La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Douleur aigue post-opératoire Dr Gracia Dominique Anesthésiste réanimateur Intervention soignants 2007.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Douleur aigue post-opératoire Dr Gracia Dominique Anesthésiste réanimateur Intervention soignants 2007."— Transcription de la présentation:

1 Douleur aigue post-opératoire Dr Gracia Dominique Anesthésiste réanimateur Intervention soignants 2007

2 Définition de la douleur (OMS). Expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à un dommage tissulaire présent ou potentiel La douleur a un aspect multidimensionnel physique et/ou psychique Sa perception est individuelle et dépend de facteurs socioculturels, familiaux et spirituels

3 Textes règlementaires Depuis 1986, la douleur est une priorité de santé publique Programme de lutte contre la douleur: 2 plans Kouchner: Accréditation des établissements de santé: première et deuxième phases Création des CLUD Plan cancer Plan douleur

4 Loi du 4 mars 2002: toute personne a le droit de recevoir des soins visant à soulager sa douleur La douleur doit être en toutes circonstances: Prévenue, évaluée, prise en compte et traitée Le non traitement de la douleur peut être considéré comme une faute professionnelle

5 Comité de lutte contre la douleur (CLUD) Dans chaque établissement de santé Centre de réflexion et de propositions Collaboration entre la direction, la CME, les cadres de santé, la pharmacie et les services techniques Les responsabilités sont de former les personnels médicaux et paramédicaux Et de développer des plan damélioration de la qualité dans lévaluation et le traitement de la douleur

6 Physiologie de la douleur Le mécanisme de la douleur est un excès de stimulations nociceptives comme dans les traumatismes ou les brûlures Stimulation des récepteurs: les nocicepteurs Transmission du stimulus par les voies de la douleur jusquau cortex provoquant la perception de la douleur

7 Les voies de la douleur Les nocicepteurs cutanés - les mécano-récepteurs stimulent les fibres Ad: douleur initiale brève - les récepteurs polymodaux sensibles aux stimulus mécaniques, thermiques et chimiques stimulent les fibres C: douleur diffuse et prolongée Il existe des connexions entre les 2 systèmes

8 Les nocicepteurs profonds: Au niveau de la périphérie des organes, des viscères, des parois vasculaires et des muscles striés Lactivation est soit directe (mécanique, thermique,chimique) ou par des substances chimiques Le trajet des voies de la douleur -les fibres rejoignent la moelle épinière par la corne postérieure -faisceau ascendant spinothalamique puis -transmission thalamocorticale: transmission du message douloureux au cortex

9 Systèmes de contrôle de la douleur Le gate control: phénomènes inhibiteurs ou facilitateurs au niveau de la moelle Le système opioïde: synthèse de substance au niveau des récepteurs dans touts les organes Les systèmes sérotonine et adrénaline au niveau cérébral

10 Epidémiologie de la douleur Importantes variations entre les malades Composante affective et émotionnelle: rôle de lanxiété et de la dépression Influence de la mémoire et des expériences antérieures Pas de différence en fonction de lâge ou sexe Les prescriptions se font en fonction du poids

11 Facteurs prédisposants: La personnalité, le niveau culturel, lhistoire familiale, la situation péri-opératoire Le niveau de douleur est corrélé avec le degré danxiété Les expériences antérieures de douleur aggravent le niveau douloureux Les motivations: meilleure analgésie si lacte est accepté La technique danesthésie avec prévention de la douleur postopératoire La chirurgie: les plus douloureuses sont les chirurgies thoraciques, abdominales et le rachis

12 Attitude des soignants face à la douleur: soignant dépendant Grande variabilité dans entre les patients dans la demande en antalgiques Obstacles nombreux dans la prise en charge: mauvaise évaluation de la douleur mauvaise organisation dans le traitement sous dosages des traitements car surestimation des dangers Méconnaissance de la douleur en général(programmes de formations)

13 Evaluation de la douleur Paramètre de surveillance au même titre que la prise de: TA, température, respiration, alimentation, transit, glycémie capillaire Information du patient de la nécessité de signaler sa douleur dès son apparition Explication des différentes échelles dévaluation à lentrée Rôle propre de lIDE donc réalisable par les aides- soignants; rôle de tout soignant Traçabilité: « ligne » douleur dans le dossier de soins et transmission orale

14 Conséquences de la douleur post opératoire La douleur aigue entraine une sécrétion dadrénaline HTA, tachycardie, augmentation du débit cardiaque Rétention urinaire Stimulation parasympathique en cas de douleur intense(malaise vagal) Hyperglycémie et déséquilibre diabétique Augmentation de la consommation doxygène Et risque dencombrement pulmonaire Risques liés à lagitation :mobilisation des fractures

15 Autoévaluation de la douleur Auto-évaluation = A privilégier en post opératoire Mesure de lintensité de la douleur par le patient Echelle visuelle analogique (EVA): Réglette permettant la mesure en mm Nombreuses présentations(enfant) Echelle numérique: échelle graduée de 0 à 10 Echelle verbale simple(EVS) 5 propositions : 0 pas de douleur, 1 faible, 2 modérée, 3 intense, 4 intolérable

16 Rôle soignant dans lévaluation Très en contact avec les patients pour les soins : pansements, perfusions, surveillance en post- opératoire … Il doit: - être attentive pour repérer la douleur et utiliser léchelle dévaluation - noter sur le dossier de soins lévaluation (traçabilité et suivi de la douleur) et transmettre oralement - ne pas commencer un soin si patient non traité (aggravation de la douleur) Programmation du soin essentielle en douleur aigue post-opératoire

17 Traitement de la douleur LOMS définit 3 paliers palier 1:intensité modérée antalgique non morphinique palier 2 :intensité intermédiaire antalgique morphinique faible palier 3 :intensité forte antalgique morphinique

18 Douleur dintensité modérée Paracétamol:dafalgan,perfalgan Per os ou injectable, 4 fois par jour,pas de CI Antiinflammatoires :profénid,biprofénid Per os ou IV,2 fois par jour Risque si : ulcére gastrique,allergie,insuffisance rénale

19 Douleur dintensité modérée Association paracétamol- codéine et antiinflammatoires effets indésirables: nausées,constipation,somnolence Tramadol:per os,injectable;4 fois par jour Effets indésirables chez les personnes agées et risque de dépendance si utilisation prolongée

20 Douleur dintensité forte Un seul traitement : la morphine per os : skenan,actiskénan dispositif transdermique:patch durogésic IV en PCA sous cutanée Effets secondaires: -dès les premiers jours: constipation a prévenir par hydratation, mucilages, lactulose, lavement -nausées, vomissements à traiter: primpéran -somnolence, sédation

21 Autres traitements de la douleur Anesthésie locorégionale péridurale cathéters périnerveux Meopa : kalinox: analgésie de surface avec sédation et amnésie utile pour les pansements, perfusion chez lenfant Crème EMLA: analgésie de surface,1 h avant

22 Rôle Soignant Participer au soulagement de la douleur, cest être à lécoute, être attentif et averti pour repérer la douleur Il faut: - utiliser les échelles dévaluation - programmer un soin,donner un traitement antalgique avant -évaluer lefficacité du traitement - assurer des transmissions de qualité dans le dossier de soin: « ligne » douleur

23 La DPO en pratique Traitement antalgique en peropératoire: en général association: paracétamol plus AINS plus acupan Les 3 médicaments ont un effet synergique En salle de réveil: eva toutes les 10 mn Titration de la morphine: Injection de 2 mg IV toutes les 5 mn Surveillance des effets secondaires, surtout nausées et vomissements Surveillance de la sao2

24 La DPO dans les services Patient sort de la salle de réveil quand EVA inférieur à 4 Prescriptions danalgésiques pour les 48 h Les analgésiques doivent être faits à heure régulière avec contrôle de lEVA avant et après IADE passe le matin et parfois le soir pour : vérifier les EVA ajuster les traitements analgésiques en coordination avec anesthésiste référent

25 Conclusions La douleur est une des plus anciennes et plus importantes préoccupations de lhumanité Aujourdhui,la douleur est dénoncée dans lactualité pour être mieux soulagée Lapproche du patient douloureux demande du temps, de la formation, et lengagement de toute une équipe


Télécharger ppt "Douleur aigue post-opératoire Dr Gracia Dominique Anesthésiste réanimateur Intervention soignants 2007."

Présentations similaires


Annonces Google