La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

DESC Réanimation médicale - 3 février 2009 Montpellier Karine Berger (Grenoble) - DES AR.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "DESC Réanimation médicale - 3 février 2009 Montpellier Karine Berger (Grenoble) - DES AR."— Transcription de la présentation:

1 DESC Réanimation médicale - 3 février 2009 Montpellier Karine Berger (Grenoble) - DES AR

2 Introduction (1) Créatinine : marqueur de la fonction rénale, Production : catabolisme de la créatine (composé protéique contenu dans le tissu musculaire), formation dans le muscle, - Chaque jour : 1,7 % de la créatine musculaire totale est transformée en créatinine, - Indépendante de lapport protéique alimentaire, - Dépend uniquement de la masse musculaire totale qui varie selon lâge et le sexe, Métabolisme : molécule inerte non métabolisée, ni utilisée, Elimination : rénale, pas de réabsorption, marqueur du débit de filtration glomérulaire.

3 Formation de la créatinine Créatininémie : plusieurs méthodes pour le dosage (la plus utilisée : colorimétrie de Jaffé) : -Homme : 60 à 115 µmol/l -Femme : 50 à 100 µmol/l

4 Introduction (2) Taux de créatinine bas quand : Âge élevé, Maladie chronique, Malnutrition (amyotrophie), BMI :

5 Introduction (3) Corrélation entre BMI et évolution péjorative de la maladie : BMI bas <18,5 : de la mortalité des patients admis en réa que ce soit en post-opératoire ou non, Limites du BMI : Pas de différence entre masse maigre, masse grasse et eau corporelle, Donc faible sensibilité et spécificité en tant que marqueur de létat nutritionnel, Objectif de létude : taux de créatinine bas = facteur prédictif de mortalité ?

6 Matériels et méthodes (1) Type détude : de cohorte, observationnelle, rétrospective, entre janvier 2003 et décembre 2006, 2 centres hospitaliers, Type de patients : réanimation médicale, chirurgicale et médico- chirurgicale, > 18 ans, Critères dexclusion : refus de participation à létude, antécédents dEER, créatinine non mesurée à lentrée, femme enceinte, admission en réa pour moins de 12 h.

7 Matériels et méthodes (2) Objectif primaire : mortalité hospitalière et durée de séjour en réanimation, Analyse statistique : - Test de Kruskal-Wallis : relation taux de créatinine / sexe ou maladie hépatique chronique, - Régression logistique multiple : taux de créatinine = facteur indépendant de mortalité, - Régression linéaire multiple : taux de créatinine = facteur indépendant de la durée de séjour en réa.

8 Matériels et méthodes (3) 3 groupes de facteurs prédictifs : - Caractéristiques démographiques : âge, sexe, race, BMI, antécédents de maladie rénale ou EER, antécédents de maladie chronique hépatique, motif dadmission, - Taux de créatinine : (mg/dL x 88,4 = µmol/L) Normal : 0,9 à 1,4 mg/dL Bas : 0,6 à 0,8 mg/dL Très bas : 0,6 mg/dL Haut : > 1,4 mg/dL, - APACHE III (Acute Physiology and Chronic Health Evaluation).

9 Résultats (1) admissions, 4718 exclusions, 54 % de sujets masculins, 90 % de blancs, âge moyen : 63 ans ± 17, 38 % de post-opératoire, Taux de créatinine significativement différent entre hommes (1,2) et femmes (1), Autres caractéristiques : - BMI à 27,3, - APACHE III à 53, - Taux de créatinine à 1,1, - Taux de créatinine chez les patients avec maladie chronique du foie à 1 (*), - Mortalité hospitalière à 0,07.

10 Résultats (2) 0,91,5

11 Résultats (3) Régression logistique multivariée : Après ajustement : durée de séjour en réa (0,48 jours) si créat 0,6 mg/dL (p=0,058).

12 Discussion (1) Diminution de la créatinine quand : - Diminution de la production ( masse musculaire, âge, sexe féminin), - Augmentation de la clairance (grossesse, maladie hépatique chronique, diabète), Résultats similaires à ceux dune grande étude épidémiologique, taux de créatinine > 0,8 mg/dL des événements cardio-vasculaires et de la mortalité, Smith GL, Arch Intern Med 2006; 166: Etude rétrospective, de cohorte, patients 65 ans hospitalisés pour IDM ou insuffisance cardiaque.

13 Discussion (2) Quant au BMI : relation identique entre BMI et mortalité (population standard et population malade), témoin de malnutrition et de faible masse musculaire.

14 Discussion (3) Dans cette étude, taux de créatinine initial (avant hémodilution ou apparition dune insuffisance rénale), Score APACHE III : 3 points si créatinine 0,4 mg/dL (valeurs extrêmes dans les 24 premières heures), 17 variables physiologiques, SAPS II ou Mortality Probability Model II : ne prennent pas en compte les taux de créatinine bas, Limites : - Taux de créatinine : ceux des hôpitaux de létude et non la référence nationale, - Population blanche, - Résultats non extrapolables.

15 Conclusion Corrélation significative entre taux de créatinine plasmatique initial bas et augmentation de la mortalité hospitalière, Augmentation de la durée de séjour en réanimation (pas de différence significative), Y a-t-il un intérêt à une nutrition agressive pour améliorer la survie de ces patients ? Current status of nutritional care provision to burnt patients: processes audit of a burnt patients department from a tertiary hospital Nutr Hosp Jul-Aug;23(4):354-65

16 Merci de votre attention !


Télécharger ppt "DESC Réanimation médicale - 3 février 2009 Montpellier Karine Berger (Grenoble) - DES AR."

Présentations similaires


Annonces Google