La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Centre wallon de Recherches agronomiques - Département Lutte biologique et Ressources phytogénétiques – Unité de Zoologie Ir. Antoine MICHOTTE RENIER La.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Centre wallon de Recherches agronomiques - Département Lutte biologique et Ressources phytogénétiques – Unité de Zoologie Ir. Antoine MICHOTTE RENIER La."— Transcription de la présentation:

1 Centre wallon de Recherches agronomiques - Département Lutte biologique et Ressources phytogénétiques – Unité de Zoologie Ir. Antoine MICHOTTE RENIER La Recherche scientifique au service de la lutte contre le rat musqué (Ondatra zibethicus) en Région wallonne Colloque transfrontalier Le rat musqué: Bilan et perspectives de la lutte transfrontalière Bruxelles, le 7 octobre 2005

2 Centre wallon de Recherches agronomiques - Département Lutte biologique et Ressources phytogénétiques – Unité de Zoologie Ir. Antoine MICHOTTE RENIER Centre wallon de Recherches agronomiques - Département Lutte biologique et Ressources phytogénétiques – Unité de Zoologie Ir. Antoine MICHOTTE RENIER Plan de lexposé: 1. Les trois piliers de la lutte en Région wallonne 2. De la Recherche: Pour quoi faire? 3. Évaluation des risques dintoxication secondaire 4. Conclusion

3 Centre wallon de Recherches agronomiques - Département Lutte biologique et Ressources phytogénétiques – Unité de Zoologie Ir. Antoine MICHOTTE RENIER 1. Les trois piliers de la lutte en Région wallonne - Professionnalisation de la lutte au sein dune structure unique efficace et proche du citoyen; - La combinaison raisonnée du piégeage et de lempoisonnement - Un appui scientifique pour faire face aux défis de demain.

4 Centre wallon de Recherches agronomiques - Département Lutte biologique et Ressources phytogénétiques – Unité de Zoologie Ir. Antoine MICHOTTE RENIER 1.1. Professionnalisation de la lutte Un unique service de piégeage du rat musqué pour toute la Région wallonne (DGRNE) - Les ingénieurs responsables ( 2 personnes) - Le secrétariat ( 2 personnes) - Les piégeur ( personnes)

5 Centre wallon de Recherches agronomiques - Département Lutte biologique et Ressources phytogénétiques – Unité de Zoologie Ir. Antoine MICHOTTE RENIER 1.2. La lutte combinée Deux périodes distinctes - Piégeage intensif en période de migration (selon les région et les années, environ 4 semaines en février - mars); - Travail au mètre par mètre le reste de lannée par piégeage et empoisonnement combinés en fonction des spécificités du terrain;

6 Centre wallon de Recherches agronomiques - Département Lutte biologique et Ressources phytogénétiques – Unité de Zoologie Ir. Antoine MICHOTTE RENIER Mieux connaître notre adversaire et ses point faibles; Exemples: - Compréhension des phénomènes « migratoires »; - Connaissance de la dynamique des populations: - Un couple non traité donne 20 individus en fin de saison - On stabilise la population si on a éliminé 80 % avant mars-avril (1ère portée) 90 % avant mai-juin (2ème portée) 94 % avant juillet-août (3ème portée) Orienter les stratégies de lutte pour en améliorer lefficacité; 2. De la recherche: Pour quoi faire?

7 Centre wallon de Recherches agronomiques - Département Lutte biologique et Ressources phytogénétiques – Unité de Zoologie Ir. Antoine MICHOTTE RENIER Établir des avis objectifs qui peuvent être pris en compte lors de la prise de décisions. Léradication du rat musqué en Europe est une tâche impopulaire auprès du publique qui nest pas directement concerné par les nuisances. Elle nen est pas moins indispensable. Cest pourquoi il est nécessaire dobjectiver les dégâts. Exemples: - Un couple de rat charrie de lordre un mètre cube de terre dans le cours deau par an. - Dans une zone non-traitée, une densité de 100 rats musqués par kilomètre carré nest pas rare! 2. De la recherche: Pour quoi faire? (suite)

8 Centre wallon de Recherches agronomiques - Département Lutte biologique et Ressources phytogénétiques – Unité de Zoologie Ir. Antoine MICHOTTE RENIER Parer les objections à la démarche suivie lorsquelles ne sont pas fondées. Exemples: - La lutte chimique comporte-t-elle des risques de dégâts collatéraux? Remarque: La Wallonie pourrait en 2007 être la dernière région dEurope à pratiquer lempoisonnement aux anti-coagulants. 2. De la recherche: Pour quoi faire? (suite)

9 Centre wallon de Recherches agronomiques - Département Lutte biologique et Ressources phytogénétiques – Unité de Zoologie Ir. Antoine MICHOTTE RENIER Collaborer au maintien des outils indispensables à la lutte, en effet: - Un ACCORD a été conclu entre le Canada, la Russie et l'Union européenne. - En automne 2007, seuls les pièges certifiés pourront être légalement utilisés. - Directive du Parlement européen et du Conseil du 30/07/2004 fixe la date d'application de l'Accord au 1 er janvier Le 1 er janvier 2012, plus aucune méthode de piégeage non conforme aux normes de piégeage sans cruauté ne pourra être utilisée. Cest le rôle de la recherche de sinvestir dans la certification des pièges 2. De la recherche: Pour quoi faire? (suite)

10 Centre wallon de Recherches agronomiques - Département Lutte biologique et Ressources phytogénétiques – Unité de Zoologie Ir. Antoine MICHOTTE RENIER 3. Évaluation des risques dintoxication secondaire 3.1. Objectif 3.2. Principe 3.3. Résultats

11 Centre wallon de Recherches agronomiques - Département Lutte biologique et Ressources phytogénétiques – Unité de Zoologie Ir. Antoine MICHOTTE RENIER 3.1. Objectif Évaluer les risques dintoxication danimaux (mammifères et oiseaux) prédateurs ou charognards consommant du rat musqué empoisonné à la chlorophacinone (« appâts carottes ») Comparer ces effets avec ceux provoqués par des anticoagulants de seconde Génération.

12 Centre wallon de Recherches agronomiques - Département Lutte biologique et Ressources phytogénétiques – Unité de Zoologie Ir. Antoine MICHOTTE RENIER 3.2. Principe - Administrer à des rats musqués : 1, 3 ou 6 « appâts carottes » renfermant 1 ml de CAÏD Solution huileuse (à base de 2,5 g/l de chlorophacinone) - Euthanasier les rats musqués après 2, 4 ou 6 jours ou attendre la mort, des suites de lempoisonnement - Disséquer les cadavres et prélever le foie et les muscles des deux cuisses - Nourrir des rats bruns trois jours durant avec le foie (1 er jour) et les deux cuisses (2 ème et 3 ème jours), sans choix alimentaire - A partir du 4 ème jour, nourrir les rats bruns avec leur nourriture habituelle et poursuivre pesées et observations jusquau 21 ème jour

13 Centre wallon de Recherches agronomiques - Département Lutte biologique et Ressources phytogénétiques – Unité de Zoologie Ir. Antoine MICHOTTE RENIER 3.3. Résultats (chlorophacinone) Rats musqués traités avec 1 "appât carotte" Rats musqués traités avec 3 "appât carotte" Rats musqués traités avec 6 "appât carotte" Rats musqués tués après 2 jours Rats bruns traités Mortalité: 20% Pas de signe dhémorhagie Rats bruns traités Mortalité: 20% Pas de signe dhémorhagie Rats bruns traités Mortalité: 40% Rats musqués tués après 4 jours Rats bruns traités Mortalité: 0% Rats bruns traités Mortalité: 20% Pas de signe dhémorhagie Rats bruns traités Mortalité: 0% Rats musqués tués après 6 jours Rats bruns traités Mortalité: 0% Rats bruns traités Mortalité: 20% Pas de signe dhémorhagie Rats bruns traités Mortalité: 0% Rats musqués tués après >6 jours Rats bruns traités Mortalité: 0% Rats bruns traités Mortalité: 0% Rats bruns traités Mortalité: 0%

14 Centre wallon de Recherches agronomiques - Département Lutte biologique et Ressources phytogénétiques – Unité de Zoologie Ir. Antoine MICHOTTE RENIER 3.3. Résultats (anticoagulants de 2ème génération) Rats musqués traités avec 1 "appât carotte" (contenant 1.25 mg de difenacoum) Rats musqués traité avec 3 "appât carotte" (contenant 1.25 mg de difenacoum) Rats musqués traités avec 1 "appât carotte" (contenant 4 mg de bromadiolone) Rats musqués tués après 2 jours Rats bruns traités Mortalité: 0% Rats bruns traités Mortalité: 60% Rats bruns traités Mortalité: 100% Rats musqués tués après >6 jours Rats bruns traités Mortalité: 20% Deux jours après le traitement Rats bruns traités Mortalité: 60% Rats bruns traités Mortalité: 100%

15 Centre wallon de Recherches agronomiques - Département Lutte biologique et Ressources phytogénétiques – Unité de Zoologie Ir. Antoine MICHOTTE RENIER 3.4. Conclusion - Aucune mortalité avérée nest due à la chlorophacinone sauf dans le cas de 6 appâts et lorsque le rat musqué est consommé par le prédateur le deuxième jour. La chlorophacinone est suffisamment métabolisée après 2 jours La consommation dautant dappât par un seul individu est hautement improbable. - Mortalité avec le difénacoum seulement à forte dose mais quelque soit le temps écoulé entre les consommations primaire et secondaires Le difénacoum est métabolisé trop lentement - Mortalité secondaire de 100% dans toute les conditions envisagées pour la bromadiolone.

16 Centre wallon de Recherches agronomiques - Département Lutte biologique et Ressources phytogénétiques – Unité de Zoologie Ir. Antoine MICHOTTE RENIER 4. Conclusion La démarche scientifique suivie par la CRA-W en association avec le service de piégeage de la Région wallonne vise la maîtrise de tous les paramètres impliqués dans léradication du rat musqué en Wallonie. Cela intègre une connaissance approfondie de la biologie du rat musqué et une maîtrise des techniques utilisées (piégeage et empoisonnement) tant du point de vue de leur efficacité que des conséquences de leur utilisation (environnementales et bien être animal). La recherche sur les risques dintoxication secondaire tend à démontrer quune lutte combinée utilisant des anticoagulants de première génération (chlorophacinone) contre le rat musqué est une solution respectueuse de lenvironnement : Lintoxication secondaire est très improbable.


Télécharger ppt "Centre wallon de Recherches agronomiques - Département Lutte biologique et Ressources phytogénétiques – Unité de Zoologie Ir. Antoine MICHOTTE RENIER La."

Présentations similaires


Annonces Google