La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LE TRAVAIL EN ATELIER Mercredi 21 novembre 2012. Cest quoi un atelier ?

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LE TRAVAIL EN ATELIER Mercredi 21 novembre 2012. Cest quoi un atelier ?"— Transcription de la présentation:

1 LE TRAVAIL EN ATELIER Mercredi 21 novembre 2012

2 Cest quoi un atelier ?

3 Mireille Brigaudiot On appelle « atelier » la situation dans laquelle un groupe d'enfants travaille à une même table, à une même tâche. Soit ils coopèrent pour la réaliser, soit ils résolvent individuellement et échangent verbalement

4 Construction dune définition Le mot "atelier" renvoie à l'artisanat : un endroit dans la classe où l'enfant trouvera "quelque chose" qui est connu, qui offrira pour chacun un cheminement souple, qui pourra être dirigé ou non. Avec une idée de construction, d'évolution… C'est un moment où l'enfant aura la possibilité de choisir, de prendre des décisions, de présenter une solution au risque de se tromper… C'est un dispositif qui devrait permettre à l'élève d'avoir conscience de sa façon de cheminer… C'est un endroit où l'on travaille d'une certaine façon, définie, connue de tous…

5 METTRE EN PLACE DES ATELIERS

6 Les ateliers dans la pratique En général, pour le travail en ateliers, on installe 4 à 6 enfants autour d'une table pour y effectuer une tâche. Celle-ci peut être différente à chaque table ou être identique, ce qui facilite la définition du rôle du maître, la mise en route de lactivité (les consignes sont données collectivement) et la synthèse du travail effectué. Chaque groupe ayant effectué une même tâche a la possibilité den parler (notion de culture commune), den construire une première trace.

7 Les ateliers dans la pratique Le travail en ateliers devra être croisé avec le déroulement et le contenu d'une séquence : situation de recherche, situation d'apprentissage (structuration), situation d'entraînement. Qui dit atelier ne dit pas forcément situation d'apprentissage Le travail en ateliers devrait être le lieu, le moment, un dispositif idéal pour mettre en place la différenciation. Ces ateliers qui répondent à un besoin spécifique devraient être identifiés dans la journée pour les élèves.

8 Les ateliers dans la pratique Au mot "atelier", certains préfèrent les expressions "activités en groupes", "groupes de travail" ou plus simplement "activités". Dans le travail en groupe, il y a l'idée de regroupement d'un petit nombre d'enfants pour aboutir à une seule production commune, ce qui suppose d'arriver à un consensus. Or cela nécessite un apprentissage où ce ne sera pas le résultat qui sera le plus important, mais la réussite du travail "en commun" et la coopération entre les élèves.

9 Les ateliers dans la pratique Dans la pratique, on utilise souvent le terme "ateliers" pour désigner un temps où les élèves sont regroupés par 4 (6 maximum) autour d'une table pour y vivre une activité totalement ou en partie sous la conduite de l'enseignant. Que l'on utilise ou non ce terme, une réflexion doit être conduite autour de ces temps où les élèves sont répartis en petits groupes pour vivre une activité

10 Composition des groupes La composition des groupes peut-être : fixe définie par le maître seul ou avec l'enfant en fonction des : Des besoins (homogènes ou hétérogènes), Des niveaux, Des compétences (savoirs, savoir-faire, savoir-être) Des rythmes (homogènes), Des compositions multi-âges, Des dispositifs (ex :« tournants ».)

11 Composition des groupes La gestion de la répartition des enfants n'est souvent pas facile. Des solutions peuvent être trouvées : tables nommées, étiquettes avec les prénoms, système dinscription sur tableau à double entrée, etc… L'important sera de ne pas ritualiser un type unique de dispositif : les groupes ne doivent pas toujours avoir la même constitution. On évitera les risques de stigmatisation des élèves, en ne proposant pas uniquement des groupes de besoins. On pourra avoir recours au tutorat.

12 Organisation générale de la classe

13 Dans le cas où une même tâche est proposée aux élèves, lenseignant a un rôle daide pour favoriser le démarrage (déblocage éventuel), faire verbaliser, observer les procédures afin de prévoir les éléments de synthèse à retenir.

14 Organisation générale de la classe Dans le cas où une même tâche est proposée aux élèves, lenseignant a un rôle daide pour favoriser le démarrage (déblocage éventuel), faire verbaliser, observer les procédures afin de prévoir les éléments de synthèse à retenir. Dans le cas où les tâches proposées sont différentes, « la conduite dun atelier » sous la direction de l'enseignant suppose que les autres élèves travaillent en autonomie, regroupés (ou non) autour d'une activité connue, avec la possibilité d'utiliser les coins de jeux..

15 Organisation générale de la classe Les conditions du travail en autonomie sont clarifiées : Quand on parle d'activité, on est dans le « faire ». Quand on parle d'apprentissage, on est dans la « conscientisation ». On distingue « faire une activité » et « pouvoir en parler » (DEWAY « faire pour apprendre ne suffit pas, il faut pouvoir dire le faire »). Des activités menées collectivement (jeu de dé) ou des situations construites au cours des séances dapprentissage (du cahier de vie …) peuvent être réutilisés, les élèves sappuyant sur du connu.

16 Organisation générale de la classe

17 Les activités proposées seront destinées à reproduire, entraîner. Limportance à donner à la répétition est soulignée, sachant que : L'activité d'entraînement doit faire sens pour les élèves Les notions d'effort, d'exigence sont à construire ! Elles permettent une amélioration des performances des élèves pour une tâche donnée. Ainsi sont soulignés les progrès, les efforts. Les productions des élèves sont valorisées, des conditions damélioration sont définies pour être traitées en groupe de besoin.

18 Organisation générale de la classe Des éclaircissements quant à la façon de procéder : L'enseignant lance les « ateliers » qui se dérouleront en autonomie. Il s'intéressera à nouveau à eux, à la fin (ou en cours), pour un bilan. Il proposera alors aux élèves un travail de comparaison, de réflexion à partir de ce qui a été réalisé pour les amener à comprendre, à prendre conscience de ce qui a été fait, de la manière dont ils ont procédé. Ce temps d'apprentissage est peut-être le temps le plus formateur. Cest là que ce qui est réalisé fait sens.

19 Organisation générale de la classe Des éclaircissements quant à la façon de procéder : On pourra s'entraîner sans changer forcément de support ; on travaillera alors sur la trame de variance pour faire évoluer les situations qui demeureront ainsi, néanmoins, connues. Les jeux et autres supports didactiques pourront être utilisés : le matériel est connu, les règles auront été construites par ailleurs. Les élèves pourront donc travailler seuls !

20 Différenciation Le temps où des élèves peuvent être regroupés en petits groupes, en atelier, est un temps idéal pour différencier On différencie en jouant sur les variables : matériel, consigne, temps,présence de l'enseignant, outils, types daide. Elle permet la plupart du temps de remédier à des difficultés, mais elle peut permettre aussi d'anticiper La grande place donner à lacquisition du langage !

21

22 Présentation dun dispositif


Télécharger ppt "LE TRAVAIL EN ATELIER Mercredi 21 novembre 2012. Cest quoi un atelier ?"

Présentations similaires


Annonces Google