La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

EUROMELANOMA 2014 Conférence de presse – 03 avril 2014.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "EUROMELANOMA 2014 Conférence de presse – 03 avril 2014."— Transcription de la présentation:

1 EUROMELANOMA 2014 Conférence de presse – 03 avril 2014

2 Agenda Introduction de la campagne, de lenquête et présentation du cabinet Par le Dr Thomas Maselis, Dermatologue – Président Euromelanoma Belgique « Le déni dans les cancers » Par Nicole Delvaux, Psycho-oncologue, Hôpital Erasme -ULB « Déni et cancers de la peau » Dr Nathalie Rooseleer, Dermatologue, CHU St Pierre Témoignage de Carine Meskens Présentation de la campagne en Belgique, aspects pratique, dépistage Par le Dr Thomas Maselis, Dermatologue – Président Euromelanoma Belgique Q&A Conclusion – Suivi par un lunch

3 Introduction de la campagne, de lenquête et présentation du cabinet Par le Dr Thomas Maselis, Dermatologue – Président Euromelanoma Belgique

4 Visite son généraliste pour des douleurs lombaires

5 Mon grain de beauté est là depuis la naissance

6 Jai un bouton sur le crâne… depuis 3 ans

7 Thème de lannée « Le déni »

8 Le déni Madame Delvaux, chef du service de psychologie, ULB : Déni psychologique et cancer Dr. Rooseleer, dermatologue : le déni et le cancer de la peau Tu ne me vois plus!

9 Savez-vous que… 80% des gens sont des optimistes? Définition dun optimiste: – Quelquun qui minimalise les informations négatives et renforce les informations positives Uit:Tali Sharot* the optimism bias *chief of the Affectice Brain Lab Cognitive Perceptual and Brain Sciences University college London

10 Nous voyons le futur plus beau quil ne lest Ex.1: des jeunes mariés croyent que leur liaison sera pour la vie Ex.2: 85% des gens se sentent plus sociaux que la moyenne 70% croient avoir le don du leadership En Belgique mariages par an … et divorces Impossible par définition

11 Avantage évolutionniste (Darwin) Pas peur du futur, pas peur des conséquences de ses actes => Courage, oser, entreprendre

12 – Femmes 1249 – hommes Total 2166* (excl. 668 in situ melanomas) *Source: registre du cancer Belge Mélanome 2011 Belgique

13

14 Combien de patients retardent leur consultation pour un cancer de la peau? Enquête auprès de 120 dermatologues Belges – Chez des dermatologues : entre 50 et 75% de leurs patients se présentent à un stade précoce. 25% à un stade tardif.

15 Quelles sont les plus grandes raisons de consultations tardives? 25% des patients ne connaissent pas assez les signes du cancer 57% ne comprennent pas le danger potentiel de leur cancer de peau 17,9% des patients en déni des les premiers signes du cancer de la peau

16 Surtout les hommes sont à risque 33% des dermatologues croient que les hommes entre ans dénient leur cancer 44% des dermatologues croient que plus dhommes >50 ans sont dans le déni de leur cancer 7% des femmes >50 ans

17

18

19 Top 10 des cancers par sexe

20 Les cancers de la peau ne figurent pas dans le top 10 des décès par cancer

21

22 Déni psychologique et Cancer Nicole Delvaux Nathalie Rooseleer Véronique del Marmol

23 Perception subjective La façon dont un individu perçoit subjectivement les risques de survenue dun cancer correspond de façon très approximative au risque réel. Le cancer peut être une menace de mort, cest un traumatisme fondamental

24 Caractéristiques psychosociales individuelles (personnalité, caractéristiques cognitives, émotionnelles...) Caractéristiques psychosociales individuelles (personnalité, caractéristiques cognitives, émotionnelles...) Vulnérabilité perçue (aux maladies) Vulnérabilité perçue (aux maladies) Gravité perçue (des maladies) Gravité perçue (des maladies) Attitudes vis-à-vis de la santé en général Attitudes vis-à-vis de la santé en général Avantages perçus (associés à un comportement) Avantages perçus (associés à un comportement) Inconvénients perçus (associés à un comportement) Inconvénients perçus (associés à un comportement) Probabilité dadopter un comportement sain Probabilité dadopter un comportement sain Signaux déclencheurs Signaux déclencheurs Variables socio- démographiques (âge, genre, catégorie sociale, etc.) Variables socio- démographiques (âge, genre, catégorie sociale, etc.) Le Health Belief Model (HBM) Becker et Rosenstock, 1984

25 Le processus dadaptation psychologique Facteurs de Stress Mécanismes d adaptation Réactions émotionnelles Tristesse Peur Dépression Anxiété Diagnostic Pronostic Traitements Autres événements Trauma Pertes Incertitude Choc Déni Intrusion

26 Ladaptation dun individu à la menace du cancer Dépend de nombreux facteurs: Les attitudes par rapport au corps, à la santé, à la vie, à la mort se construisent au cours des premières années de vie et poursuivent leur développement au cours dévénements de vie. Certaines attributions de sens et certaines croyances permettent de comprendre des réactions anxieuses et dépressives, voire des difficultés dadhérer aux messages de prévention, aux démarches diagnostiques et même par la suite aux possibilités thérapeutiques.

27 Ladaptation dun individu à la menace du cancer La signification dévénements menaçants peut être ainsi progressivement intégrée ou déniée. Le déni est souvent le processus premier dans la rencontre avec un contexte étranger incluant un danger vital = mécanisme de défense complexe et essentiel

28 Le déni Le déni est un mécanisme psychologique inconscient et donc involontaire utilisé tant face à un traumatisme quà une menace future : Tend à minimiser ou à annuler une partie ou la totalité de la menace ou du traumatisme : mécanisme de distorsion de la réalité Le déni est un mécanisme de défense qui permet à la personne d'altérer, de modifier ou de transformer sa perception de la réalité interne ou externe pour la rendre plus supportable.

29 Le déni mécanisme inconscient et involontaire : Le caractère inconscient du déni sassocie à une perception préconsciente du trauma ou de la menace destiné à rendre les menaces existentielles non seulement plus tolérables mais aussi plus simples à gérer, Permet à lêtre humain de vivre chaque instant sans être constamment parasité émotionnellement par la pensée de sa propre finitude

30 Le déni Mécanisme de défense efficace, élaboré pour se protéger dune réalité trop douloureuse, mais... Son utilisation face à une menace peu sévère doit faire suspecter une fragilité psychologique et entraînant une rupture avec la réalité …. Un déni majeur peut avoir des conséquences gravissimes sur le diagnostic mais aussi sur le suivi thérapeutique

31 Le déni On parlera donc de -Déni adaptatif -Déni pathologique Quest ce qui permet de les différencier ? Lintensité, la stabilité dans le temps, la rigidité du processus... Les mécanismes sont probablement différents

32 Processus dadaptation ou coping Le coping se réfère à toutes les réponses psychologiques (émotions, pensées, comportements) permettant de faire face à un ou à plusieurs facteurs de stress Ces réponses peuvent être conscientes ou inconscientes et faciliter ou non ladaptation à la situation La diversité des réponses – ou stratégies de coping- permet certainement une meilleure adaptation à des contextes complexes tels que l'apparition de menaces pour la santé

33 Stratégies de coping spécifiques aux Atteintes Somatiques Coping Centré sur le Problème – Recherche dinformation, esprit combatif, observance thérapeutique Coping Centré sur lEmotion – Rationalisation, Minimisation, Evitement Recherche de Soutien Social – Renforce le sentiment dappartenance (famille, groupe, réseau) – Recherche et acceptation de laide professionnelle

34 En conclusion Rôle du clinicien : évaluer si un sujet est suffisamment équipé pour répondre de manière adéquate à un problème de santé Communiquer avec le patient à propos de ses stratégies dadaptation (coping) ou le fait de les reconnaître mène celui-ci à conscinetiser ses réponses psychologiques, en élargir le registre, en sélectionner les plus adaptées au contexte Les campagnes de prévention et les programmes déducation devraient intégrer ces aspects psychologiques pour favoriser les motivations aux changements de comportement à risque en matière de santé.

35 Déni et cancers de la peau Nathalie Rooseleer Nicole Delvaux Véronique del Marmol

36 Déni et cancers de la peau Mécanisme de défense réflexe dans : Situations perçues comme un danger Maladies Cancers Cancers cutanés : mélanomes, carcinomes basocellulaires et spinocellulaires

37 Particularités : idées fausses : Superficiels uniquement Évoluent lentement Tous les cas guéris par simple chirurgie Moins mortels que les autres cancers Peu fréquents N'atteignent que les gens âgés Événement unique (~10% : 2ème mélanome) Bronzage protecteur Bancs solaires inoffensifs Déni et cancers de la peau

38 -Prévention primaire : se protéger du soleil mais Mode du bronzage Usage fréquent de bancs solaires Peu de soleil en Belgique Controverse sur la carence en vitamine D Extrême : « soleil addict » -Prévention secondaire : dépistage Sensibiliser aux risques Déni et cancers de la peau

39 Surtout : - les jeunes et les adolescents : Comportements à risques Bancs solaires Bronzage attractif Risque semble éloigné dans le temps - les hommes de >50 ans : Moins de prévention solaire, d'auto-examen et de dépistage Diagnostic plus tardif et plus mauvais pronostic Déni et cancers de la peau

40 Diminuer le déni grâce à : Information et éducation à la santé : Auto-examen (SSE) Protection solaire Risques des bancs solaires Photo-vieillissement (taches, rides,...) Conscientiser les patients d'un déni possible Déni et cancers de la peau

41 Diminuer le déni grâce à : Formation des médecins à une meilleure communication : Écoute, questions ouvertes Dialogue personnalisé avec le patient en l'informant sur ses propres ressources (coping, résilience) et celles de son entourage Relation de confiance pour amener à l'acceptation du diagnostic et du traitement. Déni et cancers de la peau

42 Diminuer le déni grâce à : Messages de prévention clairs, pratiques ciblés en fonction de l'âge et des comportements à risques cohérents entre les différents acteurs Déni et cancers de la peau

43 Si le déni persiste ou devient pathologique, orienter vers une consultation avec un psychologue ou un psychiatre Extrême inverse : hypochondrie Déni et cancers de la peau

44 Merci pour votre indéniable attention ! Déni et cancers de la peau

45 Témoignage dun patient Par Carine Meskens

46 Présentation de la campagne en Belgique, aspects pratique, dépistage Par le Dr Thomas Maselis, Dermatologue – Président Euromelanoma Belgique

47 19-23 mai consultations gratuites Sinscrire à partir du 3/4/2014

48 Nombre de consultations limité Complet = complet But = essentiellement attirer lattention sur le problème Campagne des médias pour diffuser le message

49

50 Matériel de la campagne

51 Message clé Le cancer de la peau est parfaitement curable – si vous consultez à temps!!

52 EUROMELANOMA EUROPE 33 pays, les derniers sont le Montenegro, le Canada et la Turquie Prof Dr. Véronique del Marmol, présidente de Euromelanoma Europe

53

54

55 Merci de votre attention GOLD Expanscience Leo Pharma SILVER La Roche Posay BRONZE Avène Galderma BMS Janssen-Cilag SYMPATHY Abbvie Eucerin Envederm


Télécharger ppt "EUROMELANOMA 2014 Conférence de presse – 03 avril 2014."

Présentations similaires


Annonces Google