La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Apport de lépreuve deffort maximale dans le diagnostic du syndrome de surentraînement M SAILLY, M GUINOT, A FAVRE-JUVIN UM de Médecine du Sport CHU DE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Apport de lépreuve deffort maximale dans le diagnostic du syndrome de surentraînement M SAILLY, M GUINOT, A FAVRE-JUVIN UM de Médecine du Sport CHU DE."— Transcription de la présentation:

1 Apport de lépreuve deffort maximale dans le diagnostic du syndrome de surentraînement M SAILLY, M GUINOT, A FAVRE-JUVIN UM de Médecine du Sport CHU DE GRENOBLE

2 Démarche diagnostique dans la fatigue chronique SE = diagnostic délimination épisode infectieux NFS, CRP sérologies carence martiale NFS, VS, CRP ferritinémie pathologie tumorale pathologie musculaire CPK, aldolase pathologie endocrinienne TSH, glycémie pathologie auto- immune autoAC épisode infectieux NFS, CRP sérologies carence martiale NFS, VS, CRP ferritinémie pathologie tumorale pathologie musculaire CPK, aldolase pathologie endocrinienne TSH, glycémie pathologie auto- immune autoAC Interrogatoire Examen clinique antécédents personnels pathologie : cardiaque respiratoire endocrinienne infectieuse (virale) neuropsychiatrique (terrain dépressif) prise médicamenteuse antécédents personnels pathologie : cardiaque respiratoire endocrinienne infectieuse (virale) neuropsychiatrique (terrain dépressif) prise médicamenteuse épisode infectieux température adénopathies porte dentrée anémie pâleur conjonctivale tachycardie dysthyroidie trouble du comportement alimentaire poids plis cutanés enquête diététique épisode infectieux température adénopathies porte dentrée anémie pâleur conjonctivale tachycardie dysthyroidie trouble du comportement alimentaire poids plis cutanés enquête diététique Bilan biologique Épreuve deffort ?

3 Etude Problématique Lépreuve deffort (EE) triangulaire maximale peut-elle aider au diagnostic ou à caractériser le surentraînement (SE)? Méthode Comparer chez un même sujet - 1 EE en période de SE - 1 EE en période de bonne forme physique Comparer les variations observées à celles dun groupe de sportifs contrôles ayant réalisé 2 EE

4 POPULATION 35 DOSSIERS 21 DOSSIERS Critères dinclusion SE avéré selon le consensus de la SFMS 2 EE sur même ergomètre et selon même protocole 1 EE en période de SE Délai entre les 2 EE Critères dexclusion Maladie intercurrente à la fatigue resentie : pathologie musculaire pathologie infectieuse

5 Sportifs surentraînés 23±866,8±81,73±0,0627,7±9,715hommes 29,8±758±51,66±0,0721,2±4,76femmes 24,7±864,2±81,71±0,0725,9±9,021totale Score SFMS Poids (kg) Taille (mètres) Age (années) NombrePopulation

6 Sportifs contrôles Appariés: en sports pratiqués en niveau de compétition en délai moyen entre les 2 EE Score questionnaire SFMS < 5 68,8±9,21,79±0,0823,2±6,014hommes 58,3±4,31,66±0,0419±2,26femmes 65,6±9,41,75±0,0921,9±5,520totale Poids (kg) Taille (mètres) Age (années) NombrePopulation

7 Méthodes Type dépreuve -Maximale triangulaire -Détermination de la cinétique lactique. -Ergomètres: -Ergocycle : 15 sujets -Tapis roulant : 6 sujets Chronologie des épreuves -LEE de référence est réalisée en dehors dune période de fatigue. -Le délai moyen entre les 2 épreuves est de 18 mois -Les sujets étant pubères, les facteurs de variation des paramètres maximaux restent limités.

8 Méthodes statistiques Comparaison des EE de la population SE et du groupe contrôle : test non paramétrique de Wilcoxon (significativité p<0,05) Calcul du coefficient de variation intraindividuel des valeurs du groupe témoin Détermination du Minimum Significant Change MSC (= 2CVI) ( Rosen H et al 1998) Calcul de la sensibilité de lépreuve deffort dans le diagnostic du SE

9 ETUDE Variables retenues pour comparer les épreuves deffort Repos Sous-maximale SV1etSV2 SV1 et SV2 Maximale Récupération >> FC >> TA >> Lactate >> %MG >> P ou V >> FC >> VO 2 >> VO 2 /kg >> % de VO 2 max >> QR >> Lactate >> P ou V >> FC >> VO 2 >> VO 2 /kg >> QR >> Lactate >> FC (IR à 4)

10 Résultats Comparaison des données maximales des EE dans le groupe témoin 0,05 *0,46±0,050,44±0,07 Données de récupération IR 4 0,15 0,10 0,31 0,71 189±9 4,41±1,10 66,3±10,2 9,9±3,0 186± 8 4,25±1,05 64,5±11 10,0±3,0 FC (bpm) VO 2 (mL/min) VO 2 /kg (mL/min/Kg) Lact (mmoles/L) 0,60 0,87 65,±9,2 15,6±7,9 65,5±9,0 15,5±7,4 Anthropométrie Poids (kg) %MG pEE 2EE 1

11 Résultats Comparaison EE chez les sportifs SE =QR ==== Puiss Vit =VO 2 / VO 2 max =VO 2 =FC Valeurs à S2 =QR =Lact ==== Puiss Vit =VO 2 /VO 2 m ax =VO 2 =FC Valeurs à S1 =VE max =VMA ou PMA Lact max =QR max VO 2 max/kg VO 2 max =FC max Valeurs maximales =Lact repos =FC repos %MG =poids Valeurs de repos résultatsvariable résultatsvariable =Indice à 4 résultatsvariable Récup

12 Résultats Masse grasse VO2 max p = 0,04 p = 0,01 p = 0,02 Lactatémie max p = 0,04

13 Coefficients de variation intra- individuels 26%12% 14% MSC = 2CVI 13%6% 7%CVI témoins Lact max (mmol/L) VO 2 max/kg (mL/mn.Kg-1) VO 2 max (L/mn) %MG

14 Résultats Coefficient de variation moyen des sportifs surentraînés et comparaison au MSC des sportifs contrôles 0328 sujets SE >MSC 26%12% 14% MSC 2 CVI (témoin) 7% 11% Ecart type CVI 6% 16% Moyenne CVI CV Lact max CV VO 2 max/kg CV VO 2 max CV %MG SE Sensibilité : 0,19

15 LITTERATURE DISCORDANTE Données de reposFC repos inchangée Ce ne serait donc pas un marqueur pertinent dans le dépistage du SE (Kindermann et al 1986, Kuiper 1988 : augmentation de la FC repos; Hedeling 2000: baisse de la FC repos) Données maximales de VO 2 max et de Lact max Cohérent avec les symptômes ressentis : difficultés à maintenir des intensités élevées VO2max VO2max = Lact max Rowbotton 1998 : Costill 1980Urhausen, -12% avec des cyclistes Kindermann 2002 Urhauser, Kindermann 2002Stray, Gundersen 1986 Budgett 1998

16 Discussion Données maximales>> Baisse de VO 2max Étiologie centrale : cardio-respiratoire -Augmentation du coût ventilatoire car VE max inchangée (VE/VO2 ): métaboréflexe diminuant le débit musculaire local (Dempsey JA et al, 2006) -Baisse de la convexion dO 2 au muscle: hyperviscosité sanguine Étiologie périphérique : musculaire - Absence de compensation par la glycolyse anaérobie : Lact max et Lact SL1 et SL2 inchangées -Diminution du nombre de fibres - de la capillarisation musculaire ( Insulinosensibilité musculaire) (Clarck et al, AJP Physiol 2003) - Diminution de la capacité oxydative

17 Discussion >> Baisse de VO2max et PMA et VMA inchangées 1.Reflet dune probable imprécision de mesure PMA PMT VMA VMT PMA serait plus imprécise que VMA PMA: fonction de la fréquence de pédalage (ergocycle à frein mécanique) VMA: vitesse de déplacement instantanée du tapis 2.Production dénergie par une filère énergétique accessoire (NH4+) ? P PMAPMT

18 Discussion Données sous-maximales SL1 et SL2inchangées Budgett et al : de la FC et de la VO2 au deux seuils Snyder et Kuipers : « légère diminution » de la cinétique lactique LEE triangulaire est-elle adaptée pour quantifier et explorer la performance ? -Éloignée des conditions de terrain : intensité et temps de soutien plus importants, dimension tactique et psychologique. -Place du test rectangulaire : diminution du temps de soutien de 14 à 27% à -10% de SL2 (Urhausen et al, 1995) -Place des tests de terrain (standardisés, intégrables dans un cycle dentraînement, réalisables par le couple entraîneur/entraîné)

19 Discussion MSC >> critères de dépistage du SE par lEE triangulaire maximale et continue Pour exemple : un sujet réalisant 65ml/min/kg et 12 mmoles/L de lactatémie maximale serait jugé SE si il réalisait 57.2 ml/min/kg et 8.8 mmoles/L Outil diagnostique très peu sensible : Se= 0.19 Baisse de la VO 2 max 12% Baisse de la Lact max 26% Sur les 21 dossiers 4 sujets

20 Conclusion EE triangulaire est très peu sensible au dépistage du SE Faible variation de VO 2 max (p ex 3%) nest pas prise en compte par cette mesure mais reste pertinente en terme de performance En revanche, SE = diagnostic délimination EE triangulaire GARDE UNE PLACE INDISCUTABLE pour écarter les diagnostics différentiels… Développements à venir Aspect diagnostique : >> Tests rectangulaires Aspect préventif :>> Tests de terrain standardisés et réguliers >> Améliorer linformation (formation) entraineurs et entraînés Compréhension physiopathologique : >> Biopsie musculaire à leffort >> Réponse hormonale à leffort (GH, catécholamines, insuline)

21

22

23

24

25 TERMINOLOGIE Quelques semaines Quelques mois Diminution durable des performances Avec syndrome clinique (association des signes cliniques et psychologiques) Chronique (pouvant évoluer pendant plusieurs mois) SYNDROME de SURENTRAINEMENT Overtraining syndrome Quelques jours Quelques semaines Signes physiques +/- Signes psychologiques Chronique (suite à un cycle dentraînement et à laccumulation de stress) DEPASSEMENT Overreaching (staleness) Quelques heures Quelques jours Signes physiques Aigue (suite à une charge dentraînement) SURCHARGE overload CONTINUUMCONTINUUM Délai de récupération Signes cliniques Type de fatigue Définition et correspondance anglo-saxonne

26 DEFINITION DU SURENTRAINEMENT Position de consensus SFMS La contre performance est avérée depuis plus de 2 mois 4 symptômes physiques 4 symptômes psychologiques Au moins 20 items cochés sur le questionnaire de la SFMS Au moins 3 indices sur les EVA < 4/10 * troubles du sommeil * perte de lappétit * épisodes infectieux récidivants (surtout ORL) * blessures à répétition * aménorrhées * amaigrissement * céphalées, vertiges, malaises * troubles digestifs * troubles de lhumeur * modification du comportement (souvent perçu par lentourage) * anxiété, sensibilité accrue au stress * troubles de la cognition (concentration, mémorisation) * troubles sensori-moteurs : baisse de la coordination motrice

27 CONCLUSION Développements à venir Tests rectangulaires Test de terrain standardisé Compréhension physiopathologique : - Biopsie musculaire à leffort - Réponse hormonale à leffort (GH, catécholamines, insuline) 1) Ce dernier mois mon niveau de performance sportive / mon état de forme a baissé OUI - NON 2) Je ne soutiens pas autant mon attention OUI - NON 3) Mes proches trouvent que mon comportement a changé: OUI - NON 4) Jai une sensation de poids sur la poitrine (OUI - NON) de palpitations de gorge serrée (OUI - NON) 5) Jai moins dappétit quavant OUI - NON 6) Je mange davantage: OUI - NON 7) Je dors moins bien: OUI - NON 8) Je somnole et baille dans la journée: OUI - NON 9) Les séances me paraissent trop rapprochées: OUI - NON 10) Mon désir sexuel a diminué: OUI – NON 11) Jai des troubles des règles: OUI - NON 12) Je fais des contre-performances: OUI - NON 13) Je menrhume fréquemment: OUI - NON 14) Je grossis: OUI - NON 15) Jai des problèmes de mémoire OUI - NON 16) Je me sens souvent fatigué: OUI - NON 17) Je me sens en état dinfériorité OUI - NON 18) Jai des crampes, courbatures, douleurs musculaires fréquentes: OUI - NON 19) Jai plus souvent mal à la tête: OUI - NON 20) Je manque dentrain OUI - NON 21) Jai parfois des malaises ou des étourdissements: OUI - NON 22) Je me confie moins facilement OUI - NON 23) Je suis souvent patraque: OUI - NON 24) Jai plus souvent mal à la gorge: OUI - NON 25) Je me sens nerveux, tendu, inquiet OUI - NON 26) Je supporte moins bien mon entraînement: OUI - NON 27) Mon cœur bat plus vite quavant: au repos (OUI - NON); à leffort OUI - NON 28) Je suis souvent mal fichu: OUI - NON 29) Je me fatigue plus facilement: OUI – NON 30) Jai souvent des troubles digestifs: OUI - NON 31) Jai envie de rester au lit: OUI - NON 32) Jai moins confiance en moi: OUI - NON 33) Je me blesse facilement: OUI - NON 34) Jai plus de mal à rassembler mes idées: OUI - NON 35) Jai plus de mal à me concentrer dans mon activité sportive: OUI - NON METTRE UNE CROIX POUR SE SITUER ENTRE CES DEUX EXTREMES: Mon état physique: GRANDE FORME ____________________________________ MEFORME Je me fatigue PLUS LENTEMENT___________________________________ PLUS VITE Je récupère de mon état de fatigue PLUS VITE ________________________________________ PLUS LENTEMENT Je me sens: TRES DETENDU ____________________________________ TRES ANXIEUX Jai la sensation que ma force musculaire a: AUGMENTE _____________________________________ DIMINUE Jai la sensation que mon endurance a: AUGMENTE _____________________________________ DIMINUE 1) Ce dernier mois mon niveau de performance sportive / mon état de forme a baissé OUI - NON 36) Mes gestes sportifs sont moins précis, moins habiles: OUI - NON 37) Jai perdu de la force, du punch: OUI - NON 38) Jai limpression de navoir personne de proche à qui parler OUI - NON 39) Je dors plus: OUI - NON 40) Je tousse plus souvent: OUI - NON 41) Je prends moins de plaisir à mon activité sportive: OUI - NON 42) Je prends moins de plaisir à mes loisirs: OUI - NON 43) Je mirrite plus facilement: OUI - NON 44) Jai une baisse de rendement dans mon activité scolaire ou professionnelle: OUI - NON 45) Mon entourage trouve que je deviens moins agréable à vivre: OUI - NON 46) Les séances sportives me paraissent trop difficiles: OUI - NON 47) Cest ma faute si je réussis moins bien: OUI - NON 48) Jai les jambes lourdes: OUI - NON 49) Jégare plus facilement les objets (clefs, etc...) OUI - NON 50) Je suis pessimiste, jai des idées noires OUI - NON 51) Je maigris: OUI - NON 52) Je me sens moins motivé, jai moins de volonté, moins de ténacité: OUI - NON QUESTIONNAIRE SFMS

28 DISCUSSION Données anthropométriques >> Augmentation de MG et poids inchangé de la MM Hypothèses Diminution de lactivité physique ? Modification des apports alimentaires ? Modifications métaboliques (insulino-sensibilité)? (Manetta L. et al. 2002) Conséquences Diminution du recrutement de fibres disponibles en fin deffort (notamment glycolytiques): de la Lact max de VO 2 max.


Télécharger ppt "Apport de lépreuve deffort maximale dans le diagnostic du syndrome de surentraînement M SAILLY, M GUINOT, A FAVRE-JUVIN UM de Médecine du Sport CHU DE."

Présentations similaires


Annonces Google