La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Quelques généralités sur la douleur de l enfant Louis Brasseur CET Douleur Hôpital Ambroise Paré 92 Boulogne Séminaire « Douleur » Nouméa, 2002.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Quelques généralités sur la douleur de l enfant Louis Brasseur CET Douleur Hôpital Ambroise Paré 92 Boulogne Séminaire « Douleur » Nouméa, 2002."— Transcription de la présentation:

1 Quelques généralités sur la douleur de l enfant Louis Brasseur CET Douleur Hôpital Ambroise Paré 92 Boulogne Séminaire « Douleur » Nouméa, 2002

2 APRÈS 5 À 6 ANS LAUTOÉVALUATION EVA, ENS, EVS, échelle de visage, algocube Dessin, QDSA Tout ou rien chez les plus petits Variation de la première EVA

3 CRÉDIBILITÉ DE LA PLAINTE DE LENFANT Nous savons mieux que les patients Crainte des bénéfices secondaires Beaucoup de sous cotation

4 AVANT 5 à 6 ANS, UNE SEULE SOLUTION : LOBSERVATION Hétéro-évaluation comportementale Facilité du déni de la douleur: angoisse, peur, faim Pas de spécificité des signes végétatifs de stress (FC, FR, PA) Pas de spécificité des signes émotionnels (cris, pleurs, agitation...) Nécessité dutiliser des grilles validées incluant un ensemble de coportements.

5 DIFFICULTES DE LOBSERVATION Gagner la confiance de lenfant (homéostasie émotionnelle) Temps dobservation suffisant Motivation et formation de lensemble de léquipe. Interprétation des items

6 COMMENT CHOISIR UNE GRILLE ? Grille validéespécificitésensibilité Tranche dâge –nouveau né –2 - 6 ans Type de douleur –Chirugie –douleur prolongée EDIN, DEGR, POLYHANDICAP

7 GRILLE EDIN VISAGE 0 Visage détendu 1 Grimaces passagères :Froncement des sourcils / Lèvres pincées / Plissement du menton / Tremblement du menton 2 Grimaces fréquentes, marquées ou prolongées 3 Crispation permanente ou visage prostré, figé ou visage violacé CORPS 0 Détendu 1 Agitation transitoire, assez souvent calme 2 Agitation fréquente mais retour au calme possible 3 Agitation permanente : crispation des extrémités et raideur des membres ou motricité très pauvre et limitée, avec corps figé SOMMEIL 0 Sendort facilement, sommeil prolongé, calme 1 Sendort difficilement 2 Se réveille spontanément en dehors des soins et fréquemment, sommeil agité 3 Pas de sommeil

8 GRILLE EDIN RELATION 0 Sourire aux anges, sourire réponse, attentif à lécoute 1 Appréhension passagère au moment du contact 2 Contact difficile, cri à la moindre stimulation 3 Refuse le contact, aucune relation possible. Hurlement ou gémissement sans la moindre stimulation RECONFORT 0 Na pas besoin de réconfort 1 Se calme rapidement lors des caresses, au son de la voix ou à la succion 2 Se calme difficilement 3 Inconsolable. Succion désespérée

9 Douleur post-opératoire enfant mois 1.Sommeil pendant les 30 minutes précédentes 2. Mimique douloureuse 3. Qualité du cri 4. Motricité spontanée 5. Excitabilité spontanée 6. Crispation des doigts mains et pieds 7. Succion 8. Evaluation globale du tonus 9. Consolabilité 10. Sociabilité SCORE AMIEL TISON

10 PRESSION ARTERIELLE ± 10% preopératoire10 à 20% préopératoire20 à 30% préopératoire PLEURS absents présents mais consolablenon consolable MOUVEMENTS absentsintermittents, modéréspermanents AGITATION calme ou endormimodéréehystérique EVALUATION VERBALE OU CORPORELLE pas de d.exprimée ou calme / d.modérée (non localisée) / d.localisée verbalement ou par gestes Objective Pain Scale

11 PLEURS Absents0 Gemissements1 Pleurs2 Cris perçants3 EXPRESSION DU VISAGE sourire, faciès résolument positif0 faciès neutre, expressivité nulle1 grimaces, faciès résolument négatif2 VERBALISATION l'enfant parle et ne se plaint de rien0 l'enfant ne parle pas1 l'enfant se plaint mais pas de douleur1 l'enfant se plaint d'avoir mal2 GRILLE CHEOPS (1)

12 GRILLE CHEOPS (2) VEUT TOUCHER LA PLAIE non1 oui2 TORSE Neutre, corps au repos inactif1 Change de position2 Tendu, corps arqué ou rigide2 Frisson volontaire ou involontaire2 Vertical, enfant redressé2 Contention: le corps est attaché2 MEMBRES INFERIEURS Au repos ou rares mouvements1 Mouvements incessants, coups de pied2 Se met debout, s'accroupit ou s'agenouille2 Contention:les jambes sont attachées2

13 QUELLE CONSOLABILITE ?

14 LIMITES DES GRILLES COMPORTEMENTALES Etat de lenfant figé durant 1 à 2 minutes Les erreurs par défaut : enfant coté calme (agitation présente dans lheure précédente) Les erreurs par excès: enfant coté agité (calme dans lheure précédente) Méconnaissance de latonie psychomotrice (enfant figé, paralysé par une douleur massive) observables en salle de réveil.

15 VARIABILITÉ DE LEXPRESSION DOULOUREUSE. ATTENTION AU CONTRESENS ! Possibilité dobservation d'un enfant non douloureux pendant PL Les autres enfants qui "protestent" lors d'une P.L ne sont pas des douillets ou des simulateurs.... De petites lésions peuvent être très douloureuses de grands dommages tissulaires être relativement peu douloureux. Rôle du contexte, de l'environnement, des expériences antérieures. Variation des consommations de morphine PCA de 1 à 7 pour le même type d'intervention.

16 NOUS ADAPTER A LENFANT Nos stratégies antalgiques déterminées a priori Prescription guidée par les données de lobservation. Eviter "ça ne fait pas mal".

17 LA LOGIQUE DE L'ENFANT N'EST PAS LA NOTRE Capacités cognitives limitées Douleur = sanction (on me fait mal parce que je n'ai pas été gentil avec ma petite soeur...!).

18 EN SALLE DE RÉVEIL La contention limite observation comportementale NE PAS NIER LA DOULEUR devant Un enfant qui verbalise "je veux voir maman" Un enfant qui montre la perfusion pour localiser sa douleur

19 LES SIGNES DIRECTS DE LA DOULEUR La position antalgique au repos La protection spontanée des zones douloureuses L'attitude antalgique dans le mouvement Le contrôle exercé par l'enfant quand on le mobilise (mobilisation passive) Les réactions à l'examen des zones douloureuses

20 L'EXPRESSION VOLONTAIRE DE LA DOULEUR Les plaintes somatiques Les localisation de zones douloureuses par l'enfant

21 L'ATONIE PSYCHOMOTRICE Signes paradoxaux ( cris, pleurs, agitation, protestation...) Enfants immobiles, tristes ne communiquant plus, muets ne réagissant plus aux stimulations Trois ensembles de signe : Le manque d'expressivité Désintérêt pour le monde extérieur Lenteur et rareté des mouvements

22 NECESSITÉ DE LEVALUATION Maillon obligatoire de la qualité des soins Coherence au sein de léquipe Rôle stratégique des infirmières

23 Médicaments de la douleur chez l enfant

24 4 TYPES DE PRODUITS Les 3 paliers OMS Les douleurs neurogènes Les anesthésiques locaux crème EMLA La xylocaine Le mélange oxygene /protoxyde d'azote MEOPA (Kalinox ® )

25 Douleurs neurogènes Théoriquement pas d'action des 3 paliers OMS FULGURANCES Clonazepam (Rivotril ® ) –0,1 mg/kg/jour montée progressive 0,03 mg/kg/J –Dose de charge le soir Gouttes 0,1 mg/goutte POUR LA DOULEUR DE FOND Antidépresseurs tricycliques Effet stabilisant de membrane Amitryptilline (Laroxyl ® ) –1 mg/kg/j PO

26 PARACÉTAMOL Voie orale60 mg/kg/24h 15 mg/kg/6h Voie rectale biodisponibilité médiocre dose de charge de 40 mg/kg Birmingham PF et coll Anesthesiology 1997;87: Voie veineuse prodrogue libère la moitié de la dose injectée en paracétamol 30 mg/kg 4 h à 6 h

27 AINS Ibuprofène sirop Nurofen*, Advil*PO30 mg/kg/24h6 mois acide niflumique Nifluril*Rectale40 mg/kg/24h3 mois diclofenac Voltarene*, Voldal*PO, rectale2-3 mg/kg/24h1 an ac tiaprofénique Surgam*PO10 mg/kg/24h3 ans /15kg naproxène Apranax*, Naprosyne*PO, rectale10 mg/kg/24h5 ans

28 La Buprénorphine Temgesic ® Glossette sublinguale 0.2 mg –Laisser fondre sous la langue –Ne pas croquer, ne pas avaler AMM à 7 ans. Effet plafond. « Carnet à souche » Dextropropoxyphene pas dAMM avant 15 ans plus de 30 kg

29 CODEINE ASSOCIEE AU PARACETAMOL MEDICAMENTS COMMERCIALISES EN FRANCE C(mg)P(mg)Rapport P /C AMM KLIPAL ans ORALGAN CODEINE ans ALGISEDAL ans LINDILANE ans DAFFALGAN CODEINE ,615 ans EFFERALGAN CODEINE ,615 ans CODOLIPRANE ans CLARADOL CODEINE ans

30 CODEINE + /- paracétamol 0,5 à 1 mg / kg 4 à 6 heures maximum 6 mg / kg / jour Effets secondaires : nausées, sédation Déficit enzymatique : inefficacité?

31 CODENFAN sirop codéine seule 1 ml = 1mg de codéine AMM à 1 an 1 ml / kg / heures

32 EFFERALGAN-CODEINE –500 mg / 30 mg de codéine –1/2 comprimé pour 15 kg –1 comprimé pour 30 kg –AMM 4 ans

33 Nalbuphine (Nubain ® ) Produit tout terrain, grande marge de sécurité Effet plafond Au delà d'un certain seuil l'augmentation de la posologie ne provoque ni augmentation des effets antalgiques ni augmentation des effets indésirables. sédation initiale souvent observée. effet «flash» Très peu d'effets indésirables – effets digestifs mineurs –effets respiratoires sans expression clinique.

34 Les voies sous cutanée ou intra musculaire sont à éviter en raison de la douleur induite par l'effraction cutanée.

35 Nalbuphine I.V 0,2 mg/kg (5-10 minutes). Palier 0,3 mg/kg ? injections IV toutes les 4 à 6 heures souvent insuffisante perfusion continue : 0,05 mg/kg/h après la dose initiale de 0,2 mg/kg. voie rectale 0,4 mg/kgservice durgence +++.

36 Le Nubain ® à posologie réduite n'antagonise pas les effets antalgiques de la morphine ou des autres morphiniques puissants Possibilité de switch rapide à la morphine Antagonise les effets indésirables de la morphine 0,1 mg /kg/12 heures KENDRICK, W.D.. Naloxone versus nalbuphine infusion for prophylaxis of epidural morphine-induced pruritus. Anesth Analg COHEN, S.E.. Nalbuphine is better than naloxone for treatment of side effects after epidural morphine. Anesth.Analg WANG, J.J.. Comparison of intravenous nalbuphine infusion versus saline as an adjuvant for epidural morphine. Region Anesth 1996

37 A partir de quel âge ? L'AMM :18 mois en France de nombreuses équipes françaises l'utilisent chez des enfants plus jeunes. Dépressions respiratoires chez le prématuré et le nouveau né

38 LA MORPHINE Chef de file des antalgiques puissants. aucune contre indication liée à l'âge le métabolisme connu dans toutes les tranches d'âge dès l'âge de 3 mois –données pharmacologiques superposables à celles du grand enfant et de l'adulte.

39 Morphine orale libération immédiate 0,2 mg/kg strictement toutes les 4 heures Augmentation de la posologie de 30 % à 50% toutes les 12 heures Sevredol ®, Actiskenan ® 5mg 10mg 20mg 6 prises de 7 mg par jour ( 42 mg/24h) = 20 mg de morphine retard 2 fois par jour.

40 Morphines retard Skenan ® Moscontin ® 10, 30, 60, 100, 200 mg toutes les 12 heures Kapanol ® 20, 50, 100 mg toutes les 24 heures

41 MORPHINE I.V Titration 0.1 mg/kg puis mg/kg/5 min Perfusion mg/kg/h Augmentation par palier de 20 %

42 Pas de posologie maximum limites à lescalade posologique –efficacité antalgique –apparition d'effets indésirables Risques de potentialisation par des associations médicamenteuses intempestives psychotropes.

43 PCA chez lenfant à partir de ans Explications, Informations Parents/Enfants Débit continu souhaitable Bolus:20 mcg/kg Débit continu:20 mcg/kg/h Période refractaire:6 à 8 minutes

44 QUELLE SURVEILLANCE? L'analgésie La sédation La fréquence respiratoire Les effets indésirables

45 Seuils de fréquence respiratoire par minute moins de 1 an20 entre 1 et 5 ans 15 6 ans et plus10

46 EMLA 90 minutes dapplication sous pansement occlusif AMM pour le nouveau né de 37 semaines patch: facilite lusage par les parents abolit la douleur mais pas la peur...

47 MEOPA (Kalinox ® ) CHEZ LENFANT Entonox ® = nom commercial anglais Ce n'est pas une AG analgésie de surface –effractions cutanées peu ou pas douloureuses. –"j'ai senti mais je n'ai pas eu mal".

48 Effets cliniques anxiolyse associée à une euphorie amnésie d'intensité variable. sédation consciente état de conscience modifié le sujet reste vigile, capable de réagir avec l'environnement et de dialoguer avec linfirmière

49 Modifications des perceptions sensorielles Auditives : impression de sons éloignés, distorsion des sons, Visuelles : vision double, floue, Paresthésies (picotements, fourmis) au niveau buccal et des extrémités, Sensation de chaleur, de lourdeur, de légèreté. distanciation de la réalité avec épisodes de pseudo-rêve

50 EFFETS INDESIRABLES rares (moins de 10 %) et mineurs réversibles en quelques minutes nausées et vomissements gênants mais sans incidence clinique (réflexes laryngés présents) excitation paradoxale sédation plus profonde malaise, dysphorie grands enfants très anxieux.

51 INDICATIONS les gestes de courte durée (moins de 30 minutes). la ponction lombaire, myélogramme La ponction veineuse Petite chirurgie : les sutures, la petite chirurgie superficielle Fracture : indication plus discutable Cathétérisme vésical

52 Association médicamenteuse La sécurité du MEOPA est la plus grande quand il est utilisé seul risque de potentialisation (psychotrope, opioide) réel parfois recherché si MEOPA inefficace: mise en place protocole ou avis spécialisé

53 Préparer et apprivoiser l'enfant ne pas promettre à lenfant quil va dormir, quil naura pas mal expliquer que le gaz lui permettra davoir moins peur et quil aura beaucoup moins mal, présenter les masques et le sifflet à lenfant et en présence des parents, laisser choisir la couleur et le parfum, utilisation des rituels ludiques

54 Première inhalation calme de lenvironnement Associer toujours une anesthésie locale (EMLA, infiltration, spray...) en cas deffraction cutanée. Ne pas appliquer le masque de force L'inhalation obligatoirement continue durée minimum de 3 minutes. vérification constante de l'absence de fuite entre visage et masque.

55 BENEFICES DE LA METHODE –Rapidité daction –Réversibilité –Sécurité –jeûne pas nécessaire –simplicité

56 INCONVENIENTS puissance faible méthode jamais efficace à 100 % 10 à 30% déchecs Les enfants de moins de 3 ans ont des effets moins marqués voir inexistants

57 LES METHODES NON PHARMACOLOGIQUES


Télécharger ppt "Quelques généralités sur la douleur de l enfant Louis Brasseur CET Douleur Hôpital Ambroise Paré 92 Boulogne Séminaire « Douleur » Nouméa, 2002."

Présentations similaires


Annonces Google