La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Coordinateur international Formation pour les établissements scolaires L'iceberg culturel et le modèle de Byram.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Coordinateur international Formation pour les établissements scolaires L'iceberg culturel et le modèle de Byram."— Transcription de la présentation:

1 Coordinateur international Formation pour les établissements scolaires L'iceberg culturel et le modèle de Byram

2 Première activité : Le jeu des six cultures

3 Le jeu des six cultures : Discutez des questions suivantes avec votre groupe (5 min) Comment ai-je réagi lorsque l'autre personne ne s'est pas comportée comme prévu ? Me suis-je senti à l'aise / mal à l'aise / désorienté / choqué ? Pourquoi - et comment cela s'est-il traduit concrètement ? (Quelles formes de salutations rituelles connaissons-nous /pratiquons-nous ?)

4 Illustrations par

5 Rencontre et expérience Les stéréotypes impliquent des généralisations Les stéréotypes sont source de préjugés !!! Immergés sous la surface...

6 Le modèle de Byram - Compétence en communication interculturelle (1997) Attitude interculturelle (savoir être) Capacités I (savoir comprendre) Capacités II : (savoir apprendre / faire) Connaissance (savoir) Vision critique au niveau culturel (savoir s'engager)

7 CARTES DE VOEUX DE NOËL BRITANNIQUES ET BULGARES : PROJET DE RECHERCHE POUR LES ELEVES Krassimira Topuzova (Bulgarie) – 2001* Les objectifs de ce projet étaient les suivants : Montrer que les traditions de Noël ont changé en Bulgarie - après Comparer avec la tradition britannique et aborder d'autres questions culturelles. 'Recherche' : analyser des données, former des concepts, tirer des conclusions. *Krassimira Topuzova 2001, Cartes de voeux britanniques et bulgares : projet de recherche pour les élèves. Dans : M Byram, A Nichols and D Stevens (eds) Developing Intercultural Competence in Practice Clevedon: Multilingual Matters ( ). 7

8 Organisation du projet Avant le cours - Chaque élève doit aller dans un magasin acheter une carte de Noël qu'il aimerait envoyer pour Noël. - Dans le magasin, observez : qui achète des cartes - âge, sexe, nationalité ; combien ils en achètent ; quelles cartes se vendent le mieux / le moins ? - A l'école, les élèves présentent les cartes et expliquent pourquoi ils ont acheté telle ou telle carte : prix, taille, couleur OU images et messages. 8

9 En classe : groupes de 5/6 élèves pour analyser les cartes QUI ACHETE DES CARTES DE NOËL ? 1. Age, sexe, profession ? 2. S'agit-il d'habitants du coin ou de touristes ? 3. Combien de cartes achètent-ils ? QUELLES CARTES DE NOËL ? 1. Taille et format ? 2. Type d'images ? 3. Qui les a imprimées ? POURQUOI ACHETER DES CARTES DE NOËL ? 1. Que signifient les cartes de Noël pour les Bulgares ? 2. Pourquoi en achètent-ils ? 3. A qui les envoient-ils ? 4. Qu'écrivent-ils sur les cartes de Noël ? 9

10 Deuxième étape : Classification des cartes par catégories, selon les images et les messages Les catégories suivantes se dégagent : Cartes de Noël traditionnelles bulgares- représentant la table traditionnelle de Noël Cartes de Noël religieuses représentant des images bibliques - Changement -- rejet officiel de l'église sous le communisme. Cartes représentant des enfants - ex. : des enfants faisant des bonshommes de neige, jouant aux boules de neige Cartes représentant des paysages d'hiver - forêts ou champs recouverts de neige Cartes représentant des décorations d'arbre de Noël - cartes bulgares typiques - décorations traditionnelles 10

11 Troisième étape : discussion sur les implications culturelles : les cartes de Noël traditionnelles bulgares n'ont pas changé ; innovations récentes telles que les cartes de l'UNICEF avec 'Merry Christmas' en anglais Comparaisons -Distribuez des cartes britanniques aux groupes : analysez (voir plus haut) les - quatre catégories : cartes religieuses, cartes hivernales, cartes d'enfants, cartes de décorations de Noël. - Analyse comparative de cartes de Noël bulgares et britanniques ; faites deux colonnes : l'une pour les différence et l'autre pour les ressemblances ; récapitulez les résultats. Différence la plus frappante : informations figurant sur les cartes : l'organisation caritative et le matériau 11

12 L'exemple et les compétences 1. Etre curieux, vouloir en apprendre davantage sur la Grande-Bretagne ET l'histoire récente de la Bulgarie, penser à l'avenir. Prendre conscience que la société bulgare n'a pas toujours été 'comme ça'. Attitudes (savoir être) Curiosité et ouverture, aptitude à réviser sa méfiance vis à vis des autres cultures et sa foi dans sa propre culture. 2. Connaître : les cartes de Noël en Angleterre et Bulgarie ; les matériaux de recyclage ; l'histoire récente en Bulgarie ; le rôle des organisations caritatives dans les Etats- providence capitalistes (et les autres) Connaissance (savoirs) : connaissance des groupes sociaux, de leurs produits et de leurs pratiques, à la fois dans son propre pays et dans celui de l'interlocuteur ; connaissance des processus sociaux et des interactions générales entre les sociétés et les individus 3. Mettre en relation/comparer : les symboles britanniques et bulgares de Noël ; les concepts britanniques et bulgares de bienfaisance Interprétation et mise en relation (savoir comprendre) : aptitude à interpréter un document ou un évènement lié à une autre culture, à l'expliquer et à le rapprocher de documents ou d'évènements liés à sa propre culture 12

13 4.Découvrir des pratiques sociales se rapportant à Noël (en Bulgarie et en Grande-Bretagne) via l'investigation/l'observation/la collecte de données/la classification des données, c.à.d. une démarche scientifique Découverte et interaction (savoir apprendre/faire): capacité à acquérir de nouvelles connaissances sur une culture et des pratiques culturelles données, et à manier connaissances, points de vue et aptitudes sous la contrainte de la communication et de linteraction en temps réel 5. Evaluer le changement dans la société bulgare depuis la fin du communisme : avantages et inconvénients. Vision critique au niveau culturel (savoir s'engager): aptitude à évaluer, de manière critique et sur la base de critères explicites, les points de vue, pratiques et produits de son propre pays et de sa propre culture et des autres nations et cultures

14 Commentaire Les participants ont eu du mal à accepter l'idée d'acheter des cartes de Noël pour soutenir une organisation caritative. Le concept de bienfaisance n'existait pas dans notre culture avant Ce concept est aujourd'hui une réalité qui a des implications claires. La 'société sans classes' a pratiquement disparu. A la place, deux classes distinctes se sont formées - les riches et les pauvres. Des sans-abri et des chômeurs ont commencé à apparaître. Dans le même temps, les premières organisations caritatives ont vu le jour, fondées et financées par des personnes riches et puissantes.

15 Là, nous avons eu une discussion sur les organisations caritatives britanniques, leur rôle et leur importance dans la société. Ils ont découvert avec surprise que ces organisations caritatives étaient financées par des dons individuels et non par des entreprises d'Etat ou privées comme c'est le cas en Bulgarie. Ils ont expliqué que le système centralisé de services sociaux est toujours en vigueur dans notre pays, bien qu'il soit négligé par l'Etat en raison de la crise financière et économique. Ils sont toutefois parvenus à la conclusion que les organisations caritatives en Bulgarie se sont développées sur le même modèle que les organisations caritatives occidentales car elles ont bénéficié de leurs conseils et de leur expertise en matière de gestion et d'activités

16 Lorsque je viens à vous, je suis votre serviteur ; lorsque vous venez à moi, vous êtes un invité d'honneur Communication interculturelle et partenariats scolaires

17 Scénario Un établissement scolaire britannique a réussi à faire venir au Royaume-Uni des enseignants de son 'cluster' de partenariat indien à l'occasion d'une réunion de partenaires Comenius et les deux groupes sont réunis. Les autres partenaires commencent à parler d'initiatives de collecte de fonds pour les écoles indiennes et un partenaire en particulier a une vision très stéréotypée des écoles dans les pays en développement. Le partenariat Royaume-Uni/Inde est fondé sur une relation équitable et cette philosophie est bien comprise des deux parties. L'un des partenaires européens dit au représentant indien : "Nous allons faire don à votre école de tous nos anciens équipements sportifs et de 4 vieux ordinateurs portables !" Que sest-il passé ici ? Que ressent chacun des partenaires ? Pourquoi ? Quelles suppositions ont-ils faites ? Quelles mesures pourraient-ils prendre ?

18 Clip vidéo a_single_story.html

19 Le contact visuel dans différentes cultures CultureConvention Arabe Le contact visuel est important ; un contact visuel insuffisant peut être perçu comme irrespectueux, mais un homme et une femme sans lien de parenté doivent éviter tout contact visuel car cela pourrait être perçu comme une tentative de flirt. Britannique blanche Le locuteur regarde son interlocuteur dans les yeux mais détourne régulièrement le regard pour éviter de le 'dévisager' ; un locuteur qui ne regarde pas son interlocuteur dans les yeux peut être perçu comme peu fiable. L'interlocuteur est supposé regarder le locuteur : ne pas regarder le locuteur peut être perçu comme un manque de respect ou impliquer un manque d'attention. Sud asiatique Un contact visuel direct peut être considéré comme agressif et irrespectueux. Japonaise et chinoise Un contact visuel direct pendant plus de 2 secondes est irrespectueux, notamment à l'égard des personnes considérées comme socialement 'supérieures'. Afro-caribéenneLe locuteur regarde son interlocuteur et l'interlocuteur regarde ailleurs : regarder le locuteur peut impliquer un défi ou un manque de respect. La forme de contact visuel considérée comme acceptable ou nécessaire dans différentes situations est spécifique à chaque culture. Par exemple :

20 Ce que disent les Britanniques Ce qu'ils veulent direCe que les autres comprennent Vous devez venir dînerCe n'est pas une invitation, je veux juste me montrer poli Je serai bientôt invité Très intéressantC'est absurdeIls sont impressionnés Cest une proposition très courageuse Vous êtes fouIl pense que je suis courageux C'est pas malC'est bienC'est nul Avec le plus grand respect Je pense que vous êtes un idiot Il m'écoute vraiment J'entends ce que vous dites Je ne suis pas d'accord et la discussion est close Il accepte mon point de vue Ah, au faitL'objet principal de notre discussion est... Ce n'est pas très important

21 Comment la diversité culturelle pourrait-elle affecter votre partenariat ? Malentendu Idées reçues sur l'autre Attentes financières Mode de fonctionnement des établissements Différents styles d'enseignement Respect des anciens Problèmes de temps Différences morales/religieuses Traditions/structures familiales Aptitude à reconnaître ses erreurs Souplesse Préjugés

22 Qu'est-ce qui est important pour vous ?

23 Réflexion sur tous les points abordés aujourd'hui


Télécharger ppt "Coordinateur international Formation pour les établissements scolaires L'iceberg culturel et le modèle de Byram."

Présentations similaires


Annonces Google