La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LUTILISATION DE LA GENETIQUE DANS LE CONTRÔLE DU PARASITISME CHEZ LES BOVINS.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LUTILISATION DE LA GENETIQUE DANS LE CONTRÔLE DU PARASITISME CHEZ LES BOVINS."— Transcription de la présentation:

1 LUTILISATION DE LA GENETIQUE DANS LE CONTRÔLE DU PARASITISME CHEZ LES BOVINS

2 Introduction Des efforts énormes ont été entrepris pour le contrôle chimique du parasitisme chez les bovins, mais le problème persiste. Il semblerait quune résistance totale envers ces parasites puisse être la solution au problème. A travers diverses expériences menées en autralie du nord, nous montrerons que laquisition dune telle résistance peut être obtenue même chez les espèces les plus sensibles.

3 Pourquoi un telcontrôle Pourquoi un tel contrôle? Parasitisme majeur des bovins: -nématodes gastrointestinaux -tiques -mouches But: -augmenter la production en diminuant le coût de production -stopper lémergence des résistances aux antiparasitaires chimiques

4 Différents degrès de résistance au sein des différents troupeaux: Effet race: la Brahman est la plus résistante à lensemble des parasites. Mais elle ne répond pas à toutes les exigences du marché. Elle est: -moins productrice -pas totalement résistante aux parasites.

5 Il est possible de sélectionner ou de croiser les brahmans pour obtenir une grande résistance, une viande de qualité et un haut potentiel de reproduction. 1) Sélection: B X B F1 acquisition des paramètres est longue 2) Croisement: Bf X Em F1 acquisition des paramètres est immédiate (E=européen)

6 RQ:pour sélectionner le mâle européen utilisé dans ce croisement, on utilise essentiellement la résistance aux tiques et aux mouches car ils sont généralement tous assez résistants aux vers. Les tiques entrainent la mort de certains males F1 sont en nombre insuffisant. Création dune nouvelle lignée européenne HS suffisamment résistante aux tiques pour survivre dans ces régions Herford X Shorton HS

7 1) RESISTANCE AUX TIQUES

8 Historique: Des années 50 à 70, création de H X S HS (races viandeuses du nord de laustralie) à but expérimental. Sélection sur base de la résistance à la chaleur et sur un fort taux de croissance. Années 80: effort de sélection sur laugmentation de la résistance aux tiques et investigation sur le gène de résistance dans la lignée.

9 Méthode: Comptage de tiques sur les animaux aux saisons les plus critiques ( fin automne début hiver). Comptage des œufs de vers dans les matières fécales.

10 Trend génétique Les deux courbes sont indépendantes pour la R aux deux parasites il faut sélectionner sur les deux. R aux tiques vite et linéairement et tend vers une R totale, R aux vers évolue peu.

11 Résultat de la sélection RQ: > 200 tiques/al/jours => mort En 1983: 275 tiques/al/jour En 1998: 40 tiques/al/jour Csq: mortalité Mais des productions animales et perte de poids (= >perte de gains). Attitude des éleveurs: abandonner sélection sur R aux tiques( car effet à long terme )en faveur dautres caractères (croissance) + profitables, utilisation dacaricides à effet immédiat.

12 Conclusion: Regain dintérêt pour la sélection motivé par la mode viande bio( fin 90) => exploitation du croisement: B X HS. But: effectuer sélection simultanée pour augmenter à la fois R aux tiques et taux de croissance.

13 2) RESISTANCE AUX VERS

14 Comptage de vers : Dans ces études on a sélectionné sur la R aux tiques et pas sur la vitesse de croissance. Or en sélectionnant sur ce dernier critère il y aurait eu de la R aux vers. Cf graph: faible évolution.

15 Explication de la non sélection sur les vers 2 expressions du gène anti-vers pour une même charge en vers: Forme désirable: augmentation de croissance Forme indésirable: => réaction dhyper- sensibilité=> croissance très ralentie.

16 Expérience sur deux lots de génisses Un lot traité aux antihelmentiques, un non traité Poids à 18 mois: traitées > non traitées Poids à 30 mois: pas de différence significative. Activité ovarienne et chance de gestation: traitées> non traitées mais cause: effet direct du ttm ou effet indirect du gain de poids?

17 Conclusion Sélection sur la croissance sélection sur la résistance aux vers. Augmentation plus rapide et plus marquée de la croissance par sélection directe sur le critère croissance que par sélection indirecte sur les vers.

18 3)RESISTANCE AUX MOUCHES

19 Expérience: Détermination de la relation entre le score lésionnel et la croissance des animaux: Présence de différences entre les cheptels: Brahman et belmont-red(african X HS) sont plus résistants que HS donc moins de perte de poids => effet économique significatif.

20 Méthode de contrôle: A long terme loption la plus efficace est le contrôle génétique: But: augmenter R aux mouches Moyen utilisé: Croisements HS X B, AX X B, BX X B ont des scores lésionnels moins élevés que leurs souches parentales => effet Hétérosis

21 4) CONCLUSION GENERALE

22 Enjeu actuel: trouver un croisement pour augmenter les résistances aux différents parasites et la croissance. Problème: pas de solution idéale répondant à lensemble de ces critères. Alternative: conserver pour les croisements la race Bramhan (résistance) et privilègier la sélection sur la croissance (races européennes, africaines…) en espérant augmenter simultanément les résistances aux parasites.

23 BIBLIOGRAPHIE 2000, J.E.Frisch, C.J.ONeill, M.J. Kelly, Using genetics to control cattle parasites_ the Rockhampton experience, International journal for parasitology, 30, p


Télécharger ppt "LUTILISATION DE LA GENETIQUE DANS LE CONTRÔLE DU PARASITISME CHEZ LES BOVINS."

Présentations similaires


Annonces Google