La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Université Cadi Ayyad Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Marrakech Journée de réflexion sur lEnseignement des Langues et Communication Faculté

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Université Cadi Ayyad Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Marrakech Journée de réflexion sur lEnseignement des Langues et Communication Faculté"— Transcription de la présentation:

1 Université Cadi Ayyad Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Marrakech Journée de réflexion sur lEnseignement des Langues et Communication Faculté des Sciences Semlalia

2 Introduction Cest un lieu commun que de dire que les Marocains rencontrent quelques difficultés dans le maniement des langues. Ces difficultés peuvent se résumer sur deux points : phonétique (pour les langues étrangères), et syntaxique

3 Introduction Cela concerne aussi bien les populations scolarisées (écoles primaires, collèges, lycées, universités) que les populations hors scolarité (professionnels de toutes branches, pour lesquels les contacts avec létranger soffrent régulièrement dans une ville comme Marrakech).

4 Introduction Ce déficit est déjà sensible dans le maniement (oral ou écrit) de langues de spécialité (français, anglais, allemand… pour le commerce / pour la linguistique etc.), mais il est encore plus flagrant pour la conversation courante, de plus en plus nécessaire dans le cadre des relations professionnelles.

5 Plan de lintervention 1- Constat 2- Contexte de la communication 3- Moyens employés pour communiquer Conclusion et recommandations

6 1- Constat Présence forte de lécrit : les manuels (et méthodes) denseignement des langues (niveau débutant) sont encore extrêmement tributaires dune conception des langues centrée sur la langue écrite Lécrit professionnel est largement développé dans les manuels et les ouvrages que lon trouve même dans les grandes surfaces (Marjane, Acima)

7 1- Constat Il est également bien présent sur INTERNET. Il suffit de chercher par mots-clés et lon obtient une liste non négligeable de sites qui offrent une panoplie dinformations et de documentations sur le Cv, la lettre de motivation, le rapport, le compte-rendu, la note de synthèse…lapprenant peut sexercer directement sur Internet et ne payer que le prix de la communication. Mieux encore : Les sites offrent tous les exercices et corrigés des travaux et devoirs concernant ce domaine

8 1- Constat Concernant les écrits, dits académiques, tels le résumé, la dissertation et les essais, nous avons également une littérature abondante et le professeur ne peut avoir que lembarras de choix pour la sélections des meilleurs exercices et des textes à travailler ave ses étudiants

9 1- Constat Mais les sites et les manuels scolaires et universitaires ne comportent rien, ou très peu, sur : la prosodie particulière aux langues les timbres vocaliques et le placement de la voix, qui changent selon les langues les gestes et mimiques qui accompagnent la parole ou une langue donnée en ce parallèle aux geste de lapprenant qui doit trouver ses repères et ne pas se perdre

10 1- Constat Ni sur : la syntaxe de la « phrase orale », spécifique à chaque langue, et très différente de celle de lécrit la séquentialité des échanges : les interactions verbales, les formules de politesse, les dialogues et les échanges et ce selon les codes culturels propres à chaque langue… les réponses et enchaînements rituels et leur mode de réalisation etc.

11 1- Constat On fait lhypothèse suivante : une langue étant spécifiquement orale avant dêtre écrite, et loralité étant par ailleurs polysémiotique (dépassant largement le linguistique au sens courant du terme),

12 1- Constat et plus ou moins fortement interactive, lenseignement des langues doit être conçu en conséquence.

13 1- Constat Laisance dans le maniement dune langue à loral est très fortement tributaire du « régime corporel » propre à cette langue, qui peut être très différent de celui du français, doù des effets potentiellement inhibiteurs. En termes rhétoriques, cest léthos et lactio qui permettent dêtre locuteur.

14 1- Constat Les routines phrastiques et séquentielles peuvent être également très différents, ce qui peut avoir des effets déroutants : on doit également apprendre à être interlocuteur. En résumé, la pratique dune langue ne peut être dissociée de la présentation de soi, et celle- ci passant par le corps (voix, gestes, regard), une langue doit être « incorporée » pour pouvoir être parlée, avec ses modes dincorporation spécifiques.

15 1- Constat Quelques travaux sporadiques effectués dans ce sens montrent lefficacité dune réflexion sur lenseignement des langues étrangères comme langues orales à part entière.

16 1- Constat Placé dans cette optique lenseignement des langues doit passer à mon sens par un travail sur loral. Cest pourquoi je considère que lenseignement dune langue passe par loral et la communication dans un groupe ou devant un public Pour les étudiants de la faculté des lettres cela se passe dans une lasse de cours devant un auditoire composé spécialement détudiants Il sagit donc dun public jeune qui est peu habitué à communiquer devant les autres Cest pourquoi, il est nécessaire de commencer par une préparation psychologique qui est à mon avis indispensable pour faciliter le terrain de lapprentissage

17 2- Contexte de la communication Lauditoire : son âge, son nombre, son niveau de conscience, sa situation sociale, son degré de relation avec lui Lambiance : sympathique ou existe-t-il des tensions Les conditions dintervention : obligation (examen, devoir…), improvisation, entretien dembauche… Létat desprit du moment Le sujet traité est facile ou non

18 2- Contexte de la communication Dépasser la peur de paraître devant un public Par lhumour en tournant en dérision cette peur : les différents types de manifestation de la peur : on peut trébucher sur les marches, chercher ses affaires, son cartables, ses papiers, son stylo…on peut être figé debout sur lestrade (exemple de létudiant qui ne pouvait pas bouge et qui est resté debout sans aucun mouvement …) Si pour le comédien, cest la scène, le prof cest lestrade, pour létudiant cest de faire un exposé devant des étudiants.

19 2- Contexte de la communication En donnant des remèdes pour rassurer : le public a peur à votre place le public est là pour vous encourager par le silence lestrade est au fait un lieu où se déroule un jeu et où vus êtes invité à jouer un rôle la timidité elle nest un critère ni de bonne ou de mauvaise éducation –elle nest plus une qualité féminine ou masculine –quelquun de timide = coincé –ce qui est apprécié aujourdhui cest lentrain, le dynamisme, et laudace. – La timidité mérite aussi une réhabilitation car elle inspire confiance (gage de sérieux), elle séduit mais cache un esprit entrepreneur de qqn qui brûle denvie dagir

20 2- Contexte de la communication En expliquant les différentes causes du blocage Perturbation dordre affectif : enfance au sein de la famille, manque affectif, surprotection de la mère, autorité suprême du père Manque de liberté et doccasion de sexprimer et dagir Le système scolaire qui na pas permis à lenfant de sexprimer On doit e taire et écouter. Classe nombreuse et le prof ne donne pas loccasion à tout le monde pour sexprimer

21 2- Contexte de la communication En donnant des solutions optimales Au fait il existe plusieurs types de timides. Ceux qui veulent quon les supplient, ceux qui veulent quon les rassure, quon flatte…

22 2- Contexte de la communication Mais la solution est la suivante : Vaincre le trac en mettant la tension émotionnelle au service de la parole. Le trac peut paralyser si on sy concentre. Saccepter Etre persuadé que le public nest un ramassis de lions Boire un peu deau Ne pas parler tout de suite : regarder lauditoire, avoir le sourire Ne pas saffoler au cas de trou de mémoire Accepter la présence de lautre Ne pas se réfugier dans son propre inconfort Mettre lémotion au service de la parole. Lémotion doit être un vecteur et un moteur de dexpression Vivre et ressentir très fort ce que lon a à dire. Laisser parler son cœur Oser et se surpasser

23 2- Contexte de la communication Cette préparation sur la contexte de communication est accompagnée dexercices : le jeu de lestrade où à chaque séance deux à trois étudiants passent et restent debout quelques minutes sans bouger, le jeu des objets pour travailler la concentration en utilisant des objets qui ont une fonction dans le récit raconté par le candidat, … Le professeur peut inventer une série dexercices évolutifs Après il passer à une autre série dexercices sur la voix, le son, la prononciation tout en expliquant aux étudiants comment on communique. Cest lobjet du point suivant :

24 3- Moyens employés pour communiquer : la voix La voix est comme un morceau du corps quil faut accepter. Cest une partie intime de nous quil faut accepter. On peut trouver sa voix molle, stridente…certains vont jusquà ne pas se reconnaître quand ils sentendent. Avec le stress la voix change, se ramollit ou saffaisse. La voix est essentielle car elle apporte au discours une tension et convertit la parole en acte.

25 3- Moyens employés pour communiquer: le son Ses caractéristiques cest les ondes propagées dans lair cest la tension qui va déterminer la fréquence des vibrations. Plus la tension est forte, plus la fréquence est grande plus le son est haut

26 3- Moyens employés pour communiquer : le son Ses composants : le son est la combinaison de ces éléments : Le rôle du larynx : le son naît dun type cartilagineux et musculeux nommé larynx. Ce dernier se compose de lépiglotte et des cordes vocales qui se resserrent pendant lémission de la parole La soufflerie en met en œuvre le jeu combiné de la cage thoracique, des vertèbres, du diaphragme et des poumons Les résonateurs comme la bouche, les fosses nasales, la cavité labiale (espace entre les lèvres et les dents) et le pharynx, le vestibule de la gorge

27 3- Moyens employés pour communiquer : le son Un bon réglage du son a des avantages : Apaise le trac en instituant un minimum de confort Exerce une influence sur le psychisme

28 3- Moyens employés pour communiquer : la diction La diction cest le fait de faire apparaître à la surface des mots des choses invisibles. Elle se manifeste à travers larticulation, la prononciation et le débit. La diction est un phénomène de société : on ne prononce pas de la même manière dans le café, en classe, dans son quartier …

29 3- Moyens employés pour communiquer : lintonation On apprend aux étudiants à travers ce cours que lintonation associée à la diction donnent une dimension humaine aux mots, fait ressurgir du ressenti et du vécu. La prononciation qui concerne la qualité de lémission des sons, voyelles et consonnes Elle renseigne également sur lappartenance régionale Elle donne une signification aux propos à travers lemphase Larticulation est souvent confondue à la prononciation

30 3- Moyens employés pour communiquer : Le débit et les pauses le débit cest le nombre de mots prononcés en une minute –le débit peut être lent, calme avec des pauses longues et confère aplomb, solennité, gravité et réflexion –le débit rapide et précipité signifie empressement et agacement

31 3- Moyens employés pour communiquer : Le débit et les pauses Les étudiants apprennent à ralentir et à accélérer en fonction des situations. les pauses donnent au discours une vie. Ont la valeur dun silence dans le discours Elles renseignent sur lintention de lauteur Il existe deux types de pauses - longues - brèves

32 3- Moyens employés pour communiquer : lintonation La mélodie est le résultat de variations sonores. On en distingue deux types : La mélodie intellectuelle qui précise le sens et la façon dont pense le locuteur : syntaxiquement cela se manifeste par des phrases déclaratives, exclamatives et interrogatives La mélodie expressive qui exprime les sentiments et les émotions : ironie, exclamation soucieuse, agressive, hésitante…

33 3- Moyens employés pour communiquer : le corps Cest le langage non verbal qui se manifeste à travers les gestes et mimiques utilisées comme signes de la communication Les responsables de la communication politique insistent beaucoup sur ce point « Chez un orateur, le geste rivalise avec la parole, le geste court derrière la pensée et demande lui aussi à servir dinterprète » Bergson Les signes non verbaux sont dont très important à apprendre lors de la communication.

34 3- Moyens employés pour communiquer : le corps La communication kinésique ou le langage du corps Le non verbal descriptif : cest une sorte de grammaire non verbale qui déterminent les modes de laction : assertion négation, interrogation, intention conditionnelle…en effet on joue avec les sourcils, les paupières, les doigts.

35 3- Moyens employés pour communiquer : le corps Parmi les gestes on dénombre les déictiques qui servent à la désignation, les descriptifs qui complètent le discours « il est fou » accompagné dun geste Le non verbal émotif : tous les gestes qui expriment lennui, la nervosité, lagacement Le non verbal symbolique telle la poignée de main qui exprime la paix. Cest ici que le code culturel entre en vigueur

36 3- Moyens employés pour communiquer : le corps Les étudiants apprennent dans ce cours à se corriger en sappropriant leurs corps. Se regarder à travers le miroir, le magnétoscope. Le regard du groupe est aussi important. On apprend à se corriger à travers le regard de lautre. On intègre ici des exercices où le groupe corrige lindividu par ses remarques Lécriture corporelle est un parfait auxiliaire de la parole. Elle est à enrichir par la patience et lentraînement.

37 3- Moyens employés pour communiquer : le langage Les étudiants apprennent à faire le distinguo entre lécrit et loral. Ils apprennent à distinguer les différents registres de langue (familier, soutenu, oratoire…). Lenseignant intègre ici des exercices en rapport avec les niveaux de langues et travailler lécrit et loral pour létudiat sache distinguer les registres souvent confondus dans les copies de nos étudiants

38 3- Moyens employés pour communiquer : le langage A loral on peut utiliser des néologismes, des expressions que lécrit nautorise pas. On peut résumer cela dans les points suivants : lordre des mots : lorateur joue à sa guise « mon livre jai oublié de le prendre » on ne voit pas toujours au lieu de « on ne voit toujours pas » lélision : la bac, la météo etc

39 Conclusion et recommandations 1- Elaborer un état des lieux de la conception des méthodes denseignement existant au Maroc et actuellement en vigueur pour les langues étrangère (évaluation du point de vue de la place occupée par les aspects polysémiotiques et interactionnels) de la recherche dans le domaine… - de loralité et de la multimodalité - de la didactique des langues (aspects polysémiotiques et interactionnels)

40 Conclusion et recommandations de la recherche dans dautres domaines : chant, timbre de voix théâtre, conte, Folklore…

41 Conclusion et recommandations Phase descriptive On se limiterait au départ à quelques langues (arabe, français, anglais) Pour chaque langue, description (en insistant sur les aspects différentiels, avec larabe dune part, entre les langues dautre part) :

42 Conclusion et recommandations des particularités de placement de la voix (des articulateurs, des résonateurs), et des différents « tons » adoptables – comparer voix dhommes, voix de femmes, voix denfants des deux sexes

43 Conclusion et recommandations des particularités mélodiques, rythmiques, etc. du mimogestuel associé de la structuration du « paragraphe oral » propre à chaque langue des réalisations des actes illocutoires / des paires adjacentes de la proxémie

44 Conclusion et recommandations Exploitation des données en vue délaborer une méthode denseignement Cette méthode a pour objectif de permettre un enseignement des langues spécifiquement conçues comme des langues orales (« oral- specific-teaching » OST / « oral-specific- learning » OSL ; en français, ASO ou ESO – Apprentissage / Enseignement).

45 Conclusion et recommandations Du point de vue théorique, elle serait généralement fondée sur la prise en considération privilégiée : de la séquence (mélodique, gestuelle, voco- posturo-mimogestuelle, interactive, …) par rapport à lunité – en vertu du principe selon lequel le global prime le local, à tous niveaux (Rastier) des contextes dutilisation qui déterminent des modes doralisation particuliers et différenciés

46 Conclusion et recommandations –Phase de tests définition dun protocole expérimental classe(s) testée(s) et classe(s) témoin(s) collaboration avec des professeurs révision de la méthode en fonction des résultats

47 Conclusion et recommandations Retombées du projet : diffusion de la recherche et exploitation La faculté des lettres en collaboration avec les autres facultés pourrait envisager de concevoir des CD-Roms (ou des logiciels ? des sites ? des universités dété ?) dOSL pour larabe, le français, langlais, lallemand, lespagnol.

48 Conclusion et recommandations Éventuellement échelonnés en plusieurs volets selon une progression raisonnée, par exemple (1) voix / mélodie, (2) voix + mimogestuel dans différentes situations, et (3) interactions totextuelles – même si la forme exacte que peut prendre une telle méthode ne peut être déterminée que progressivement, au vu des résultats de la recherche, des applications pratiques sont immédiatement envisageables.


Télécharger ppt "Université Cadi Ayyad Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Marrakech Journée de réflexion sur lEnseignement des Langues et Communication Faculté"

Présentations similaires


Annonces Google