 20°C en à la surface) Pr Mboudou E.T.Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011

72 PROCEDURE La cryothérapie consiste en 2 cycles successifs de congélatio-décongélation Une congélation de 3 min suivie dune décongélation de 5 min La durée du traitement est chronomètrée La congélation est satisfaisante lorsque la boule de glace dépasse de 4 à 5 mm des bords externes de la sonde La sonde est retirée après la décongélation complète du deuxième cycle ie quand il ny a plus de glace sur lembout de la sonde

73 Procédure Pr Mboudou E.T.Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011

74 Cryothérapie Indications Test de dépistage positif Lésion ne dépassant de plus de 2 mm les limites de la sonde cryogénique Lésion entièrement visible sans extension dans lendocol et vers la paroi vaginale Critères dexclusion Suspiscion dune dysplasie glandulaire ou dun carcinome invasif Lésion dépassant de plus de 2mm les bords de la sonde Grossesse PID Menstruations Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

75 SUIVI APRES LA CRYOTHERAPIE Il est conseillé de ne pas utiliser la douche vaginale ou de tampons Sabstenir des RS pendant le mois qui suit le traitement. Signaler tout symptôme qui apparaît dans les 6 semaines après le traitement:

76 Résection à lanse diathermique (RAD/LEEP/LLETZ) Indications Lésion précancéreuse Lésion étendue à moins de 1 cm dans lendocol Critères dexclusion Suspiscion dune dysplasie glandulaire ou dun carcinome invasif Lésion étendue à plus de 1cm les dans lendocol Grossesse ou moins 12 semaines post partum PID Troubles de la crase sanguine Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

77 Approche « dépister et traiter »: see and treat avantages Simplicité Limite les perdues de vue Moins couteuse à la population Limite le nombre de visites Mieux accepté par les femmes Limites Incidence sur le cancer invasif et la mortalité inconnue Problèmes éthiques sous ou surtraitement Absence déchantillon pour vérification Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

78 Les règles du succès du dépistage du cancer du col Pays developpés 1. Test de dépistage cytologique (frottis) systématique, les cas avec une Cytologie anormale sont considérées à risque 2. Suivi des femmes à risque avec Colposcopie / biopsie 3. Traitement des femmes avec une lésion précancéreuse en ambulatoire Pays en voie de développement 1. Le principe précédent est applicable 2. Dépistage avec IVA/IVL avec colposcopie si possible 3. Sinon IVA/IVL puis cryothérapie « see and treat » Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.

79 Conclusion Le dépistage permet de détecter la maladie à un stade infraclinique dont traitable Le cancer est lun des cancer avec technique de dépistage sûr La guérison des lésions précancéreuses est de 100% Dans les PVD, une adaptation est nécessaire Les techniques actuelles sont visuelles avec dans la foulée un traitement par cryothérapie sauf contre-indication Séminaire de chirurgie gynécologique Brazzaville déc 2011Pr Mboudou E.T.


Télécharger ppt "Prévention du cancer du col Pr E.T. MBOUDOU. Objectifs Citer au moins 2 moyens de prévention primaire Nommer 3 techniques de dépistage du cancer du col."

Présentations similaires


Annonces Google