La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Cours 2 Les limites de la rationalité: des raisons de se réjouir www.unites.uqam.ca/philo/cours/PHI0200/

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Cours 2 Les limites de la rationalité: des raisons de se réjouir www.unites.uqam.ca/philo/cours/PHI0200/"— Transcription de la présentation:

1

2 Cours 2 Les limites de la rationalité: des raisons de se réjouir

3 Plan des prochaines semaines Cours 1: Quelques erreurs de raisonnement: le constat pessimiste Cours 2: Dautres erreurs et un constat plus optimiste Cours 3: La persuasion, quelques cordes sensibles Cours 4: La persuasion et les sciences cognitives (+ en bonis, examen)

4 Plan des prochaines semaines Cours 1: Quelques erreurs de raisonnement: le constat pessimiste Cours 2: Dautres erreurs et un constat plus optimiste Cours 3: La persuasion, quelques cordes sensibles Cours 4: La persuasion et les sciences cognitives (+ en bonis, examen)

5 Plan du cours Retour sur le cours de la semaine dernière Illusions cognitives: la suite Un constat optimiste: la psychologie évolutionniste Conclusion

6 Plan du cours Retour sur le cours de la semaine dernière Illusions cognitives: la suite Un constat optimiste: la psychologie évolutionniste Conclusion

7 Aristote

8

9 Intuitions concernant la rationalité Faculté de la raisonMémoireAttention

10 Daniel Kahneman (prix Nobel en économie 2002)

11 Heuristique et biais Heuristique : méthode de raisonnement simplifiée, approximative Ex : savoir que est impair en regardant le dernier chiffre Due à notre rationalité limitée Biais :propension à mal raisonner Ex : associer la densité du plomb à la pesanteur

12 illusions perceptives Müller-Lyer Utilisation du flou pour évaluer la distance: jour de brume vs jour de soleil.

13 Système 1 Intuition Système 2 Raisonnement Parallèle, rapide, automatique sans effort, napprend pas rapidement Lent, sériel, contrôlé, Effort, gouverné par des règles, flexible Stimuli Perception Représentations Conceptuelles

14 Illusions Lerreur de la conjonction La négligence du taux de bases Disponibilité cognitive La confiance excessive Le cadrage La pensée magique La prévisibilité a posteriori Lancrage

15 Un constat sombre Kahneman et Tversky: En faisant des prédictions et des jugements en situation d'incertitude, les gens ne semblent pas suivre le calcul des chances ou la théorie statistique de la prédiction. À la place, ils dépendent d'un nombre limité d'heuristiques qui parfois mènent à des jugements raisonnables, et parfois à des erreurs sévères et systématiques. (1973, 237)

16 Intuitions concernant la rationalité Faculté de la raisonMémoireAttention

17 Plan du cours Retour sur le cours de la semaine dernière Illusions cognitives: la suite Un constat optimiste: la psychologie évolutionniste Conclusion

18 Une autre série dillusions Optimisme Biais causaux Trop, cest comme pas assez La main chaude (hot) La loi des grands nombres Prophétie auto-réalisante Effet dinnoculation

19 Une autre série dillusions Optimisme Biais causaux Trop, cest comme pas assez La main chaude (hot) La loi des grands nombres Prophétie auto-réalisante Effet dinnoculation

20 Optimisme Optimisme comparatif (par rapport aux autres). 60 à 70% des gens pensent que leur avenir sera meilleur que les autres (les autres expriment une égalité; 94% des professeurs pensent quils sont meilleurs que leurs collègues). Optimisme est plus grand pour événements dont le sujet peut contrôler le cours (accident, sida vs pollution et catastrophe naturelle). Passagers moins optimistes que conducteurs.

21 Optimisme Plus grand avec cible vague quavec cible avec lesquelles ont ne peut sidentifier. Représentations mentales que nous nous faisons sont plus riches que celles que nous nous faisons des autres (moins dimagination pour eux). Optimisme décroît quand on nous montre les mesures prisent par les autres.

22 Optimisme Autruche! Réduire lanxiété (fumeur 33, 8 pour eux et 39, 7 pour les autres). Paquet de cigarettes. Faire peur: « cela pourrait marriver ». Mais pas seulement faire peur, aussi donner des moyens pour modifier le comportement.

23 Une autre série dillusions Optimisme Biais causaux Trop, cest comme pas assez La main chaude (hot) La loi des grands nombres Prophétie auto-réalisante Effet dinnoculation

24 Biais Les athlètes ont tendance à attribuer leur victoire à eux-mêmes et leur défaite à des facteurs extérieurs. Les étudiants ont tendance à attribuer leurs bonnes performances à eux-mêmes et leurs mauvaises performances aux professeurs. Professeurs bonne performance des étudiants à eux-mêmes et mauvaises aux étudiants.

25 Une autre série dillusions Optimisme Biais causaux Trop, cest comme pas assez La main chaude (hot) La loi des grands nombres Prophétie auto-réalisante Effet dinnoculation

26 Le choix, cest bon! Les gens ont tendance à croire quavoir plus de choix est une bonne affaire. Notre société de consommation nous offre justement ceci. Les gens sont plus enclin à acheter des confitures ou des chocolats quand ils ont 6 choix que 30. Ceux qui avaient moins doptions sont plus satisfaits que ceux qui en avaient plus.

27 Explication Speed dating. Explication: évitement du regret: Le plus ont a de choix, le plus de chance de faire un choix non-optimal (ou mauvais) et plus de problèmes dintractabilité informationnelle (se désengage en choisissant au hasard).

28

29

30 Une autre série dillusions Optimisme Biais causaux Trop, cest comme pas assez La main chaude (hot) La loi des grands nombres Prophétie auto-réalisante Effet dinnoculation

31 Basketball Mauvaise perception des événements aléatoires. Main chaude: tendance au succès après quelques lancers réussis. Explication: décontracté, plus confiant, « gets in the groove ».

32 Prédiction Prendre un joueur hypothétique qui fait un panier 50% du temps. Quel pourcentage après avoir réussi un panier? 61% Quel pourcentage après avoir raté un panier? 42% Est-ce important de passer le ballon à quelquun qui vient juste de réussir une série? 84%

33 Joueurs 100 lancers. Demande de parier après chaque lancer. Conservateur après avoir raté et plus risqué après avoir réussi.

34 Dans les faits Les joueurs ont une légère tendance à faire mieux après avoir manqué un lancer! 51% des lancés après avoir réussi un lancer. Mais 54% après avoir raté un lancer. 50% après avoir réussi deux lancers, 56% après en avoir manqué deux. Lancer-franc: 75% après avoir réussi un 75% après en avoir raté un.

35 Explication Les gens ont une représentation fautive de ce quune séquence aléatoire a lair. Des séquences de 4, 5 ou 6 faces de suite vont à lencontre de notre représentation de ce quest une séquence aléatoire. Sur une série de vingt lancers, davoir 4 faces ou piles de suite, 25% den avoir 5 et 10% den avoir 6. OXXXOXXXOXXOOOXOOXXOO 62% voit un suite!

36 Représentatif Ici, le fait quune série ne soit pas représentative de ce que nous pensons sur les événements aléatoires crée lillusion de la main chaude. Prototype: application erronée du prototype (heuristique de la représentatitivité)

37 Une autre série dillusions Optimisme Biais causaux Trop, cest comme pas assez La main chaude (hot) La loi des grands nombres Prophétie auto-réalisante Effet dinnoculation

38 Régression Quand deux variables sont liées imparfaitement, les valeurs extrêmes dun variable tendent à être liées à des valeurs moins extrêmes de lautre. Grandeur des parents et enfants. Année désastreuse pour une entreprise suivie dune meilleure année.

39 Syllogisme de la régression Tendance à expliquer par des théories causales complexes les effets de la régression statistique. Une moins bonne performance qui en suit une brillante est expliquée par le fait que lon a « slacké ». Une bonne performance dans le nombre de crimes par le fait que lon a appliqué de nouvelles mesures punitives.

40 Le sort de la page couverture de Sport Illustrated Plusieurs individus pensent que cest une malchance que dêtre sur la page couverture de SI (même chose avec le maillot de champion du monde à vélo). Mais on peut espérer quune performance extraordinaire qui a permis à lathlète dattirer lattention, soit suivi par des performances beaucoup plus ordinaires.

41 Punition On veut encourager les étudiants à arriver à 8hre30 pile. Un ordinateur montre lheure darrivée de létudiant sur 15 jours. Arrivée entre 8:20 et 8:40. Les participants peuvent encourager ou réprimander les étudiants ou ne pas faire de commentaires.

42 Résultats Les gens encouragent les étudiants quand ils arrivent à temps, les réprimandent quand ils arrivent en retard. Mais ceci était programmé. Mais pour cause de régression, le comportement tend à saméliorer après quil ait été puni et se déteriorier après avoir été encouragé. Comme résultat, 70% des sujets ont conclu que la réprimande était plus efficace que les félicitations.

43 Une autre série dillusions Optimisme Biais causaux Trop, cest comme pas assez La main chaude (hot) La loi des grands nombres Prophétie auto-réalisante Effet dinnoculation

44 Exemple Nouvelles sur les problèmes de solvabilité dune banque causent sa perte. Spéculation boursière sur les nouvelles technologies.

45 Anticipation « Il peut être rationnel pour un investisseur dacheter un titre, aujourdhui, même à un prix supérieur à sa valeur fondamentale dès lors que cet agent anticipe que le prix du titre augmentera, demain, sous leffet des croyances du marché. Cette opinion, si elle est partagée par lensemble des intervenants, peut donner naissance à une dynamique de hausse continue des cours des actions par laquelle se réalise lautovalidation des croyances. » (Orléan, 1998, p. 26)

46 Dilemme du prisonnier

47 But du jeu Est-ce la coopération ou bien la compétition? Certains croient que cest la coopération et dautres la compétition. Si un coopérateur est couplé à un compétiteur, il se fait avoir et doit devenir un compétiteur. Si un compétiteur est couplé à un compétiteur, sa prédiction est validée. Ainsi la conception du monde du compétiteur (le monde est une jungle où la loi du plus fort prévaut!) pourrait être justifiée du seul fait de son comportement.

48 Ami? Si on trouve quelquun déplaisant, on risque de passer moins de temps avec lui et donc, on ne lui laisse pas la possibilité de nous désabuser. Penser au dégoût alimentaire.

49 Une autre série dillusions Optimisme Biais causaux Trop, cest comme pas assez La main chaude (hot) La loi des grands nombres Prophétie auto-réalisante Effet dinnoculation

50 Les sujets sont plus convaincus par un argument contredit que par le même argument non-contredit: X est plus en faveur du projet A quand on présente de faibles arguments à lencontre de celui-ci que lorsque largument est présenté isolément.

51 Études sur la peine de mort Les participants en faveur de la peine de mort croient que les études montrant que la peine de mort ne réduit pas le crime ont des vices méthodologiques et ne sont pas attirés par les conclusions quelles tirent. La même chose est vraie pour les opposants à la peine de mort qui ont lu une étude indiquant que la peine de mort fonctionne. De façon remarquable, après avoir lu les deux études contradictoires, les participants rapportent être plus convaincus de la rectitude de leur point de vue que les participants qui nont lu aucune étude.

52 Remarque Ce nest pas quils ne portent pas attention à largument. Ils le considèrent simplement comme plus faible. Tendance à focaliser le débat, à prendre position. Cette effet semble beaucoup moins fort chez les asiatiques qui tentent de trouver un compromis. Nisbett. The Geography of Thought.

53 Bonus: leffet du faux consensus Les gens ont tendance à surestimer le fait que leurs valeurs, croyances et habitudes sont partagées par les autres. Demande à des gens de porter une pancarte qui dit « repentez-vous ». Ceux qui acceptent disent que 60% le ferait. Ceux qui refusent disent que 27% le ferait.

54 Explication possible Mauvaise estimation du support social. Mais possible que ce soit linformation à laquelle nous sommes exposées (les gens sont polis, ne nous contredisent que peu).

55 Plan du cours Retour sur le cours de la semaine dernière Illusions cognitives: la suite Un constat optimiste: la psychologie évolutionniste Conclusion

56 Psychologie évolutionniste 101

57 Quelques idées centrales Lesprit, comme le reste du corps, est fait dun ensemble de systèmes qui interagissent ou « organes » ou « modules ». Plusieurs de ces « organes » mentaux sont mécanismes de traitement de linformation (ordinateur). Les programmes quutilisent ces organes ont été sélectionnés par Mère Nature pour répondre aux problèmes auxquels ont fait face nos ancêtres.

58

59 Psychologie évolutionniste 101 « Notre architecture cognitive ressemble à une confédération de centaines ou de milliers dordinateurs fonctionnellement dédiés (souvent appelés modules) conçus pour résoudre les problèmes adaptatifs endémiques pour nos ancêtres chasseurs-cueilleurs. Chacun de ces mécanismes a son propre agenda et impose sa propre organisation exotique sur différents fragments du monde. Il y a des systèmes spécialisés pour linduction de la grammaire, pour la reconnaissance des visages, pour lévitement des objets, pour la construction des objets et la reconnaissance des émotions à partir du visage. Il y a un module de la théorie de lesprit … une variété de modules dinférences sociales … et une multitude dautres élégantes machines. » (Tooby et Cosmides, 1995)

60 Architecture de lesprit vue par la psychologie

61 Architecture de lesprit de la psychologie évolutionniste

62 Le programme de recherche Utiliser les données provenant de différentes disciplines pour identifier problèmes, incluant Biologie évolutionniste, paléo-anthropologie, écologie béhaviorale, botanique, médecine. Supposer que nous avons des organes mentaux pour répondre à ces problèmes. Utiliser les techniques de la psychologie pour voir si nous possédons bien ces organes.

63 Outils La rationalité est un outil pour aider les organismes à atteindre leurs buts dans le monde, pas pour se conformer aux normes de la logique. Boîte à outil.

64 Pourquoi le constat sombre est trop sombre? Kahneman et Tversky nont pas présenté les problèmes de la bonnes façons aux sujets. Ils les ont présenté dune telle façon que les sujets ne peuvent les reconnaître pour ce quils sont. Les illusions ne sont pas inévitables!

65 Intuitions concernant la rationalité Faculté de la raisonMémoireAttention Format

66 Pourquoi le constat sombre est trop sombre? Rationalité écologique: fréquentisme Rationalité sociale: détection des tricheurs

67 Pourquoi le constat sombre est trop sombre? Rationalité écologique: fréquentisme Rationalité sociale: détection des tricheurs

68 Pourquoi le constat sombre est trop sombre? Pour les problèmes impliquant les probabilités Linformation probabilistique était probablement accessible dans lenvironnement dans lequel nous avons évolué. Les organisme qui pouvaient utiliser cette information avaient un avantage significatif sur les autres.

69 Lhypothèse fréquentiste De linformation utile pour nos ancêtres était accessible sous forme de fréquences Par exemple, 3 des dernières 12 expéditions sur le bord de la rivière ont été couronnées de succès. Linformation à propos de la probabilité dévénements singuliers nétait pas accessible. Cette expédition a 25% des chances dêtre couronnée de succès. Il se peut que nous avons évolué un organe mental qui est bon pour faire affaire avec linformation en termes de probabilité, mais seulement quand cette information est présentée dans le format de fréquence.

70 Vision Constance des couleurs sous différentes illuminations naturelles. Constance des couleurs sous éclairage artificielle

71 Fréquence naturelle Facilité à calculer les fréquences (animaux, enfants et adultes) vs agonie mentale pour apprendre les probabilités.

72 Lhypothèse fréquentiste appliquée aux illusions cognitives Faire disparaître lerreur de la conjonction Faire disparaître la négligence du taux de base Faire disparaître la confiance excessive

73 Lhypothèse fréquentiste appliquée aux illusions cognitives Faire disparaître lerreur de la conjonction Faire disparaître la négligence du taux de base Faire disparaître la confiance excessive

74 Le problème de Linda, version fréquentiste Linda a 31 ans, elle est célibataire, franche et très brillante. Elle a une majeure en philosophie. Quand elle était étudiante, elle était très préoccupée par les questions de discrimination et de justice sociale, et elle a aussi participé à des manifestations antinucléaires.

75 Ordonnez les énoncés suivants selon leur probabilité : (a) Linda est professeur dans une école élémentaire. (b) Linda travaille dans une librairie et prend des leçons de Yoga. (c) Linda est active dans le mouvement féministe. (d) Linda travail comme travailleuse sociale. (e) Linda est membre dun groupe de suffragette. (f) Linda est guichetière dans une banque. (g) Linda est vendeuse dassurance. (h) Linda est guichetière dans une banque et active dans le mouvement féministe

76 Nouvelle question Il y a cent personnes à qui cette description convient. Combien seront : Guichetières de banque Guichetières de banque et actives dans le mouvement féministe? Moins derreurs (17% vs 85%)

77 Lhypothèse fréquentiste appliquée aux illusions cognitives Faire disparaître lerreur de la conjonction Faire disparaître la négligence du taux de base Faire disparaître la confiance excessive

78 Si un test pour la détection dune maladie dont la prévalence est 1/1000 a un taux de faux positif de 5%, quelle chance a une personne qui vient de recevoir un test positif de souffrir de la maladie, en assumant que vous ne savez rien à propos des symptômes et signes de la personne? ________% 2%= 18 95%=45

79 1 américain sur mille a la maladie X. Un test a été développé pour détecter lorsquune personne a la maladie X. Chaque fois que le test est donné a une personne qui a la maladie, le test donne positif. Mais quelque fois, le test donne positif pour les gens qui sont en santé. Plus précisément, pour 1000 personnes qui sont complètement en santé, 50 recevront un test positif. Imaginé que nous avons assemblé un groupe de 1000 personnes au hasard (sélectionnées grâce à une loterie). Étant donné linformation mentionné ci-haut: en moyenne, combien de gens recevant un test positif pour la maladie ont-il vraiment la maladie? ______ sur ________ 1 sur 50 ou 2%

80

81 Lhypothèse fréquentiste appliquée aux illusions cognitives Faire disparaître lerreur de la conjonction Faire disparaître la négligence du taux de base Faire disparaître la confiance excessive

82 Pour chacune des paires suivantes de ville, laquelle a le plus dhabitants? (a) Las Vegas(b) Miami Combien confiant êtes-vous que votre réponse est correcte? 50% 60% 70% 80% 90% 100% (a) Sydney(b) Melbourne Combien confiant êtes-vous que votre réponse est correcte? 50% 60% 70% 80% 90% 100% (a) Hyderabad(b) Islamabad Combien confiant êtes-vous que votre réponse est correcte? 50% 60% 70% 80% 90% 100% Combien des 50 questions précédentes pensez-vous avoir bonnes?

83 Pour chaque question = 15% de confiance excessive. Pour les 50 = 0%

84 Pourquoi le constat sombre est trop sombre? Rationalité écologique: fréquentisme Rationalité sociale: détection des tricheurs

85 Pourquoi le constat sombre est-il trop sombre? Coopération entre individus non-parents augmente la survie et reproduction. Mais cette coopération a un coût pour le donneur, elle ne sera donc sélectionnée que si les échanges sont réciproques. Les échanges réciproques sont vulnérables à la tricherie (prenez tout de suite, payer plus tard). Nous aurions des mécanismes cognitifs dont la fonction est de reconnaître les tricheurs (ou profiteurs).

86 Chauve-Souris Vampire

87 Dilemme du prisonnier

88 Stratégie dominante La stratégie dominante consiste à faire défection. Si Alter coopère, jempoche plus; si Alter fait défection, jempoche plus que si javais coopéré (0). « Le dilemme du prisonnier constitue un paradoxe en ce que les deux agents sy condamnent mutuellement et le plus « rationnellement » du monde, à une situation qui, par rapport à un autre possible, est moins bonne pour lun comme pour lautre. » (Dupuis, 70).

89 Chose certaine Sils savent que Incertitude favorise Alter va faire défection, 97 pour cent font défection. Sils savent que Alter va coopérer, 84 pour cent font défection. Sils ne savent pas, 60 pour cent à faire défection. pensée quasi-magique, comme si en coopérant, il incitait lautre à coopérer.

90 État de nature Hobbes: « Du fait de cette défiance de lun à légard de lautre, il nexiste pour nul homme aucun moyen de se garantir qui soit aussi raisonnable que le fait de prendre les devants. »

91 Coopération Pierre doit faire le premier pas. Risque que Marie fasse défection. Pierre reste immobile. Marie promet. Le problème est alors quil est irrationnel pour elle de coopérer. Pourquoi sengagerait-elle au temps 0 dans un comportement qui nest pas dans son intérêt au temps 2. Pierre le sait.

92

93 Le problème de lengagement Schelling (1960): Kidnapper qui veut remettre sa victime en liberté. A peur que la victime se rende à la police dès sa libération. Victime promet, mais le kidnapper sait quil est dans lintérêt de la victime de se rendre à la police. Il la tue. Personne dhonneur: va aller à lencontre de son intérêt. Échanger contre un secret.

94 Fermier X veut voler un bœuf à Y. X sait que Y est un agent rationnel. X sait également quil en coûtera plus (en temps, en effort, en travail perdu) à Y de le poursuivre que le prix du bœuf. X peut donc voler la vache.

95 Nisbett Dans plusieurs cultures le statut social est lié à la réputation. Dans les culture où il y a abondance ou les biens ne sont pas volables (fermage), la réputation de dur nest pas importante. Mais dans une culture où les biens sont transportables et où la police est minimale, cette réputation est importante. Les gens doivent savoir que vous êtes prêt à mourrir plutôt quà vous faire voler.

96 Ghetto Conditions remplies pour culture dhonneur: 1)Ressources rares et transportables (auto, boombox, etc). 2)Présence policière faible (Call for a cop, call for an ambulance, and call for a pizza. See which comes first. Culture réinventée. Sous-culture de lhonneur.

97 Condition Ceci est vrai dans le cas dune interaction unique. Interactions répétées, les choses changent sil est possible de reconnaître ceux avec qui on a interagit.

98 Publicité Avoir les préférences est insuffisant, il faut aussi que ces préférences soient discernables par les autres. Quelquun avec une prédisposition à la coopération dans un jeu du prisonnier est désavantagé à moins que les autres puissent identifier sa prédisposition et quil puisse faire de même chez les autres.

99 Peut-on vraiment? Dans dilemme du prisonnier, personnes très bonne pour identifier les coopérateurs et non-coopérateurs. 26% défection, 73% coopération

100 Pesticide Gallon de pesticide. Loi pour protection de lenvironnement. 30 minutes de conduite. Elle pourrait verser dans le drain de sa cave sans que personne ne la voit. Petit dommage. Est-ce que vous connaissez des gens qui le ferait?

101 Théorie évolutionniste Dans une population où les coopérateurs et les tricheurs ne sont distinguables et où les organismes se reproduisent en fonction de leurs gains ou pertes, les tricheurs devraient envahir la population. Mais supposons quils sont distinguables, les interactions ne se feraient plus sur une base aléatoire. Les coopérateurs (discriminatifs) dominent.

102 Publicité Auto-publicité: pourboire, actes altruistes, amour (fleurs, souper). Publicité négative: ragots. Coût de lacquisition de linformation et possibilité de feindre. Feindre est coûteux, parfois impossible (émotion). Équilibre où les coopérateurs sont justes assez vigilants pour ne pas se faire rouler par la même personne. Disposition: coopérer dabord. Si il ne réciproque pas, ne plus coopérer.

103 Modifiables Frank (1993) étude sur les économistes. Ils se comportent de façon plus opportunistes que les autres. Font défection deux fois plus souvent au dilemme du prisonnier à un coup. Deux fois plus à risque de ne rien donner aux organismes de charité.

104 Lhypothèse de Cosmides Puisque les humains sont capables dinteractions réciproques stables, nous devrions avoir un ou des mécanismes permettant de reconnaître les situations déchange et de détecter les tricheurs, cest-à-dire ceux qui acceptent les bénéfices, mais refusent de payer les coûts. Prédiction: les sujets feront bien dans les versions du tâche de sélection si le module de détection des tricheurs est activé.

105 Quatre cartes. une lettre sur un côté et un nombre sur l'autre Indiquer quelle(s) carte(s) il vous faut tourner pour vérifier l'affirmation suivante : Si une carte porte une voyelle d'un côté, alors elle porte un nombre impair de l'autre côté EC54

106 Dans leur lutte contre l'ivresse au volant, les officiers de police du Massachusetts ne cessent de retirer des permis de conduire. Vous êtes videur dans un bar de Boston et vous perdrez votre emploi si vous n'appliquez pas la loi suivante : « Pour boire de la bière, il faut avoir plus de 20 ans »

107 Les cartes ci-après contiennent des renseignements sur quatre personnes assises à une table dans votre bar. Sur un côté de chaque carte se trouve la nature de la consommation et sur l'autre, l'âge de la personne. N'identifiez que les cartes que vous devez absolument retourner pour savoir si l'une de ces personnes enfreint la loi. Solution évidente (75% de succès vs 25%) Pourquoi ? BièreCoca25 ans16 ans

108 Tricher=violer un « contrat social » Convention entre deux individus : Si vous profitez de X, il vous faut satisfaire au critère Y Ex : si je te donne un part de mon butin de chasse, tu dois men donner à un autre moment Exemple du bar : si tu bois de la bière, tu dois avoir plus de 20 ans. Il faut vérifier uniquement : ceux qui profitent de X (pour voir sils satisfont le critère Y)= ceux qui boivent de la bière ceux qui ne satisfont pas au critère Y (au cas ou ils profiteraient de X)= ceux qui nont pas 20 ans

109 Source de lerreur Le problème du videur du bar de Boston présenté plus tôt est un exemple d'une tâche de sélection qui déclenche un mécanisme de détection des tricheurs. Le problème des voyelles et des nombres impairs présenté à la section IV est un exemple de tâche de sélection qui ne déclenche pas de module de détection de tricheurs.

110 Ces heuristiques qui nous rendent « smart » Les heuristiques ne nous induisent pas toujours en erreur. Gigerenzer

111 Simon Rationalité limitée. Nous devons prendre des raccourcis afin de prendre nos décisions. Stratégie rapide et frugale.

112 Comment attraper une balle Robot 1: calcul parabole, vent, représentation complète de lenvironnement, pourrait navoir jamais fini le calcul avant que la balle narrive à lui, etc. Robot 2: garde constant langle entre la balle et lœil (fast and frugal).

113 Se trouver une compagne Les possibilités ne sont pas toutes présentes dun coup. Souvent elles ne reviennent pas. Secrétaire (77) Ajuster votre seuil (désirabilité). Try a dozen. Take the next best.

114 Sentiment déquité

115 Le jeu de lultimatum On donne un montant dargent au joueur, disons 10 $. Ce joueur propose un montant, X, à un second joueur. Le second joueur peut accepter la proposition, auquel cas, il reçoit X et le premier 10$-X. Le second joueur peut refuser la proposition, auquel cas, les deux joueurs ne reçoivent rien.

116 Résultats Les offres les plus faibles (moins de 20%) sont rejetées. Les sujets réagissent avec indignation à la proposition. Ils nagissent pas de façon à maximiser leurs profits, puisquils rejettent les offres dune petite part du magot et préfèrent ne rien avoir.

117 Équité Payer pour faire perdre de largent. Singe: refuse nourriture.

118 Lhomo economicus: norme Déviations constantes des prédictions faites à partir du modèle classique de lhomo economicus. Celui-ci devrait être entièrement préoccupé par son propre intérêt. Or plusieurs travaux ont montré quen plus de leur intérêt, les sujets étaient aussi préoccupé par la réciprocité et le caractère équitable des transactions, sont prêt à modifier la répartition des ressources et ce même au dépend de leur propre profit et sont également disposés à récompenser ceux qui coopèrent et à punirent ceux qui ne le font pas, même si ces actions leur en coûtent.

119 Culture La culture joue un rôle marginale dans la théorie économique, elle est en quelque sorte extérieure. Or, les comportements véritables des agents sont redevables aux environnements culturels dans lesquels ils se sont développés.

120 Quelle est la source de ces déviations Est-ce que ces déviations sont universelles ou non? Si non, doù vient la source de ces déviations? De son environnement sociale et économique ou bien des caractéristiques individuelles des sujets (âge, sexe, etc). Henrich, Boyd, Bowles, Camerer, Fehr, Ginis et McElreah (2001). « In Search of the Homo Economicus: Behavioral Experiments in 15 Small-Scale Societies »

121 Le Ultimatum game Soumettent des gens de 15 sociétés différentes à un jeu. On donne à un « proposeur » un montant équivalent à un ou deux jours de salaire ou de travail et on lui demande de proposer une offre à un « répondant ». Le répondant à le choix soit daccepter, soit de refuser. Le cas échéant, les deux ne reçoivent rien. Quel devrait être, selon vous, le résultat de cette expérience?

122

123 Résultat Le modèle classique prédit que le répondant devrait toujours accepter parce que recevoir quelque chose, aussi petit que soit ce quelque chose, est toujours mieux que rien! Expériences généralement fait en occident avec des étudiants et le résultat est que les répondant acceptent (en moyenne) des offres tournant autour de 44% du lot. Leur expérience: entre 26 % et 58%. Hasza (Tanzanie) refuse uniquement les offres basses (40%) alors que les Au et les Gnau refusent et les offres basses et les offres hyper-fair (+ de 50%).

124 Explication Deux dimensions: 1) Les retombées de la coopération (combien leur vie dépend de la coopération dans la production économique). 2) Lintégration du marché (combien ces gens dépendent de léchange dans leur vie quotidienne).

125 Les cas précis Les Machiguena et Tsimané sont les plus bas en termes de coopération: ils sont indépendants économiquement et sengagent rarement dans des activités économiques impliquant dautres que les membres de leur famille. (offre moyenne 26% et 37%) Les Lamerlara sont des chasseurs de baleines qui doivent aller à la mer ensemble dans des grands canots (offre moyenne 58%) Haut niveau de coopération augmente les comportements de partage et lintégration du marché permet linternalisation de principes déquité vis-à-vis les étrangers. Les deux dimensions expliquent 68% de la variance.

126 Rejet des offres Rejet des offres hyper-fair par les Au et Gnau reflètent les pratique de don de cadeaux de ces sociétés. Accepter un cadeau implique que vous reciproquiez dans un temps futur déterminé par le donneur. Les gros cadeaux établissent aussi le receveur comme subordonné. Gros cadeaux refusés à cause de lanxiété créée. Hadza offre basse et haut taux de refus. Partagent que lorsquils sont forcés. Peur de punition ou ragots. Aché ne refusent pas les offres, même basses (offrent tendent autour de 40%). Partage de la viande et coopération, mais sans punition.

127 Plan de cours Retour sur le cours de la semaine dernière Illusions cognitives: la suite Un constat optimiste: la psychologie évolutionniste Conclusion

128

129 La vérité semble entre entre la position optimiste dAristote et la position pessimiste des avocats des heuristiques et biais. Les gens ont accès à des principes de raisonnement qui leur permettent de donner la bonne réponse à plusieurs tâches de raisonnement. Mais ces principes ne semblent pas être accessibles (ou activés) pour plusieurs tâches de raisonnement importantes de notre monde moderne.

130 Le défi pour les philosophes, psychologues et éducateurs des prochaines décennies sera de concevoir de meilleures façons pour nos esprits de l'âge de pierre de traiter les problèmes de raisonnement que nous rencontrons à l'âge des voyages spatiaux, des réseaux d'ordinateurs globaux et des armes nucléaires. - Stephen Stich


Télécharger ppt "Cours 2 Les limites de la rationalité: des raisons de se réjouir www.unites.uqam.ca/philo/cours/PHI0200/"

Présentations similaires


Annonces Google