La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

DESSINS… … et autres travaux dessinés. Michel-Ange « Cest le dessin (…) qui est la source et le corps de la peinture, de la sculpture, de larchitecture.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "DESSINS… … et autres travaux dessinés. Michel-Ange « Cest le dessin (…) qui est la source et le corps de la peinture, de la sculpture, de larchitecture."— Transcription de la présentation:

1 DESSINS… … et autres travaux dessinés

2 Michel-Ange « Cest le dessin (…) qui est la source et le corps de la peinture, de la sculpture, de larchitecture et de tout autre art plastique, et la racine de toutes les sciences » Michel-Ange Alexandre BIDA Deux bustes de jeune homme (détail) v Trois crayons 23,5 x 23 cm Musée barrois, Bar-le-Duc

3 Theodore SPICER-SIMSON La Guerre 1904 Plume et encre noire sur bristol 52,3 x 35 cm Musée barrois, Bar-le-Duc

4 Michel-Ange Michel-Ange Cest sans doute en raison de cette conviction que lartiste accepta la direction de la première académie de dessin, à Florence, inaugurée le 13 janvier Deux hommes nus luttant, , musée du Louvre, Paris

5 Michel-Ange Michel-Ange Cette académie favorise laffirmation du statut dartiste, le dégageant de lartisanat des Arts Mécaniques (séparation arts mécaniques/arts libéraux hérités du Moyen Âge) au profit dune formation alliant apprentissage du métier ET éducation intellectuelle. Portrait de Michel-Ange (attribué à), plume, 36,5 x 25 cm, musée du Louvre, Paris

6 Sur le sujet croqué par Michel-Ange… Honoré DAUMIER Honoré DAUMIER Étude pour deux figures enlacées dit Les Lutteurs, Musée des Beaux-Arts, Lyon Henri GAUDIER dit Gaudier- Brzeska Henri GAUDIER dit Gaudier- Brzeska Lutteurs, v , Musée dart moderne, Paris

7 Rappels généraux… dessiner Le dessin est le résultat de laction plastique de dessiner, soit représenter ce qui est réel ou imaginaire, faire ressortir la forme, le contour de. (Le petit Larousse illustré, 2005) Cest donc la représentation sur une surface dune forme (éventuellement des valeurs de lumière et dombre) dun objet, dune figure, etc. (cest ce quon nomme alors le référent, le sujet, le motif : ce qui est représenté), plutôt que de leur couleur. SUPPORT Le dessin se définit avant tout par un ensemble de lignes tracées sur un SUPPORT.

8 Un Support peut être en verre pierre bois papier Dessin dOurs, grotte de Chauvet-Pont-d Arc, Ardèche Pierre Soulages Pierre Soulages, né en 1919 Vitraux de l'abbaye Sainte-Foy de Conques,

9 un parchemin Un support original : un parchemin Villard de Honnecourt Le carnet de dessins de larchitecte Villard de Honnecourt date du XIII e siècle. Cet homme était un maître dœuvre, célèbre pour son carnet renfermant de nombreux croquis darchitecture. Pavage vu en Hongrie - Rose rappelant celle de Chartres

10 Le support bois ? celui de la gravure bien souvent ! Albrecht DÜRER est un artiste allemand ( ) qui réalisa de nombreuses gravures sur divers supports. Cette œuvre a été réalisée à partir dune description écrite et dun bref croquis dun rhinocéros indien dont lauteur est inconnu. Dürer na jamais vu son modèle !! Rhinocéros Rhinocéros, 1515 gravure sur bois 21,4x 29,8 cm

11 Le papier est inventé par les Chinois au I er siècle avant Jésus-Christ Il est massivement diffusé en Europe durant le second millénaire, et supplante le parchemin. Mais ce support devenu courant est aussi fragile. Rares sont les dessins qui ont traversé les siècles pour enrichir les collections privées ou institutionnelles darts graphiques.

12 Les outils graphiques Les outils graphiques varient selon les supports bien sûr mais aussi selon les époques. Depuis la Renaissance, chaque siècle aurait eu ses outils de prédilections. Quelques exemples : Le XV e siècle Le XV e siècle : la pointe de métal. De nombreux artistes de la Renaissance ont dessiné à laide cet outil, technique oubliée. Albrecht Dürer en usa donc. À l'époque, l'encre, appliquée à la plume ou au pinceau sur une feuille de papier, était très utilisée, mais le crayon n'existait pas : l'artiste, tout comme ses contemporains, se servait pour ses esquisses d'un stylet métallique. Il sera remplacé par la pierre noire ou la sanguine qui autoriseront plus de liberté dans le graphisme, et dont l'emploi sera moins contraignant.

13 Hans HOLBEIN le jeune Hans HOLBEIN le jeune Portrait de Dorothée Meyer, née Kannengiesser Pointe dargent 1516

14 Le XVI e siècle Le XVI e siècle : la pierre noire La pierre noire donne un noir sombre et mat. Elle est constitué de carbone et dargile. Son usage simpose en Italie à la fin du XV e siècle pour devenir au XVI e siècle une technique de prédilection, avant dêtre remplacé, au XIX e siècle, par le fusain et la mine de plomb. Très souvent utilisée pour les nus et le dessin anatomique, elle permet de rendre le modelé, le volume des figures et les effets de clair-obscur. Mêlée à la sanguine et à la craie blanche, elle forme la technique dite des "trois crayons". François CLOUET, François CLOUET, v. 1555, Marguerite de Valois, enfant Pierre noire et sanguine, BNF, Paris

15 Dessin exécuté au pinceau avec de lencre noire ou sépia par exemple, et diluée dans de leau. Utilisé depuis le XVI e siècle, le lavis est une technique très répandue pour colorier un dessin ; il permet de donner une teinte à un dessin. Le lavis se distingue de laquarelle car il est en général monochrome et sert surtout à rehausser un dessin au trait et non à peindre directement. Le lavis, gris ou brun, est habituellement utilisé pour figurer les ombres et rendre le modelé. Il existe aussi des lavis de couleurs, supplantés au XIX e siècle par laquarelle. Le XVII e siècle : Le XVII e siècle : le lavis Laurent de LA HYRE Laurent de LA HYRE ( ) Le Roi David écrivant les Psaumes Lavis gris, pierre noire 26,6 x20,3 cm Musée Fabre, Montpellier

16 Léo DIET Léo DIET Le Désespoir vers 1890 encre de chine et lavis dencre brune Musée barrois, Bar-le-Duc

17 Ludovico MARCHETTI LAssaut, v Lavis avec rehauts de gouache blanche sur papier bleu-gris contrecollé sur papier, 23,2 x 33,5 cm Musée barrois, Bar-le-Duc

18 Anonyme bolonais Anonyme bolonais, Etudes de mains, v. 1770, musée Bonnat, Bayonne Argile rouge, en bâtonnet, en plaque ou en poudre (alors délayée dans de leau pour former un lavis). Terre rougie par loxyde de fer, sa teinte va du rouge orangé au brun violacé et doit son nom à lanalogie de sa couleur avec celle du sang. Connue depuis lAntiquité, elle est appliquée sur du papier légèrement grenu, car elle ne se fixe pas sur du papier lisse. Elle est souvent associée à dautres procédés (pierre noire et craie blanche pour la technique dite des « trois crayons » ). Idéale pour rendre le modelé et les carnations grâce à son coloris et à sa luminosité, elle est devenue lune des techniques de prédilection pour les études de nus et les portraits. Le XVIII e siècle Le XVIII e siècle : la sanguine

19 Giuseppe Cesari dit Le cavalier dArpin Saint Sébastien fin du XVI e siècle Musée barrois, Bar-le-Duc

20 Nous sommes bien ici dans liconographie du XVI e siècle, qui exalte la beauté apollinienne de Sébastien dans un martyre sans altération physique. Contrairement aux représentations du XVII e siècle, ce nest pas sainte Irène, une pieuse veuve, qui vient soigner Sébastien sur le champ de Mars, mais un ange qui enlève délicatement une flèche du flanc du soldat chrétien. Avec ce corps qui ne paraît pas souffrir mais irradie de la présence divine, ouvert à cette dernière par la flèche médiatrice de la grâce, Cesari, dans un des très beaux dessins du Musée barrois, nous offre une représentation du nu masculin dune haute perfection. La sanguine et la pertinente composition en diagonales croisées ajoutent encore à la beauté de cette feuille, parallèle à la beauté du saint.

21 Le XIX e siècle Le XIX e siècle : laquarelle Procédé de peinture à leau dont les pigments de couleur sont mélangés avec une solution de gomme arabique et sont appliqués au pinceau sur le support, après avoir été plus ou moins dilués dans de leau. Ainsi délayées, les couleurs sont transparentes et peuvent être superposées, laquarelle laisse jouer, par transparence, les couleurs entre elles et avec le blanc du papier. Les réserves, cest-à-dire les espaces où le papier est laissé vierge, font ressortir les nuances, la luminosité et léclat des coloris. Cette technique, pratiquée depuis longtemps, notamment par les artistes allemands de la Renaissance, connaît son plein essor aux XIX e et XX e siècles. Auguste RODIN Femme nue assise, un pied posé de haut sur un genou Crayon graphite, aquarelle 17,3 x 11 cm

22 Paul Alexandre Alfred LEROY La Sainte de la frontière, Mine de plomb et aquarelle 34,5 x 26 cm Musée barrois, Bar-le-Duc

23 Et aujourdhui ? Et aujourdhui ? nombre de ces outils graphiques sont toujours utilisés comme… … le Fusain, bâtonnet de charbon de bois de larbuste du même nom ou de la même famille (saule, noyer, prunier, tilleul). Cette technique très ancienne, largement employée depuis la Renaissance italienne, est dune utilisation extrêmement souple : on peut obtenir des traits fins ou lutiliser pour des noirs plus profonds. Volatil et friable, il sefface facilement, permettant ainsi toutes les corrections ou nuances de valeurs. Pour limiter son effacement sur le papier, on a mis au point au XVI e siècle un fixateur. Il a souvent servi pour tracer les grandes lignes de fresques, de peintures murales à la détrempe ou de compositions sur panneau de bois. Ernest PIGNON-ERNEST (1942) Giacometti, 2002 Fusain et pierre noire sur papier 63 x 82 cm

24 Camille Claudel La Vieille du pont Notre-Dame vers fusain sur canson Musée barrois, Bar-le-Duc

25 Camille CLAUDEL Camille CLAUDEL La Vieille du pont Notre-Dame dAlphonse de Rothschild Camille Claudel Le Musée barrois a bénéficié de la générosité dAlphonse de Rothschild à plusieurs reprises. Ce dernier développa entre 1886 et 1905 une politique de mécénat : chaque année, il acheta des œuvres dartistes contemporains et en fit cadeau à tous les musées de France. Cest dans ce contexte quil acquit une quinzaine de sculptures de Camille Claudel, jouant de ce fait un rôle déterminant sur la carrière de lartiste. Ce fusain, choisi peut-être en fonction des attaches barisiennes de son auteur, est demeuré totalement inédit et, dans la mesure où il ne reste que peu de dessins de Claudel (qui détruisait beaucoup), ce dessin apparaît assurément comme un trésor du cabinet dart graphique du Musée barrois. En comptabilisant celui-ci, il nexiste de nos jours dans les collections publiques que trois dessins de lartiste, tous des fusains.

26 Le titre, indiqué par Camille Claudel elle-même, fait sans doute référence au pont Notre-Dame de Bar-le-Duc Cela semble donc indiquer quelle a dû y revenir, peut-être pour voir sa famille non loin de là durant les vacances dété (elle séjourne dans les Vosges au cours de lété 1885) ou pour effectuer un repérage à Damvillers pour la statue de Bastien Lepage commandée à Rodin en Il sagit dun dessin de sculpteur mettant en relief clairement les surfaces et les volumes imbriqué afin de révéler de forts jeux dombre. Le fusain enveloppe le modèle pour un résultat qui traduit fort bien le personnage peu amène représenté ici. Si Claudel dessine en sculpteur, elle ne dessine pas pour une sculpture : il nexiste aucune preuve daboutissement en trois dimensions à ce dessin. La veine y est évidemment naturaliste et expressive, réaliste, Camille Claudel na rien épargné au modèle : menton prognathe, nez épais, yeux fatigués, visage ridé, osseux. Sont accordées quelques touches de coquetteries féminines néanmoins.

27 Jean ROBERT, dit IPOUSTÉGUY Our, 1990 Fusain sur papier chiffon, 55 x 74,6 cm Musée barrois, Bar-le-Duc

28 Ipoustéguy Our (Ur) est, aujourdhui en Irak, la ville de Tell Muqayyar, et fut fondée vers la fin du V e millénaire. Elle fut la capitale dun empire qui sut maintenir sa cohésion grâce à sa prospérité économique et à sa puissance militaire. Très peuplée, riche fabuleusement à en voir le contenu des tombes royales, son souvenir demeurera grâce à certains textes bibliques qui y voyaient la patrie dAbraham. Pour Ipoustéguy, cest une ville de notre civilisation. Ce dessin fut choisi par lartiste lui-même parmi 3000 de ses dessins, cest une réalisation qui lui tient particulièrement à cœur. Le dessin, typique des années où lartiste revient au corps humain, à la présence simplifiée, représente un bras qui tend la main traversant ce qui sapparente à une feuille et fait un signe vers le germe de notre culture, vers notre origine. On peut aussi y voir comme un paysage ou un corps de femme dans une pose alanguie mais sensuelle. Les lignes simples et épaisses, au fusain, sont dune grande puissance. « Constitué démotions pures, incarnées à la force dun travail, en des formes intenses, combinant la représentation humaine avec des symboles dynamiques, ce monde inspire le respect, le silence. » (Françoise Monnin)

29 Mais dessiner Mais les artistes contemporains choisissent beaucoup dautres outils pour dessiner et créer à leur guise… Julio GONZALEZ Julio GONZALEZ Femme à la corbeille, 1934 Fer forgé 172 x 63,5 x 62,5 cm Ils varient les outils, les matières ou les matériaux. Les supports évoluent également. Julio GONZALEZ, dit Gonzalès, dit dessiner dans lespace. Celui- ci devient son support.

30 Lespace et la lumière Picasso Dans son atelier de poterie de Vallauris, Picasso samusa, avec sa lampe de poche, à dessiner un centaure dans lobscurité. MILI Cest une pratique artistique née au début du XX e siècle, avec Gjon MILI ( ), photographe albanais, auteur de cette image de Picasso

31 Ann Veronica JANSSENS née en 1956 Étoile à 8 branches, a 2007

32 Richard LONG Richard LONG (né en 1945) Une plage du Somerset, 1968 Espace et nature

33 Dennis OPPENHEIM Whirlpool, Eye of the Storm 1973 Fumée blanche libérée par un avion dessinant sur le ciel la forme dune tornade, en Californie du Sud 1,20 x 6 x 43 km

34

35 Daniel BUREN Daniel BUREN (né en 1938), Dominant-Dominé, 1991 CAPC (in situ), Bordeaux

36 Mona HATOUM née en Mona HATOUM née en 1952 Web, 2006 (exposé en 2007 à Reims dans les caves de Pommery)

37 Aux XX e et XXI e siècles, les outils, les supports sont extrêmement variés, les artistes utilisent encore ceux connus depuis fort longtemps mais en inventent aussi de nouveaux. Outils, techniques, supports sassocient alors et désormais les uns aux autres sans aucune retenue…

38 Anonyme japonais Rat et radis fin du XIX e -début du XX e siècle Plume et encre noire, aquarelle 24 x 25 cm Musée barrois, Bar-le-Duc

39 Fabrice HYBER Fabrice HYBER né en 1961 Inventions, 1997 série de dessins, collages et peintures


Télécharger ppt "DESSINS… … et autres travaux dessinés. Michel-Ange « Cest le dessin (…) qui est la source et le corps de la peinture, de la sculpture, de larchitecture."

Présentations similaires


Annonces Google