La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Approche cinétique de l évolution des systèmes chimiques.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Approche cinétique de l évolution des systèmes chimiques."— Transcription de la présentation:

1 1 Approche cinétique de l évolution des systèmes chimiques

2 2 A - La transformation dun système chimique est elle toujours rapide ? A-1. Transformations lentes et rapides –Mise en évidence expérimentale de transformations lentes et rapides –Mise en évidence expérimentale des facteurs cinétiques

3 3 A - La transformation dun système chimique est elle toujours rapide ? A-2. Suivi temporel dune transformation Tracé des courbes dévolution de quantité de matière et de concentration au cours du temps Vitesse de réaction : définition de la vitesse volumique : v = (1/V). dx/dt évolution de la vitesse au cours du temps temps de demi-réaction t 1/2 choix de la méthode de suivi en fonction de t 1/2 Une nouvelle technique danalyse : la spectrophotométrie absorbance, relation entre absorbance et concentration effective dune espèce colorée Suivi cinétique par spectrophotométrie

4 4 A - La transformation dun système chimique est elle toujours rapide ? A-3. Quelle interprétation au niveau microscopique ? Interprétation de la réaction en termes de chocs efficaces Interprétation de linfluence de la concentration et de la température sur le nombre de chocs efficaces par unité de temps.

5 5 A – Quoi de neuf ? Vitesse volumique de réaction : v = (1/V)dx/dt, quantité dévénements réaction par unité de temps et par unité de volume, Temps de demi-réaction t 1/2 –temps caractéristique dune évolution –critère de comparaison entre deux transformations –choix de la technique de suivi dépendant de l ordre de grandeur de t 1/2. Manométrie, conductimétrie et spectrophotométrie –outils de suivi cinétique –la technique de labsorptiométrie est explicitée (sans justifier ce qui se passe au niveau microscopique lors de l absorption..) Interprétation microscopique –approche probabiliste des chocs et chocs efficaces –facteurs cinétiques

6 6 Ne sont plus présentés dans cette partie A: vitesse de formation d un produit et de disparition d un réactif notion de vitesse moyenne catalyse (intervient dans le contrôle en partie D)

7 7 A - 1&2. Transformations lentes et rapides ; suivi temporel dune transformation TP ou activités Etude cinétique dune transformation à laide de techniques déjà pratiquées par lélève : suivi par manométrie (doc A1a) suivi par conductimétrie (doc A1b) suivi par prélèvements et titrages (doc A1c) Etude cinétique dune transformation à laide dune nouvelle technique : labsorptiométrie Introduction à la spectrophotométrie (doc A2), dosage par étalonnage (doc A3 – 1ère partie) Suivi cinétique par spectrophotométrie (doc A3– 2ème partie)

8 8 Suivi par un capteur de pression (doc A1a). Transformation étudiée : Réaction, dans un ballon fermé, d un morceau de magnésium avec de lacide chlorhydrique en excès. Equation de la réaction associée à la transformation : Mg(s) + 2 H 3 O + Mg 2+ (aq) + H 2 (g) + 2 H 2 O(l) On suit l évolution de la pression dans le ballon (capteur de pression) On accède à lavancement x(t) de la réaction (il se forme un produit gazeux) On détermine lavancement final de la réaction puis la valeur du temps de demi- réaction t 1/2.

9 9 Suivi par un conductimètre (doc A1b). Hydrolyse d un chlorure d alkyle Équation de la réaction associée à la transformation RCl + 2 H 2 O ROH + H 3 O + + Cl – (aq) On réalise un suivi (de G ou ) à laide dun conductimétre On accède à lavancement x(t) de la réaction (il se forme des ions en solution) On détermine l avancement final (x final ) puis le temps de demi- réaction t 1/2 On montre linfluence de certains facteurs (température, concentration des réactifs) sur t 1/2.

10 10 Transformation des ions peroxodisulfate et des ions iodure : suivi par prélèvements successifs (doc A1c) Suivre l'oxydation des ions iodure par les ions peroxodisulfate par prélèvements successifs puis titrage du diiode formé à l'aide d'une solution d'ions thiosulfate Représenter en fonction du temps l'évolution de la concentration molaire en diiode au cours de la transformation N.B. La difficulté de cette manipulation est de bien faire le différence entre la transformation étudiée et l'outil de suivi qui met en jeu la réaction de titrage.

11 11 Principe du spectrophotomètre (doc A2) Spectrophotomètre activité collective de mise en évidence du principe de la spectrophotométrie

12 12 TP Spectrophotométrie situation 1 : dosage par étalonnage (doc A3) Montrer quun spectrophotomètre donne une réponse en absorbance linéaire avec la concentration dune espèce colorée Lappliquer éventuellement à la détermination de la concentration dune solution officinale de "teinture diode"

13 13 TP Spectrophotométrie situation 2 : suivi cinétique dune réaction doxydoréduction (doc A3) Suivi temporel de la réaction doxydation des ions iodure par les ions peroxodisulfate. Le suivi de l absorbance (pour 480 nm) permet d acceder à la concentration du diiode en solution et à l avancement x(t) de la réaction étudiée. L avancement final permet de déterminer t 1/2.

14 14 A - 3. Quelle interprétation donner au niveau microscopique ? TP ou activité en classe (ou hors classe) ou effectuée en interdisciplinarité avec le collègue de mathématiques « zoom sur le microscopique : une modélisation microscopique rendant compte des observations macroscopiques » (doc A4) Un modèle est proposé, deux traitements sont envisagés, lun manuel et lautre utilisant les fonctions statistiques dun tableur. Il est possible de faire travailler les élèves sur un logiciel de simulation, activant un modèle analogue.

15 15 Présentation du modèle Entités élémentaires : boules de couleur –bleues B d effectif n B –vertes V d effectif n V –jaunes J d effectif n J –rouges R d effectif n R –blanches (n S ) : le solvant Réaction élémentaire, B + V J + R En cas de rencontre entre une entité chimique B et une entité V, il y a éventuellement transformation en une entité J et une entité R. Unité de temps : durée d un tirage Transformation chimique = succession de réactions élémentaires se produisant entre entités à léchelle microscopique

16 16 Que doit traduire ce modèle ? La réaction élémentaire ne se produit que –si les entités élémentaires se rencontrent –si elles sont convenablement orientées et si elles possèdent suffisamment dénergie. Différentes situations sont envisagées : – réaction directe ; – réaction directe et inverse, équilibre dynamique (reprise en partie B) Dans chaque cas, on étudie linfluence des quantités initiales et de la température

17 17 Règle du « jeu » lors d un traitement manuel 1. Le tirage (1) B + V J + R Cas n°(1) Les boules tirées sont 1 bleue et 1 verte On fixe arbitrairement la probabilité dune rencontre efficace, matérialisée par le résultat dun lancé de dé. Lancé de dé favorable :Le choc est efficace ; les deux boules, bleue et verte, tirées sont retirées du « jeu » et remplacées dans le « pot » par 1 boule rouge et 1 boule jaune. Lancé de dé non favorable : Le choc nest pas efficace ; il ny a pas de réaction, les deux boules (B et V) tirées sont remises dans le « pot ».

18 18 Règle du « jeu » lors d un traitement manuel 1. Le tirage (2) B + V J + R Cas n°(2) Les boules tirées sont 1 rouge et 1 jaune Il ny a pas de réaction. Remettre les boules tirées dans le pot. Autres cas : si les boules tirées sont identiques [(rouge + rouge), etc.] ou non réactives entre elles [(rouge + verte), (rouge + bleue), (jaune + bleue) ou (verte + jaune)], il ny a pas de réaction et les boules sont remises directement dans le pot.

19 19 Règle du « jeu » lors d un traitement manuel 2. Suivi des tirages ; mise en évidence de l influence des facteurs température et concentration. Noter les effectifs de chaque entité après chaque tirage et tracer la courbe représentative de lévolution des effectifs (nombre de boules) en fonction du nombre de tirages qui représente le temps Cette représentation peut être faite manuellement sur papier millimétré ou à laide dun tableur. Recommencer un tirage en mettant en évidence –l influence de T : Contrainte différente lors de l étape du lancé des dés (illustrant la probabilité d efficacité de choc) –l influence de la concentration : par l introduction de boules matérialisant le solvant

20 20 Traitement manuel 3. Résultats ; mise en évidence de l influence de la température B + V J + R Cas n°1 : exemple type –Deux chocs efficaces sur trois (P E1 2/3) –Le temps de demi-réaction trouvé est de lordre de 50 unités de temps. Cas n°2 : influence de la température T

21 21 Conclusion On peut, grâce à ce modèle, faire émerger que si la transformation est lente (faible vitesse de réaction) cest en raison de la rareté des chocs efficaces et non de la lenteur de lévénement-réaction au niveau microscopique qui, si les conditions stériques et énergétiques sont réunies, est très rapide Ces tirages sont longs et répétitifs : on est tenté de faire appel à un tableur...

22 22 Deuxième approche : modélisation mettant en jeu une analyse combinatoire et un tirage aléatoire à laide dun tableur Cette approche utilise des contenus du programme de mathématiques de la classe de Terminale S. Extraits du programme de mathématiques II.3. Probabilité et statistique Lois de probabilités Introduction des combinaisons, notées, pouvant être désigné par la locution « p parmi n » Conditionnement et indépendance Statistique et modélisation Cas de la répétition dexpériences identiques et indépendantes ; application aux expériences vues en 2 nde et 1 ère S (dés, pièces, urnes, etc.)

23 23 Application possible à différents cas 1. Influence de la concentration : la valeur des probabilités de rencontre P C1 et P C2 dépendent du nombre total dentités présentes dans le « pot » 2. Influence de la température : représentée par les choix possibles des probabilités defficacité de la réaction entre les espèces, P E1 et P E2 Aléa() ExcelAléa() Excel

24 24 B + V J + R Illustration du graphe obtenu pour 200 tirages Le temps de demi-réaction est de lordre de 75 unités. Aléa cas 3

25 25 Autres exemples B + V J + R 1) Mise en évidence de l influence de la concentration sur t 1/2 par introduction de boules blanches (solvant) 2) Effectifs plus importants et plus grand nombre de tirages : meilleure modélisation du passage microscopique- macroscopique (caractère aléatoire est lissé par la loi des grands nombres) meilleure correspondance à l'observable macroscopique..

26 26 Approche de léquilibre : la réaction dans le sens 2 est possible cest à dire P E2 0 activité préliminaire à la partie B du programme B + V J + R J + R B + V 1) A l aide d un tirage manuel 2) A l aide du tableur Remarque –P E2 < P E1, –état initial : n B = n V –équilibre dynamique : –n B (moyen)


Télécharger ppt "1 Approche cinétique de l évolution des systèmes chimiques."

Présentations similaires


Annonces Google