La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 1 Microéconomie et Finance - Cours 11 - Théorie des jeux et stratégies en concurrence.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 1 Microéconomie et Finance - Cours 11 - Théorie des jeux et stratégies en concurrence."— Transcription de la présentation:

1 1 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 1 Microéconomie et Finance - Cours 11 - Théorie des jeux et stratégies en concurrence

2 2 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 2 Points à aborder Jeux coopératifs / non coopératifs Stratégies dominantes Jeux répétés Jeux séquentiels Exemples dapplications

3 3 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 3 Jeux et décisions stratégiques Si je pense que mes concurrents sont rationnels, et agissent de façon à maximiser leurs profits, comment puis-je prendre en compte leurs comportements dans mes propres décisions de maximisation?

4 4 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 4 Jeux coopératifs / non coopératifs Jeux coopératifs –Les joueurs négocient des contrats liants, qui leur permettent de plannifier des stratégies jointes. Exemple: Vendeur et acheteur négocient le prix dun bien ou dun service, ou une joint venture entre deux firmes. Jeux non coopératifs –Impossibilité de négociation et de mise en œuvre de contrats liants. Exemple: Deux firmes concurrentes supposent que le comportement des autres déterminent, séparément, le pricing et la stratégie marketing pour gagner des parts de marché.

5 5 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 5 Jeux coopératifs / non coopératifs Jeux non coopératifs –La décision stratégique est basée sur la compréhension du point de vue du concurrent et lanticipation (en faisant lhypothèse quil est rationnel) de ce quil est susceptible de faire en réponse aux décisions que lon a prises.

6 6 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 6 Stratégies dominantes Stratégie dominante –Stratégie optimale, quelle que soit laction du concurrent. –Exemple A & B vendent des produits concurrents Il faut décider de lancer ou non une campagne de pub.

7 7 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 7 Matrice des payoffs dune campagne de pub Firme A Campagne Pas de campagne Campagne Pas de campagne Firme B (10, 5)(15, 0) (10, 2)(6, 8)

8 8 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 8 Stratégies dominantes Matrice de campagnes de pub –La pub est une stratégie dominante pour les deux firmes -> deux campagnes est un équilibre en stratégie dominante Jeux sans stratégie dominante –La décision optimale pour un joueur sans stratégie dominante dépendra de ce que lautre joueur va faire.

9 9 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 9 Stratégies dominantes / Eq. de Nash Stratégies dominantes –Jagis au mieux de mes intérêts, quoi que fasse mon concurrent. –Tu agis au mieux de tes intérêts, quoi que je fasse. Equilibre de Nash –Jagis au mieux de mes intérêts, étant donné ce que fais mon concurrent. –Tu agis au mieux de tes intérêts, étant donné ce que je fais.

10 10 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 10 Jeux répétés Les firmes oligopolistiques jouent un jeu répété. A chaque répétition du Dilemme du Prisonnier, les firmes peuvent développer une réputation quant à leur comportement et étudier le comportement de leurs concurrents. Application : problème de pricing

11 11 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 11 Problème de pricing Firme 1 Prix basPrix élevés Prix bas Prix élevés Firme 2 (10, 10)(100, -50) (50, 50)(-50, 100)

12 12 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 12 Problème de pricing Jeu non répété –La stratégie déquilibre est (Bas, Bas) Jeu répété –La stratégie donnant-donnant est la plus profitable. Conclusion: –En jeux répétés, le Dilemme du Prisonnier peut avoir un résultat coopératif avec une stratégie donnant- donnant.

13 13 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 13 Jeux répétés Léquilibre coopératif: –Est susceptible démerger dans un environnement de : Peu de firmes Demande stable Coûts stables –La coopération est difficile dès que lun de ces facteurs est susceptible de se modifier.

14 14 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 14 Jeux séquentiels Les joueurs jouent chacun à leur tour. Les joueurs doivent prendre en considération les actions possibles et les réactions rationnelles de chacun deux.

15 15 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 15 Exemples dapplications Menaces, promesses, et crédibilité –Menaces non crédibles : celles qui empireraient la situation de linitiateur. –Décision stratégique : action dun joueur pour gagner un avantage en contraignant son comportement. –Ex : Décourager lentrée : signaux de pertes aux entrants potentiels. Inciter les concurrents à réduire la production, sortir du marché, augmenter les prix Accords implicites au bénéfice de la firme


Télécharger ppt "1 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 1 Microéconomie et Finance - Cours 11 - Théorie des jeux et stratégies en concurrence."

Présentations similaires


Annonces Google