La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

EBA731 Les grands défis de la macroéconomie MBA pour cadres en exercice Centre Laurent Beaudoin Mario Fortin MBA pour cadres Université de Sherbrooke Automne.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "EBA731 Les grands défis de la macroéconomie MBA pour cadres en exercice Centre Laurent Beaudoin Mario Fortin MBA pour cadres Université de Sherbrooke Automne."— Transcription de la présentation:

1 EBA731 Les grands défis de la macroéconomie MBA pour cadres en exercice Centre Laurent Beaudoin Mario Fortin MBA pour cadres Université de Sherbrooke Automne 2011

2 1.1 Quest ce que léconomie

3 Définition de léconomie Léconomie est la science qui étudie comment satisfaire aux mieux les besoins humains illimités avec des ressources limitées. Le principe danalyse consiste à satisfaire aux besoins de la plus grande valeur possible avec le moins de ressources possibles. Le champ danalyse couvre la production, léchange et la consommation des biens et des services. Selon la manière dont on définit la science économique, on peut élargir le champ à létude du comportement humain rationnel. La rationalité ainsi évoquée a cependant un sens très précis, celui où on compare les coûts et les avantages de chaque action pour en tirer le plus davantages personnels, sans juger de la moralité de qui est recherché. Ainsi, il est rationnel quon triche moins lorsquil y a de la surveillance, que la criminalité baisse si les policiers font mieux leur travail, quon fasse habituellement moins denfants en milieu urbain, etc.

4 Léconomie est appelée la « dismal science » On dit quil ny a pas déconomiste manchot car tout économiste qui se respecte dit : « On one hand… on the other hand », pour rappeler le coût de toute action. Cest sans doute pour cette raison que léconomique est appelée la « dismal science », quon peut traduire par la science morose, lugubre ou ennuyeuse. On dit quun économiste est un professionnel payé pour faire des prévisions erronées. Ma définition favorite est quun économiste est un professionnel formé pour expliquer demain pourquoi ce quil avait prévu hier nest pas arrivé aujourdhui. Sommes nous si moroses? Si mauvais? Quest ce qui fait que les économistes sont ainsi perçus? Mais avant tout quallons nous voir? Quelles questions étudie la science économique?

5 Micro ou macro économie? Il y a deux champs détude distincts : la microéconomie et la macroéconomie. La microéconomie sintéresse au comportement économique dindividus (ménage, entreprise, marché…) ou encore à certains marchés pris isolément. Ex : Quest-ce qui détermine le prix du pétrole? Comment va réagir la demande dautomobiles si le prix des carburants augmente? La macroéconomie sintéresse aux agrégats économiques, cest-à- dire aux résultats globaux découlant de myriades de décisions individuelles. La macroéconomie prend une approche par marché et a besoin des outils microéconomiques. La microéconomie peut être étudiée sans les outils macroéconomiques.

6 Exemples de questions macroéconomiques –Quest-ce qui cause linflation? –Pourquoi y a-t-il du chômage? –Quest ce qui influence le taux de change? –Pourquoi faire une union monétaire ? –Comment se formule une politique monétaire? –Pourquoi y a-t-il des cycles économiques? –Quest ce qui influence les taux dintérêt? –Doù vient la croissance économique? –Devrait-on avoir un commerce international libre? –La Chine sous-évalue-t-elle de façon volontaire sa monnaie? –Augmenter les dépenses publiques pour lutter contre la crise est-il souhaitable? –Doit-on augmenter lâge de la retraite? –Lendettement public doit-il être combattu?

7 Léconomie politique La mauvaise presse des économistes tient en partie au fait que les réponses données aux questions économiques vont souvent mettre en jeu des intérêts divergents. Ex. modifier lâge de la retraite, changer les impôts, augmenter les taux dintérêt, modifier les mesures protectionnistes, etc… vont toutes créer des gagnants et des perdants. Chacun a avantage à représenter un point de vue égoïste et, idéalement, à le draper de vertu. Ex. un syndicat denseignants va réclamer une réduction de la taille des groupes pour améliorer la qualité de lenseignement (et accessoirement augmenter la demande de professeurs). Les économistes sont perçus comme cyniques car ils sont formés à voir plus loin que leffet immédiat. Ils sont les porte-paroles des effets lointains et des coûts disséminés.

8 1.2 Quelques principes économiques

9 La rareté, le choix et le coût La rareté et le choix sont les éléments essentiels de la science économique. Les biens sont rares car les ressources (physiques, financières et humaines) nexistent pas en quantité suffisante pour répondre à tous les besoins. Comme on ne peut pas tout produire, il est nécessaire de choisir. Choisir cest renoncer et ce à quoi on renonce est le coût de ce quon choisit. On lappelle le coût de renonciation. –Si je sème du maïs, je ne récolterai pas de patates. Le maïs me coûte des patates. –Si jenvahis un autre pays, je ne pourrai pas construire autant de routes. Linvasion me coûte des routes. –Si je viens à mon cours, je ne peux pas aller travailler, ou encore me reposer. –En mariant mon épouse, jai renoncé à épouser toutes les autres femmes (ou plutôt une parmi toutes les autres)

10 Le coût de renonciation

11 Le coût de renonciation (suite)…

12 Le bon et le mauvais économiste «Dans la sphère économique, un acte, une habitude, une institution, une loi n'engendrent pas seulement un effet, mais une série d'effets. De ces effets, le premier seul est immédiat; il se manifeste simultanément avec sa cause, on le voit. Les autres ne se déroulent que successivement, on ne les voit pas; heureux si on les prévoit. Entre un mauvais et un bon Économiste, voici toute la différence: l'un s'en tient à l'effet visible; l'autre tient compte et de l'effet qu'on voit et de ceux qu'il faut prévoir. 1 » –Ex. Une route payée avec les fonds publics donne de lemploi aux ouvriers qui la construisent. On voit la route et on peut nommer ces ouvriers. Cependant, les impôts requis pour payer la route empêchent les contribuables de dépenser, réduisant lemploi dans le tourisme, les vêtements, les arts, etc… Leffet immédiat sur lemploi dans la construction ne doit pas faire oublier les emplois touristiques perdus. 1. Frédéric Bastiat (1850), « Ce quon voit et ce quon ne voit pas », Ce pamphlet et les autres œuvres de cet économiste célèbre du XIX ème siècle sont disponibles gratuitement à ladresse

13 Penser à ce quon ne voit pas Tout au long de ce cours il vous faudra apprendre à ne pas oublier les effets indirects. Les plus importantes erreurs se commettent sur cet oubli. Or, si on sattardait seulement à ce quon voit, ce qui est évident, on continuerait de croire que la Terre est plate. Je nai pour ma part jamais considéré que léconomie est seulement un ensemble de connaissances. Cest plutôt, dabord et avant tout, une manière de réfléchir dans lequel le coût de toute action est considéré, en parallèle avec les avantages. Quand jai terminé mon baccalauréat, je disais en blaguant à peine que javais subi un lavage de cerveau. Je vous invite à une petite séance de nettoyage de méninges.

14 La rareté nest pas la pauvreté La pauvreté existe lorsque des besoins de base ne sont pas satisfaits. On peut espérer léliminer en augmentant notre capacité de produire. La rareté demeurera toujours car il ne sera jamais possible de tout faire. En effet toute personne fait face à la rareté ultime : le temps (Comme le chantait Michel Fugain « Même en 100 ans, je naurai pas le temps de tout faire…) Choisir implique de répondre à trois questions : –1. Quoi produire ? –2. Combien produire ? –3. Pour qui produire ?

15 Économie dirigée vs économie de marché Dans une économie dirigée, une entité (Ex. létat) dicte les choix. Adam Smith a montré que dans une économie de marché, des gens poursuivant leur intérêt personnel sont poussés à agir de manière à combler les plus grands besoins au moindre coût. Cest le mécanisme de la main invisible. 1 Dans une économie de marché la réponse aux trois questions est transmise de façon impersonnelle par les prix. On ne peut quêtre émerveillé par lextraordinaire coordination qui rend possible lapprovisionnement continuel dune métropole sans pénurie et sans ordres centralisés. 2 Une économie mixte combine les deux situations. Lintervention gouvernementale se trouve justifiée car certaines solutions du marché sont jugées non souhaitables. (Ex. distribution des revenus, partage des risques, effets externes, biens publics, etc.) 1 Smith, Adam (1776), « An inquiry into the nature and causes of the wealth of nations. » 2 Le livre de Charles Wheelan « Naked Economist : Undressing the Dismal Science » illustre la puissance du marché dans le 1 er chapitre qui sintitule « Who feeds Paris ?»

16 Économie positive vs économie normative Léconomie positive est objective et traite de ce qui est. (Ex. : Si la révolte arabe déstabilise le régime saoudien alors le prix du pétrole va augmenter.) Elle énonce des propositions testables. Léconomie normative est subjective et traite de ce qui devrait être : Ex. Le gouvernement devrait financer mieux les services de santé et réduire ses dépenses militaires. Ce choix repose sur la valeur des services rendus. On ne peut jamais prouver que ce jugement est valable ou non. Une grande partie des désaccords entre les économistes sont dus au fait quen tant que personne, les économistes ont des opinions et font de léconomie normative. Or, le fait dêtre économiste ne donne pas plus de poids à la valeur des opinions. En macroéconomie, une autre grande source de désaccord vient de la confiance dans le rôle stabilisateur des marchés pour maintenir le plein emploi.

17 10 principes économiques selon Mankiw 1. Rareté : La rareté signifie que tout nest pas possible, et tout nétant pas possible les gens doivent choisir. 2. Coût économique : Choisir cest renoncer et la meilleure des choses auxquelles on renonce est le coût dopportunité ou, dans un français plus juste, le coût de renonciation. 3. Rationalité : Les gens sont rationnels, cest-à-dire réagissent aux incitatifs, soit les avantages et inconvénients de leurs actions, pour maximiser la valeur dun objectif. Ceci ne permet pas de juger ces objectifs eux-mêmes, lesquels peuvent être louables ou complètement répréhensibles. (Ex : les voleurs font leurs crimes en cachette pour ne pas être pris.) 4. Raisonnement à la marge : Les gens cessent une activité dès que ses coûts marginaux dépassent ses avantages marginaux. 5. Rendement marginal décroissant : La division du travail et la spécialisation des tâches tendent à augmenter les rendements mais toute activité finit par atteindre une zone de rendements décroissants.

18 10 principes économiques de Mankiw (suite) 6. Gains de léchange volontaire : Les échanges volontaires améliorent le bien être de toutes les parties qui échangent. 7. Main invisible : Le marché constitue habituellement une façon efficiente dorganiser lactivité économique, cest-à-dire de maximiser les gains déchange. Cest le mécanisme de la main invisible. Il peut cependant connaître des défaillances. (Ex : si les échanges créent des pertes pour des tierces parties,) et lintervention du gouvernement peut alors être souhaitable. 8. Système de droit : Le niveau de vie dun pays dépend de sa capacité à produire des biens et services et la présence du système de droit, particulièrement le respect du droit de propriété, en représente un élément crucial. 9. Inflation : Une émission trop rapide de monnaie est la cause ultime à linflation chronique. 10. Arbitrage entre inflation et chômage. À court terme, linflation et le chômage tendent à évoluer dans des directions opposées. NB : Pour une explication de ces principes visionnez

19 Fin du chapitre


Télécharger ppt "EBA731 Les grands défis de la macroéconomie MBA pour cadres en exercice Centre Laurent Beaudoin Mario Fortin MBA pour cadres Université de Sherbrooke Automne."

Présentations similaires


Annonces Google