La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Epistémologie numérique Etude du corpus des leçons et essais de Gustave Guillaume Mathieu Valette – ATILF, CNRS-Nancy Journée scientifique CORPUS DE SCIENCES.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Epistémologie numérique Etude du corpus des leçons et essais de Gustave Guillaume Mathieu Valette – ATILF, CNRS-Nancy Journée scientifique CORPUS DE SCIENCES."— Transcription de la présentation:

1 Epistémologie numérique Etude du corpus des leçons et essais de Gustave Guillaume Mathieu Valette – ATILF, CNRS-Nancy Journée scientifique CORPUS DE SCIENCES SOCIALES : ÉTABLISSEMENT, NUMÉRISATION, ANALYSES SÉMANTIQUES (8 juin 2005) Organisée par le Centre de recherche en informatique multilingue, équipe Sémantique des textes, INALCO, Paris.

2 Hypothèses La théorie est un texte La théorisation relève de la construction du sens Théorisation et conceptualisation sont contraintes par lénonciation

3 Objectifs Objectiver lanalyse des textes en sciences sociales Outiller lépistémologie Linguistique de corpus (outils statistiques et documentaires) Sémantique interprétative

4 Le corpus : G. Guillaume ( ) Corpus numérique 2 essais 1919, Le problème de l'article et sa solution dans la langue française (PBA). 1929, Temps et Verbe. Théorie des aspects, des modes et des temps (TV). Environ 450 conférences , Leçons de linguistique (équiv. 16 volumes papier) Corpus manuscrit Brouillons Mémoires

5 Plan de lexposé 1. Génétique du texte, génétique des concepts Le remaniement du vocabulaire conceptuel 2. Lexicalisation de thèmes Destin guillaumien du morphème act- 3. Construction textuelle dun concept La langue comme machine

6 1. Génétique du texte, génétique des concepts La distance intertextuelle Analyse arborée – calcul sur les formes Algorithme de Xuan Luong, Méthode Dominique Labbé

7 1. Génétique du texte, génétique des concepts Le remaniement du dictionnaire ( ) Les mots qui progressent (1/2) 1. Vocabulaire métalinguistique Métalangage traditionnel temps, aspect, mode, présent, passé, futur, aoriste, optatif Métalangage idiolectal chronogénèse, chronogénétique, chronothétique, chronotypes, aspect tensif, détensif 2. Lexique théorique constru- (construire, construction, etc.), systēm- (système, systématique) représent- (représenter, représentation), schēm- (schème, schématisation)

8 1. Génétique du texte, génétique des concepts Le remaniement du dictionnaire ( ) Les mots qui progressent (2/2) 1. Eléments de structuration situer, opposer, différer, comprendre, distinction, présence 2. Phraséologie « nous nommerons », « proprement dit » 3. Discours métathéorique et épistémologique linguistique savante, linguistique historique, linguistique traditionnelle, linguistique descriptive

9 1. Génétique du texte, génétique des concepts Le remaniement du dictionnaire ( ) Les mots qui régressent (1/1) 1. Vocabulaire philosophique Verbe exister Noms esprit, raisonnement, intelligent, êtres, idéalité, idée, matière, objet, vue, fin, progrès, force, causes, loi Adjectifs générale, pure, formelle, logique 2. Lexies évaluatives et qualificatives plusieurs, guère, très, trop, peu, assez, tout, souvent, sortes de, diverses, véritable, forte, facile, petit 3. Autres Modal « il faut », « il ne faut pas » Impers. « il sagit », « il ne sagit pas »

10 2. Lexicalisation de thèmes Le concept dactualisation Fréquence absolue du lexème actualis- actualis- + virtualis-119 occurrences « actualisation » (lemme)37 occurrences

11 2. Lexicalisation de thèmes Autour du morphème act 2ème période 1ère période 3ème période Analyse factorielle – distribution des thèmes de lactualisation projetée sur le corpus

12 2. Lexicalisation de thèmes Autour du morphème act Analyse arborée – mesure de la cohésion lexicale

13 2. Lexicalisation de thèmes Autour du morphème act Histogramme des fréquences absolues

14 2. Lexicalisation de thèmes Autour du morphème act Histogramme de lécart réduit

15 3. Construction textuelle dun concept La langue comme mécanisme, comme machine Le concept est tributaire de ses réalisations dans le texte Chaque réalisation en modifie la nature, par delà la définition qui en est donnée

16 3. Construction textuelle dun concept La langue comme mécanisme, comme machine La langue est-elle une machine ? La cybernétique : comprendre les mécanismes de la pensée La psychomécanique : une théorie des mécanismes de la pensée.

17 3. Construction textuelle dun concept Lendo-mécanisme Construction sémantique de lassimilation de la psychomécanique à une cybernétique

18 3. Construction textuelle dun concept Comparaison de la langue à une machine La construction achevée dun système repose sur un certain ordre dans le rapport des parties constitutives. Elle na rien à voir avec lordre dans lequel les parties rapportées ont été apportées à louvrier – qui est ici lesprit afin quil en construise, selon la connaissance quil a de lui-même, son ouvrage : le système dont il a besoin. Jévite autant que possible, parlant des choses de la langue, qui ont une rigoureuse spécificité, de faire appel à des comparaisons. Pour une fois cependant, je crois pouvoir, sans dommage appréciable, montrer exceptionnellement un peu moins de scrupule. Je dirai donc que lordre de rapport lordre systématique est dans une machine celui qui en assure le fonctionnement, celui sans lequel la machine ne marcherait pas. Il emporte avec lui une juste mise en place des pièces constitutives. Quant à lordre dapport lordre historique il est celui, en général assez inconditionné, quon a suivi pour le montage des pièces […]. Je veux me persuader que cette comparaison na pas dinconvénients cachés (Guillaume, 17 juin 1946) La situation du sujet parlant est, en lespèce – jai peu de goût pour les comparaisons, généralement fausses sans quon sen aperçoive bien à première vue – la situation est à peu près celle du mécanicien qui sait conduire une machine, mais qui peut navoir quune idée tout à fait vague du dispositif intérieur de la machine quil conduit et une idée encore plus vague des problèmes de toute sorte mis en cause par et pour sa construction. La difficulté, qui est grande, de sintroduire à la connaissance de la langue et de sa systématisation propre nempêche nullement que cette connaissance soit indispensable à qui veut avoir une connaissance véritable de ce quest le langage. (Guillaume, 28 novembre 1947)

19 3. Construction textuelle dun concept Comparaison de la langue à une machine La construction achevée dun système repose sur un certain ordre dans le rapport des parties constitutives. Elle na rien à voir avec lordre dans lequel les parties rapportées ont été apportées à louvrier – qui est ici lesprit afin quil en construise, selon la connaissance quil a de lui-même, son ouvrage : le système dont il a besoin. Jévite autant que possible, parlant des choses de la langue, qui ont une rigoureuse spécificité, de faire appel à des comparaisons. Pour une fois cependant, je crois pouvoir, sans dommage appréciable, montrer exceptionnellement un peu moins de scrupule. Je dirai donc que lordre de rapport lordre systématique est dans une machine celui qui en assure le fonctionnement, celui sans lequel la machine ne marcherait pas. Il emporte avec lui une juste mise en place des pièces constitutives. Quant à lordre dapport lordre historique il est celui, en général assez inconditionné, quon a suivi pour le montage des pièces […]. Je veux me persuader que cette comparaison na pas dinconvénients cachés (Guillaume, 17 juin 1946) La situation du sujet parlant est, en lespèce – jai peu de goût pour les comparaisons, généralement fausses sans quon sen aperçoive bien à première vue – la situation est à peu près celle du mécanicien qui sait conduire une machine, mais qui peut navoir quune idée tout à fait vague du dispositif intérieur de la machine quil conduit et une idée encore plus vague des problèmes de toute sorte mis en cause par et pour sa construction. La difficulté, qui est grande, de sintroduire à la connaissance de la langue et de sa systématisation propre nempêche nullement que cette connaissance soit indispensable à qui veut avoir une connaissance véritable de ce quest le langage. (Guillaume, 28 novembre 1947)

20 3. Construction textuelle dun concept Comparaison de la langue à une machine La construction achevée dun système repose sur un certain ordre dans le rapport des parties constitutives. Elle na rien à voir avec lordre dans lequel les parties rapportées ont été apportées à louvrier – qui est ici lesprit afin quil en construise, selon la connaissance quil a de lui-même, son ouvrage : le système dont il a besoin. Jévite autant que possible, parlant des choses de la langue, qui ont une rigoureuse spécificité, de faire appel à des comparaisons. Pour une fois cependant, je crois pouvoir, sans dommage appréciable, montrer exceptionnellement un peu moins de scrupule. Je dirai donc que lordre de rapport lordre systématique est dans une machine celui qui en assure le fonctionnement, celui sans lequel la machine ne marcherait pas. Il emporte avec lui une juste mise en place des pièces constitutives. Quant à lordre dapport lordre historique il est celui, en général assez inconditionné, quon a suivi pour le montage des pièces […]. Je veux me persuader que cette comparaison na pas dinconvénients cachés (Guillaume, 17 juin 1946) La situation du sujet parlant est, en lespèce – jai peu de goût pour les comparaisons, généralement fausses sans quon sen aperçoive bien à première vue – la situation est à peu près celle du mécanicien qui sait conduire une machine, mais qui peut navoir quune idée tout à fait vague du dispositif intérieur de la machine quil conduit et une idée encore plus vague des problèmes de toute sorte mis en cause par et pour sa construction. La difficulté, qui est grande, de sintroduire à la connaissance de la langue et de sa systématisation propre nempêche nullement que cette connaissance soit indispensable à qui veut avoir une connaissance véritable de ce quest le langage. (Guillaume, 28 novembre 1947)

21 3. Construction textuelle dun concept Comparaison de la langue à une machine La construction achevée dun système repose sur un certain ordre dans le rapport des parties constitutives. Elle na rien à voir avec lordre dans lequel les parties rapportées ont été apportées à louvrier – qui est ici lesprit afin quil en construise, selon la connaissance quil a de lui-même, son ouvrage : le système dont il a besoin. Jévite autant que possible, parlant des choses de la langue, qui ont une rigoureuse spécificité, de faire appel à des comparaisons. Pour une fois cependant, je crois pouvoir, sans dommage appréciable, montrer exceptionnellement un peu moins de scrupule. Je dirai donc que lordre de rapport lordre systématique est dans une machine celui qui en assure le fonctionnement, celui sans lequel la machine ne marcherait pas. Il emporte avec lui une juste mise en place des pièces constitutives. Quant à lordre dapport lordre historique il est celui, en général assez inconditionné, quon a suivi pour le montage des pièces […]. Je veux me persuader que cette comparaison na pas dinconvénients cachés (Guillaume, 17 juin 1946) La situation du sujet parlant est, en lespèce – jai peu de goût pour les comparaisons, généralement fausses sans quon sen aperçoive bien à première vue – la situation est à peu près celle du mécanicien qui sait conduire une machine, mais qui peut navoir quune idée tout à fait vague du dispositif intérieur de la machine quil conduit et une idée encore plus vague des problèmes de toute sorte mis en cause par et pour sa construction. La difficulté, qui est grande, de sintroduire à la connaissance de la langue et de sa systématisation propre nempêche nullement que cette connaissance soit indispensable à qui veut avoir une connaissance véritable de ce quest le langage. (Guillaume, 28 novembre 1947)

22 3. Construction textuelle dun concept Comparaison de la langue à une machine La construction achevée dun système repose sur un certain ordre dans le rapport des parties constitutives. Elle na rien à voir avec lordre dans lequel les parties rapportées ont été apportées à louvrier – qui est ici lesprit afin quil en construise, selon la connaissance quil a de lui-même, son ouvrage : le système dont il a besoin. Jévite autant que possible, parlant des choses de la langue, qui ont une rigoureuse spécificité, de faire appel à des comparaisons. Pour une fois cependant, je crois pouvoir, sans dommage appréciable, montrer exceptionnellement un peu moins de scrupule. Je dirai donc que lordre de rapport lordre systématique est dans une machine celui qui en assure le fonctionnement, celui sans lequel la machine ne marcherait pas. Il emporte avec lui une juste mise en place des pièces constitutives. Quant à lordre dapport lordre historique il est celui, en général assez inconditionné, quon a suivi pour le montage des pièces […]. Je veux me persuader que cette comparaison na pas dinconvénients cachés (Guillaume, 17 juin 1946) La situation du sujet parlant est, en lespèce – jai peu de goût pour les comparaisons, généralement fausses sans quon sen aperçoive bien à première vue – la situation est à peu près celle du mécanicien qui sait conduire une machine, mais qui peut navoir quune idée tout à fait vague du dispositif intérieur de la machine quil conduit et une idée encore plus vague des problèmes de toute sorte mis en cause par et pour sa construction. La difficulté, qui est grande, de sintroduire à la connaissance de la langue et de sa systématisation propre nempêche nullement que cette connaissance soit indispensable à qui veut avoir une connaissance véritable de ce quest le langage. (Guillaume, 28 novembre 1947)

23 3. Construction textuelle dun concept Comparaison de la langue à une machine La construction achevée dun système repose sur un certain ordre dans le rapport des parties constitutives. Elle na rien à voir avec lordre dans lequel les parties rapportées ont été apportées à louvrier – qui est ici lesprit afin quil en construise, selon la connaissance quil a de lui-même, son ouvrage : le système dont il a besoin. Jévite autant que possible, parlant des choses de la langue, qui ont une rigoureuse spécificité, de faire appel à des comparaisons. Pour une fois cependant, je crois pouvoir, sans dommage appréciable, montrer exceptionnellement un peu moins de scrupule. Je dirai donc que lordre de rapport lordre systématique est dans une machine celui qui en assure le fonctionnement, celui sans lequel la machine ne marcherait pas. Il emporte avec lui une juste mise en place des pièces constitutives. Quant à lordre dapport lordre historique il est celui, en général assez inconditionné, quon a suivi pour le montage des pièces […]. Je veux me persuader que cette comparaison na pas dinconvénients cachés (Guillaume, 17 juin 1946) La situation du sujet parlant est, en lespèce – jai peu de goût pour les comparaisons, généralement fausses sans quon sen aperçoive bien à première vue – la situation est à peu près celle du mécanicien qui sait conduire une machine, mais qui peut navoir quune idée tout à fait vague du dispositif intérieur de la machine quil conduit et une idée encore plus vague des problèmes de toute sorte mis en cause par et pour sa construction. La difficulté, qui est grande, de sintroduire à la connaissance de la langue et de sa systématisation propre nempêche nullement que cette connaissance soit indispensable à qui veut avoir une connaissance véritable de ce quest le langage. (Guillaume, 28 novembre 1947)

24 3. Construction textuelle dun concept Comparaison de la langue à une machine

25 3. Construction textuelle dun concept Métaphore de loiseau : le naturel et lindustriel


Télécharger ppt "Epistémologie numérique Etude du corpus des leçons et essais de Gustave Guillaume Mathieu Valette – ATILF, CNRS-Nancy Journée scientifique CORPUS DE SCIENCES."

Présentations similaires


Annonces Google