La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Introduction I - Léconomie, science exacte des classiques et néoclassiques. A) Le positivisme et léconomie.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Introduction I - Léconomie, science exacte des classiques et néoclassiques. A) Le positivisme et léconomie."— Transcription de la présentation:

1

2 Introduction

3 I - Léconomie, science exacte des classiques et néoclassiques. A) Le positivisme et léconomie

4 I - Léconomie, science exacte des classiques et néoclassiques. A) Le positivisme et léconomie Auguste Compte (XIXème siècle): hiérarchise les sciences daprès le positivisme. Léconomie en est exclue.

5 I - Léconomie, science exacte des classiques et néoclassiques. A) Le positivisme et léconomie Auguste Compte (XIXème siècle): hiérarchise les sciences daprès le positivisme. Léconomie en est exclue. Quatre critères du positivismes:

6 I - Léconomie, science exacte des classiques et néoclassiques. A) Le positivisme et léconomie 1) Toute chose existe par elle-même et le seule critère de la vérité absolue cest la conformité de lanalyse au réel

7 I - Léconomie, science exacte des classiques et néoclassiques. A) Le positivisme et léconomie 1) Toute chose existe par elle-même et le seule critère de la vérité absolue cest la conformité de lanalyse au réel 2) Existence de lois naturelles et de principes mécaniques

8 I - Léconomie, science exacte des classiques et néoclassiques. A) Le positivisme et léconomie 1) Toute chose existe par elle-même et le seule critère de la vérité absolue cest la conformité de lanalyse au réel 2) Existence de lois naturelles et de principes mécaniques 3) Observation neutre, pas didéologie de type normative

9 I - Léconomie, science exacte des classiques et néoclassiques. A) Le positivisme et léconomie 1) Toute chose existe par elle-même et le seule critère de la vérité absolue cest la conformité de lanalyse au réel 2) Existence de lois naturelles et de principes mécaniques 3) Observation neutre, pas didéologie de type normative 4) La science doit suivre une logique confrontable au réel

10 I - Léconomie, science exacte des classiques et néoclassiques. B) Les mécanismes axiomatiques de léconomie

11 I - Léconomie, science exacte des classiques et néoclassiques. B) Les mécanismes axiomatiques de léconomie Rareté: bien en quantité limitée inférieure à la demande

12 I - Léconomie, science exacte des classiques et néoclassiques. B) Les mécanismes axiomatiques de léconomie Rareté: bien en quantité limitée inférieure à la demande Besoin: volonté dun individu dacquérir le bien plus ou moins rare.

13 I - Léconomie, science exacte des classiques et néoclassiques. B) Les mécanismes axiomatiques de léconomie Rareté: bien en quantité limitée inférieure à la demande Besoin: volonté dun individu dacquérir le bien plus ou moins rare. Satisfaction: satisfaire un besoin a un coût en ressources

14 I - Léconomie, science exacte des classiques et néoclassiques. B) Les mécanismes axiomatiques de léconomie Rareté: bien en quantité limitée inférieure à la demande Besoin: volonté dun individu dacquérir le bien plus ou moins rare. Satisfaction: satisfaire un besoin a un coût en ressources Utilité: définit la satisfaction apportée par le bien échangé

15 I - Léconomie, science exacte des classiques et néoclassiques. B) Les mécanismes axiomatiques de léconomie Ainsi la science économique cest la science qui cherche à déterminer comment doit se dérouler léchange pour que la « satisfaction générale » soit optimale.

16 I - Léconomie, science exacte des classiques et néoclassiques. B) Les mécanismes axiomatiques de léconomie La monnaie permet des échanges fluides mais surtout elle fixe les prix, la valeur des biens

17 I - Léconomie, science exacte des classiques et néoclassiques. C) La pensée classique et son prolongement néoclassique

18 I - Léconomie, science exacte des classiques et néoclassiques. C) La pensée classique et son prolongement néoclassique 1) Lindividu est rationnel

19 I - Léconomie, science exacte des classiques et néoclassiques. C) La pensée classique et son prolongement néoclassique 1) Lindividu est rationnel 2) Lindividu est informé

20 I - Léconomie, science exacte des classiques et néoclassiques. C) La pensée classique et son prolongement néoclassique 1) Lindividu est rationnel 2) Lindividu est informé 3) Lindividu est libre

21 I - Léconomie, science exacte des classiques et néoclassiques. C) La pensée classique et son prolongement néoclassique 1) Lindividu est rationnel 2) Lindividu est informé 3) Lindividu est libre 4) Le marché coordonne les comportements

22 II – La critique de la pensée néoclassique et lémergence dun nouveau modèle danalyse économique

23 A) Constat et critiques

24 II – La critique de la pensée néoclassique et lémergence dun nouveau modèle danalyse économique A) Constat et critiques Disfonctionnements : Chômage non voulut, mauvaise répartition des richesses… Réponse: Le modèle est mal appliqué Question: Est-il seulement appliquable?

25 II – La critique de la pensée néoclassique et lémergence dun nouveau modèle danalyse économique A) Constat et critiques Le modèle néoclassique est idéal mais ne résiste pas à lépreuve de la réalité.

26 II – La critique de la pensée néoclassique et lémergence dun nouveau modèle danalyse économique A) Constat et critiques Keynes: Les prix sont « visqueux », ils ne sadaptent pas assez vite

27 II – La critique de la pensée néoclassique et lémergence dun nouveau modèle danalyse économique B) Lémergence dun nouveau modèle danalyse économique: « Lanalyse économique des conventions »

28 II – La critique de la pensée néoclassique et lémergence dun nouveau modèle danalyse économique B) Lémergence dun nouveau modèle danalyse économique: « Lanalyse économique des conventions » Herbert Simon 1) Lindividu nest pas parfaitement informé 2) Il ne maîtrise pas leffet de ses actions 3) Il ne peut calculer que jusquà un certain point 4) Il nest pas totalement rationnel

29 II – La critique de la pensée néoclassique et lémergence dun nouveau modèle danalyse économique B) Lémergence dun nouveau modèle danalyse économique: « Lanalyse économique des conventions » Herbert Simon Lindividu se comporte en tenant compte de sa rationnalité mais aussi des conventions.

30 II – La critique de la pensée néoclassique et lémergence dun nouveau modèle danalyse économique B) Lémergence dun nouveau modèle danalyse économique: « Lanalyse économique des conventions » Nouveau modèle: léconomie constructiviste « le monde que nous construisons nest que le résultats de nos interprétations communes»

31 Conclusion


Télécharger ppt "Introduction I - Léconomie, science exacte des classiques et néoclassiques. A) Le positivisme et léconomie."

Présentations similaires


Annonces Google