La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Financement du programme de soins gériatriques

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Financement du programme de soins gériatriques"— Transcription de la présentation:

1 Financement du programme de soins gériatriques
Promoteur : Prof. M.-C. Closon Prof. J.-P. Baeyens, MD Prof F. Falez, MD, PhD M. Gobert, RN, MSc, PhD Prof. Th. Pepersack, MD, PhD

2 Approches et littératures internationales
Critères favorables à une prise en charge efficace du patient gériatrique en phase aiguë Importance de la multidisciplinarité et de l’interdisciplinarité Prise en charge la plus globale possible avec évaluation, traitement et gestion du cas qui doit recouvrir l’épisode de soins et si possible la continuité des soins Eviter l’institutionnalisation  coordination des soins et de la prise en charge au niveau ambulatoire, hospitalier et institutionnel Risque principal de l’hospitalisation aigüe du patient gériatrique = perte d’autonomie important de mettre en place immédiatement et tout au long du séjour une prise en charge spécifiquement gériatrique Assurer un cadre stable au patient pour éviter une perte de repère due au problème de désorientation Assurer un financement adéquat pour ce type de patient

3 Approches et littératures internationales
Organisation des soins aigus gériatriques Deux extrêmes : USA : séparation totale des soins aigus et de réadaptation Belgique, Australie : unités de gériatrie aiguë dans les hôpitaux généraux (aigus et de réadaptation)

4 Approches et littératures internationales
Organisation des soins aigus gériatriques (suite) Il n’y a généralement pas, dans les pays occidentaux, de financement spécifique pour la prise en charge multidisciplinaire des patients gériatriques dans les services gériatriques aigus. Il y a souvent une prise en compte indirecte et très partielle de certaines caractéristiques des patients gériatriques dans la classification des patients via l’âge et les commorbidités Il y a dans quelques pays des financements complémentaires pour des activités spécifiquement gériatriques (ex. : évaluation gériatrique et réadaptation en Allemagne) ou pour la fonction gériatrique (liaison gériatrique ou réseaux intégrés de soins (France, Belgique, Catalogne)). Modèles innovants : USA : programmes recouvrant l’ensemble des soins hospitaliers + ambulatoires

5 Organisation et financement des soins aigus gériatriques en Belgique
Le nombre de lits G n’atteint pas la norme légale Le nombre de gériatres et d’infirmières spécialisées en gériatrie ne permet pas de couvrir les besoins Une spécialité en médecine gériatrique est reconnue depuis 2005 La formation des infirmières en gériatrie est très limitée

6 Organisation et financement des soins aigus gériatriques en Belgique
Normes identiques pour toutes les unités gériatriques quelle que soit l’intensité des soins Infirmières : 12.8 pour 24 lits Ergo, logo, psy : 1.33 pour 24 lits Kiné à l’acte (M ou K) Gériatres Honoraires de surveillance « Actes techniques » Journées justifiées : Gfin et Gpot

7 Outils pour le financement des services gériatriques
APRDRGs groupent les patients en fonction de : Diagnostic principal Diagnostics secondaires Présence d’une intervention chirurgicale  groupes cohérents d’un point de vue médical et homogènes au niveau de l’utilisation des ressources APPLICABLES SEULEMENT SI PRISE EN CHARGE RELATIVEMENT STANDARDISEE EN FONCTION DU DIAGNOSTIC PRINCIPAL

8 Outils pour le financement des services gériatriques
Analyse des patients gériatriques par APRDRG inadéquate car prise en compte insuffisante ou inadéquate des spécificités gériatriques : Dépendance du patient Multipathologies et type de prise en charge par pathologie Prise en charge globale multi et interdisciplinaire Lourdeur des facteurs sociaux

9 Outils pour le financement des services gériatriques
RCM insuffisant RGM : ajout d’informations sur dépendance, facteurs sociaux, activités médicales, infirmières et de réadaptation + évolution au cours du séjour  extrêmement lourd

10 Outils disponibles pour le financement des soins gériatriques aigus

11 Outils disponibles pour le financement des soins gériatriques aigus

12 Outils disponibles pour le financement des soins gériatriques aigus

13 Outils disponibles pour le financement des soins gériatriques aigus : les RUGs (Resources Utilization Groups) RUG construit à partir des données du RAI, récoltées dans les institutions de moyen et de long séjour pour personnes âgées 44 RUGs sur base : 1/ Niveau de dépendance 2/ Hiérarchisation selon : temps de réadaptation (nombre de minutes dans les 7 derniers jours) extrêmement élevé très élevé élevé moyen bas service extensif cliniquement complexe troubles cognitifs troubles du comportement réduction des fonctions Si le patient n’appartient pas à une classe de réadaptation, on regarde s’il répond aux critères des autres classes, en fonction de son appartenance à une ou plusieurs classes, le patient accumule des points

14 Valeurs financières des 44 RUGs-III d’après HILL et Wei 2004
Hill A, Wei Y: Evaluation of the VA Nursing Home Resident Assessment Instrument Minimum Data Set: Resource Utilization group III in FY 2001 and FY Technical Report No 11, 2004

15 Outils disponibles pour le financement des soins gériatriques aigus : les RUGs
Evaluation des RUGs Validité faciale Pas de littérature scientifique Littérature grise Mauvaise prise en compte des cas cliniquement complexes

16 Outils disponibles pour le financement des soins gériatriques aigus : les RUGs
Evaluation des RUGs Validité du contenu Pas de littérature scientifique Littérature grise Instruments lourds et complexes : 400 items, 7 modalités temporelles  haut % d’erreurs, informations inutiles pour évaluation des ressources nécessaires en phase aiguë Instruments orientés pour les patients nécessitant des soins de longue durée

17 Outils disponibles pour le financement des soins gériatriques aigus : les RUGs
Evaluation des RUGs Validité du construit Pour les soins de longue durée, RUGs permettent d’expliquer un pourcentage important des temps prestés (mais basés sur temps presté) Pour les courts et moyens séjours, RUGs permettent d’expliquer temps de soins infirmiers liés aux soins de base et de réadaptation mais pas aux soins médicaux Evaluation du temps par le temps Incitant à classer les patients dans les classes de réadaptation car mieux remboursés même si soins non nécessaires

18 Outils disponibles pour le financement des soins gériatriques aigus : AGGIR-PATHOS-SOCIOS

19

20 AGGIR Variables du modèle Autonomie corporelle et mentale
PP-10-00 Variables du modèle Cohérence Orientation Toilette Habillage Alimentation Hygiène de l'élimination Transferts Déplacement intérieur Déplacement extérieur Possibilités pour alerter Autonomie corporelle et mentale 10 variables discriminantes Gestion Cuisine Ménage Transports Achats Suivi du traitement Activités du temps libre Autonomie domestique et sociale 7 variables illustratives

21 A B C AGGIR Codage des variables FAIT SEUL spontanément totalement
PP-10-00 Codage des variables A.Gorky FAIT SEUL spontanément totalement habituellement correctement A B FAIT non spontanément et/ou partiellement et/ou non habituellement et/ou non correctement C NE FAIT PAS il faut faire à la place ou il faut « faire faire »

22 Groupes iso-ressources
AGGIR PP-10-00 Groupes iso-ressources N.de Staël Prise en charge « médicalisée » GIR « lourds » 30 % Groupe 1 Perte de toute autonomie mentale, corporelle et locomotrice Groupe 2 Grabataires lucides Détériorés mentaux graves conservant une motricité Groupe 3 Autonomie motrice partielle mais autonomie mentale conservée Groupe 4 Non autonomes pour les transferts Autonomes moteurs mais aides pour les activités corporelles Groupe 5 Aides partielles et ponctuelles Groupe 6 Autonomie complète

23 PATHOS 50 états pathologiques 12 profils de stratégie thérapeutique
PP-10-00 50 états pathologiques 12 profils de stratégie thérapeutique 8 postes de soins V.Vasarely 4 niveaux de soins dans chaque poste C'est le couple état pathologique - profil qui détermine la charge de soins

24 PATHOS 12 profils de stratégie thérapeutique
PP-10-00 12 profils de stratégie thérapeutique L ’état pathologique « seul » ne suffit pas à indiquer les moyens à mobiliser pour sa prise en charge, il faut le caractériser par son « ambiance » de soins nécessaires : son PROFIL 12 profils de soins vont permettre de qualifier chacun des états pathologiques identifiés chez un patient P.Gauguin

25 PATHOS Profils T1 T2 P1 P2 R1 R2 CH DG M1 M2 S1 S0
Pronostic vital en jeu au quotidien Surveillance médicale rapprochée Prise en charge psychiatrique de crise Prise en charge psychothérapique de soutien Rééducation fonctionnelle intensive Rééducation de soutien ou allégée Soins locaux complexes et longs Pathologie froide non diagnostiquée Mourrant lucide : soins palliatifs État crépusculaire : soins de confort Surveillance épisodique programmée Absence de soins

26 PATHOS 8 postes de soins exprimé dans des unités différentes
PP-10-00 8 postes de soins G.Braque Il existe 240 couples état pathologique - profil A chaque couple correspond un niveau de soins dans les 8 postes exprimé dans des unités différentes selon les postes 1 Gériatre 2 Psychiatre 3 Infirmiers 4 Rééducation 5 Psychothérapie 6 Biologie 7 Imagerie 8 Pharmacie

27 PATHOS Prise en compte de la polypathologie
PP-10-00 Prise en compte de la polypathologie L ’algorithme analyse l ’association des différents couples état pathologique - profil de chaque patient et tient compte : d ’un maximum logique et raisonnable, de l ’existence d ’actes dits « spécifiques » et de situations particulières pour réaliser une « somme pondérée » des points liés aux différents couples présentés dans les 8 postes de ressources et constituer 8 indicateurs distincts de niveaux de soins nécessaires

28 PATHOS Niveaux de soins CS MS LS EHPA SIAD 1 Gériatre 2 Psychiatre
PP-10-00 Niveaux de soins 1 Gériatre 2 Psychiatre 3 Infirmiers 4 Rééducation 5 Psychothérapie 6 Biologie 7 Imagerie 8 Pharmacie CS MS LS EHPA SIAD

29 Validité des différents outils disponibles pour mesurer la charge de travail dans les services de gériatrie aiguë

30 Tests de validation APS : face-validity process
= tester similitude image via bilan Galaad et évaluation subjective des équipes Via un questionnaire n=28 répondants Résultats Confirmation variabilité inter-unités conforme aux réalités de terrain Outils jugés pour rendre bien compte des spécificités des services gériatriques

31 Tests de validation APS : face-validity process
20/28 encodages réalisés en équipe multidisciplinaire (médecins + infirmiers + assistants sociaux) Le feedback rend bien compte du profil de l’unité au moment de l’encodage, 2 à 3 journées par an seraient nécessaires pour refléter le profil général de l’unité Les différences observées entre le profil de l’unité et la moyenne des autres unités sont justifiées Bon reflet de l’approche globale de la prise en charge dans les unités gériatriques

32 Tests de validation APS : face-validity process
Unanimité : outil déquat et utile pour juger des spécificités gériatriques 50% ont transmis les feedback à la direction et/ou en ont discutés en équipe Enregistrement proposé : 2 à 3 fois par an

33 Tests de validation APS : face-validity process Comparaison qualitative des outils

34 Tests de validation APS : stabilité
Deuxième enregistrement APS un an après le premier dans 17 unités : Bonne stabilité des indicateurs de charge en soins de base (GIR), en soins médico-techniques (PATHOS) et de distribution différentielle de ces charges dans les différentes unités Récolte de données APS deux à trois jours par an serait suffisante pour permettre de rendre compte des variations saisonnières

35 Outils disponibles pour le financement des soins gériatriques aigus : AGGIR-PATHOS-SOCIOS

36 Justification du choix de l’outil APS pour le financement des services gériatriques aigus
Evaluation multidisciplinaire de l’évaluation de la charge en soins des divers professionnels Couverture de la phase aiguë et post aiguë des soins Prise en compte de la spécificité de chaque patient par l’éva luation de la charge de soins sur base du profil du patient Rapport coût-efficacité de la collecte des données par rapport aux indicateurs nécessaires pour l’objectif poursuivi : l’évaluation de la charge de travail Contrôle des données plus aisé

37 Propositions de financement du programme hospitalier de soins gériatriques en Belgique
Préalable Système d’information qui permet d’identifier : Les patients à profil gériatrique L’évaluation des besoins de ces patients Les ressources nécessaires à la prise en charge Recommandations Screening des patients > 75 ans Evaluation des fragilités de ces patients (bgmst…) Recueil 2 à 3 fois par an des données APS Obligation pour les services de gériatrie de participer aux programmes d’évaluation et d’amélioration de la qualité des soins du Collège de Gériatrie

38 Propositions de financement du programme hospitalier de soins gériatriques en Belgique
Amélioration de la répartition des journées justifiées entre les unités de gériatrie Nouvelle définition de Gfin Profil gériatrique (screening) Niveaux de sévérité > 1 Age > 75 ans > 10 jours en gériatrie Évaluation fragilité gériatrique Patients n’ayant pas été transférés dans un autre service (Sp, AKT, …) avant x (?) jours Services participant aux programmes de qualité des soins du Collège de gériatrie

39

40 Propositions de financement du programme hospitalier de soins gériatriques en Belgique
Répartition plus équitable des financements pour le personnel des services de gériatrie aiguë compte tenu des spécificités des patients et de la prise en charge Soins infirmiers Nombre d’infirmiers et d’aides soignants par 24 lits de gériatrie aiguë dans divers pays Utilisation des données fournies par APS pour améliorer le financement des infirmières

41 Variabilité inter-unités : GPM moyen
Max=86 Min=41 Mean=67.7 std= Median= Mode=68

42 Variabilité inter-unités : % patients GIR6

43 Variabilité inter-unités : % de patients totalement dépendants © par activité

44 Variabilité inter-unités : PMP moyen par patient (points)
G AIGU : moy=972 ( 510) méd=970 Min=449 max=1719 66.7% des unités entre 658 et 1270 G subaigu : moy= 665 ( 350)

45 Variabilité inter-unités : postes de soins

46 Utilisation des données APS pour améliorer le financement de l’encadrement en personnel

47 Budget nécessaire au financement des services gériatriques aigus
Accroissement du budget justifié par : Faible norme d’encadrement infirmier et paramédical en Belgique Meilleure prise en charge des patients gériatriques qui permet d’éviter le risque de déclin fonctionnel et l’institutionnalisation L’intégration des kinésithérapeutes dans la norme permet d’éviter l’utilisation de la nomenclature K L’accroissement de la norme en référents hospitaliers permet une meilleure coordination entre l’hospitalier et l’ambulatoire

48


Télécharger ppt "Financement du programme de soins gériatriques"

Présentations similaires


Annonces Google