La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1. Etymologie / Définitions 2. Notions/Concepts : - Des philosophies dévalorisantes aux philosophies valorisantes - De la perception à limagination - De.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1. Etymologie / Définitions 2. Notions/Concepts : - Des philosophies dévalorisantes aux philosophies valorisantes - De la perception à limagination - De."— Transcription de la présentation:

1 1. Etymologie / Définitions 2. Notions/Concepts : - Des philosophies dévalorisantes aux philosophies valorisantes - De la perception à limagination - De limagination reproductrice à limagination créatrice 3. Questions / Discussion 4. Tentative de synthèse avec la 4 iem question 5. En guise de conclusion Réunion préparée avec la participation de Mireille Rosello Keller et Josette Delaporte

2 Etymologie et définitions Etymologie : Mot dérivé du latin imaginari, imaginatio Image. eux-mêmes dérivés de imago, imaginis : Image. « hallucination » au XII s / Mot savant synonyme d « hallucination » au XII s / de « chose quon imagine » au XIV s / de « faculté dimaginer » au XVI s. de « chose quon imagine » au XIV s / de « faculté dimaginer » au XVI s. Définitions : Petit Robert : Faculté que possède lesprit de se représenter des images. Dictionnaire de Philosophie : Faculté dévoquer, de combiner et dinventer des images mentales. On distingue : - Limagination reproductrice qui reçoit des images par impression (imaginatio), - Limagination créatrice qui conçoit des images par expression (phantasia)

3 Notions et concepts Notions et concepts Des philosophies dévalorisantes aux philosophies valorisantes. Des philosophies dévalorisantes aux philosophies valorisantes. 1.Jusquau XVIIIe siècle, l'imagination est dévalorisée : Cest la folle du logis ! Pour Platon, Montaigne, Pascal « maîtresse d'erreur et de fausseté », Malebranche « folle du logis«, mais aussi Descartes et Spinoza, limagination est une entrave à la raison en quête de la vérité. Pour Platon, Montaigne, Pascal « maîtresse d'erreur et de fausseté », Malebranche « folle du logis«, mais aussi Descartes et Spinoza, limagination est une entrave à la raison en quête de la vérité. 2.Ce nest quà partir de Kant que le mouvement paraît sinverser : Kant ( ) : Distinguera lentendement de la raison « Si l'entendement peut être défini comme la faculté de ramener les phénomènes à l'unité au moyen de règles (ou faculté de juger), la raison est la faculté de ramener à l'unité les règles de l'entendement sous des principes », et mettra ainsi le germe dans lœuf car en effet, comment peut-on ramener à lunité sans imaginer cette unité ? Kant ( ) : Distinguera lentendement de la raison « Si l'entendement peut être défini comme la faculté de ramener les phénomènes à l'unité au moyen de règles (ou faculté de juger), la raison est la faculté de ramener à l'unité les règles de l'entendement sous des principes », et mettra ainsi le germe dans lœuf car en effet, comment peut-on ramener à lunité sans imaginer cette unité ? Freud ( ) : Opposera le "principe de plaisir" au "principe de réalité" et reconnaîtra : Freud ( ) : Opposera le "principe de plaisir" au "principe de réalité" et reconnaîtra : La force du désir, à l'oeuvre dans le rêve, mais aussi dans la culture,La force du désir, à l'oeuvre dans le rêve, mais aussi dans la culture, La puissance de lirréel qui permet de représenter la réalisation de tous les désirs et de tous les fantasmes,La puissance de lirréel qui permet de représenter la réalisation de tous les désirs et de tous les fantasmes, Que lirréel, cest toujours simaginer autre et autrement,Que lirréel, cest toujours simaginer autre et autrement, Que limagination ne se contente pas de copier la réalité puisquelle la nie en faveur dautre chose,Que limagination ne se contente pas de copier la réalité puisquelle la nie en faveur dautre chose, Que ce besoin de simaginer autre et autrement, ne sexplique que parce que la réalité nous paraît insatisfaisante et que nous éprouvons le besoin de compenser notre insatisfaction.Que ce besoin de simaginer autre et autrement, ne sexplique que parce que la réalité nous paraît insatisfaisante et que nous éprouvons le besoin de compenser notre insatisfaction. Bachelard ( ) : Estimera que : Bachelard ( ) : Estimera que : " Rien n'est donné, tout est construit "" Rien n'est donné, tout est construit " Le réel, contrairement à ce que pensaient les empiristes, est l'objet d'une conquête progressive, menée par l'esprit humain au contact des événements qui s'y produisent.Le réel, contrairement à ce que pensaient les empiristes, est l'objet d'une conquête progressive, menée par l'esprit humain au contact des événements qui s'y produisent. Ces événements n'ont de sens que par la théorie au sein de laquelle ils prennent ou ne prennent pas place.Ces événements n'ont de sens que par la théorie au sein de laquelle ils prennent ou ne prennent pas place. Entre la théorie et l'expérience, la relation est dialectique.Entre la théorie et l'expérience, la relation est dialectique. C'est la contradiction qui les oppose qui est le moteur de la pensée ! Et elle ne l'est que parce que la raison en est le refus, par nature. Par principe, la raison rejette en effet comme faux ce qui est contradictoire.C'est la contradiction qui les oppose qui est le moteur de la pensée ! Et elle ne l'est que parce que la raison en est le refus, par nature. Par principe, la raison rejette en effet comme faux ce qui est contradictoire. Sartre ( ) : Posera lacte de négation de la réalité en tant que facteur constitutif de limage et de limaginaire dont le creuset est limagination. Sartre ( ) : Posera lacte de négation de la réalité en tant que facteur constitutif de limage et de limaginaire dont le creuset est limagination. Sans parler du romantisme, du surréalisme et des philosophies matérialistes de Marx et Engels qui déclarera : « Les philosophes n'ont fait qu'interpréter le monde de différentes manières, ce qui importe c'est de le transformer ». Or, comment pourrait-on transformer le monde sans limaginer autre et autrement ? Sans parler du romantisme, du surréalisme et des philosophies matérialistes de Marx et Engels qui déclarera : « Les philosophes n'ont fait qu'interpréter le monde de différentes manières, ce qui importe c'est de le transformer ». Or, comment pourrait-on transformer le monde sans limaginer autre et autrement ?

4 Notions et concepts (suite) 1.De la perception (donation de présence) à limagination (donation dabsence). Donation de présence 2.De limagination reproductrice à limagination créatrice. Limagination créatrice combine, structure, organise, déforme, reforme, invente, conceptualise, réalise…. Limagination reproductrice se souvient. Elle ninvente rien. Elle ninvente rien. Donation dabsence PerceptionImagination

5 QUESTIONS 1.Le réel est-il donné ou linventons-nous ? 2.Limagination peut-elle être un outil daliénation ? 3.Limagination peut-elle être un outil de libération ? 4.En fin de compte, limagination est-elle plutôt bénéfique ?

6 1.Le réel est-il donné ou linventons-nous ?

7 Jamais la perception ne pourra donner la chose dans sa totalité puisque l'esquisse, parce qu'elle est esquisse, creuse toujours une absence et donc une soif. b)Si le réel nest pas donné, nest-ce pas que quelque part nous linventons ? La compréhension que nous avons du réel nest pas limité aux seules perceptions et peut-être moins encore aux sensations que nous éprouvons face à lui, Aussi peut-on penser quen allant au-delà de ce que « nous livre demblée le réel », quelque part, notre désir de comprendre, dunifier nous pousse à inventer ce que nous ne percevons pas, Pourtant, le réel résiste aux intuitions et seule lexpérimentation paraît raisonnablement garante de la crédibilité de nos « inventions » pour quelles sérigent en connaissances et non pas en erreurs Il nen demeure pas moins que bon nombre dintuitions ne sexpérimentent pas au sens strict et que si nous pouvons parler alors dillusions ou de croyances par opposition à connaissances, en aucun cas, nous ne pouvons les qualifier derreurs On pourra dans ce dernier cas parler dune représentation du réel prisonnière de son propre point de vue, autrement dit, dune subjectivité qui résiste parfois même à la connaissance de sa propre fausseté a)Le réel ne se donne pas, la perception nen donne quune image superficielle et personnelle. Toute perception suppose plusieurs sensations liées et organisées en représentations par le sujet lui-même. La perception bornée à lhorizon de nos 5 sens est dautant plus susceptible dêtre porteuse dillusions quelle est toujours strictement personnelle. La perception pure ne nous livre aucune information sur lessence des choses. Bien que percevoir signifie étymologiquement « prendre complètement », la perception ne nous donne quune esquisse du réel qui dépend autant de nous que du réel lui-même. Le réel nous serait-il dautant plus voilé que, sous lemprise de nos perceptions et sensations, nous ne serions plus à même daller à sa rencontre et de limaginer autrement ?

8 2.Limagination peut-elle être un outil daliénation ?

9 En ce sens, limagination est aliénante, dans la mesure où, rendant lhomme captif de ses désirs/plaisirs, elle tend à lisoler en son « monde intérieur » et à le couper du « monde extérieur », notamment des autres, ce qui est bien le cas du fou ou même du névropathe. a)Jusquau XVIII s, limagination est plutôt considérée comme un obstacle à la raison : Pour Malebranche: « L'imagination est la folle du logis. » Pour Pascal « Une superbe puissance, ennemie de la raison. » Pour Pascal encore « L'imagination est maîtresse d'erreur et de fausseté, d'autant plus fourbe qu'elle ne l'est pas toujours. » En ce sens, limagination est aliénante dans la mesure où, rendant lhomme captif de ses sens et sensations, elle fait obstacle à lexercice de la raison, seule à même de lui permettre daccéder au « vrai réel ». b)Freud, vers la fin du XIX s, en liant imagination et plaisir, permit den appréhender les motivations : Imaginer cest se donner un monde irréel. Cest, comme le disent « les classiques », nier la réalité. Imaginer cest se donner un monde irréel. Cest, comme le disent « les classiques », nier la réalité. Mais Freud ajoute, que nous nous donnons ce monde irréel car il nous permet de nous représenter la réalisation de tous nos désirs et de tous nos fantasmes Mais Freud ajoute, que nous nous donnons ce monde irréel car il nous permet de nous représenter la réalisation de tous nos désirs et de tous nos fantasmes En effet pourquoi aurions nous besoin de simaginer autre et autrement, si ce nest parce que la réalité nous paraît insatisfaisante et que nous éprouvons le besoin de compenser notre insatisfaction ? En effet pourquoi aurions nous besoin de simaginer autre et autrement, si ce nest parce que la réalité nous paraît insatisfaisante et que nous éprouvons le besoin de compenser notre insatisfaction ? Cause toujours ! Voilà la Vérité ! En résumé Pour les philosophes classiques, comme pour Freud, cest bien lisolement du sujet dans son monde virtuel endogène qui les font dénoncer limagination : En tant quobstacle à la raison en quête de vérité pour les classiques En tant que repliement sur soi avec les conséquences pathologiques du refoulement et des névroses pouvant conduire jusquà la perte du goût de laction et au déracinement pour Freud En ce sens limagination est un outil daliénation qui, par déracinement du monde exogène, prive de la fécondité de la rencontre de laltérité, de la découverte et de la créativité partagée, voire même du goût laction.

10 3.Limagination peut-elle être un outil de libération ?

11 a)Plus que limagination stricto sensu, nest-ce pas plutôt limage reproductive et/ou les illusions de limagination fantasmagoriques que les philosophes classiques dénoncent ? Platon Si pour Platon, l'image ne constitue que le plus bas degré de ce qui peut exister (un simple reflet, une esquisse du monde sensible) qui ne peut susciter qu'une connaissance elle-même inférieure, cela ne discrédite en rien le rôle créatif de limagination, car comment Platon lui-même pourrait-il imaginer quil puisse exister un autre monde à lextérieur de la « caverne » ? Kant Si pour Kant, le rôle créatif de limagination nest pas explicite dans sa conception de lentendement et de la raison concernant la capacité quelles ont lune et lautre de ramener à lunité, ce constat ne présume-t-il pas implicitement que la dite unité puisse être imaginée ? Pascal Pascal ne reconnaît-il pas aussi une certaine valeur à limagination lorsquil dit : « … limagination est dautant plus fourbe quelle ne lest pas toujours » ou bien : « Limagination dispose de tout : elle fait la beauté, la justice et le bonheur qui est le tout du monde » ? b)Si les philosophes modernes voient en limagination « le moteur incontournable » de toute innovation, ils nen dénient pas pour autant le rôle positif de la raison, bien au contraire, comme le résume Bachelard : " Rien n'est donné, tout est construit " Le réel, contrairement à ce que pensaient les empiristes, est l'objet d'une conquête progressive, menée par l'esprit humain au contact des événements qui s'y produisent. Ces événements n'ont de sens que par la théorie au sein de laquelle ils prennent ou ne prennent pas place. Ces événements n'ont de sens que par la théorie au sein de laquelle ils prennent ou ne prennent pas place. Entre la théorie et l'expérience, la relation est dialectique. C'est la contradiction qui les oppose qui est le moteur de la pensée ! Et elle ne l'est que parce que la raison en est le refus, par nature. Par principe, la raison rejette en effet comme faux ce qui est contradictoire Des sciences aux oeuvres arts, limagination apparaît comme le « creuset incontournable » à toute innovation, combinaison, conceptualisation, théorie, création; en un mot à toute « émergence du nouveau », quelle quen soit la discipline ou même les liens qui peuvent exister entre elles, ce qui inclut aussi par conséquent la philosophie. En résumé Cest par la cohérence quil parvient à tisser entre sa conscience imaginative et le monde extérieur sous le contrôle de sa raison, que lhomme innove, invente, sinvente et communique. Au lieu de repliement sur soi on peut parler ici de déploiement ! Mon idée est-elle juste ? En ce sens limagination est un outil de libération qui ouvre à la fécondité de la rencontre de laltérité et à laction.

12 4.En fin de compte, limagination est-elle plutôt bénéfique ?

13 4. En fin de comptes, limagination est-elle plutôt bénéfique ? Comme nous avons pu le constater pour pratiquement tous les sujets que nous avons abordés en commençant par « féminin-masculin », au règne du dualisme, il y a toujours deux bouts à un bâton ! Une fois de plus, nous pouvons le vérifier à propos de limagination qui peut être alternativement : Soit Soit « La folle du logis » comme le pensaient les philosophes classiques. Soit « Loutil incontournable de créativité » comme lestiment « les modernes ». Mais au fond, nest-ce pas le dipôle imagination/raison qui est au cœur du problème plutôt que limagination en tant que telle ? En effet on peut distinguer 3 cas: Soit, limagination prend le pas sur la raison et le sujet, prisonnier de son monde endogène sisolera du monde exogène dans lincapacité détablir la cohérence entre les deux mondes, Soit, la raison prend le pas sur limagination et le sujet, prisonnier du monde exogène, étouffera par conformisme la liberté créative de son monde endogène Soit enfin, imagination et raison fonctionnent en synergie et le sujet pourra laisser libre cours à la créativité de son monde endogène, tout en la gardant, grâce à sa raison, cohérente et en partage avec le monde exogène. Incontournable outil de libération du réel exogène, limagination napparaît vraiment bénéfique quen synergie avec la raison garante de sa cohérence avec lui. Mon idée est- elle cohérente ?

14 Sans cap (imagination, libre arbitre, réalité endogène), ni carte (entendement de la réalité exogène), ni boussole (raison, faculté de juger), le voilier (les hommes) ne voguerait-il pas au seul gré des aléas des vents (endogènes et/ou exogènes) ? Ni endogène, ni exogène, la vérité nest-elle pas lalliance harmonieuse des deux ?

15 Soleil happé par la brume, Lune géante et triomphante, Soupir des dieux endormis Dans locéan de givre argenté. Monique Darmon

16 Devinette: QUI SUIS-JE ? Je suis la folle du logis Qui met du sel dans votre vie Qui embellit le quotidien Et ne vous coûte presque rien Je suis légérie et la muse Je donne des idées à Bocuse Je souffle des rimes au poète Jaccompagne lanachorète Je donne des ailes aux savants Et je viens en aide aux amants Je tiens le ciseau du sculpteur Le peintre emprunte mes couleurs Jai pour copains le minotaure Pégase et les centaures Je fais chanter le papegai Danser les elfes et les fées Je suis la force du désir Et le monde par moi soupire Je suis la sœur de la raison IMAGINACTION Je suis … lIMAGINACTION Mireille Rosello Keller

17 Mardi 14 novembre : « MORT » Mardi 14 novembre : « MORT » + choix des sujets du 1 er trimestre choix des sujets du 1 er trimestre 2007 Mardi 12 décembre : « AMOUR » Mardi 12 décembre : « AMOUR » Toutes les informations et documents sont disponibles sur : Prochaines réunions…


Télécharger ppt "1. Etymologie / Définitions 2. Notions/Concepts : - Des philosophies dévalorisantes aux philosophies valorisantes - De la perception à limagination - De."

Présentations similaires


Annonces Google